IBC 2014 : OTT et cloud

Publié le 16 septembre 2014 et mis à jour le 18 septembre 2014 - 8 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Comme de coutume chaque mi-septembre depuis 2010, direction Amsterdam pour l’IBC, le plus grand salon de la télévision numérique avec le NAB de Las Vegas qui a lieu en avril. On y trouve de tout, des outils de captation, de production, de diffusion et de réception. Avec plus de 1700 exposants, on y découvre la floraison de sociétés qui se disputent un marché en perpétuel renouvèlement. Ce salon a lieu juste après l’IFA de Berlin qui est destiné aux produits grand public et auquel je ne me rends pas, réservant ce domaine au CES de Las Vegas en janvier.

flow

L'IBC est le salon de la "plomberie" de la télévision avec l'ensemble des technologies utilisées, de la production à la diffusion des contenus. Ici, une grue de plateau motorisée Technodolly. C'est probablement le salon le plus "techno" que je visite dans l'année.

Sans grande surprise, les mots clés de ce salon étaient : OTT multi-écrans s’appuyant sur des architectures en cloud et l’adoption massive de la 4K/Ultra HD par les industriels du broadcast. Nous allons traiter en détail de ces points dans deux articles.

L’OTT et l’irrésistible cloudification de la TV

En France, l’attention est actuellement tournée vers l’arrivée de Neflix, le 15 septembre 2014. Un événement de taille non seulement parce qu’il va probablement bouleverser le jeu des acteurs, mais parce qu’il va certainement contribuer à faire croître la consommation non-linéaire de TV et de vidéo. La tendance semble inexorable même si la TV en direct se porte relativement bien, portée notamment par le relai des réseaux sociaux. La question se pose aussi de permettre la consommation TV linéaire sur tous les écrans.

flow

Accueil à connotations "cannoises" au lancement de Netflix sur les quais pour le Faust, un bar situé sous le pont Alexandre III à Paris. Hôtesses bien en rang et badauds attendant d'éventuelles stars.

L’annonce a été surtout marquée par l’intégration de l’application Netflix dans la prochaine box de Bouygues Télécom, qui tourne sous Android. Cela créé un précédent qui pourrait accélérer l’adoption de Netflix par les autres opérateurs et ouvrir à ce dernier la “porte” des box, qui sont en France les principaux outils de consommation de TV linéaire comme non linéaire. J’étais présent à l’étrange événement de lancement de Netflix en France au Faust lundi 15 septembre. Etrange car c’est la première fois que je vois plusieurs centaines de personnes réunies pour le lancement d’une nouvelle offre d’une société qui n’a pas encore d’équipe en France ! Le CEO de Netflix et son directeur des programmes étaient bien là, avec quelques acteurs des séries maison (Hemlock Grove et Orange is the new black). Cela relevait plus d’un débarquement que d’un investissement sérieux dans le pays, malgré les quelques séries françaises que Netflix va produire pour calmer le jeu et créer de l’envie chez les producteurs.

Dans le rapport 2014 du Consumer Labs d’Ericsson sur la consommation de TV dans le monde, on constate que la pénétration du streaming se rapproche de la TV linéaire avec seulement deux points d’écarts (75% vs 77%). Mais ne pas confondre pénétration (% de gens qui utilisent) avec % de temps passé ! L’étude note aussi le développement du phénomène du “binge viewing” de séries TV. En France, 46% des personnes interrogées souhaitent disposer de tous les épisodes d’une série d’un coup. Netflix a créé un précédent avec House of Cards (aux USA, pas sur Canal+ qui le diffuse en broadcast classique en France). Du coup, cela devient presque la norme. L’étude montre aussi l’importance de la consommation multi-écrans. 19 % des téléspectateurs sont prêts à payer pour en profiter. On verra comment se ventileront les abonnements à Netflix (avec trois formules, selon le nombre d’écrans couverts).

A l’IBC, l’OTT était omniprésent chez les acteurs de la diffusion. Qu’il s’agisse des sociétés d’encodeurs vidéo, de diffusion, de serveurs, tous se focalisent sur la distribution de contenus TV et vidéos sur les nombreux écrans du foyer, et en particulier sur les tablettes. Les acteurs de ce marché s’intègrent de plus en plus verticalement pour proposer des solutions clés en main aux chaînes et opérateurs de bouquets. L’enjeu est double : toucher les audiences où qu’elles soient côté écran, tout en maîtrisant – voire réduisant – les coûts et la complexité.

