Après les

Plus on approchera des lancements, plus Microsoft deviendra « mono-maniaque ». Les produits concernés vont être mis à toutes les sauces dans la communication : séminaires, rendez-vous clients, salons informatiques, web. Le tout emballé dans le boulgi-boulga de la sauce “People Ready“.

Les informaticiens pragmatiques feront le tri dans tout cela et analyseront en détail la valeur ajoutée des ces nouvelles versions dont certaines apportent plusieurs centaines de nouveautés. D’autres évalueront l’importance du produit en fonction du niveau de ce bruit !

Les Directions Informatiques n’échappent évidemment pas au Gartner Group qui leur recommande de manière prévisible d’attendre le premier Service Pack avant de déployer. Le processus de correction des grands logiciels est en fait continu. Il est donc plus important de mettre en place en interne le moyen de déployer efficacement les correctifs, notamment de sécurité, avec un outil du genre SMS. Dans le cas de Windows, il importe aussi de tester la compatibilité avec les pilotes et les applications existants. Cette compatibilité coïncidera parfois avec la sortie du premier service pack. Plus l’existant du client est simple, plus rapide pourra avoir lieu la migration. L’autre préoccupation des entreprises à laquelle Microsoft est de plus en plus attentif sera d’étaler l’adoption de ces nouvelles versions et de les faire cohabiter avec les anciennes pendant les nombreuses années de leur déploiement.

Les prévisions du Gartner ne font que refléter une réalité incontournable : les grands clients mettent toujours environ un an à évaluer une nouvelle version de Windows et jusqu’à cinq années pour la déployer sur leur parc, en général à l’occasion du renouvellement progressif du parc matériel de PCs. Heureusement, les particuliers adoptent plus vite ces nouvelles versions. La moitié des PC vendus en France l’est dans le grand public. Tandis que ceux qui vont dans les entreprises sont reformatés dans une version ancienne de Windows, ceux qui atterrissent dans le grand public le seront avec Vista dès début 2007. Le faible pourcentage de PC réinstallés avec Linux n’y change pas grand chose.

L’approche utilisateurs

En déployant son marketing à l’attention des utilisateurs, Microsoft créé immanquablement une pression « par la base » dans les entreprises qui irrite bien entendu les Directions Informatiques. Les technologies grand public font de plus en plus irruption dans les entreprises. Les DSI sont ainsi pris en tenaille avec d’un côté la pression des utilisateurs qui ont un PC plus puissant à la maison qu’au bureau et de l’autre des contraintes de coûts et de déploiement et de génération de valeur pour l’entreprise. C’est un phénomène incontournable pour des outils que l’on trouve à la fois à la maison et au travail. C’est aussi le prix indirect payé par les entreprises qui ont fait entrer l’outil de travail informatique dans les foyers par le biais des ordinateurs portables et des mobiles.

Pour les utilisateurs, Microsoft va déployer un arsenal marketing constitué essentiellement de relations presse couvrant, au moment du lancement, la presse écrite comme les médias « chauds » (radios, télévisions), une communication sur le web et de la publicité. Il y aura peu d’approche terrain, même si Microsoft s’assure d’une bonne place sur les étagères dans grande distribution.

Le cas de Windows Vista et Office 2007 est un peu particulier puisque pour la première fois, les lancements destinés aux entreprises et aux consommateurs sont décalés. Le premier a eu lieu le 30 novembre 2006, avec costume-cravate et discours formaté pour les entreprises et lancement simultané de quatre produits majeurs: non seulement Vista et Office 2007 mais également Sharepoint Server 2007 et Exchange Server 2007.

Le second lancement est prévu fin janvier 2007. Le décalage dans le temps a été finalement une bonne manière de découpler les messages entreprise et consommateur. Mais l’origine du décalage n’a pas grand-chose à voir avec cette considération marketing. Elle est plus liée à la logistique : Microsoft peut mettre ses nouvelles versions à disposition des entreprises plus rapidement que sous forme de boites pour les consommateurs. Et puis, il y avait urgence à fournir les grands clients, surtout ceux qui avaient souscrit à une Software Assurance dans le cadre des Enterprise Agreements (Accords Entreprises) il y  trois ans ou plus.

Le véritable lancement perpétuant la “cash machine ” de Microsoft, c’est l’intégration en standard de Windows Vista dans les PC par les constructeurs en lieu et place de Windows XP. Microsoft d’ailleurs préparé les constructeurs à intégrer généralement la version Premium et non pas la version Home, en les poussant à intégrer depuis début 2006 en amont la version plus ou moins équivalente “Windows XP Media Center Edition”, probablement commercialisée à un prix intéressant, quand bien même les PC concernés -autant desktop que laptop – ne disposent souvent pas de tuner TV.

Epilogue

Après une longue phase bêta, les nouvelles versions seront enfin disponibles. Contrairement aux idées reçues, la date est fixée en fonctions d’objectifs qualitatifs et non d’objectifs commerciaux. Même si le temps qui s’est écoulé entre Windows XP et Windows Vista a de loin dépassé l’échéance de trois ans des Accords Entreprises. La qualité de Windows Vista est là pour le prouver. Cette version est stable et tourne bien dans sa version finale. Reste à patienter pour que l’écosystème suive.

