LeWeb 2013 : vue d’ensemble

Publié le 13 décembre 2013 et mis à jour le 14 décembre 2013 - 20 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

J’ai assisté les 10, 11 et 12 décembre 2013 à mon neuvième LeWeb en comptant la dernière édition de la conférence “Les Blogs” qui précédait (en 2005).

Avec le CES de Las Vegas en janvier, ce sont trois des journées les plus intenses de l’année. Avec un mélange de networking sans égal et de conférences vraiment intéressantes comptant plus d’une centaine d’intervenants de très bon niveau. On y est baigné dans un mélange de jet set et de Mecque de l’Internet mondial. C’est l’événement du genre le plus important à l’échelle européenne si ce n’est mondial.

Le thème de cette année ? Nous aider à anticiper les dix années qui viennent. Je ne sais pas trop s’il est possible de le faire tant les surprises peuvent être grandes et la créativité des uns et des autres qui font le futur difficile à anticiper. Quand on pense que la première édition de LeWeb en 2006 date d’avant l’arrivée de l’iPhone, de la 3G, de Facebook et Twitter ! Le changement de nom de l’événement de Les Blogs à Leweb traduisait déjà une rupture du milieu des années 2000 : la fin des blogs comme pivot du web. Les réseaux sociaux et les applications mobiles les ont remplacés. Je suis un dinosaure du web avec “Opinions Libres”. Mais il faut bien que les réseaux sociaux pointent sur quelque chose ! La curation n’a pas de sens sans contenus ! Il n’empêche que même si on ne peut pas prédire grand chose, les interventions sur le sujet étaient fort éclairantes !

Guy Kawasaki

L’autre nouveauté de cette année, c’est le rachat de la franchise de la conférence par Reed Midem, société anglaise et grand organisateur de salons et conférences comme le Midem, ou le MipTV et son MipCube où je vais et interviens régulièrement depuis 2011. Cela n’a visiblement pas changé grand-chose côté contenus car celui-ci était toujours sous la coupe de Loïc et Géraldine Le Meur qui déploient toujours aussi efficacement les grandes ailes de leur immense réseau dans l’Internet mondial. Sans eux, Leweb ne serait pas ce qu’il est. Reed Midem apporte surtout sa logistique commerciale et marketing. Ils sont notamment chargés de commercialiser les espaces pour les exposants et sponsors. On se demande ce que deviendrait Leweb sans les Le Meur. Ils auraient encore deux ans à tenir contractuellement avec Reed Midem. Si l’envie leur prend de laisser tomber Leweb, tout peut arriver ! Cela reste un enjeu majeur de préserver l’organisation de Leweb à Paris.

Si vous n’en étiez pas, vous pouviez être là tout de même en regardant les simulcast vidéo des conférences ou en compulsant cette présentation de Loic Le Meur sur les tendances de la Silicon Valley. On y trouve tout ce qui est tendance : e-learning, impression 3D, objets connectés, économie collaborative, géolocalisation, crowdfunding… C’est un éternel recommencement ! Et maintenant, vous pouvez revivre intégralement Leweb grâce aux vidéos publiées sur YouTube.

Comme chaque année, je vais décortiquer Leweb. J’essaye de me distinguer des autres bloggeurs et médias accrédités par une analyse à froid et à postériori de tout ce qui se passe et se dit à Leweb. Et aussi à 360°, un peu comme je le fais pour le Rapport du CES.

Dans cette première partie, je vais me consacrer à la forme de Leweb : la mise à jour de ma scorecard habituelle, une vue sur les participants et sur le casting, la scénographie, les stands et le marketing des exposants qui cherchent à “hijacker” la conférence.

Le fond viendra dans les articles suivants où je parcourais les différentes thématiques récurrentes de la conférence. Comme fils conducteurs, il y avait : de la prospective à 10 ans, la croissance des startups, les objets connectés (en prolongation de l’édition 2012 de Leweb), l’homme augmenté, l’impression 3D et une grosse piqûre de rappel sur les médias sociaux. Et aussi les interventions politiques qui méritent le détour.

J’ai sinon publié un extrait de mes photos de la conférence sur Facebook.

La scorecard

Etant un habitué de l’événement, je maintiens une scorecard de Leweb depuis sa création. Et suis aussi bien l’évolution du nombre des participants que les aspects logistiques et aussi le nombre d’intervenants qui marquent la scène. Je n’y intègre pas les deux éditions passées de Leweb Londres auxquelles je n’ai pas pu participer.

