L’écosystème israélien de l’innovation 1/3

Publié le 4 juin 2010 et mis à jour le 1 octobre 2011 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
   

L’écosystème de l’innovation high-tech israélien est souvent érigé comme exemple à suivre vu d’Europe. Le pays conjugue en effet de nombreux superlatifs : la high-tech représente les trois quarts des exportations du pays, sa densité de startups par habitant est sans équivalent au monde, le financement des startups est voisin de celui de pays européens douze fois plus grands, les succès à la pelle de la taille d’un Business Objects, une quantité impressionnante de startups cotés au Nasdaq (numéro trois mondial après les US et la Chine), des universités aux premiers rangs mondiaux, etc. De quoi faire des envieux dans la vieille Europe !

Mais les mécanismes internes de ce succès ne sont pas forcément bien connus ni bien compris dans l’écosystème français de l’innovation. Comme dans la Silicon Valley, ces succès résultent d’une longue histoire, d’un environnement socio-culturel très particulier et de divers mécanismes économiques.

Suite à un voyage (en solo) en Israël à la rencontre d’entrepreneurs, d’investisseurs et d’industriels, je me propose d’aider à décrypter tout cela et surtout à identifier ceux des facteurs de succès d’Israël qui pourraient d’une manière ou d’une autre être importés en France. Un peu dans la logique de mon voyage de 2007 dans la Silicon Valley ou en Corée et au Japon en 2009.

Ce compte-rendu est découpé en cinq parties :

  • Les éléments de culture locale au sens large du terme, le psyché d’Israël du fait de son contexte géographique et politique bien particulier, le caractère qui en résulte et aussi l’impact du service militaire.
  • Une intervention publique pragmatique, qui est à l’origine de nombre de ces succès mais a su évoluer en fonction du marché et de la maturité de l’écosystème.
  • Un financement privé mature, avec de nombreux business angels et sociétés de capital risque très actifs. Sachant qu’en la matière, les succès entrainent les succès. C’est un cercle vertueux qui continue de fonctionner même en temps de crise.
  • Les liens étroits avec les USA, qui se situent à tous niveaux : les startups israéliennes qui s’implantent rapidement aux USA, les grandes sociétés américaines qui font de même en Israël, y achètent des startups, mais aussi les investisseurs américains qui investissent en Israël.
  • Le paradoxe du marché intérieur qui est à l’opposé du dynamisme du secteur high-tech. Les infrastructures télécoms, de l’accès Internet tout comme dans la télévision numérique sont faiblement développées. Ce n’est pas un facteur de succès des startups, mais c’est un élément de contexte à examiner.

Il s’appuie sur diverses rencontres sur place, dont notamment Karen Gordon (de la Mission Economique rattachée à l’Ambassade de France), Bernard Nabet (Crédit Agricole Private Equity), Yosi Glick (de la startup Jinni), Ido Wiesenberg (de la startup Tvinci) et de Zack Weisberg (de Microsoft R&D à Herzliya) et Jérémie Berrebi (Kima Venture), que je remercie tous au passage pour leur accueil.

Les tours Azrieli de Tel Aviv

Je complèterai tout cela avec un point spécifique sur l’écosystème israélien de la télévision numérique, l’autre objet de ce voyage.

La culture locale

Israël est un petit pays de 7,3 millions d’habitants dont 1,5 millions d’arabes israéliens. Son histoire est bien connue : le sionisme de Herzl, le rôle de la Shoah, la création de l’Etat en 1948, les nombreuses guerres et la difficile question de la création d’un Etat palestinien. S’y ajoutent le Hamas, le Hezbollah, l’Iran et tout le toutim. Le pays est géographiquement isolé par rapport à l’ensemble de ses voisins. Son sort économique est dont lié aux zones géographiques non limitrophes.

Le pays dispose aussi de ressources naturelles limitées, notamment en eau. L’économie locale s’est développée initialement avec l’agriculture, l’industrie et le le tourisme. La high-tech a pris le relai de la croissance dans les années 80 et 90. C’est en effet un secteur d’activité qui ne nécessite pas ou peu de ressources naturelles, un peu comme en Corée du Sud, à Taïwan ou Singapour. Et c’est surtout un business d’exportations, là où le marché intérieur est insignifiant à l’échelle mondiale.