Le message est brouillé par la “cloudification” des offres. Celle-ci concerne maintenant presque toute la chaine de valeur : la captation (caméras qui peuvent être directement connectées au cloud), les régies (qui peuvent être délocalisées), l’encodage vidéo (lui-aussi déléguable au cloud), la diffusion (OTT, multi-écrans) et les fonctions de réception (guides de programme, enregistrement avec des network PVR, voire toute l’interface utilisateur d’une box dans les cas extrêmes). On voit même apparaître l’expression de “cloud washing” qui concerne les logiciels traditionnels affublés de l’appellation “cloud” sans qu’ils aient été conçus véritablement pour le cloud et donc pas vraiment scalables.

Parmi les solutions en cloud et OTT présentées à cet IBC 2014, citons en vrac :

  • L’anglais ZOOsubs qui propose une version en cloud de son service de gestion de sous-titrage. Le service est surtout utilisé par les majors d’Hollywood pour le sous-titrage des films. En fait, le sous-titrage est réalisé par des équipes de la société réparties dans le monde. Le cloud permet surtout leur coordination à distance ! C’est dans la lignée d’une autre solution en cloud qui n’a rien à voir, celle du français Firefly Cinema qui permet de gérer de manière distribuée le processus d’étalonnage couleur des films.
  • Le spécialiste américain des encodeurs vidéo Elemental se lance dans les serveurs de streaming vidéo et l’OTT avec Delta, qui complète leurs serveurs d’encodage vidéo (qui supportent notamment la 4K et ont servi à la retransmission 4K de la coupe du monde de football au Brésil). Le patron de la R&D de cette ligne produit est un français basé maintenant à Portland dans l’Oregon : Lionel Bringuier, distingué par un award pendant l’IBC. Lionel est un ancien de Anevia, une PME française spécialisée dans les serveurs de streaming vidéo qui s’est distinguée au printemps par une levée de fonds de 5M€ via une introduction en bourse au second marché. Une levée de fonds qui va lui permettre d’accélérer sa croissance à l’international avec l’embauche de commerciaux.
  • Globecast, filiale d’Orange, intègre maintenant les solutions de l’israélien Kaltura et de Cleeng pour diffuser des contenus broadcasts en OTT en gérant l’intégration de publicités selon les audiences et les écrans. C’est une évolution sensible de l’activité de cette filiale de services de diffusion d’Orange vers un packaging d’offres complètes.
flow
  • Arkena, la filiale “OTT” de TDF mettait en avant ses projets récents : myTF1VOD (en HbbTV 1.5 sur TV connectées), HBO Nordic sur XBOX, BeIn sur tablette, XBOX et HbbTV sur la France et bientôt aux USA, Canada et Moyen-Orient. Leur offre de services OTT intégrée (transcodage, playout, streaming, CDN) est maintenant commercialisée sous l’appellation Cloud4Media. Ils démontraient sur leur stand une lunette 3D Occulus avec deux scènes 3D virtuelles. Enfin, ils démontraient la diffusion en 4K de Roland Garros sur tous canaux (DVB-T2 et via un CDN).
  • Alcatel-Lucent a aidé Telefónica à mettre en œuvre une solution de “cloud DVR” dans son offre Movistar permettant aux utilisateurs d’enregistrer les contenus broadcast dans le cloud au lieu de le faire sur le disque dur de leur set-top-box. Elle est plafonnée à 350 heures d’enregistrement. Le network PVR ou cloud PVR va faire parler de lui en France dans les mois qui viennent car des opérateurs s’apprêteraient à proposer la fonctionnalité à leurs utilisateurs. En tout cas, nombre de stands présents à l’IBC mettaient en avant cette fonctionnalité, très adaptée à l’ère du temps du multi-écrans. En France, on objecte souvent que cela pose des “problèmes de droits”. Mais dans la réalité, pas plus qu’ailleurs. Ce n’est pas qu’une question juridique, c’est une question business. Comment les acteurs de la chaines de valeur peuvent-ils s’entendre pour proposer une solution qui correspond à une besoin des consommateurs ?
  • L’australien Telstra se lance de son côté dans un service de cloud TV, en partenariat avec Ooyala, un éditeur de logiciel israélien qu’ils ont tout simplement acheté en entier, après avoir déjà investi dedans (au total, pour $331m, ce qui fait cher la licence logicielle…). Ooyala était présent à l’IBC tout comme son principal concurrent Brightcove.