Leweb 2013 scorecard

Nous allons prendre cela point par point :

Côté participants, c’était la première édition avec une baisse de participation, passée de 3447 à 3331. Une baisse de 3,36% n’est pas bien significative. Ce d’autant plus que l’événement avait atteint sa taille critique. A quoi attribuer ce léger tassement ? Au minimum, au prix de l’événement associé à un temps de crise économique. Se pose la question du nombre de places payées par rapport aux places offertes qui a peut-être aussi évolué. Leweb est un événement payant (2300€) sachant que le prix est modulé en fonction de la date d’inscription et qu’il existe des tarifs avantageux pour les startups (800€), les étudiants (300€) et les développeurs freelance (600€). Pour un entrepreneur en phase de levée de fonds, Leweb est plutôt un bon investissement. Il va en très peu de temps et sans déplacements pouvoir rencontrer un bon nombre d’investisseurs français, européens et même américains.

Côté présence effective, il y avait du monde comme chaque année, mais à certains moments, cela semblait bien moins rempli. Notamment en fin de journée et dans la salle des plénières. Certains intervenants ont vu une différence marquée. J’ai l’impression qu’il y avait plus de français que l’année passée. Et comme ils sont généralement moins studieux et viennent surtout pour réseauter, on les voyait moins. Qui plus est, les participants qui ont des places gratuites viennent souvent juste une demi-journée “pour se montrer”. L’audience rassemblait des médias et bloggeurs (environ 400 dont environ 70 bloggeurs “officiels”), des entrepreneurs, des entreprises établies comme Orange ou Microsoft qui font de l’open innovation, des agences de communication, quelques étudiants et enfin des consultants en tout genre.

Audience (34)

Le casting était d’un très bon niveau cette année sachant que les interventions les plus marquantes étaient comme souvent réparties sur la seconde et la troisième journée. On regrettait certes l’absence de Marisa Mayer de Yahoo! qui avait été annoncée en juin mais dont le déplacement en Europe a été annulé il y a quelques semaines.

Le mix de Leweb est assez unique. Il associe à la fois des habitués de la conférence (Robert Scoble, Om Malik, le jury, …) et de nouveaux intervenants, notamment jeunes et cette année, avec un effort pour améliorer la représentation féminine. On va retrouver pèle-même des entrepreneurs de startups émergentes ou établies, des execs de grandes boites (Microsoft, Twitter, Google, Facebook, Amazon), quelques CEOs (Orange, Paypal), des consultants renommés (Kawasaki, Solis), des chercheurs et scientifiques, des personnalités d’autres secteurs que le numérique qui se mettent au numérique (comme le chef espagnol Ferran Adrià Acosta) et enfin, quelques politiques. A noter la présence pour au moins la troisième fois de Gary “Fucknershit” Vaynerchuk, qui arrive à dire pas mal de choses censées sur les médias sociaux et la relation client dans son verbiage émaillé d’innombrables “fuck” et “shit” !

Garry Vaynerchuk (12)

Côté startups, l’habituel concours a fonctionné comme l’année dernière. 700 candidats s’étaient manifestés. 16 ont été retenus et ont pitché dans le hall Eiffel, en face d’une assistance clairsemée comme d’habitude. Un candidat s’est désisté au dernier moment (Glose) et remplacé au pieds levé par un concours réalisé à l’improviste. Trois finalistes ont ensuite pitché en plénière devant un jury comportant des habitués (Xavier Niel, Jacques-Antoine Granjon, Brent Hoberman) et quelques autres comme Pascal Cagni (ancien d’Apple), Fleur Pellerin et Yossi Vardi (qui a au passage malheureusement perdu son slot d’intervenant). Le gagnant était le polonais Intelclinic. C’est la première fois qu’une startup du domaine du bien-être gagne cette compétition. Au passage, tandis que les trois finalistes de l’année dernière étaient français, aucun l’était cette année. Syndrome coupe du monde de football ?

Startups

Les exposants étaient d’abord de grandes entreprises qui veulent communiquer auprès des startups et des investisseurs sur leur approche de l’open innovation ou sur leur offre : Orange, France Télévision, Canal+, Renault, Paypal, Somfy et Google. Puis des pavillons qui font la promotion d’un pays (Belgique, Suède, Espagne) ou d’une région (Ile de France – ci-dessous, et les pays arabes).

