L’écosystème numérique français est-il en surchauffe ?

Publié le 11 mars 2014 et mis à jour le 13 mars 2014 - 16 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Je suis en train de plancher sur la mise à jour du Guide des Startups. Ce sera la 18ième édition. La dernière datait de mars 2013.

C’est un long travail de consolidation de ce qui change dans le pays autour des startups. Chaque année, je modifie un très grand nombre de pages du guide et j’en ajoute. La 17ième édition faisait 304 pages et la 18ième va en faire 30 de plus. Elle paraitra entre fin mars et début avril 2014.

Pourquoi cette augmentation ? A la fois parce que le guide comprend de plus en plus d’éléments d’informations sur la manière de créer sa startup du numérique, mais aussi du fait de l’incessante multiplication des acteurs de l’écosystème.

On ne compte plus les incubateurs, accélérateurs, espaces de coworking, fab labs, programmes de startups de grandes entreprises, fonds d’investisseurs, plateformes de financement participatif (150, qui ne sont pas toutes dédiées au financement des startups, loin s’en faut), nouveaux médias dédiés aux startups (Maddyness, RudeBaguette, etc), une ribambelle de structures de conseil pour accompagner les startups, plus d’un concours de startups par semaine et des événements à gogo, et une multiplication des structures d’accompagnement dans toutes les régions. Chaque région, chaque ville veut sont écosystème d’innovation. Le pays semble avoir enfin compris l’intérêt d’avoir beaucoup de PME innovantes !

Il y en a dans tous les sens ! Cela donne parfois l’impression d’être une ruée vers l’or, un peu comme avec le Bitcoin, l’impression 3D ou les objets connectés.

Logos Ecosysteme Startups France Mar2014

Phénomène de mode ?

Symbole de cette tendance, ce dernier week-end, je jouais le rôle de mentor au Startup Weekend Polytechnique. Même eux s’y mettent ! Les équipes candidates mélangeaient des élèves de l’X et des jeunes issus de toutes filières d’ingénieurs, de commerce, de design, autant grandes écoles qu’universitaires. Il y en avait de toute la France, jusqu’à Biarritz (avec notamment un support stabilisé de GoPro, ci-dessous) ! J’y ai même croisé trois élèves de 42 ! Qui plus est, il y avait 16 équipes et plus de 100 participants actifs, un niveau rarement atteint dans ces Startups Week-ends et c’était mon 7ième en temps que mentor ! Qui plus est, les élèves de l’X avaient pris soin de tenir leur réputation avec une organisation logistique sans faille, jusqu’au système de commande des burgers et des pizzas ! Tout cela était un beau symbole de creuset d’innovation !

Startup Weekend Polytechnique

Autre symbole, je dépiaute en ce moment les 119 dossiers des candidats de la Startup Academy, l’un des concours de startups de ce bas monde, celui-ci existant depuis 2008. Le nombre de candidats présélectionnés est assez stable, quoiqu’en légère augmentation. La diversité des projets y est toujours très grande. On retrouve quelques pépites et cependant beaucoup de micro-projets créant de la micro-valeur pour des micro-cibles.

On y détecte aussi une zone de progrès manifeste pour les projets nés en France : un côté “petits-bras”. Des projets qui ciblent des marchés de niche difficiles d’abord. Une absence de vision côté plateforme. Une faiblesse côté technologique alors que pourtant, nous ne manquons pas de technologues brillants. Certes, il y a de quoi faire dans l’innovation de services, mais la vision proposée est souvent étriquée et pas très scalable. Ce n’est pas bien nouveau mais l’appel d’air de l’entrepreneuriat génère naturellement un grand nombre de projets ayant ce profil là.

Le côté petits-bras est un cercle vicieux qui n’a pas encore été rompu : il a comme origine l’association des difficultés à se financer (en France et en Europe), à créer des équipes pluridisciplinaires, et aussi au côté prudent de notre culture. On ne nous a pas appris l’ambition à l’école en général ! Cela commence à changer heureusement, notamment avec la multiplication des filières entrepreneuriales dans les grandes écoles et même dans certaines universités.

