Le monument de l’IGF sur l’économie numérique

Publié le 26 octobre 2012 et mis à jour le 30 octobre 2012 - 19 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

L’Inspection Générale des Finances vient de publier sur son site une étude qu’elle avait réalisé fin 2011 et livré à ses autorités de tutelle de l’époque Eric Besson et François Baroin en janvier 2012 sur “Le soutien à l’économie numérique et à l’innovation”. Le rapport qui fait 421 pages est téléchargeable ici. Il comprend au début une grosse cinquantaine de “slides” de résumé.

IGF Soutien economie numerique

Ce document est remarquable car il compile une quantité incroyable de données, que je n’ai pas encore eu le temps de dépiauter entièrement. Cela rappelle par certains côtés les travaux de Mary Meeker sur l’état de l’Internet (exemple ici).

Il examine en détail les aides publiques à l’innovation, et il les compare aux dispositifs équivalents de nombreux pays comme les USA, le Royaume Uni ou Israël. Il passe cependant sous silence l’impact de la régulation locale sur le développement d’innovations. Exemple tout bête : pas de Netflix possible avec une chronologie des médias à la française !

Il analyse également la structure même de cette économie numérique par métier et sans rien oublier. Tout y passe, des composants électroniques à l’Internet en passant par le matériel, les logiciels et les services. Le niveau d’analyse est très fouillé. C’est rare d’avoir un tel panorama car bien trop d’études résument le numérique à l’Internet. On y observe le poids économique de grands acteurs comme Alcatel mais aussi une boite moins connue, Nexans, spécialiste des fibres optiques. En ce sens, je trouve ce rapport plus solide que celui que Google avait commandé à McKinsey en 2011 et qui a ensuite servi de référence dans tout un tas de communications industrielles et politiques.

Il explique aussi très bien à quoi ressemble le fameux Small Business Act américain, très mal compris en France, et ce que l’on peut en retenir en France. Il explique pourquoi la disposition SBA de la Loi de Modernisation de l’Economie de 2008 et qui permettait de réserver une part de la commande publique aux PME n’a eu aucun effet (aucun = nada = zéro = vide). Il souligne qu’un SBA français n’aurait de toute manière que peu d’impact sur l’économie numérique car il n’impacterait au grand maximum que 200m€ de dépense publique. Mais cela ne tient pas compte d’éventuels grands projets dans la e-santé ou la e-éducation.

On découvre que la moitié des investissements dans les pôles de compétitivité est allée aux acteurs du numérique, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Mais dans des projets collaboratifs que le rapport juge à juste titre trop lourds à mettre en œuvre pour les PME du secteur.

On y trouve une cartographie précise de toutes les aides publiques à l’innovation dans le numérique. J’avais tenté l’exercice en avril 2009 mais en n’ayant pas le même accès aux données que l’IGF. Ma conclusion était cependant voisine, avec un poids très fort du CIR et des projets collaboratifs. Le fait de disposer de données précises permet de rationnaliser un peu les débats sur les financements publics de l’innovation !

IGF Leviers Publics Innovation Numerique

Le rapport est aussi là pour faire des propositions. Elles sont structurées de manière très logique selon la chaîne de l’innovation (ci-dessous).

On y retrouve quelques-unes qui sont de bon sens et auxquelles je souscris entièrement comme le besoin d’améliorer la transversalité de l’enseignement supérieur (technologies + business + design) et de densifier les filières de formation dans les métiers du numérique, ou celui d’améliorer les capacités d’exportation et d’internationalisation des acteurs français du numérique. Il y a aussi un chapelet de mesures assez techniques sur le financement public de l’innovation.

Propositions IGF Developpement Innovation Numerique

Il y en a d’autres qui pourront donner lieu à discussion :