Région Ile de France

Un effort avait été visiblement fait pour attirer les intervenants des pays du Moyen-Orient, d’Israël ainsi que de Russie qui avaient tous droits à un panel dédié dans le hall des “Plénières II”.  On croisait d’ailleurs quelques femmes voilées dans la conférence ! Mais les représentants des pays du Moyen-Orient se faisaient gentiment rabrouer par les intervenants américains lorsqu’ils demandaient s’ils prévoyaient d’investir chez eux. Trop loin mon fils ! On trouvait ensuite tout un tas de stands de startups à commencer par ceux des 16 startups sélectionnées.

Audience (40)

Les sponsors comprennent la plupart des grands exposants. Il y avait un cas à part avec Microsoft qui était sponsor mais sans stand. C’était surtout le principal sponsor de la compétition des startups. Ce qui a permis à Jean Ferré d’intervenir lors de la remise des prix. Microsoft avait sinon deux autres intervenants en plénière : Satya Nadella qui dirige l’activité cloud et serveurs et serait pressenti pour remplacer Steve Baller et Roxanne Varza, qui gère les relations avec les startups en France et animait un panel de VCs.

Conçue par la société de production Zero7, la scénographie pour les sessions plénières a été innovante à plusieurs titres. Tout d’abord, la scène ressemblait à un plateau de télévision, situé au même niveau que les spectateurs. C’était intriguant. La proximité était grande entre les premiers rangs et les intervenants. Loïc Le Meur expliquait dans son introduction que cela permettait une meilleure interaction avec la salle.

Stage (10)

Il en a fait plusieurs fois la démonstration dans les questions/réponses, notamment avec Fleur Pellerin. Deux spectateurs ont été invités à poser la question directement à Fleur Pellerin : Glenn Le Santo (de Wearable World, qui avait l’air d’avoir bien préparé son coup avec deux GoPro) et Adeline Pilon (de A&F Markets).

Adeline Pilon (A&F markets) et Fleur Pellerin (4)Glenn Le Santo (Wearable World) and Fleur Pellerin (3)

La scène était finalement assez vide avec juste des sièges et un peu de matériel (écrans de contrôle et de timer). Mais elle était bien “habillée” grâce à plusieurs vidéos projecteurs vidéo qui éclairaient un arrière-plan en maille de fer, complétés d’éclairages en LED de couleur. Cela permettait de générer des atmosphères différentes avec des teintes de bleu, de vert ou d’orange. Le son dans la salle était très équilibré avec toutes les enceintes, y compris les caissons de basse, montés au plafond. La projection vidéo était assurée avec des projecteurs Christie fournis par le loueur MVision.

Le générique de la conférence était quant à lui réalisé en images de synthèse et généré en 4K. La captation vidéo était assez classique, réalisée par la société lilloise Manganelli avec cinq caméras Sony HD équipées d’optiques Fujinon (au lieu de Canon l’année dernière) dont une montée sur un Steadicam. Il n’y avait ni Dolly (grue) ni travelling sur roues comme dans les éditions précédentes. Le streaming vidéo était réalisé par Freecaster.

La logistique était bonne cette année. On n’en parle que quand elle ne tourne pas rond, comme en 2008 au 104. Mais il faut le dire quand elle est au top. C’était le cas cette année. Le buffet était correct et s’était même amélioré avec des légumes, des crudités et des fruits ! Le feedback de l’année précédente a bien été pris en compte ! Bon, il y a eu juste un bug avec une file d’attente un peu longuette pour les médias le premier jour. A cause du temps qu’il faut pour retrouver à la main les badges protégés contre la copie par Nagra ID !

Buffet (1)

Leweb hijacking

Comment se faire remarquer à Leweb ? C’est la question que se posent à la fois les entreprises établies et les startups en mal de visibilité ou d’investisseurs. Le point clé pour les exposants est surtout d’obtenir une couverture média sur leur présence et en particulier de leurs annonces éventuelles. Sans annonces, peu ou pas de couverture média…

Première recette : venir en maillot de bain sur scène. C’est l’approche choisie par Eric Careel et Cédric Hutchings de Withings. C’est gonflé par rapport aux habitudes. Le tout après la présentation d’une vidéo sur le bien être avec des gens nus (vus de loin). Largement de quoi se faire interdire sur Facebook ou sur l’App Store ! Mais cela colle bien avec le message de la société : ses produits sont faits pour améliorer le bien être. Donc la forme physique !