L’IBC mettait aussi en avant un nouveau terme à la mode : Software Defined Video (SDV), le petit nom trouvé pour décrire les architectures de traitement de la vidéo qui reposent sur des logiciels tournant sur des matériels standards (serveurs à base Intel en général). Ces architectures sont plus souples pour traiter la myriade d’écrans différents à supporter pour la vidéo en OTT que les architectures matérielles spécifiques avec des composants réalisant les traitements par matériel. Pourquoi “software defined” ? Parce que les architectures matériels sont standards et ne sont plus les architectures reposant historiquement sur de la connectique coaxiale SDI. Ce phénomène se manifeste aussi dans les encodeurs vidéos dont une bonne part, y compris dans la 4K, sont fournis sous forme de logiciels tournant sur serveurs standards, au pire, en s’appuyant sur des GPU puissants.

flow

Ce terme est dans la lignée du “IP Studio”, du “Networked Studio” et aussi du “File Based Workflow”. L’industrie du broadcast adopte progressivement les codes de l’informatique d’entreprise basée sur des réseaux IP et des serveurs de commodité. Elle apporte plus de flexibilité, simplifie normalement les infrastructures en particulier au niveau du câblage, et permet aussi de localiser différents éléments de la chaine de production où on le souhaite, comme avec des régies distantes des lieux de tournage.

Android grignote progressivement le marché des box

Dans le domaine des expériences utilisateurs, au niveau set-top-box et middleware, il existe un nombre incroyable de sociétés issues de presque tous les pays. Du middleware pour set-top-box ? On en trouve en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Pologne, en Israël, en Belgique, en Slovénie, en Italie et aux USA bien évidemment !

Ce marché est extrêmement fragmenté du fait de sa nature très “btob” et de l’éternel besoin de différentiation des opérateurs dans chaque pays. On attend encore le Apple ou Google qui défragmentera ce marché qui ressemble à s’y méprendre à celui de la téléphonie mobile avant l’arrivée des plateformes de smartphones et de leurs magasins d’applications. Les constructeurs de TV n’ont pas réussi à jouer ce rôle. On sent depuis plus d’un an qu’ils semblent même presque avoir abandonné la partie avec les fonctionnalités de TV connectées qui peinent, pour l’instant, à concurrencer les box des opérateurs ou les box OTT style Roku ou Apple TV.

L’adoption relativement récente de systèmes ouverts (Linux, Android) et des standards du web (HTML5) ont baissé le ticket d’entrée pour développer des solutions sur ce marché. Chacun y va de sa petite spécificité avec une couverture plus ou moins large du besoin des opérateurs télécoms ou de TV payante. Départager ce petit monde n’est pas une sinécure. Les stands des “boxeurs” mettent en avant à peu près tous les mêmes fonctionnalités.

Les nouveautés cette année ? En plus du n-PVR déjà évoqué, l’irruption d’Android dans les box semble se généraliser et on voit pas mal de fournisseurs de box proposer le RDK, qui est à l’initiative des cablo-opérateurs américains dont Comcast. Android est évidemment mis en évidence chez tous les constructeurs asiatiques présents sur le salon qui présentent leurs box no-name de toutes tailles, de la simple clé HDMI à la box hybride contenant un tuner câble, satellite ou TNT. Mais c’était aussi le cas du français Sagemcom qui présentait toutes ses boxes tournant sous Android et supportant qui plus est la vidéo 4K. Au demeurant, ce genre de société s’adapte à la demande des opérateurs et intègre dans ses box ce que le client demande. Android ou pas !

Par contre, on ne peut pas dire que les acteurs de ce marché brillent côté conception d’interfaces utilisateurs. Certaines semblent encore sorties des années 1990. D’autres sont un peu plus modernes mais sans plus. Exemple de débat : quelle est la télécommande idéale pour piloter sa box ? Si on y met que les 7 boutons minimums, l’interface utilisateur devient complexe et il faut utiliser beaucoup de touches pour arriver à destination, si on met plus de touches pour simplifier le parcours utilisateur, la télécommande devient trop complexe, et si on s’appuie juste sur une application smartphone, on devient moins accessible pour une partie de la population. Autre variante : la télécommande simple avec un petit pad tactile.