Je constate un mélange entre un phénomène de mode qui attire tout un tas d’acteurs de niveau variable et une densification bienvenue de l’écosystème de l’accompagnement des startups.

Il y a une demi-douzaine d’années, les observateurs pensaient qu’il était trop léger en comparaison avec celui de la Silicon Valley. Aujourd’hui, on peut observer une surchauffe de cette écosystème : beaucoup de structures, d’événements, de concours, au point que l’on s’y perd un peu. L’entrepreneur qui débarque dans cet écosystème ne sait plus où donner de la tête. Il y a une exception dans ce bouillonnement qui est Bpifrance qui au contraire, a consolidé une bonne partie des instruments de l’Etat pour le financement de l’innovation, auparavant répartis sur Oseo et la Caisse des Dépôts. Avec, à la clé, une simplification en cours des processus de financement pour les entrepreneurs. Eux aussi ont lancé leur propre espace de coworking, boulevard Haussmann (ci-dessous) !

Bpifrance (Haussmann) (4)

Tout ceci semble assez chaotique mais c’est un bon signe. Un écosystème innovant est un écosystème avec beaucoup de pertes en ligne. On accepte la mortalité des idées (moyennes) et des startups (moins bonnes que les autres).

On comprend mieux qu’il y aura peu d’élus sur les milliers de candidats au succès. On constate aussi que les compétences se recyclent mieux : les entrepreneurs qui échouent se relancent, l’échec semble mieux accepté. Parfois, ils entrent ensuite dans de plus grandes structures voire dans le conseil comme indépendants. En tout cas, ils s’adaptent.

Tous entrepreneurs ?

Les jeunes veulent devenir entrepreneurs et prendre leur vie en main. Ils s’expatrieraient maintenant plus facilement, autant pour devenir salarié ailleurs que pour entreprendre, tel Grégoire Henrion de Mindie qui s’était fait remarquer lors de la dernière conférence Leweb dans son débat avec Fleur Pellerin (vidéo). Une étude de la CCIP tendrait à montrer que ce phénomène s’amplifie, même si en masse, il reste malgré tout marginal.

Heureusement que tous ne veulent en tout cas pas devenir entrepreneurs ! Sinon, où seraient les salariés, pardon, “les collaborateurs”, dans les startups ? C’est un paradoxe macro-économique : si tout le monde était entrepreneur, les entreprises ne pourraient pas embaucher ! Mais la répartition de l’envie, de l’effort et du risque est telle qu’il y a toujours eu et il semble qu’il y aura toujours des entrepreneurs et des salariés. Des dominés et des dominants ? Oui, dans une lecture marxiste, mais pas forcément dans une lecture actualisée où le salarié est valorisé à sa juste valeur. Tout du moins, hors des temps de crise économique où l’offre d’emplois est rare. Par chance, l’offre d’emploi dans les startups se porte plutôt bien au regard d’autres secteurs. Tout du moins, tant qu’elle est portée par des structures de financement qui tiennent.

Dans la rue inauguration NUMA

L’écosystème a en fait besoin d’une acceptation intermédiaire du risque : devenir salarié d’une startup. C’est plus risqué que de l’être dans une entreprise traditionnelle, mais moins risqué – tout du moins en apparence – que de devenir entrepreneur soi-même. De ce côté là, l’expérience montre que l’on n’a pas encore atteint la surchauffe. Les startups ont toujours du mal à recruter, notamment des développeurs, alors qu’il y en a des wagons dans les sociétés de service traditionnelles.

C’est ce qui a conduit, entre autres facteurs, Xavier Niel à créer l’école 42. On verra dans trois ans à la sortie de la première promotion qui a démarré son parcours en novembre 2013 ce qu’il en adviendra. Comment les étudiants se répartiront entre sociétés traditionnelles et startups. Coïncidence ou pas, ils termineront leur parcours au moment de l’inauguration de l’incubateur de la Halle Freyssinet, lui aussi pensé et financé par Xavier Niel !

En tout état de cause, l’école semble avoir réussi son pari d’intégrer des jeunes issus de la diversité et surtout, ceux qui sont exclus du système scolaire traditionnel aussi bien universitaire que des grandes écoles d’ingénieurs.