Eric Careel et Cédric Hutchings (Withings) (2)

Seconde recette : présenter des technologies réellement nouvelles sur son stand. C’était l’approche encore perfectionnée par rapport aux années passées de France Télévisions. Son maintenant traditionnel stand était bourré d’innovations sourcées auprès de startups presque toutes françaises telles que StreamRoot (avec une solution de CDN peer-to-peer fonctionnant en 4K), Leankr (application second écran play along avec des contenus associés au programme visualisé), Sensorit (et sa vitre intelligente, construite avec un écran LCD transparent de LG Electronics), Laster (et ses lunettes de réalité augmentée utilisant la technologie EnhancedViewT) ou encore Akka (et son prototype de voiture électrique à conduite automatique). Chez Orange, on trouvait deux solutions logicielles : le gestionnaire de mots de passe et portefeuille numérique Dashlane et la solution de protection de ses mobiles, Lookout. C’était nettement moins percutant que l’approche de France Télévisions.

Streamroot (vu sur stand France Télévisions)

Troisième recette : faire une démonstration partielle de son produit. C’était l’approche d’Henri Seydoux (Parrot) dans son intervention en plénière. Le produit est un jouet télécommandable avec un mobile et dénommé Jumping Sumo. Il sera annoncé au CES en janvier 2014. Sur scène, Henri Seydoux l’a démontré encore dans sa boite en carton. On le voyait bouger sur le sol, mais pas à quoi il ressemblait. Même si en zoomant bien, on commençait à en voir un bout (ci-dessous). Ca, c’est du bon teasing !

Henri Seydoux (Parrot) (5)Henri Seydoux (Parrot) (8)

Quatrième recette : Uber qui proposait ses trajets en voiture avec chauffeur. Cette société maintenant bien connue a un lien particulier avec Leweb : son créateur, Trevor Kalanick, en a eu l’idée lors de Leweb 2008 et a été confirmée après l’épisode neigeux de 2010 qui avait bloqué plein de participants notamment à la sortie de la soirée après la fermeture des métros. On se rend compte au passage que Uber est positionné CSP+ !

Uber (1)

Cinquième recette : le village “tout en un” de Google. Il intégrait plusieurs dimensions : la zone de conférence, la zone de démonstrations, et des attractions comme l’impression de tshirts personnalisés et la prise de photos. C’était une sorte de Googleplex en miniature. La difficulté dans ce cas est de bien remplir les ateliers.

Google

Sixième recette : suivre la tendance de ce que j’appellerai la “photo pourrie”. A savoir, proposer aux visiteurs de se faire prendre en photo à la va-vite. Etant spécialisé dans le portrait, j’exècre et conspue ce genre de pratique. Le résultat est généralement très médiocre. Mais ça attire le chaland, alors pourquoi s’en priver ? Le problème, c’est que la méthode était employée dans trop d’endroits : sur le stand de la région Ile de France, dans le village de Google et le stand des startups belges tous deux équipés d’un Sharing Box, et enfin dans une zone de Pixel Pictures avec son Pixomat. Et ne parlons pas de Snapchat qui a été cité 147 fois dans les conférences ! Beurk… ! Il y avait une variante un peu plus sophistiquée avec la Wish Machine sur le stand Orange (réalisée par l’équipe de Delphine Remy-Boutang de the Bureau) permettant aux visiteurs d’enregistrer une vidéo sur leurs rêves d’innovations de 2003 et leurs rêves pour 2023.

Pixel Pictures (4)

Septième recette : annoncer son programme startups. C’est ce qu’a choisi de faire Canal+ avec Canal Start. Le programme est un incubateur qui accueillera trois à cinq sociétés par an. Mais sans locaux. Canal+ pourra investir en amorçage dans les startups comme le font Bouygues Télécom et SFR. Très bien. Sauf qu’il n’y avait aucune startup de valorisée sur leur stand. Pourtant, Canal+ a l’habitude de faire déjà appel à pas mal de startups. Mais le groupe média a l’habitude d’empêcher les startups de communiquer publiquement cette belle référence. On peut espérer que cela va changer avec ce nouveau programme !

_V9A5721

Huitième recette : organiser une des soirées de la conférence. RudeBaguette et The Family en ont organisé une, en marge de la conférence. La soirée officielle était sponsorisée par Pernod Ricard (en nature ?) et Immobi. Vous connaissiez ce dernier ? Moi non… Curieux investissement marketing !