Les adultes israéliens que l’on trouve dans la high-tech ont plusieurs origines :

  • Les “sabras” (cactus) qui sont nés dans le pays, y ont fait leur service militaire de trois ans, parfois en pleine guerre.
  • Les immigrés juifs qui profitent de la loi du retour. Ils proviennent de tous les continents, mais le contingent le plus important de ces dernières années provient des pays de l’Europe de l’Est et surtout de la Russie. Plus d’un million d’habitants des pays de l’Est ont ainsi peuplé le pays et l’ont radicalement transformé, y compris politiquement (vers la droite).
  • Les israéliens de l’étranger, qui sont assez nombreux au regard de la population d’Israël. Ils émigrent dans les pays porteurs, surtout aux USA (107000), au Canada (21000) et en Europe. Autant pour des raisons économiques que par rejet du mode de vie à l’israélienne.

Il existe aussi une immigration du travail significative dans le pays, essentiellement d’origine asiatique (Philippines, Thaïlande) avec une spécialiste de ces différents pays dans les emplois à faible qualification qui ne nous concernent pas ici.

Le contexte du pays pèse lourd sur le psyché local. Les israéliens partagent des éléments de culture voisins des américains, surtout de la côté ouest, mais bien plus affirmés. Une ambition forte qui pousse à attaquer les marchés les plus prometteurs comme celui des USA. Un fort instinct de survie, Israël étant l’un des rares pays au monde que certains de ses voisins souhaitent détruire. Un côté un peu têtes brulées. Une habitude à prendre des risques, sans avoir peur de l’échec. Une grande rapidité d’action. Pas de tabou social de l’argent et de la réussite économique. L’israélien est aussi plutôt tenace et dur en affaires, ce peut être perçu négativement en Europe et même aux USA. Il est aussi pragmatique et sait respecter les règles du marché. Un jeune CEO accepte ainsi facilement de devenir CTO ou Chief Scientist de la société qu’il a créé sans faire entrer l’égo dans l’équation.

L’autre élément notable est la diversité culturelle et linguistique. Les liens avec la diaspora juive, l’origine variée des immigrants récents ou anciens font du pays un petit concentré du monde assez fascinant. Il ne doit pas y en avoir autant où le nombre de langues parlées est si varié sur la majorité de la population. C’est un élément de culture qui permet au pays de rester très ouvert sur le monde.

Panneaux de rue trilingues

Enfin, il faut rappeler le rôle du service militaire obligatoire pour les hommes comme pour les femmes. Dans l’équivalent de feu le service scientifique du contingent français (avant 1995), l’armée identifie les jeunes les plus talentueux pour les orienter vers les services de renseignement. L’un d’entre eux, le service 802, est une véritable référence car c’est là que sont passés les créateurs de CheckPoint, Verint, Comverse ou Amdocs. C’est l’équivalent israéliens de la NSA, mais avec beaucoup moins de moyens. Donc, l’obligation d’être “smart” pour remplir les missions. Ceci a été très bien documenté dans l’excellent livre “Spies Inc” sorti en 2004 (couverture ci-dessous). D’une manière générale, le service militaire de trois ans forme de plusieurs manières : à résister au stress, à travailler en équipe, à prendre des décisions rapidement et à survivre en environnement difficile. Sachant que rien n’y est parfait, de nombreux épisodes récents montrant les limites du modèle. En tout cas, l’armée est perçue comme un véritable “firewall” du pays. D’où d’ailleurs, une parenté avec la force technologique dans la sécurité informatique, là où le virtuel remplace le réel.

Spies Inc 

Ce qui est reproductible en France

A la lecture de ces lignes, vous devez vous dire : pas grand chose ! Les pays européens n’aspirent pas du tout à se retrouver dans la situation géopolitique d’Israël.