L’open innovation des grandes entreprises ?

Autre symbole de surchauffe de l’écosystème : le phénomène de suivisme des grandes entreprises qui se lancent en masse dans l’open innovation. J’ai décompté plus de 20 sociétés proposant des actions d’open innovation dans le Guide des Startups et la liste s’allonge de jour en jour, bien au-delà des habituels opérateurs télécoms et grands éditeurs de logiciels. Il serait temps ! En effet, le livre fondateur de l’open innovation de Henri Chesbrough est paru en 2003 !

Très souvent, ce n’est pas du tout dans leurs gènes mais les grandes entreprises ont compris qu’elles doivent ouvrir leurs processus d’innovation vers l’extérieur. Elles savent qu’elles ont beaucoup à apprendre des startups. Qu’elles doivent s’y sourcer pour se remettre en cause.

La première leçon est relativement simple : apprendre à être tout simplement un bon client ! Un client qui prend des risques, qui accepte de faire appel à des startups françaises et à ne pas forcément chercher leur équivalent à l’étranger (USA, Israël, …). Sinon, le client réalise systématiquement une prophétie auto-réalisatrice sur la fragilité des startups françaises. En ne faisant pas appel à elles, il contribue à les fragiliser ! Un bon client, c’est aussi un client qui accepte de payer au juste prix et dans des délais raisonnables. Bref, les startups ont plus besoin de clients et de partenaires que d’accompagnement marketing ou technique de la part de ces grands groupes !

Par ailleurs, l’open innovation est indissociable de l’open data et de la notion de plateforme. Une entreprise qui lance son programme de startups devrait absolument avoir en parallèle une offre “open data” et “open APIs” pour permettre à des startups du logiciel et de l’Internet de construire des applications autour. Il leur faut aussi créer un cadre contractuel sûr pour ce faire.

Sinon, l’augmentation du nombre des grandes entreprises impliquées dans l’écosystème de l’innovation a une conséquence indirecte : elle alimente en grande partie tout un tas de médias, structures et événements qui sont financés par le sponsoring. Le budget de sponsoring des grandes entreprises joue un rôle important pour financer l’écosystème. Ce système a des limites car ces budgets ne sont pas extensibles à l’infini et bien trop de structures d’accompagnement en deviennent dépendantes. Le tri se fera dans la durée !

Conclusion

Pour répondre à la question du titre, oui, il semble bien qu’il y ait surchauffe. Mais ce n’est pas un problème. C’est un signe de vitalité. Il y aura des pertes en ligne comme il y en a toujours et doit toujours en avoir dans les processus d’innovation. En anglais, on parle de “vibrant ecosystem”. On pourrait traduire par “bouillonnant”. C’est bien la situation dans laquelle nous sommes. Quand ça bouillonne, ça bouge et ça chauffe !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 11 mars 2014 et mis à jour le 13 mars 2014 Post de | Innovation, Startups | 22308 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 16 commentaires et tweets sur “L’écosystème numérique français est-il en surchauffe ?” :

  • [1] - David a écrit le 11 mars 2014 :

    J’attends avec impatience cette version 2014 du guide 🙂

    12 fois le mot “innovation” dans l’article, avons-nous raison d’espérer une publication au format epub cette année ?

    Le PDF est une plaie sur les supports de lecture actuels !

    Merci encore.

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 11 mars 2014 :

      Le Guide version 2013 (17ième) est déjà disponible en version MOBI et EPUB !

  • [2] - romain blachier a écrit le 12 mars 2014 :

    Bon billet mais le foisonnement est normal dans un écosystème en perpétuelle évolution.