Autre recette, éculée, utiliser des mannequins pour permettre à l’assistance – plutôt masculine – de se faire prendre en photo avec. L’agence Tequila Rapido a récidivé cette année, avec les mêmes hôtesses. Il serait temps de chercher à se renouveler !

Pour les startups qui cherchaient à rentrer en contact avec vous, il y avait le coup de l’invitation envoyée sur Presdomatch, l’outil de réseau social proposé aux inscrits, mais pas forcément acceptée. Puis une rencontre fortuite commençant par “on avait prévu de se rencontrer“. Ah bon ? C’est dans la même veine que “on se connait sur Twitter“…

Voilà pour cette mise en bouche. Dans les prochains épisodes, nous allons creuser les principales thématiques de ce Leweb et à commencer par la principale : ce qui nous attend dans dix ans, pour peu que l’on puisse le savoir en avance !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 13 décembre 2013 et mis à jour le 14 décembre 2013 Post de | Actualités | 26871 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 20 commentaires et tweets sur “LeWeb 2013 : vue d’ensemble” :

  • [1] - @yangrunenberger a écrit sur Twitter le 14 décembre 2013 :

    « Leweb est un événement payant (2300€) » http://t.co/6jMdxZCR2t

  • [2] - patr_ix a écrit sur Twitter le 14 décembre 2013 :

    Merci Olivier pour ce premier post sur LeWeb. Mais comment fais-tu pour te rappeler aussi bien de la marque de la caméra utilisée l’année dernière que des mannequins de la précédente édition? 😉 J’attends les billets sur le contenu avec impatience…

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 14 décembre 2013 :

    Pour les caméras, c’est ma spécialité ! Pour les hôtesses, je fais de la photo et ai une bonne mémoire des visages. De plus, je leur ai demandé si elles étaient bien les mêmes que l’année dernière ! Rien de surnaturel…

  • [4] - Renaud a écrit le 14 décembre 2013 :

    Hello Olivier,

    Merci pour ce tres bon debrief comme dab, très utile pour ceux qui n’ont pas la chance et le budget pour y participer ?

    J’ai aperçu lors de l’intro de loic en streaming qu’il évoquait les tendances “prédictives” de google et microsoft…

    Y avait il des startups positionnés sur ce créneau big data > prediction ?

    Merci encore..renaud

  • [5] - Joël a écrit le 14 décembre 2013 :

    “What would you like the French startup scene to look like in ten years time, it’s a wish so ask for anything!”
    Telle était la question posée par Glenn Le Santo, le blogueur aux 2 GoPro, à Fleur Pellerin.
    La vidéo est disponible ici :
    http://www.orange-business.com/en/blogs/enterprising-business/events/fleur-pellerin-about-the-future-of-startups-with-her-fairy-godmother-at-leweb13

    • [5.1] - Olivier Ezratty a répondu le 15 décembre 2013 :

      Ce message ressemble à du publirédactionnel et j’étais à la limite de le supprimer. Mais bon, allez, petite tolérance. Mais attention, c’est limite limite… !

      En effet, je n’avais pas mentionné que le gars en question avait un badge Orange Business Service et qu’il était donc invité par Orange et là pour faire la couverture média de l’événement pour cet exposant et sponsor majeur de la conférence, par ailleurs représenté par son CEO en plénière.

  • [6] - Aline a écrit le 16 décembre 2013 :

    Bonjour Olivier,

    Très bon article résumant bien la situation.

    Le seul hic : le paragraphe sur le Moyen-Orient. Tu sembles être surpris de la présence des startups du monde arabe et de la Russie. Pourtant, étant donné qu’il s’agissait de réfléchir au web dans 10 ans et que le marché arabophone et russe font partie des marchés les plus prometteurs du moment, il me semblait qu’elles avaient toute leur place. Le même “effort” avait d’ailleurs été fait au WebSummit cette année où de nombreuses startups du monde arabe avaient été invitées.

    Si tu n’as pas assisté au panel, je te recommande de regarder la vidéo, qui devrait te convaincre de leur innovation et de la pertinence de leur présence.

    Quant aux femmes voilées, elles étaient probablement françaises… Et oui, les startupers français ne sont pas que des hommes blancs sortis d’école de commerce. D’autant qu’aucune des femmes présentes sur le stand ou au panel des startups du monde arabe ne portait de voile…

    Et pour information Guy Kawasaki n’a peut-être pas prévu de financer des startups du monde arabe, mais d’autres, comme Dave McClure, ont déjà commencé à y investir.

