Décrypter Microsoft – Les grands lancements (1/3)

Publié le 4 décembre 2006 et mis à jour le 7 mai 2007 - Commenter -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Ce post est une version très longue de l’article éponyme publié dans le numéro de DecisionMakersIT qui parait le 5 décembre 2006.

Les lancements de Windows Vista et Office 2007 ont fait l’actualité de la fin novembre 2006. Les lancements de ces grands produits impliquent une machinerie marketing complexe que je vous propose de découvrir dans cet article en trois parties.

Ces deux produits sont achetés par les directions ou services informatiques ou bien par les particuliers, déployés par les informaticiens ou des prestataires de services et utilisés par les collaborateurs de ces entreprises et tout un chacun. En parallèle, les développeurs de logiciels créent un écosystème d’applications qui les exploitent, surtout pour ce qui est de Windows. Dans un pays comme la France, environ la moitié de la population utilise un PC et est donc concernée par de tels lancements. Dominance du marché oblige, le principal objectif de Microsoft sera de mettre à jour la base installée de ses clients pour perpétuer ses sources de revenu récurrentes.

La R&D en amont des lancements

Bien avant les lancements, Microsoft a investit lourdement dans la R&D de ses logiciels afin de créer de la valeur ajoutée pour chacune de ces audiences. Une valeur d’usage pour les utilisateurs (sécurité, simplicité, rapidité, …), des évolutions facilitant le déploiement et l’administration en réseau pour les équipes informatiques, et une batterie d’outils de développement et de nouvelles interfaces de programmation pour les développeurs. En faisant évidemment des arbitrages, privilégiant les évolutions les plus impactantes et les moins couteuses en développement. Et parfois, en devant corriger le tir si des objectifs trop ambitieux semblent inatteignables, comme le système de gestion de fichier universel, WinFS, serpent de mer de la stratégie de Microsoft, abandonné pour la sortie de Windows Vista et reportée sine-die.

De plus en plus d’efforts dans les développements sont liés à la gestion de la compatibilité ascendante et descendante des produits ainsi que pour leur interopérabilité avec l’existant non-Microsoft des clients. Cette forme de R&D est assez ingrate et n’est jamais labellisée sous le sceau valorisant “d’innovations”. A contrario, des domaines d’innovation plus marqués ont un impact marginal sur le marché. C’est le cas des éditions Tablet PC ou Media Center de Windows XP. D’où l’intégration de ces versions dans les versions haut de gamme de Windows Vista pour accroître leur diffusion.

Pour des produits tels que Windows ou Office, l’essentiel de l’innovation est incrémentale. Ce sont des améliorations nombreuses qui touchent à la qualité du produit, à sa sécurité et à son interface utilisateur. Il y a peu de fonctionnalités majeures qui voient le jour ou de catégories de logiciels nouvelles intégrées dans ces produits. Dans le cas de Windows, le support des évolutions matérielles qui affectent l’industrie du PC sont légion : gestion de la gravure de DVD, des clés USB pour tirer parti de leur mémoire afin d’améliorer les performances du système, des nouveaux systèmes de mise en veille, des cartes graphiques 3D surpuissantes largement généralisées, etc. Parfois, l’ajout de fonctionnalités aboutit même à une cacophonie dans l’interface utilisateur. Ainsi, il y a six manières différentes d’arrêter Windows Vista (illustration ci-dessous)! Ceci a généré l’une des polémiques sur Vista, liée notamment au processus consensuel des choix techniques chez Microsoft dans les grandes équipes de développement.

Avec la suite Office, Microsoft s’est essayé à la création de nouvelles catégories de logiciels dans sa version 2003 : Infopath et OneNote peuvent être considérés comme appartenir à de nouvelles catégories de logiciels, l’un pour la création et la saisie de formulaires basés sur XML, l’autre sur le prise de notes. Mais leur commercialisation à part de la suite Office et leur valeur d’usage concernant une faible proportion d’utilisateur ont limité leur succès. Ces logiciels ont cependant été mis à jour dans la version 2007 de la gamme “Office System” qui comprend entre autre ségalement Visio (dessin vectoriel), Groove (espaces de travail collaboratifs) et Project (gestion de projets) et est complétée par le serveur Sharepoint pour la gestion d’Intranet documentaires collaboratifs (voir la liste complète ci-dessous).

Cette forme d’innovation incrémentale est à la fois lourde à mettre en œuvre et très diffuse. La valorisation des nouveautés d’une version est un travail délicat pour le marketing de Microsoft. En simplifiant les messages, Microsoft risque de masquer des nouveautés importantes. En entrant trop dans les détails, il risque de noyer les audiences sous un flot d’information difficile à digérer. Un dilemme complexe à gérer! Et on voit bien ce que cela génère pour Windows Vista. Il y a tant de choses dedans que finalement, nombreux trouvent qu’il n’y a pas grand-chose ! Comme de plus, de nombreuses évolutions sont internes au système, on n’y voit que du feu. Il faut donc se garder d’analyser ces nouvelles versions uniquement au travers de l’évolution de leur interface utilisateur.