Je vois cependant deux pistes à creuser :

  • Développer la diversité culturelle et géographique dans nos startups. Elle est finalement plus importante que tous ces projets collaboratifs que le gouvernement cherche à favoriser. Dans nos universités et en particulier nos grandes écoles et aussi nos MBA (INSEAD, HEC, etc), les étudiants sont d’origines très variées. La capacité d’une équipe à affronter les marchés mondiaux peut se mesurer à la diversité de ses équipes. Avec dans l’ordre croissant de diversité : le genre (hommes, femmes), la formation (technique, non technique), l’origine professionnelle (entreprises), la maitrise de l’anglais, l’origine géographique et enfin, la localisation géographique. On peut commencer par améliorer cette diversité en développant l’attractivité et la pluridisciplinarité des grands pôles universitaires. On peut aussi s’appuyer un peu plus sur les mécanismes et projets de l’Union Européenne pas toujours bien connus.
  • Se rapprocher de notre “diaspora”, les français de l’étranger, sachant que la relation est un peu inversée avec la diaspora juive. Cette dernière a un lien fort avec Israël, l’un des objectifs pouvant être de s’y installer un jour. Au contraire, beaucoup de français quittent le pays par dépit (même si c’est aussi vrai de nombreux Israéliens qui s’installent à l’étranger). Dans la Silicon Valley, les sons de cloche des français envers leur pays d’origine sont souvent très négatifs. Quand à ceux qui se sont installés dans les pays limitrophes pour raisons fiscales, la rupture est consommée durablement comme l’a montré l’impact minime du bouclier fiscal dans le frein aux départs. La perte économique pour le pays est énorme. On pourra toujours dire comme Jean-Luc Mélanchon ce que ce sont de “mauvais citoyens”, il n’empêche qu’en les faisant fuir (notamment avec l’ISF), la France s’est tirée une belle balle dans le pieds. Il nous faudrait presque inventer notre propre “droit du retour”, au moins fiscal. De nombreuses initiatives d’entre-aides des français de l’étranger qui accompagnent leurs compatriotes sont à souligner.

Une intervention publique pragmatique

Comme dans tous les pays qui cherchent à développer leur économie, l’Etat joue un rôle structurant. Instigateur (par l’investissement), incitateur (pas la fiscalité), voire inspirateur (sur les domaines où investir) et avec une vision aussi long terme que possible.

75% des exportations du pays se situent dans les secteurs de la high-tech (surtout : numérique, santé et armement). Il n’est pas étonnant que l’on trouve ainsi un “Chief Scientist” dans chaque Ministère, celui du Ministère de l’Industrie et du Commerce ayant le rôle le plus important (Eli Opper, ci-dessous, bientôt remplacé après 8 années de service), étant en charge de définir les priorités sectorielles du pays (par exemple, les nanotechnologies).

Eli Opper Chief Scientist of Israel

Les mécanismes publics se sont amplifiés dans les années 90 avec l’immigration russe consécutive à la fin de l’empire soviétique. Comme de nombreux immigrants avaient un niveau de formation très élevé, il fallait trouver de quoi les occuper ! Le tout s’appuie sur des universités israéliennes d’un très bon niveau et très focalisées dans les “sciences dures”. On trouve ainsi 7 universités israéliennes dans le classement dit de Shanghai de 2009, à comparer aux 28 françaises.

Au menu de l’intervention de l’Etat et de l’OCS (Office of the Chief Scientist), nous avons donc :