    Très bon article sinon.

    • [6.1] - Olivier Ezratty a répondu le 17 décembre 2013 :

      Bonjour Aline,

      Je ne suis ni surpris ni ne porte de jugement de valeur sur ce point. Au contraire, cette présence dénote la dimension internationale de la conférence qui s’améliore. Et en effet, les solutions innovantes peuvent venir de n’importe ou dans le monde. Et les approches multiculturelles bénéficient à tous.

      Cependant, la réaction de Guy Kawasaki n’était pas exceptionnelle et assez représentative de la majorité des investisseurs de la Silicon Valley qui préfèrent investir dans leur “backyard”. D’ailleurs, ils tiennent le même raisonnement pour les pays européens et notamment pour la France. Hors US, il y a deux exceptions notables pour eux avec UK et Israel qui se vend bien comme “startup nation”. Ils investissent dans les boites étrangères une fois qu’elles ont soit décidé de s’implanter entièrement aux USA soit d’y créer une filiale destinée à devenir plus ou moins la maison mère. Et avec les critères habituels sur les équipes et l’innovation.

      Il faut aussi faire la part des choses entre l’intérêt de ces marchés pour y implanter des filiales commerciales de boites américaines et celui, moins intéressant piur les VC US, d’investir dans des boites qui en sont originaires.

      Notons au passage qu’il existe des sources de financement alternatives pour les pays du moyen orient, notamment dans les émirats.

      • [6.1.1] - Aline a répondu le 18 décembre 2013 :

        Merci Olivier pour ta réponse.

        Le ton de ton paragraphe (notamment sur la réponse de Kawasaki et les femmes voilés) laissait à penser que tu étais surpris et dubitatif. Mais, j’ai pu mal comprendre.

        Je suis d’accord avec toi, les startups du monde arabe ne manquent pas de financement (même s’il n’est pas toujours adéquat) mais il ne vient pas forcement tellement des Emirats, mais plus de la Jordanie, de l’Arabie Saoudite, du Liban ou encore l’international (il n’y a pas que la Silicon Valley)

        Aline

  • [7] - Philippe MÉDA (@Merkapt) a écrit sur Twitter le 17 décembre 2013 :

    Pas loupé mais évité stratégiquement. Lectures sur ma liste : RT @olivez: Vous avez loupé Leweb? … http://t.co/og3Z2oTwcC

  • [8] - @Pem a écrit sur Twitter le 17 décembre 2013 :

    Incontournable : Et comme chaque année le CR de #LeWeb par @olivez http://t.co/YS5BjNrEK2

  • [9] - @Deedjoo a écrit sur Twitter le 18 décembre 2013 :

    Incontournable : Et comme chaque année le CR de #LeWeb par @olivez http://t.co/ymfd484GIq via @Pem

  • [10] - @CandaceTweeting a écrit le 18 décembre 2013 :

    InMobi est une régie publicitaire spécialisée sur le mobile. Un des leaders du secteur!

  • [11] - @CandaceTweeting a écrit sur Twitter le 18 décembre 2013 :

    @olivez Inmobi est une régie publicitaire spécialisée sur le mobile, un des leaders du secteur! Très bon CR de LeWeb. http://t.co/Bf14Wsqb1M

  • [12] - @eogez a écrit sur Twitter le 18 décembre 2013 :

    Incontournable : Et comme chaque année le CR de #LeWeb par @olivez http://t.co/L0cTiTA47B via @Pem

  • [13] - @AgenceC3M a écrit sur Twitter le 19 décembre 2013 :

    Incontournable : Et comme chaque année le CR de #LeWeb par @olivez http://t.co/eqiolKgl62 via @Pem

  • [14] - @intuiti a écrit sur Twitter le 19 décembre 2013 :

    Retrouvez l’excellent CR de #leweb 2013 par @olivez : passionnant et très complet “le web dans 10 ans” http://t.co/JV2LWnUYqt #onyetait 🙂

  • [15] - @acemtp a écrit sur Twitter le 20 décembre 2013 :

    @alex_borto c’est pas toi en plein milieu de la pixel photo http://t.co/D5JjpottDi ?

  • [16] - faculte des sciences de la nature et de la vie a écrit le 29 décembre 2013 :

    Quant aux femmes voilées, elles étaient probablement françaises




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.