Voici donc quelques actualités à commencer par les sociétés étrangères vues à l’IBC :

  • L’anglais Vision247 présentait lui aussi sa solution de cloud TV IPTV + OTT, Perception. Elle intègre le support de la TV live, de la TV de rattrapage, la VOD et un cloud-PVR dans une interface utilisateur intégrée et multi-écrans. C’est aujourd’hui la spécification de base d’une offre logicielle de box pour opérateurs de TV payante.
  • L’allemand ABOX42 lançait sa nouvelle interface utilisateur OPX pour box hybride (IPTV + OTT). Elle supporte le classique de l’intégration de chaines TV diffusées en DVB (câble, satellite, TNT), de chaines IPTV et OTT. Elle est aussi multi-langages et supporte les alphabets non européens. Elle cible en particulier les seniors. Le guide de programme est “riche” avec métadonnées classiques plus bandes annonces et photos, ce qui n’est pas encore courant chez les opérateurs. Le PVR peut fonctionner localement dans la box ou en cloud. Il est capable de revenir dans le temps ce qui est bien pratique (“reverse-EPG”), pour à la fois faire du restart (d’un programme en cours) ou du rattrapage classique. Qui plus est, le logiciel supporte aussi HbbTV. Le tout fonctionne au-dessus de HTML 5.
  • La startup israélienne Vbox propose une box qui est un mélange de tuner, de set-top-classique et de Slingbox “tout en un”. Elle permet de restreamer les chaines TV en live sur tous les écrans du foyer. C’est surtout adapté aux chaines TV dites “free to air” (gratuites), diffusées par câble, satellite et TNT. L’offre est proposée dans pas mal de pays européens mais pas en France. Devinez pourquoi !
  • Opera lançait un nouveau moteur HTML5 et le SDK associé. Avec le support d’Android et du RDK de Comcast, et de la 4K. Il supporte par ailleurs HbbTV 1.5 et le MPEG-Dash qui permet de diffuser des contenus à la demande de manière standardisée. HbbTV est utilisé dans les box… surtout sur le marché allemand. En France, ça n’intéresse pas grand monde et en particulier, pas les opérateurs télécoms qui trainent du pied dans son adoption. Dernier point que je découvre, Opera supporte le TTML (Timed Text Markup Language) de la Smart TV Alliance pour la gestion des sous-titres.
  • Le logiciel multiécrans OTT de Zappware a été choisi par Altice, la maison mère de Numericable pour équiper les offres du groupe dans différents pays chez Cabovisao, Coditel/Numéricable Belgium, HOT Telecom (Israël). En France, Numericable utiliserait un développement logiciel interne pour proposer cette fonction.
  • Chez Cisco, j’ai pu assister à une démonstration intéressante d’un système de navigation et de recommandation sur smartphone basé sur les visages des acteurs qui apparaissent dans les contenus, à partir d’un mobile. Une idée de plus pour naviguer dans les contenus.
flow
  • Chez Nagravision dont nous reparlerons au sujet de la 4K, on présentait des démonstrations d’intégration de domotique et notamment de contrôle de la lumière ambiante à partir d’une box. C’était d’ailleurs une exception car rares sont les éditeurs de middleware ou constructeurs de boxes qui essayent de se positionner dans le marché émergent du contrôle des objets connectés de la maison. Une exception avec le français AWOX qui se positionne à cheval entre les middlewares pour box (surtout OTT), les stacks DLNA (pour accéder aux contenus partagés dans le réseau domestique) et aux objets connectés (avec une gamme de produits connectés comme leurs lampes intégrant un haut-parleur actif).

Du côté des français, on pouvait croiser les usual-suspects Dotscreen, Hubee et Wiztivi. Ils mettent en avant leurs réalisations d’applications sur mesure et parfois leur approche packagée. WizTivi essaye de packager son expertise d’interface utilisateur. De son côté, Hubee est partenaire de l’allemand Kontron et du canadien Vantrix pour proposer une solution OTT live et VOD intégrée s’appuyant sur des serveurs très intégrés (18 processeurs sur un serveur 2U).

flow

Serveur de streaming vidéo comprenant un processeur Core i7 et 8 entrée coaxiales SDI pour streamer huit chaines TV en parallèle. Un rack 2U intégrant deux switches et ces serveurs permet le streaming de 128 chaines en simultané. Le serveur est de l'allemand Kontron et le logiciel de gestion de diffusion de la vidéo provient du canadien Vantrix.
  • La toute jeune startup française Wildmoka créée fin 2013 intègre sa solution Moment Share dans l’application L’InstantCanal qui permet d’accéder aux contenus en clair. Elle permet de naviguer très rapidement dans la timeline d’une vidéo, d’en extraire une image ou un clip et de les partager dans les réseaux sociaux. Leur logiciel génère un découpage automatique par scènes de la vidéo. La solution fonctionne comme il se doit en cloud. Fait notable, ils ont aussi AT&T comme client aux USA, ce qui est une belle performance pour une startup aussi jeune. Ils sont partenaires avec WyPlay qui est le nouveau fournisseur de middleware de Canal+.