Le marketing de Microsoft doit donc s’adresser à ces audiences avec des messages très différentiés et pour les populations techniques, allant en profondeur dans les entrailles des nouveautés. Les développeurs seront traités très en amont de la sortie du produit tandis que les utilisateurs le seront vers la sortie du produit. Les entreprises seront touchées entre les deux.

Ce marketing différentié pousse également Microsoft à créer des versions de plus en plus nombreuses pour ses logiciels qui sont destinés à la fois aux entreprises et aux particuliers. Ainsi, Vista est-il décliné en cinq différentes moutures, sans compter la « Starter Edition » prévue pour les pays en voie de développement et la version « Embedded » pour les systèmes embarqués. Et à chaque fois, en version complète et en version « mise à jour ». De quoi facilement s’y perdre et générer de beaux tableaux de comparaison ! Mais c’est le passage obligé pour avoir des positionnements prix adaptés à ces nombreux segments d’utilisateurs qui sont visés. On n’est heureusement pas au stade du marketing des fabricants de processeurs comme Intel et AMD qui ont réussi à créer des gammes de puces complètement « illisibles » pour les non spécialistes.

Mais pour vraiment savoir ce que Vista renferme comme nouveautés, rien ne vaut un bon vieux “Product Guide” à l’ancienne, de 316 pages!

L’approche développeurs

Très en amont de la sortie des grands logiciels, et parfois sur plusieurs années consécutives, Microsoft pousse son écosystème de développeurs à adopter ses nouveaux systèmes et à y porter ou développer leurs applications.

Pour ce faire, Microsoft déploie toute une panoplie d’événements et d’outils de communication technique pour les développeurs. Des conférences, et surtout son site MSDN avec une panoplie de plusieurs centaines de séminaires en lignes. Pour Windows Vista, Microsoft a mis le paquet sur Visual Studio 2005 et sur le Framework .NET 3.0, notamment sur Windows Presentation Framework, la composante de développement d’interfaces graphiques de nouvelles générations pour Windows. Cela dure depuis au moins octobre 2003, date de la première « Professional Developer Conference » où Windows Vista – à l’époque « Longhorn » – avait la part belle des contenus présentés.

Du côté d’Office, Microsoft pousse surtout les développeurs à l’utilisation de la suite bureautique comme frontal d’applications métiers et à l’usage de XML pour la gestion et la communication de données. Office s’intègre de plus en plus au reste de l’offre serveur Microsoft, notamment SharePoint Server et peut effectivement être le socle d’applications spécifiques. Microsoft verrait bien toutes formes d’applications métier développées autour d’Office, au point que c’en est parfois risible. Le mieux à faire est de se focaliser sur les applications dites de travail collaboratif pour commencer. Et ensuite, on interfacera les applications métiers avec Office, par exemple, pour un export de données vers Excel. Mais pas au point de gérer sa comptabilité ou sa RH sous le même Excel !

La nouveauté de ces dernières années est l’usage très à la mode du marketing viral et des communautés. Il vise à faire passer une part croissante des messages par des intermédiaires, blogs, sites d’informations, communautés, plus à même d’inspirer confiance aux internautes. Au point que parfois, on trouvera plus d’information technique sur ces sites que sur les sites de Microsoft! Ce fut ainsi le cas lors de l’annonce officielle de Zune en septembre dernier. C’est un peu la même chose avec Vista où Microsoft a poussé le vice jusqu’à s’appuyer sur ses contributeurs émérites pour créer une partie de la documentation du produit.

Microsoft encourage sinon les éditeurs de logiciels à porter ou créer leurs logiciels sur les nouvelles versions de Windows, et sur ou autour d’Office avec une aide technique et marketing spécifique. La fenêtre pour obtenir cette aide est en train de se fermer car ce qui compte avant tout, c’est d’obtenir des solutions au moment du lancement. Une fois que le mouvement est bien lancé, Microsoft passe rapidement au produit ou à la version suivante.

Au-delà des éditeurs de logiciels, Microsoft va préparer ses partenaires à la sortie des nouvelles versions par des séminaires dédiés, des formations et un encouragement à la certification. Cela représente des investissements peu visibles, du même ordre de grandeur que la génération de demande côté clients. Il est bon de savoir que les partenaires de taille moyenne – les Certifiés Gold de quelques dizaines de collaborateurs – s’investissent souvent plus tôt sur les nouvelles versions, différence avec les grandes SSII qui présentent plus d’inertie liée à leur taille.

Pour terminer avec les développeurs, signalons qu’ils sont les premiers servis avec la version finale de Windows Vista comme Office, qu’ils peuvent télécharger sur le site de MSDN quelques jours après la finalisation du code, soit le 17 novembre 2006 pour ces deux logiciels. Tout du moins, lorsqu’ils sont abonnés à la bonne version de MSDN qui les abonne aux logiciels de la plate-forme Microsoft (environ 2K€ par an et par développeur).