  • Ce qui concerne la focalisation par filière des interventions publiques (notamment celles du Plan d’Investissement d’Avenir). Il faudrait mieux distinguer dans les financements publics directs (aides, avances, quasi-fonds propres et fonds propres) et indirects (liés à la fiscalité) ceux qui doivent rester le plus générique et ceux qui doivent être sectoriels. Il est critique de laisser les innovations germer de façon non planifiée. La plupart d’entre elles sont apparues ainsi. L’AR Drone de Parrot qui est cité dans le rapport n’aura jamais vu le jour dans le cadre d’une décision pilotée par la puissance publique ! Il en va de même d’un service comme Deezer dans la mesure où il pouvait bousculer l’establishment de la musique. Donc, OK pour des focalisations sectorielles moins nombreuses, mais pour réallouer les secteurs moins prioritaires vus de l’Etat aux financements génériques de l’innovation. Et il y a l’art et la manière : la focalisation sur le cloud est la grande risée du moment avec les projets Numergy et Cloudwatt. Il ne suffit par de décréter qu’un thème est prioritaire, il faut le faire au bon moment, avec les bons moyens, et en étant le plus proche possible du marché. Ici, on a alloué des dizaines de millions d’Euros avant d’avoir un gramme de business plan !
  • Le rapport observe l’insuffisance du financement privé de l’innovation, du fait de rendements médiocres et les fameux “equity gaps” qui touchent notamment le financement d’amorçage (aux alentours de 500K€) et de capital développement (au-delà de 5 m€). Mais il n’évoque pas la manière d’optimiser l’équilibre entre d’un côté les incitations fiscales, qui laissent le secteur privé allouer les investissements aux entreprises innovantes, et les interventions plus directes où ce sont les pouvoirs publics qui choisissent ces allocations. Ces dernières années, la tendance a été clairement de réduire progressivement les incitations fiscales pour privilégier les allocations publiques. Avec les lourdeurs bureaucratiques que cela entraîne et les limites du modèle, les autorités concernées ne disposant pas toujours des compétences pour gérer les allocations. L’IGF propose la création d’un fonds de fonds. Moi qui croyais que cela existait déjà dans le cadre de France Investissement ! L’idée est de réduire les frais de collecte, qui étaient élevés dans le cadre des fonds ISF, qui ont par ailleurs plus ou moins disparu depuis 2011. Il me semble primordial de privilégier les incitations fiscales pour laisser le secteur privé gérer les allocations. En effet, dans le financement de l’innovation, le risque, c’est le marché, pas la technologie. Même si les investisseurs privés sont imparfaits et ne sont pas des oracles, les opérateurs publics sont encore moins compétents pour apprécier la réactivité du marché à des innovations dans le numérique. En particulier lorsqu’elles ont une forte composante sociale/sociétale.
  • Le rapport propose d’attirer les entreprises sur le plateau de Saclay, mais l’étude de ce cluster en devenir est un peu rapide, même si les démarches de cluster sont benchmarkées avec plein d’autres pays. Quels seraient les facteurs clés de succès du plateau de Saclay ? Qu’est-ce qui manque pour les remplir ? Aucun mot spécifique sur Saclay sur le manque de transdisciplinarité, pourtant évoquée ailleurs au sujet de l’enseignement supérieur. Et ne parlons pas des moyens de transport et de la mixité des profils sur place !
  • La proposition de désengager le Plan d’Investissement d’Avenir du financement du très haut débit dans les zones peu denses qui va surement faire jaser. Il considère que cela relève plus d’une logique d’aménagement du territoire que d’une véritable stratégie industrielle. Je suis plutôt d’accord car j’ai bien dû l’écrire il y a quelques temps. Mais le Plan d’Investissement d’Avenir n’avait pas qu’une vocation industrielle pour autant.

On peut au passage se demander pourquoi ce rapport très bien documenté a été enterré par Eric Besson et exhumé par le nouvel exécutif, à savoir Fleur Pellerin. Au premier degré, il semble en effet remettre en question certaines décisions du précédent gouvernement. Mais c’est le lot commun des rapports de l’IGF, comme ceux de la Cour des Comptes. Ce retard de publication est vraiment regrettable car le rapport, même si l’on n’est pas forcément d’accord avec ses conclusions, fournit une documentation très riche qui permet de “substantiver” les débats sur l’économie numérique ! Les débats autour de la présidentielle et ceux qui ont actuellement lieu dans le cadre de la bien justifiée révolte des “pigeons” en auraient tiré un bon parti !

Pour la petite histoire, ce rapport de l’IGF avait été demandé à l’origine par le Conseil National du Numérique pour faire un inventaire des diverses aides publiques à l’innovation dans le numérique. Je faisais partie des personnes auditionnées par l’IGF dans le cadre de la préparation de ce rapport. La liste des personnes interrogées tient sur six pages ! J’ai passé plus de cinq heures en deux réunions avec de quatre à six inspecteurs des finances. Les discussions étaient très riches et j’ai eu l’impression d’avoir affaire à des gens très bien informés sur la question. Ce qui se retrouve dans le rapport où l’on sent bien que de nombreux messages sont bien passés.

Au passage, l’un des deux inspecteurs des finances qui pilotaient ce rapport, Alexandre Siné, est devenu depuis Directeur de Cabinet Adjoint de Vincent Peillon au Ministère de l’Education. Il faut dire que Siné est normalien, agrégé de sciences économiques et docteur en sciences politiques (sa bio ici qui montre qu’il avait déjà aussi bien planché sur le thème de l’éducation). L’IGF mène à tout, et pas qu’à la finance !