  • [3] - @BenoitRenoul a écrit sur Twitter le 12 mars 2014 :

    @olivez L’écosystème français des startups bouillonne : état des lieux => http://t.co/zBj9WDyCcw @Bpifrance avantageusement cité 🙂

  • [4] - @Love_Shr_ a écrit sur Twitter le 12 mars 2014 :

    Très bonne analyse d’Olivier sur l’effervescence actuelle de l’écosystème des #startups ! @olivez sur http://t.co/0BfSCOfAAM

  • [5] - Michel Nizon a écrit le 12 mars 2014 :

    Il y a toujours eu une dispersion des moyens au Pays des 400 fromages…Exemple parlant : tous les acteurs publics sont en train de financer des fablab qui de fait subventionnent les fabricants US d’imprimantes 3D.
    On pourrait imaginer un Etat plus stratège qui concentre ces ressources + commandes publiques pour faire émerger un champion global français plutot que de vouloir relocaliser la fabrication des t-shirts thailandais…(bien que les deux exemples ne soient pas incompatibles, juste une question de priorité)

  • [6] - Lebarque Stéphane (@slebarque) a écrit sur Twitter le 13 mars 2014 :

    Excellent état des lieux de @olivez : L’écosystème #numérique français est-il en surchauffe ? http://t.co/KijaWvyTO4
    #OpenInnovation

  • [7] - Pierre Mawas (@Pem) a écrit sur Twitter le 14 mars 2014 :

    A lire : L’écosystème numérique français est-il en surchauffe ? Par @olivez http://t.co/4BInTU8Evp #starups #openinnovation #entrepreneurs

  • [8] - PrinceDelaRun a écrit le 14 mars 2014 :

    Article très intéressant!

    J’ai moi même participé au start-up week-end Polytechnique et j’ai également été impressionné par la quantité de pitch (63 si je ne me trompe pas, pour 120 participants).

    Ce qui est sur c’est que le cercle vertueux est enclenché. Avant lorsque quelqu’un avait une idée, le traditionnel “Ca marchera jamais” revenait sans arrêt.

    Aujourd’hui, les mots start-up, entrepreneurs sont valorisés par les institutions publiques, les écoles et les entreprises. Il est devenu facile de rencontrer des mentors ou des entrepreneurs pour échanger, apprendre de leurs échecs et de leurs réussite.

    Trouver une idée, rencontrer des gens et la tester en un week end est devenu chose facile.

    La démocratisation de méthodes comme Lean Start-up, Running Lean, Growth Hacking permettent à m. ToutLeMonde d’essayer, à moindre frais avant de se dire que cela ne peut pas marcher.

    Les MOOC et autres tuto WEB permettent de trouver des millions d’informations et de formations pour les entrepreneurs en herbe ou confirmés.
    Finance, Marketing, Développement Informatique, Chimie, AstroPhysique … Le Savoir est en libre circulation.

    Les conflits académiques n’existent plus. La loi du diplôme n’existe pas dans le monde entrepreneurial. Ingénieurs, Designer, Marketeux, Commerciales. Tous sont des denrées rares, les un pour les autres et tous savent apprécier l’importance de la pluridisciplinarité. Être entrepreneur c’est être au service d’une idée, pas d’une personne.

    En tant que jeune diplômé, moi qui depuis tout petit ai souhaité devenir ingénieur pour créer, inventer, je suis heureux de voir ce qui se passe en ce moment et j’espère sincèrement que cela dure.

  • [9] - @adrienpoggetti a écrit sur Twitter le 14 mars 2014 :

    Et zou, encore un article de @olivez qui fait mouche ! http://t.co/0CeCWuYKSh

  • [10] - @AntoineCucherat a écrit sur Twitter le 17 mars 2014 :

    ✌ Très bonne analyse de l’écosystème #numerique français via @olivez http://t.co/uUF6JZcEnq

  • [11] - @DavidLayani a écrit sur Twitter le 17 mars 2014 :

    Incubateurs, fab labs, événements… Oui les #startup sont “en surchauffe”, et c’est bon signe ! #innovation @olivez http://t.co/3HeSne6Ui9

  • [12] - @FabienK1 a écrit sur Twitter le 17 mars 2014 :

    “”L’écosystème #numérique français est-il en surchauffe ?” de @olivez sur http://t.co/Z5gG5iCunT #digital #innovation

  • [13] - Emma a écrit le 4 juin 2014 :