Screen-Shot-Wildmoka-Chaptering-2_th

  • Netgem présentait sa solution “cloud TV” avec LA BOX Videofutur pour Virgin Mobile sur le stand de Microsoft, en plus de son propre stand. Pourquoi donc ? Parce qu’elle s’appuie sur le cloud Azure.
  • Viaccess-Orca (filiale d’Orange) faisait état de quelques nouveaux projets gagnés comme chez Telecom Romania, une filiale de Deutsche Telecom (avec leur interface utilisateur, la recommandation, l’OTT, sauf le CAS) et démontrait d’autres scénarios d’usage de son élégante application tablette Deep qui avait été présentée pour la première fois à l’IBC 2013.
  • Wyplay présentait son middleware open source Frog qui était visible sur de nombreux stands de constructeurs dans le salon, reflet d’une dynamique approche partenariale. La société est maintenant présente chez Sky Italia.
flow
  • SoftatHome (filiale d’Orange) présentait le support de la 4K en 60p et HEVC sur ses box et une box intégrée dans un dongle HDMI d’origine Samsung supportant aussi bien les contenus live que à la demande, y compris des contenus protégés par CAS ou DRM. Ce genre de dongle se pilote à partir d’une télécommande et de l’interface TV du dongle ou avec une application mobile. On voit cela chez pas mal d’acteurs des box (hard) et middleware (logiciel). Il s’agit d’être capable de répondre à la demande d’acteurs divers : opérateurs de TV payante, opérateurs qui souhaitent alimenter un second écran en plus de celui de la box principale, ou acteurs de services OTT qui souhaitent proposer des services spécifiques comme de la VOD ou de la SVOD.

Géopolitique de l’IBC

Contrairement au CES ou à l’IFA, l’IBC est un salon où la présence de sociétés européennes est très forte. L’explication est assez simple : l’IBC est un salon “b-to-b”. On y trouve des sociétés très technologiques situées dans un marché très fragmenté où la composante service est assez importante. Cela favorise le développement d’acteurs locaux. Par ailleurs, les sociétés européennes ont délaissé depuis des années le marché grand public. Ici, elles s’occupent de ce qui reste. On trouve tout de même pas mal d’américains : dans l’IT (EMC, Oracle, des filiales d’IBM, Adobe, Autodesk), dans les chipsets (Intel, Marvell, Broadcom, Sigma Design) et dans les réseaux, le middleware et le contrôle d’accès (Cisco, Verimatrix). Les asiatiques sont présents côté matériel (Samsung, des PME chinoises et taïwanaises ou coréennes). En particulier, les chinois ont envahi le secteur de l’éclairage de studio et sortent des produits “copycat” dans des domaines plus sophistiqués comme pour les décors virtuels de studios.

Les pays européens les plus représentés sont les anglais, les belges, les allemands (ARRI, Zeiss). Il y au aussi toujours beaucoup d’israéliens.

Les sociétés françaises sont nombreuses à l’IBC : plus de 120 ! Et dans des domaines très variés. Avec par exemple AR+ (commande bras robots caméras), Geotracing (qui propose une solution d’affichage sur des cartes 3D de la position de participants à des courses sportives), Videostich (assemblage en temps réel d’images vidéo pour créer des panoramiques), Euromedia Group (prestataire dans le domaine de la production avec studios et cars régies), Dalet et SGT (media assets management), Visiware (applications second écran, très présent aux USA), HTTV (middleware pour box OTT, HTML 5 et HbbTV), Witbe (monitoring de la qualité de service de l’IPTV), DVMR (services de gestion pour TV de rattrapage et VOD), Broadpeak (avec notamment son nano-CDN pour set-top-box), l’Institut National de l’Audiovisuel qu’on ne présente pas et j’en oublie plein d’autres !

Les startups françaises étaient regroupées dans divers villages un peu faméliques côté décoration en comparaison avec les belges, les écossais ou les israéliens. On peut constater que beaucoup de ces startups exportent, surtout dès lors qu’elles ont une offre produit. Les acteurs présents qui sont plutôt dans le service sont mécaniquement moins exportateurs, même s’ils peuvent être régulièrement présents à l’IBC. On retrouve ici la même conclusion que dans mon dernier article sur l’internationalisation des startups rencontrées à Lille.