Le vaste investissement marketing destiné aux développeurs a une conséquence : la difficulté pour Microsoft de réellement cloisonner son marketing par audience. Toute information relative à un nouveau produit destinée aux développeurs se retrouve couverte par la presse informatique, y compris celle qui est destinée aux utilisateurs. Au moment des lancements, l’effet nouveauté est presque totalement éventé. On est donc bien loin de la confidentialité maintenue jusqu’au jour J par Apple pour ses lancements (de matériel en général). Mais il est vrai que la construction d’écosystèmes n’a jamais été le fort de ce constructeur. Cet effet de bord qui affecte Microsoft est donc un mal relatif pour un bien d’importance stratégique.

(voir la partie 2 pour les entreprises et le grand public)

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 4 décembre 2006 et mis à jour le 7 mai 2007 Post de | Logiciels, Marketing, Microsoft | 5891 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Last posts / derniers articles

Quantum Energy Initiative

Discover the mission of the "Quantum Energy Initiative" which aims to develop a systemic approach to keep in check quantum technologies energetic footprint and more generally their physical resource cost. It is a collective effort gathering research organizations and industry vendors all around the world.

image

Free downloads

Understanding Quantum Technologies 2022, a free 1128 pages ebook about all quantum technologies (computing, telecommunications, cryptography, sensing):

image

Free downloads

Understanding Quantum Technologies 2022 Short version, a 24 pages with key takeaways from the eponymous book.

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
QFDN
Expo
791 photos
albth
Remise Légion d'Honneur Philippe Herbert Jul2021
2021
15 photos
albth
Vivatech Jun2021
2021
120 photos
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble près de 800 femmes du numérique (en janvier 2022) et elle s'enrichit en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentées au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Gaëlle Rannou
Gaëlle est étudiante à 42 Paris et tutrice de l’équipe pédagogique (en 2021).
flow
Jehanne Dussert
Jehanne est étudiante à l'école 42, membre d'AI For Tomorrow et d'Open Law, le Droit ouvert. Elle est aussi fondatrice de "Comprendre l'endométriose", un chatbot informant sur cette maladie qui touche une personne menstruée sur 10, disponible sur Messenger. #entrepreneuse #juridique #santé
flow
Chloé Hermary
Chloé est fondatrice d'Ada Tech School, une école d'informatique alternative et inclusive dont la mission est de former une nouvelle génération de talents diversifié à avoir un impact sur le monde. #entrepreneuse #formation
flow
Anna Minguzzi
Anna est Directrice de Recherche au CNRS au Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés (LPMMC) à Grenoble. #quantique
flow
Maeliza Seymour
Maeliza est CEO et co-fondatrice de CodistAI, qui permet de créer une documentation du code informatique par une IA.
flow
Candice Thomas
Candice est ingénieure-chercheuse au CEA-Leti, travaillant sur l’intégration 3D de bits quantiques au sein du projet Quantum Silicon Grenoble. #recherche #quantique
flow
Stéphanie Robinet
Stéphanie dirige un laboratoire de conception intégrée de circuits électroniques du CEA-Leti qui travaille sur des systèmes sur puces intégrés, des interfaces de capteurs, des interfaces de contrôle de qubits et de la gestion intégrée de l'énergie. #recherche #quantique
flow
Sabine Keravel
Sabine est responsable du business development pour l’informatique quantique chez Atos. #quantique #IT
flow
Céline Castadot
Céline est HPC, AI and Quantum strategic project manager chez Atos.
flow
Léa Bresque
Léa est doctorante, en thèse à l'institut Néel du CNRS en thermodynamique quantique, sous la direction d'Alexia Auffèves (en 2021). #quantique #recherche
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création #jeuvidéo
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo

Derniers commentaires

“Merci pour ton retour Julien. Mon commentaire sur le nombre d'algorithme était lié à une autre partie du livre, je ne sais plus où. Il y a en effet deux points clés : les algorithmes quantiques remplacent...”
“Cher Olivier, merci pour ta critique très juste et constructive. Bon, juste pour te taquiner, pour ta critique sur le nombre d'algorithme, j'ai quand même écrit p.146 : "Depuis les idées pionnières de...”
“Indeed. It seems a lab experiment more than a full fledged quantum computer. This 2-qubit gate fidelity was generated with 2 qubits. With readout fidelities of 88% and a T1 of 13 µs for one of the qubit. Still way to...”
“Great read. IQM actually has 99.8% two qubit gate fidelity...”
“Non, désolé ! Il n'existe pas de système de traduction automatique d'un bouquin très technique de 1100 pages qui fonctionne convenablement et ne nécessite pas des dizaines d'heures de relecture et...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.