Une startup française derrière la standardisation des ebooks

Publié le 2 mars 2010 et mis à jour le 3 mars 2010 - 10 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Autre lieu, autre découverte d’une startup un peu hors du commun, cette-fois ci lors du Tremplin Entreprises Sénat le 12 février 2010 dernier : Feedbooks. En fait, c’est plutôt une redécouverte car je les avais déjàs croisés lors du tour des Feedbooks home page

Ce qui est séduisant au premier abord dans cette startup, c’est son implication dans la standardisation des ebooks. Un sujet critique dans un monde qui verra cohabiter des univers fermés (à la Amazon Kindle) et des univers ouverts (à la ePub).

Le format ouvert (et sans royalties) le plus répandu est l’Lexcycle Stanza home page

  • Le lecteur d’Aldiko Home Page

    • D’autres lecteurs d’ebooks supportent le service Feedbooks : FBreader (multiplateforme) et Bookshelf (pour iPhone).
    • La startup a signé des accords de diffusion d’ebooks avec les grands de l’édition : Random, Oreilly, Hachette, Harper Collins (ou est en cours de négociations…). Ils font une marge de 30% sur la vente de livres, sachant que leur prix est situé à environ 30%/40% du prix des livres papier aux USA.
    • Leur site permet aussi l’autopublication, à savoir que tous les auteurs peuvent directement y publier leurs ouvrages.

    En février 2010, selon Feedbooks, 100K ebooks étaient téléchargés chaque jour sur leur site. A comparer aux 2 millions par mois chez Amazon pour le Kindle, mais évidemment payants, alors que la part des ebooks gratuits est prépondérante chez Feedbooks. Autre point étonnant :  85% du trafic de Feedbooks proviendrait des USA et moins de 2% de France ! En consultant Google Trends for Websites, Alexa ou Compete, on n’obtient malheureusement pas les bonnes indications. Il semblerait que les US représentent tout de même au moins trois fois le site de la France et que le site en UK ait un trafic équivalent à celui de la France.

    Feedbooks a été créé par deux ingénieurs et un chercheur : Loic Roussel, Hadrien Gardeur et David Julien (issu du laboratoire LIP6). Ils ont été lauréats du Concours National de la Création d’Entreprises de Technologie Innovante pour un total de 300K€ deux années de suite. Ils cherchent actuellement 300K€ de d’investissements en capital pour financer leur croissance, complétant un apport initial des fondateurs et de quelques business angels.

    Alors, comme je le mentionnais en 2008, feront-ils le poids face à Amazon ? C’est la question que peuvent se poser tous les offreurs d’alternative à la combinaison du Kindle et du site de vente en ligne qui s’est mis aux ebooks. On pourrait tenter un parallèle : Feedbooks pourrait au moins tenter d’être l’Android des ebooks, Amazon jouant le rôle (dominant) d’Apple avec son iPhone. On est évidemment encore loin du compte car le marché des ebooks est très fragmenté dans toutes ses composantes (écrans, devices, sites, logiciels, formats), le propre des marchés encore très jeunes. Feedbooks fait aussi beaucoup de choses, ce qui est à la fois une originalité, mais ouvre la porte à différents modèles de monétisation. A ceci près que la partie technologique de l’offre est très “open source / open format”. Très bien pour l’état d’esprit. Mais un gros obstacle pour créer de la valeur qui soit “scalable”. La principale valeur économique de la société réside donc le % récupéré sur les ventes des livres payants réalisées sur le site. Dans un univers où la concurrence est très rude. Qui nécessitera des investissements marketing conséquents et une approche un peu moins “geek” qu’aujourd’hui.

    En tout cas, l’approche “OEM”, d’API ouvertes et autour de la standardisation de cette société ne peut pas laisser indifférent.

