Nominations en circuit fermé

Publié le 30 septembre 2006 et mis à jour le 12 mai 2007 - 3 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

J’ai entendu parler cette semaine de l’inauguration du “Haut Conseil de la Science et de la Technologie” par le Président de la République. Ce Conseil est placé sous son autorité.

Donc, curieux comme je suis, un petit tour sur Internet et je découvre la liste des membres de ce Conseil sur le

Voici la liste en question :

  • M. Christian Amatore, directeur de recherches au CNRS, professeur à l’Ecole normale supérieure ;
  • M. Alain Aspect, directeur de recherches au CNRS, professeur à l’Ecole polytechnique ;
  • M. Raymond Boudon, professeur émérite à l’université Paris-IV – Sorbonne ;
  • Mme Marie-Germaine Bousser, professeure des universités-praticien hospitalier à l’université Paris-VII – Denis Diderot – hôpital Lariboisière ;
  • M. Alain Carpentier, professeur émérite à l’université Paris-VI – Pierre et Marie Curie ;
  • Mme Lucienne Chatenoud, professeure des universités-praticien hospitalier à l’université René Descartes -hôpital Necker-Enfants malades ;
  • M. Antoine Compagnon, professeur au Collège de France ;
  • M. Yves Coppens, professeur au Collège de France ;
  • Mme Mireille Delmas-Marty, professeure au Collège de France ;
  • Mme Anne Fagot-Largeault, professeure au Collège de France ;
  • M. Serge Feneuille, ancien directeur général du CNRS, ancien directeur général de Lafarge Copée-Recherche ;
  • M. Claude Griscelli, ancien directeur général de l’INSERM ;
  • Mme Mireille Hadas-Lebel, professeure à l’université Paris-IV – Sorbonne ;
  • M. Elyès Jouini, professeur à l’université Paris-IX – Dauphine ;
  • M. Jean Jouzel, directeur de recherches au CEA ;
  • M. Philippe Kourilsky, professeur au Collège de France ;
  • M. Jean-Marie Lehn, professeur au Collège de France ;
  • M. Pierre-Louis Lions, professeur au Collège de France ;
  • M. Jean Tirole, professeur à l’université Toulouse-I ;
  • M. Dominique Vernay, directeur de la recherche et de la technologie de Thales.

Donc, sur vingt membres, il y a en tout et pour tout UN représentant des industries françaises et du secteur privé! L’autre personnalité dans la liste qui connait bien les entreprises est Jean Tirole, économiste renommé de l’Université de Toulouse. Bref, une seule personne qui n’est pas issue de la recherche publique. Et par contre, sept professeurs au Collège de France.

C’est d’autant plus étonnant que dans les missions de ce Haut Conseil, il y a :

“1° Les grands enjeux scientifiques et technologiques et les priorités nationales en matière de recherche ;
2° La politique scientifique et technologique de la France aux niveaux communautaire et international ;
3° L’organisation du système public de recherche ;
4° Les grands investissements de recherche ;
5° Les dispositifs favorisant la recherche en partenariat ainsi que la politique incitative en faveur de la recherche dans les entreprises ;
6° Les relations entre la recherche et la société et la diffusion de la culture scientifique ;
7° L’expertise scientifique et l’appui aux politiques publiques.”

Donc un cadre certes centré sur la recherche, mais qui devrait intéresser d’autres acteurs que les illustres professeurs de la recherche publique. Le véritable nom de ce Haut Conseil devrait donc plutôt être “Haut Conseil de la Recherche Publique Française”. Bref, le fait que les élites scientifiques françaises fonctionnent en circuit fermé n’est pas un mythe. C’est une réalité!

La création de ce Haut Conseil est un artefact classique de la machine publique française. Les membres sont sélectionnés par le Ministère en charge du dossier: celui de la recherche. Qui est dans les “réseaux” de ce Ministère? Les grands chercheurs du secteur public. Et visiblement, ce Ministère ne s’est pas concerté avec le Ministère de l’Industrie qui est en contact des grandes entreprises et des entreprises innovantes.

Ce nouveau Haut Conseil est d’ailleurs redondant avec un autre organisme: le Conseil Supérieur de la Recherche et de la Technologie, placé directement auprès du Ministère de la Recherche et de la Technologie. Il est composé de deux collèges de 20 membres, dont 10 représentants de syndicats. Et quelques représentants de la “société civile”, la liste des membres ne précisant pas d’ailleurs leur pédigrée. Mais il semble que ce Conseil ait été créé comme contre feu aux grèves de chercheurs en 2005, et pour mener la réflexion sur la politique de recherche publique.

Le nouveau Haut Conseil en est peut-être l’aboutissement. Mais on se demande où cela peut mener avec tant “d’ouverture”!

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 30 septembre 2006 et mis à jour le 12 mai 2007 Post de | Actualités, France, Politique, Technologie | 7867 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 3 commentaires et tweets sur “Nominations en circuit fermé” :

  • [1] - Legend a écrit le 30 septembre 2006 :

    Cher Olivier,

    Ne te fatigues pas… Sans commentaires…

  • [2] - FB a écrit le 2 octobre 2006 :

    Bonjour,

    Le Conseil supérieur de la recherche et de la technologie (CSRT) a été institué par la loi du 15 juillet 1982 :

    “Il est institué, auprès du ministre chargé de la recherche et de la technologie, un conseil supérieur de la recherche et de la technologie. Instance de concertation et de dialogue avec les acteurs et les partenaires de la recherche, le conseil supérieur sera consulté sur tous les grands choix de la politique scientifique et technologique du Gouvernement, notamment sur la répartition du budget civil de recherche et de développement technologique et à l’occasion de la préparation du plan, ainsi que sur les rapports de prospective et d’analyse de la conjoncture scientifique et technique. Il pourra prendre l’initiative de propositions et constituer des commissions d’études spécialisées. “. (Loi d’orientation et de programmation de la recherche et du développement technologique de la France n°82-610 du 15 juillet 1982, article 10, 2e alinéa).

    Il comprend deux collèges :

    Un collège de 20 membres représentatifs des communautés scientifiques et techniques et des différents secteurs de la recherche, nommés sur proposition :

    – des sections du Comité national de la recherche scientifique (4 membres)
    – des conseils scientifiques des établissements de recherche et de développement technologique (4 membres)
    – d’une instance nationale d’évaluation de la recherche universitaire (2 membres)
    – en fonction de leur compétences dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’innovation (8 membres)
    – de sociétés savantes (2 membres)

    Un collège de 20 membres nommés en qualité de personnalités représentatives du monde du travail, des secteurs productifs, sociaux et culturels et des régions :

    – sur proposition des organisations syndicales nationales représentatives des salariés et des employeurs (10 membres)
    – représentant le monde économique, social et culturel (5 membres)
    – en qualité de membres de comités consultatifs régionaux de la recherche et du développement technologique (5 membres).

    Cordialement

    Fabrice Bonardi
    Conseil supérieur de la recherche et de la technologie

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 2 octobre 2006 :

    OK, dont acte, la création de ce Conseil est bien antérieure au mouvement des chercheurs de 2005.

    Mais comment l’un se raccorde-t-il à l’autre?

    Pourquoi le “Haut Conseil” fait-il l’impasse sur le monde non universitaire?




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.