  • Des avantages fiscaux ou des subventions qui financent jusqu’à 50% de la R&D des entreprises étrangères établies dans le pays. Ils ont permis d’attirer de nombreuses sociétés américaines telles qu’Intel qui s’est installé en 1974. C’est un peu l’équivalent du Crédit Impôt Recherche français, mais avec une plus grande antériorité.
  • Le programme des incubateurs, lancé en 1991 et qui a évolué dans le temps, ceux-ci étant presque tous privatisés depuis 2000. Ce sont des services payants, financés par les subventions publiques et par les fonds d’amorçage privés. Cela a rendu les incubateurs plus autonomes et plus orientés business. Ils appartiennent souvent à des sociétés de capital risque ou à des groupes industriels. Les incubateurs sont moins critiques dans le numérique, et plus dans les secteurs industriels à cycles longs, la santé représentant 60% des sociétés incubées. Le dispositif s’est d’ailleurs adapté en étendant de deux à trois ans la période d’incubation. Le processus de sélection des startups qui permet d’obtenir un statut voisin du JEI s’appuie sur la création d’emplois, le potentiel économique et surtout d’exportations. C’est une équipe technique qui scanne les dossiers. Les 24 incubateurs hébergent en moyenne 200 startups.
  • Un programme de financement d’amorçage (le Heznek) destiné à soutenir le financement d’amorçage et créé du fait de la crise financière récente. Il fonctionne par abondement à hauteur de 50% de l’amorçage privé. Avec un mécanisme de prise de participation dans les startups, les fonds privés pouvant ensuite racheter la part du gouvernement dans les cinq ans suivant l’investissement. Un mécanisme pas forcément facile à mettre en place en France du fait de la règlementation européenne sur l’intervention du secteur public dans les entreprises.
  • Les transferts de technologies entre les universités et les entreprises fonctionnent bien. Les incubateurs sont proches des neuf universités des secteurs scientifiques, chacune ayant sa société de valorisation, comme nos grands laboratoires nationaux (CEA, INSERM, INRA, INRIA, …). Différents médicaments largement diffusés proviennent ainsi de l’Institut Weizmann (Copaxone, Erbitux) tout comme les outils de cryptage de la télévision numérique de NDS. Dans le lot, on trouve aussi le programme Magnet, voisin de nos pôles de compétitivité mais au financement plus modeste. Il a créé 10 consortiums de projets dont un dans la 4G, le paradoxe étant qu’ils sont principalement financés par le secteur privé.
  • Le financement des programmes du Chief Scientist est de de $400m. Il est complété des royalties récupérées sur les succès générés, à hauteur de 3% à 6% des revenus. C’est un mécanisme dont la France souhaite s’inspirer dans certains dispositifs du Grand Emprunt.

Au bout du compte, le pays se retrouve avec une R&D civile très élevée (4,7% du PIB, hors militaire), le secteur privé dépassant de loin le secteur public et pas le contraire comme en France. Le tout, grâce à une approche très pragmatique, focalisée sur des technologies ayant de larges débouchés de marchés à l’échelle mondiale et à des partenariats publics/privés originaux, certains étant d’ailleurs bilatéraux avec d’autres pays dont la France.

Civil R&D Expenditure 2002

Ce qui est reproductible en France

Il y en a des choses à changer au niveau de l’Etat pour développer l’innovation et la compétitivité industrielle et Israël n’est pas la seule source d’inspiration possible ! Ceci étant, voici quelques pistes :

  • Revaloriser la fonction scientifique avec un organe de gouvernance scientifique dans chacun des ministères concerné (recherche, industrie, santé, environnement, défense, intérieur). C’est une vraie question sociétale et politique dans notre pays dominé par les grands corps de l’Etat et les hauts fonctionnaires. Nombre de comité Théodule n’ont jamais rien donné (le CSTI dans le numérique). Il reste à trouver des autorités scientifiques non mandarinales qui peuvent avoir crédibilité et poids face aux politiques et hauts fonctionnaires. J’admets que cela louche dans le yakafaucon au pays du principe de précaution.
  • Privilégier les débouchés de marchés et l’international dans les aides publiques au lieu de favoriser des approches collaboratives franco-françaises comme critère discriminant des aides publiques, telles que dans les pôles de compétitivité ou dans le grand emprunt.

Dans les épisodes suivants, je traiterai du financement privé, des liens avec les USA et des infrastructures du marché intérieur.

Publié le 4 juin 2010 et mis à jour le 1 octobre 2011 Post de | Economie, Entrepreneuriat, France, Innovation, Startups | 8979 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 6 commentaires et tweets sur “L’écosystème israélien de l’innovation 1/3” :

  • [1] - fabien a écrit le 4 juin 2010 :

    Excellent. On savait déjà qu’Israël était un laboratoire de ce qu’il faudrait faire en Europe pour l’innovation. Savez vous s’ils sont aussi de fervents promoteurs des programmes de R&D collaboratifs. Disposent-ils de clusters ou pôles de compétitivité comme chez nous ? Je lis à la fin de votre premier article que ce type d’approche collaborative n’est pas forcément mis en valeur là-bas mais plutôt l’approche pragmatique et le marché, avec des soutiens aux projets individuels. Puisqu’Israel privilégierait plutôt les relations entre incubateurs et laboratoires/universités. Ces incubateurs seraient privés là-bas, alors que chez nous ils sont plutôt financés par les conseils régionaux ou les départements.
    Au niveau de l’incitation fiscale (type CIR), est cela la seule voie d’aide publique là-bas ou existe t-il des organismes qui financent en aide directe ?