    RRR

     
    S
    S
    S
    S
    S
    S
    S
    img
    img
    img

    Publié le 2 mars 2010 et mis à jour le 3 mars 2010 Post de | Actualités | 12866 lectures

    PDF Afficher une version imprimable de cet article     

    Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


     

    RRR

     
    S
    S
    S
    S
    S
    S
    S
    img
    img
    img

Les 10 commentaires et tweets sur “Une startup française derrière la standardisation des ebooks” :

  • [1] - Stephane a écrit le 2 mars 2010 :

    Merci Olivier pour cette note qui évoluera sûrement beaucoup au moment de la sortie de l’iPad qui changera probablement les choses.

  • [2] - Christophe a écrit le 3 mars 2010 :

    Bravo à Feedbooks (et à Olivier pour cet article, toujours aussi bon).
    Il me semble que cet article met en évidence un sujet de plus en plus problématique : la France est très bien organisée pour faire émerger des startups fortement innovantes, mais il y a une difficulté pour qu’elles se transforment en succès économiques. La distribution de services gratuits par internet est-elle compatible avec la taille du marché français ?
    Pour le lancement de notre activité, nous avons délibérément exclus cette orientation (financement par subvention et capital, reconnaissance par trafic). Je ne sais pas si notre choix est le bon. Au contraire, je suis très intéressé à comprendre comment peut s’organiser le passage d’un modèle “blog” (forte audience, mais sans chiffre d’affaires) à un modèle simplement rentable.
    Si quelqu’un a des pistes de réflexion sur ce sujet, je suis preneur.

  • [3] - Olivier a écrit le 4 mars 2010 :

    @Christophe, au sujet de cette problématique, un article de Yann Verdo dans les échos (http://www.lesechos.fr/info/hightec/020381514097-start-up-informatiques-razzia-sur-les-pepites.htm) rappelle ces faits et mets en exergue une citation de Gérard Berry qui résumé à mon avis très bien la situation :
    «La France n’a peut-être pas de problème particulier avec le “start”, mais elle en a bel et bien un avec le “up”.»

    • [3.1] - Olivier Ezratty a répondu le 4 mars 2010 :

      Quelques nuances :
      – Quelque soit le pays, le sort le plus standard d’une startup est d’abord de se planter (plus de 1 chance sur 2), puis de vivoter (4 chances sur 10) puis de se faire racheter (1 sur 10), et seulement enfin (1 sur 1000…) d’atteindre la taille critique (ratios donnés pour celles qui sont financées par des VCs). Donc, il ne faut pas se plaindre du second étage de la fusée. Son existence fait partie de la chaine alimentaire de l’innovation.
      – Pour que les startups se fassent racheter par des entreprises locales de taille critique, encore faut-il qu’il y en ait. Nous payons aujourd’hui les échecs ou relatifs échecs industriels que sont nos Alcatel, Thomson/Technicolor et autre Sagem. Et aussi le syndrome “NIH” de nos élites, tous business confondus. Les entreprises “riches” des NTIC en France sont les telcos, mais ils n’ont pas une approche technologique du marché, et font peu d’acquisitions, et seul FT a un business international. Donc, l’amorçage de la chaine alimentaire en France est pour l’instant mal barré. Mais c’est un problème commun à la plupart des pays européens. A ceci près que Nokia a mieux réussi qu’Alcatel (mais bat un peu de l’aile en ce moment) et que SAP et Sage ont atteint la taille critique tandis que les SSII proliféraient avec du “custom” dans notre pays.
      – Il n’y a pas trente six solutions pour créer des entreprises de taille critique dans les NTIC. Il faut attaquer les marchés mondiaux le plus rapidement possible. A commencer en général par mettre un (gros) pieds voire les deux aux USA. C’est là que le marché mondial se définit, car il y est (relativement) homogène et massif (environ 10x la France dans les TICs, surtout dans le btob). Dans certains business (mobilité, hardware), il faut aller plutôt en Asie. La seconde est d’avoir l’envie et les compétences. La troisième est de trouver le financement. Mais en mettant le pieds aux USA, une bonne équipe, une bonne idée, l’envie et les compétences permettent d’y trouver des financements.