RRR

S
S
S
S
S
S
S

fullimg

Publié le 26 octobre 2012 et mis à jour le 30 octobre 2012 Post de | Entrepreneuriat, Innovation, Politique, Startups | 26197 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 19 commentaires et tweets sur “Le monument de l’IGF sur l’économie numérique” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Web2day Nantes Jun2016
2016
499 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
380 photos
albth
Inauguration Orange Gardens Jun2016
2016
73 photos
albth
USI Jun2016
2016
230 photos
albth
Colloque NPA May2016
2016
92 photos
albth
LCI May2016
2016
4 photos
albth
BIG Bpifrance May2016
2016
99 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 530 femmes du numérique (en janvier 2016) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Amélie Rathipanya (GuestViews)
Amélie est responsable technique de la startup GuestViews.
flow
Béatrice Lamourette (Axiscope)
Béatrice est co-fondatrice de l'éditeur de logiciels Axiscope, qui développe et commercialise une plateforme logicielle collaborative et sociale de gestion des achats destinée aux grandes Entreprises et aux ETI.
flow
Rania Belkahia (Afrimarkets)
Rania est présidente et co-fondatrice d'Afrimarket ainsi que membre du Conseil National du Numérique (2016).
flow
Charlotte Gaillard (Megara)
Charlotte est fondatrice de Mégara, qui édite le site marchand Berceaumagique.com.
flow
Dipty Chander (Epitech)
Dipty est étudiante en informatique à l'Epitech Paris et présidente de l'Association E-mma.
flow
Barbara Belvisi (Hardware Club)
Barbara est cofondatrice et Managing Partner du Hardware Club.
flow
Samira Seltani et Mathidle Toucheboeuf (Trust & Try Job)
Samira et Mathilde sont co-fondatrices de Trust & Try Job, une plate-forme web dédiée au recrutement de talents plus passionnés que diplômés.
flow
Santa Rossi (InverseO)
Santa est CEO et co-fondatrice d’InverseO, un nouvel acteur de la e-santé, à l'origine d'Eléa, un dispositif médical qui redonne aux femmes la supervision de leur cycle, sans effet secondaire.
flow
Divina Meigs
Divina est responsable de la chaire UNESCO « Savoir devenir à l’ère du développement numérique durable : maîtriser les cultures de l’information », Sorbonne Nouvelle. Elle est aussi porteuse de l’ANR TRANSLIT et du projet européen ECO pour des MOOC formant aux compétences du numérique.
flow
Sylvie Pichot (EMC2)
Sylvie est manager, Partner Business Development sur la zone EMEA chez EMC2. De formation techniques (BTS, DESS).
flow
Sabine Notheisen (Neovision)
Sabine est co-fondatrice et directrice générale de Neovision, un bureau d’études en intelligence artificielle, spécialisé en traitement d’images et en apprentissage automatique.
flow
Nathalie Wolff (BNP Paribas)
Nathalie est chef de projet IT Digital Working chez BNP Paribas.
flow
Hélène Zemmour (TV5 Monde)
Hélène est directrice du numérique à TV5MONDE, la chaîne culturelle internationale francophone.
flow
Kristen Davis (New York Times)
Kristen est Directrice Informatique et Technologie de l'International New York Times, basée à Paris.
flow
Mélanie Péron
Mélanie est fondatrice de l’entreprise sociale l’Effet Papillon, créatrice de l’application de réalité virtuelle Bliss Interactive à visée thérapeutique imaginée pour répondre aux besoins d’évasion, de détente et de communication des personnes en situation d’isolement et/ou de stress.
flow
Raïssa Sornom-Aï
Raïssa Vient a lancé à La Réunion une agence de marketing alternatif (ABEY). L'idée est de surprendre les consommateurs en travaillant sur une idée originale pour ses clients. Le street marketing est son levier de communication préféré ! Ses clients sont en majorité de jeunes entrepreneurs qu'elle accompagne en phase de lancement d'un concept novateur.

Derniers commentaires

“Check out "Le recyclage des talents dans les écosystèmes d’innovation" (via...”
“Brillant. Et hilarant ! Bravo, une excellent introduction au...”
“"Les avancées de l’#intelligenceartificielle – 6" @DreamQuark #Fintech #Insurtech #Deeplearning de @olivez sur ...”
Répondre
Olivier Ezratty
sur La société du topinambour :
“Le topinambour se cuisine à toutes les sauces ! Tu as ma bénédiction Pierre ! Il y a aussi, le Brexit et le topinambour ! Parce qu'avec la faiblesse de leur agriculture, les anglais vont énormément dépendre de...”
“#politique #technologie #topinambour #chti #wtf - Excellent billet d'@olivez sur un enjeu clé...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

S
S
S
S
S
S
S

fullimg


Catégories

Tags


http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-reunion/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'intervention sont évoqués ici.