    Il y a fort à parier que si l’éco-système français est en surchauffe alors les Etats-Unis.. sont en train de bouillir.
    Cela pourrait avoir un impact marquant sur le Nasdaq, indice à forte composantes technos.
    On revient toujours à la bourse !
    C’est un peu le centre névralgique du système de toute manière.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Echappée Volée Mai2017
2017
477 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
460 photos
albth
Foire de Paris Apr2017
2017
191 photos
albth
QFDN chez Talan Apr2017
2017
14 photos
albth
QFDN Démontage Bercy Apr2017
2017
8 photos
albth
Orange Show Hello Apr2017
2017
99 photos
albth
Leaders Paris Apr2017
2017
454 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 530 femmes du numérique (en janvier 2016) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sylvie Roche (CRiP)
Sylvie est Directrice Déléguée du CRiP, le Club des Responsables d’Infrastructure et de Production.
flow
Anna Stépanoff (Wild Code School)
Anna est co-fondatrice et dirigeante du réseau d’écoles numériques Wild Code School qui propose une formation d’excellence ouverte à tous au métier de développeur web et mobile.
flow
Sylvie Charissoux (Exide)
Sylvie est Chief Technology Officer au sein de l'entreprise américaine Exide Technologies, spécialisée dans le stockage électrique pour le transport et l’industrie.
flow
Merete Buljo (Natixis)
Merete est Directrice Expérience client et Transformation digitale chez Natixis EuroTitres et Vice-Présidente de la Chambre de Commerce Franco-Norvégienne.
flow
Jeanne Chaumais (C-Way)
Jeanne est fondatrice et CEO de C-way, startup qui a créé un écosystème intelligent et évolutif entièrement dédié à l’univers connecté des enfants (3 à 10 ans) pour créer un lien simple et ludique avec leur famille.
flow
Myriam Multigner (Public Sénat)
Myriam est directrice du digital, du marketing et de la communication de la chaîne politique Public Sénat. Elle est aussi créatrice de MMCC, qui est dédiée à l'accompagnement et à la communication des dirigeants de PME.
flow
Laureline Taquet-Weckmann (Talan)
Laureline est Directrice Adjointe des Ressources Humaines Groupe du Groupe Talan. Directrice de l'Audit Interne et en charge du Service Juridique du Groupe Talan.
flow
Clémence Monvoisin (Talan)
Clémence est consultante management et SI, pour différents comptes du secteur public et en particulier dans le monde de la culture, chez Talan.
flow
Barbara Brodard (Talan)
Ingénieure ESTP, Barbara est consultante chez Talan Consulting, filiale du groupe Talan.
flow
Virginie Lauverjat (Talan)
Virginie est Direction des opérations du TalanLabs, entité du groupe Talan.
flow
Lina Jarraya (Talan)
Lina est ingénieure consultante support applicatif et fonctionnel chez Talan.
flow
Rosalie Lacombe-Ribault (Talan)
Rosalie est Directrice Marketing et Communication du Groupe Talan.
flow
Parisa Majlessi (Talan)
Parisa est consultante en data science chez Talan.
flow
Anne-Sophie Girault (Talan)
Anne-Sophie est Product Owner Senior et Coach Agile chez Talan.
flow
Gaëlle Durand (Talan)
Gaëlle est responsable de l'Offre Pilotage chez Talan Solutions.
flow
Anne-Laure Jeune Nozier (Talan)
Anne-Laure est responsable de l'offre Machine learning / Intelligence Artificielle chez Talan Solutions.

Derniers commentaires

“Avez-vous lu le guide des #startups 2017 réalisé par @olivez? Une mine de conseils à télécharger!…...”
“Je crois que le cognitive computing de chez IBM se rapproche de plus en plus d'une réelle IA. On pourrait trouver tellement d'application dans le monde médical mais aussi dans d'autres...”
“Must read: Peut-on benchmarked l'IA? Via @olivez ...”
“Excellent guide Olivier 1000 mercis ! Si vous souhaitez faire un petit topo à propos des Legaltech et notamment des annonces légales pour lancer sa startup je peux vous transmettre volontier du contenu notamment via...”
“#TWEETCAFE 3️⃣ Peut-on benchmarker l'#IA ? Vaste programme, brillamment analysé par @olivez ! :…...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Catégories

Tags

http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-guyane/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.