      Donc, on peut crier au loup et dénoncer le manque de financements et de business angels etc en France. Mais quand bien même on aurait l’argent qu’il faut, si on ne l’utilisait pas pour conquérir les marchés mondiaux à commencer par les USA, on n’irait pas bien loin. Or les investisseurs français ont peur de mettre le pieds aux USA. Ils ont été échaudés par quelques échecs et cela les a paralysés. Un peu bêtement. Alors que ces échecs devraient plutôt permettre d’apprendre et de recommencer.

      In fine, ce qui manque, oui c’est le “up”. Mais c’est surtout la stratégie, l’ambition et les compétences pour y aller. Cf aussi la structure de notre enseignement supérieur et de nos élites qui sépare trop nettement les disciplines scientifiques des sciences molles utiles au business.

      Et attention, évitons de nous gargariser avec nos “bonnes idées” et avec “l’excellence” de notre enseignement supérieur, de nos ingénieurs et de nos chercheurs. Il y en a d’aussi bons dans plein d’autres pays. C’est de moins en moins un différentiateur de poids dans la compétition de l’innovation. Le différentiateur, c’est la capacité à conquérir les marchés internationaux. Deux exemples clés : les Coréens qui taillent des croupières aux Japonais car ils sont plus tournés vers les marchés mondiaux, et les Israéliens qui trustent une part incroyable des boites du Nasdaq et ont créé en 20 ans plus de boites dans les NTIC dépassant le milliard de dollars que la France, le Royaume Uni et l’Allemagne réunis il me semble. Dans les deux cas, leur pays est petit ou ridiculement petit, et ils n’ont d’autres choix que d’aller ailleurs pour vendre. Nous, nous vivons dans l’illusion de notre marché intérieur douillet (et pourtant, si réfractaire aux innovations, surtout dans les entreprises) et dans celle de la création d’un marché européen unifié (bien difficile, malgré l’Euro, car trop fragmenté). Cela rappelle la manière dont la France a abordé l’émergence de la mondialisation du commerce mondial entre le 15eme et le 18eme siècle face aux Anglais ou aux Hollandais, sans compter Venise.

      Pour répondre à Christophe, oui, la France a tendance a faire émerger beaucoup de modèles économiques fondés sur le gratuit. Ne serait-ce qu’une adoption assez forte des modèles open source. A ma connaissance, les seuls français qui ont réussi à créer de la valeur économique à une dimension raisonnable dans ce créneau l’ont fait en mettant les pieds ou en s’établissant aux USA : JBOSS (racheté par Red Hat), DivX (passé à un modèle commercial), et peut-être bientôt Talend. Ceux qui sont restés en France (OpenTrust, etc), font moins de $20m de CA, dans le meilleur des cas. Dans le web, c’est encore plus vrai : les modèles fondés sur le gratuit ont besoin de volume (d’utilisateur). Donc, une fois encore, il faut aller ailleurs d’une manière ou d’une autre, et ne pas rester en France.

  • [4] - JCB@LGC a écrit le 4 mars 2010 :

    Excellent post. Plusieurs mérite à celui-ci: une synthèse, en quelques lignes, sur les normes en matière de livres électroniques – j’avoue ne suivre ce marché que de très loin ; la découverte d’une éditeur plus qu’intéressant et novateur. Une question, effectivement: tiendra-t-il le coup face à l’armada US, si prompte à “chiper” les idées, à les industrialiser “worldwide” tout en les monétisant. Jean-Christophe

  • [5] - Michel Nizon a écrit le 5 mars 2010 :

    “En février 2010, selon Feedbooks, 100K ebooks étaient téléchargés chaque jour sur leur site. A comparer aux 2 millions par mois chez Amazon pour le Kindle”.
    Cela ferait un chiffre mensuel de 3 millions soit 50% de plus qu’Amazon, difficile à croire sans preuves.
    Entre un modèle économique de création d’API gratuite (création de réputation positive) et de libraire (marché très concurrentiel et nouveau métier), il me semblerait plus réaliste au regard de ses moyens financiers qu’elle vende ses compétences sous forme de prestations aux éditeurs de livres et journaux.
    Basé son modèle économique sur la gratuité est souvent un moyen de fuir la dure réalité de trouver des clients payants faute de compétences et d’appétence pour le marketing et la vente.