Il est aussi amusant de voir incarnés dans le salon les divergences dans certaines régions européennes : ainsi, s’il y a plein de zones “Great Britain” gérées par UKTI, l’équivalent anglais de Ubifrance, on trouve tout de même un village de startups écossaises. De même, il y a un pavillon de startups belges et pas très loin, un pavillon de startups flamandes. On en déduit que le premier ne comprend que des startups wallonnes !

flow

Pavillon belge flamand bien distinct d'un autre pavillon "belge" et donc probablement wallon. Les limites du régionalisme !

Dans l’article suivant sur cet IBC, je traiterai de l’écosystème de la 4K qui se développe à la vitesse Grand V. Vous pouvez sinon consulter mon album photo de l’IBC 2014 en cliquant sur les photos de l’article, sur l’icone “loupe” ci-dessous ou en allant ici.

im
1/430
S
S
S
S
S
S
S
S
S
  
S
   BB
RRR
4EVER (1)
S
S
S
S
S
S
S
S
S
 
S
1/430
img
img
img
300
500
IBC%20Amsterdam%20Sept2014
2014
true
false
true
false
false
false
false
0
0

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 16 septembre 2014 et mis à jour le 18 septembre 2014 Post de | Startups, TV et vidéo | 34639 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 8 commentaires et tweets sur “IBC 2014 : OTT et cloud” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
558 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos

Téléchargements gratuits

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 504 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique quantique.
flow
Elham Kashefi
Elham est Directrice de recherche au CNRS LIP6 Université Sorbonne, professeure d'informatique quantique à la School of Informatics University d'Edimbourg, cofondatrice de la startup VeriQloud. #quantique
flow
Paula Forteza
Paula est députée des Français d’Amérique latine et des Caraïbes et rapporteure de la mission sur les technologies quantiques demandée par le Premier ministre. #quantique
flow
Jacqueline Bloch
Jacqueline est Directrice de Recherche au CNRS. Elle y développe ses travaux au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies de l'Université Paris Saclay. Elle est également professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. #quantique
flow
Eleni Diamanti
Eleni est Directrice de recherches au CNRS (Sorbonne Université) et spécialiste de la cryptographie quantique. #quantique
flow
Maud Vinet
Maud est responsable du projet d'accélérateur quantique sur silicium au sein du CEA. Bref, derrière une révolution technologique qui comptera à l'échelle mondiale ! #quantique #ExpoBercy2019
flow
Maria Alejandra Zuluaga
Maria est maître de conférences et chercheuse en apprentissage automatique avec des applications en médecine et santé à EURECOM, école d’ingénieurs et centre de recherche en sciences du numérique.
flow
Pascale Caron
Ingénieure avec un MBA, Pascale est CEO de Yunova, conseil en innovation et Associée Beforgo.com, une startup prometteuse du Tourisme.
flow
Josiane Zerubia
Josiane est directrice de recherche à l'Inria au centre de Sophia-Antipolis Méditerranée, spécialiste de la modélisation stochastique en traitement du signal et des images, en particulier pour l'imagerie spatiale.
flow
Christelle Yemdji Tchassi
Christelle est ingénieure développement logiciel châssis chez Renault Software Labs à Sophia Antipolis. #ExpoBercy2019

Derniers commentaires

“Juste pour signaler 2 typos: page 24 : dont 5 en étaient déjà détenteurs au moment de la réunion (noms soulignés en vert) J'en compte 6 soulignés en vert page 28 : - James Chardwick (1991-1974) Je...”
“Très intéressant comme position. Ils semble que vous ayez bien appris les thèse des François Gervais. Je vous conseille de regarder cette vidéo qui analyse la conférence qui vous as instruit, pour avoir au moins...”
“Pour moi ceux qui ne veulent pas comprendre et qui ne se documentent pas restent des imbéciles. Moi aussi j'ai pensé que c'était bizarre avant que je me documente. Car c'est loin de nous et l'Espace ça fait peur et...”
“Un résumé rapide. Tout d'abord, les variations du CO2 suivent celles de la température pas l'inverse. Rien que cela prouve que la théorie soutenue par le GIEC est fausse. Ensuite il y a les prévisions faites...”
“Pouvez vous lister les faits infirmant les positions du GIEC ? Je crois que les positions de cet organisme ont plutôt été en deça de ce qui se passe. Mais je suis prêt à réviser mon jugement sur les faits...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.