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 4 juin 2010 :

      Oui, ils ont l’équivalent des pôles avec le programme Magnet que je cite dans l’article. Mais sans orientation géographique (le pays est trop petit pour cela et il faut moins de temps pour aller de Tel Aviv à Haifa que d’Orsay à l’aéroport Charles de Gaulle). Et sans grand investissement financier.

      La collaboration poussé semble être bilatérale entre labos et startups et grandes entreprises, mais sans demander des mélanges à plusieurs intervenants privés comme c’est souvent le cas en France (plus il y a de partenaires dans un projet, plus il a de chances d’être financé chez nous, alors que c’est un bon gage d’inefficacité opérationnelle).

      Le budget de l’OCS est d’environ $400m auquels se rajoutent environ $130m de royalties récupérées dans les startups financées. Ce n’est pas énorme en comparaison avec la France au prorata de l’économie (le total des aides publiques à l’innovations en France CIR compris est estimable à 6 à 8 Md€ soit plus de 20 fois celles de l’OCS). L’OCS est assimilable à Oséo + incubateurs régionaux + CdC/France Investissement/FSI + CIR. Il ne semble pas y avoir d’approche régionale en Israël et heureusement vue la taille du pays. Leur équivalent du CIR n’est pas présenté comme un avantage fiscal mais comme une subvention, donc une aide directe. C’est du pareil au même, à ceci près qu’il n’y a donc pas de risque de redressement fiscal comme en France.

      Pour les incubateurs, il faut distinguer leur statut et leur financement. Les incubateurs israéliens sont maintenant de gestion privée, et souvent associés à des VCs. Mais ils sont tout de même significativement financés par l’Etat. Et de manière indirecte : l’Etat couvre une partie des dépenses d’investissement des startups, qui vont ensuite en partie aux incubateurs pour les frais de fonctionnement. Le programme d’incubation public est en fait surtout un programme de financement d’amorçage. Mais dans une relation client/fournisseur plus saine et émulatrice au niveau de l’incubateur. Les projets sont sélectionnés dans un processus voisin de celui d’Oséo. A ceci près que l’autorité suprême de décision est le Chief Scientist et son comité de sélection.

  • [2] - bobonofx a écrit le 4 juin 2010 :

    Bonjour,

    Qu’en est-il du profil des créateurs d’entreprises en Israël?

    Faut-il avoir comme en France un pedigree (“quelle grande école d’ingé as-tu fais?”) pour se voir ouvrir les portes?

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 4 juin 2010 :

      Les écoles d’ingénieur sont une particularité bien française !

      Là bas, comme aux USA, il est cependant préférable de sortir d’une bonne université. L’unité de l’armée dans laquelle les jeunes ont fait leur service militaire est aussi un marqueur car elle résulte d’une sélection à l’entrée. Un peu comme dans nos grandes écoles.

      Cependant, dans le numérique (logiciels, web) qui est moins dépendant des aides publiques que les secteurs plus lourds en financement (notamment dans la santé), le marché semble un peu plus ouvert qu’en France.

      Sans compter l’origine très diverse des entrepreneurs. Il peut y avoir des immigrés récents avec en poche leur formation du pays d’origine. Bref, une grande diversité de formations qui doit atténuer l’effet des élites auto-cooptées.

  • [3] - herve a écrit le 4 juin 2010 :

    Excellent post ! Je ne peux m’empêcher de le rapprocher d’une analyse de la Finlande qui en Europe est un autre lieu d’autant plus intéressant que les Finlandais ont comparé leur système à celui des…. Israéliens (rapport Victa publié en 2007 ) . Pour info voir le post : http://www.startup-book.com/fr/2008/04/03/finlande

    Je retiens et suis en accord avec les aspects culturels de la prise de risque et la proximité avec le marché américain. Je retiens aussi (et je suis moins en accord sur) l’importance des incubateurs dont je ne n’arrive pas à être convaincu que c’est un modèle utile aux start-ups et aux entrepreneurs. En tout cas, ce n’est pas ce qui a été utile aux start-ups américaines (historiquement je veux dire). La particularité israélienne est en effet que bien que ces incubateurs soient financés en partie avec de l’argent public, les VCs en sont souvent les gestionnaires. Il y a peut-être une piste à creuser là-dessus. Des nerds et des riches comme dit Paul Graham, i.e. des idées financées par l’argent (http://www.paulgraham.com/siliconvalley.html).