    • [5.1] - Olivier Ezratty a répondu le 5 mars 2010 :

      Oui, je le cite plus loin, les chiffres de téléchargement et de trafic sont toujours sujets à caution. Il est facile par exemple d’extrapoler une pointe ponctuelle de trafic en multipliant par le nombre de jour du mois…

      L’API est certes gratuite, mais c’est un accélérateur de trafic lui-même augmentant les ventes de livres, ce n’est donc pas juste du “goodwill”.

      La principale difficulté est effectivement d’augmenter la part des livres payants diffusés via le site, donc de nouer les bons contrats avec les éditeurs. C’est un peu dur d’inférer que Feedbooks “fuit la dure réalité de trouver des clients payants”. Mais il est vrai que les compétences marketing et vente semblent manquer dans cette équipe, comme au demeurant dans 90% des startups du numérique en France.

    • [5.2] - Hadrien Gardeur a répondu le 8 mars 2010 :

      Feedbooks dispose d’un large écosystème de clients basé sur son catalogue OPDS, dont des logiciels comme Stanza (plusieurs millions d’utilisateurs iPhone), Aldiko (> 250.000 utilisateurs) ou encore Goodreads (réseau social spécialisé le plus populaire aux USA). Cet écosystème explique en grande partie les chiffres avancés ci-dessus.

      Concernant Amazon: il n’y a aucune source fiable étant donné qu’ils n’ont jamais communiqué la dessus, mais ne comptabilisez pas les téléchargements Amazon comme étant systèmatiquement des ventes. En un petit coup d’oeil sur le Kindle Store, on s’aperçoit vite que les téléchargements gratuits de livres dans le domaine public dominent les classements aussi.

      Quand à la question de la gratuité: ce n’est en aucun cas un “modèle” ici. Dans une industrie émérgeante comme celle-ci il faut que les éditeurs convertissent leurs livres et mettent en place les bons réseaux de distribution.
      La gratuité pour Feedbooks est principalement un moyen de tester des technologies et des usages (le travail sur OPDS est le fruit de nombreux retours suite à des expérimentations datant du lancement de Stanza et donc de l’AppStore) et de capter des utilisateurs en attendant de pouvoir monétiser d’autres types de contenus.

  • [6] - macha a écrit le 7 mars 2010 :

    Pour qu’une startup numérique se développe à l’international, il faut donc qu’elle fasse de la croissance externe (rachat de startups ailleurs)pour vite s’imposer. Pour cela il faut beaucoup d’argent et donc avoir du chiffre d’affaires en monétisant son service. Et souvent, au fur et à mesure la détention du capital évolue aussi… C’est du donnant donnant. Et il faut aussi que l’entreprise investisse dans sa technologie tout le temps. Bref, il faut dépenser à mort… Et surtout, notre Etat doit les protéger pour qu’elles restent françaises. Autrement, ça ne sert à rien tout ça.
    Quand on voit le blabla sur les relocalisations industrielles en ce moment, on se demande vraiment si nos politiques ont bien tout compris.
    La mode est aux Entreprises de Taille Intermédiaire : les boites provinciales, familiales… les boîtes à papa. Il faudrait peut être arrêter les sottises.

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 18 mars 2012 :

    Petit autocommentaire, pour noter ici la levée de fonds de 1m€ de Feedbooks réalisée en mars 2012 auprès d’A Plus Finance. http://www.ebouquin.fr/2012/03/17/feedbooks-leve-1-million-deuros-et-renforce-sa-position-a-linternational/. Deux ans après cet article ! C’est bien, mais finalement, un peu lent comme souvent en France !




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.