Au total, après une R&D ayant occupé des milliers  de développeurs et testeurs sur plusieurs années, les lancements de Windows et Office mobiliseront presque la totalité des effectifs d’une filiale de Microsoft (1200 en France) et de ses sous-traitants divers (environ 400 personnes en France). Y compris le support technique qui sera formé aux nouvelles versions en avance de phase. Les lancements d’un produit comme Windows sont coordonnés par un à deux chefs de produits qui en général ne savent plus où donner de la tête tant la coordination des équipes, clients et partenaires est complexe.

Le lancement est une chose, la suite en est une autre. Le cycle de vie des logiciels Microsoft étant de plusieurs années dans les entreprises, l’éditeur devra poursuivre son action pendant ce laps de temps pour s’assurer que les déploiements ont bien lieu dans les entreprises. Et pour que les partenaires éditeurs de logiciels et constructeurs adaptent bien leurs produits à Windows Vista. Au risque sinon d’avoir des difficultés à renouveler les Accords Entreprises et de ralentir les déploiements qui ne vont déjà pas bien vite dans les grandes entreprises.

(la suite dans une dernière partie consacrée aux à côtés des grands lancements)

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 4 décembre 2006 Post de | Logiciels, Marketing, Microsoft | 6736 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 5 commentaires et tweets sur “Décrypter Microsoft – Les grands lancements (2/3)” :

  • [1] - Jeremy Fain a écrit le 5 décembre 2006 :

    Bonjour Olivier,

    Je passais tranquillement en revue mon blog load quotidien, pour découvrir que vous avez reconstruit les trois pyramides…

    Que d’informations intéressantes, en particulier un chiffre qui permettra sans doute aux entrepreneurs du logiciel également lecteurs de votre blog: 2 lignes pour les outils de test pour 10 lignes de code d’un programme! Soit environ 15% du volume d’un software.

    Sur le conservatisme et le suivisme des grandes entreprises françaises, je suis tout à fait d’accord. En France, quand vous êtes petit, on vous demande votre track record. Si vous avez BNP Paribas et PPR comme client, alors ok, on pense à vous. Aux US, si vous êtes petit et innovant, on vous dit “j’achète à condition que vous ne vendiez pas trop vite aux gros pour que je garde mon avance”. Les Américains (et même Anglo-Saxons en général) perçoivent mieux l’informatique comme un investissement et non une dépense: les technologies de l’information sont, quand bien utilisées, de puissants vecteurs d’amélioration du confort de la vie quotidienne pour le grand public, et de ses processes business pour une entreprise.

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 5 décembre 2006 :

    Le ratio entre lignes de code pour les tests et lignes pour le code lui-même est fourni un peu à la louche. Et attention, cela dépend du produit. Ce qui est ici valable pour Windows ne l’est pas pour des logiciels applicatifs, et pour des sites Web. Le ratio chez MS pour ces logiciels est beaucoup plus faible que pour Windows. Donc, chiffre à prendre avec des pincettes pour les startups du logiciel.

    Ce qui n’empêche pas que le test des logiciels est un métier à part entière et que la fonction doit être prise très au sérieux pour solidifier les logiciels.

    Les raisons qui poussent les grands clients français à être plus conservateurs que leurs homologues anglo-saxons ou scandinaves sont multiples. Faible culture du risque, hiérarchie plus pesante, culture “gagne petit” orientée sur les coûts plus que sur la valeur ajoutée, et aussi faible pénétration des TIC chez les dirigeants. Entre autres…

  • [3] - Jeremy Fain a écrit le 5 décembre 2006 :

    Merci pour ces précisions relatives à la nature du logiciel développé et la profondeur des développements de test-checks.

    Vous avez complètement raison de préciser que le test logiciel est un métier en soi: des sociétés comme Mercury Interactive, Seque, Compuware ou encore Autotester se sont forgées une belle réputation (et quelques profits aussi) dans le domaine. La véritable question serait: peut-on leur faire confiance à 100% ou ces boites ne servent-elles pas de police d’assurance, ou de double-check des tests d’usine, fonctionnels, de régression lors des nouveaux patches ou releases et de production en interne? Pas évident d’externaliser le testing, un outil stratégique de pilotage de la qualité, complètement.

    Tiens, tiens, il serait amusant de réfléchir aux raisons de la faible pénétration d’une culture “TIC” chez les dirigeants…

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 5 décembre 2006 :

    Il ne faut évidemment pas confondre les éditeurs d’outils de tests des équipes de tests et des procédures mises en oeuvre chez les éditeurs de logiciels. Chacun son boulot! Les outils ne font pas les méthodes et les processus même s’ils peuvent parfois en influencer la constitution. Et la notion de “test d’usine” n’a pas beaucoup de sens dans l’industrie du logiciel. La séparation entre développement et test est aussi importante que celle qui isole la police de la justice 🙂

  • [5] - Opinions Libres - Le blog d'Olivier Ezratty a écrit le 7 mai 2007 :

    […] la partie 2 pour les entreprises et le grand […]




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.