    Le transfert de technologie, vaste sujet sur lequel j’ai aussi quelques réserves pour avoir vu comment Stanford et le MIT font du TT, i.e. beaucoup plus de start-ups contournent le TT que n’y passent… Et c’est surtout la biotech qui a besoin de brevets déposés par les unis (comme tu sembles d’ailleurs le confirmer avec le Weizmann)

    Enfin, pour être allé à Tel Aviv et à San Francisco, on retrouve là la même énergie vitale en effet dans les deux endroits.

  • [4] - fabianovesputchi a écrit le 18 juin 2010 :

    excellent POST.

    Je pense que il manque quelques points fondamentaux:

    1 Pour 10 000 habitants, Israel compte 180 ingénieurs.
    c est le double des pays développés qui tournent entre 60 et 90.
    Plus de ingénieurs cela veut dire aussi plus de bons ingénieurs.
    il y a quelques “players” en Israel.

    2 Les israéliens AIMENT le business.
    3 La plupart sont très débrouillards et ambitieux.

    4 enfin et c est le point le plus important:
    les juifs ont un vécu dans une Diaspora Urbaine, sans privilège, et ONT LA CULTURE DES ÉTUDES.
    Il a dans ce pays une large part de la population qui a un niveau d étude et de formation inférieure voir très inférieur a celui de la France. (investissent faible dans les écoles primaire et secondaires ( A cause du Budget de l Armée), immigration venu de pays ou l ecole n existait pas ou peu…, …).
    MAIS ISRAEL a UNE VÉRITABLE ÉLITE dans tous les secteurs.
    Cette Élite (issue d Europe/RUSSIE principalemenT) ne représente pas 2% de la population comme en France (en France 2% des citoyens ont un bac+5) MAIS plus exactement 10% a 15% des israéliens peuvent devenir des responsables haut niveaux et sont MOTIVES pour le devenir.

    Enfin la population dans son ensemble respecte la valeur travail et la vision très “commerçante” de l’économie est hostile a une forte fiscalisation.(comme au USA)

    résumé: le niveau moyen (culture , formation, expérience professionnelle) en Israel est nettement inférieur a celui de la France. Le VOLUME de l élite en % n est en aucune mesure comparable a celui de la France et encore moins a celui des pays du moyen Orient.

    résume du résumé: un pays tient économiquement FONDAMENTALEMENT grâce a son Elite et Israel dispose d une Importante ELITE de qualité.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée pour votre organisation ? Rendez-vous ici.
CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour environ deux fois par an :
image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'exposition photo des femmes du numérique. Installée depuis le 16 octobre 2012 à l'espace Soleilles Cowork de Paris, elle circule dans différentes manifestations et lieux d'exposition. Les 185 portraits initiaux de l'opération sont maintenant 330. Tous les métiers du numérique y sont représentés. Depuis septembre 2013, les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN !

Tout, tout, tout sur la high-tech

Le Rapport du CES 2013 est disponible sous forme de livre, publié aux Editions Kawa dans la collection "Tout, tout" dirigée par Henri Kaufman ! Utilisez le code promo OLIVIER pour bénéficier de 10% de réduction !
image

Derniers commentaires

“Merci pour l'article et la liste qui va avec! C'est d'une grande pour plus d'un...”
“A lire absolument: #MIPTV : expériences télévisuelles connectées de @olivez sur #MIPCUBE...”
“""MIPTV : adoption de la 4K" de @olivez sur ...”
“@evallespi en attendant tu as l'excellent "Guide des Startups 2014" de @olivez sur ...”
“.@Vigiglobe dans "MIPTV : expériences télévisuelles connectées" de @olivez sur #SocialTV #MIPTV...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 


Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays : Chine (2010) à Shanghai et Beijing Corée du Sud (2009) à Séoul Israël (2010) à Tel Aviv Japon (2009) à Tokyo Japon (2011) au CEATEC de Tokyo Japon (2012) au CEATEC de Tokyo Japon (2013) au CEATEC de Tokyo Silicon Valley (2007) Silicon Valley (2011)

Evénements

Vous pouvez parcourir les articles sur toutes les éditions de LeWeb depuis 2006. image