Il y a quelques semaines avait lieu un ateliers des Assises du Numérique portant sur le thème “Peut-on créer un Google en France”. Cet atelier présentait la singularité d’être organisé chez Google France ! Une approche osée, mais qui permettait à Google de faire passer ses messages, d’autant plus qu’Eric Besson était présent, en plus notamment de Pierre Kosciusko-Morizet (Price Minister) et de Catherine Barba (CashStore) [NB: je n’y étais pas, la vidéo de l’Atelier est sur http://www.techtoctv.com/2008/06/google.php].

Dans les interventions, Michel Dahan – ci-devant patron de Banexi Ventures, un fonds d’investissement bien connu de la place de Paris, notamment pour son pari réussi dans Kelkoo il y a quelques années – s’est fait remarquer par une proposition intéressante: ouvrir les données publiques aux startups pour générer de nouvelles opportunités de business. Proposition qu’il serait bon de creuser un peu.

La proposition dans le texte :

Il y a une vraie frilosité de l’Etat sur ce sujet : l’Etat ne veut pas mettre à disposition les bases de données publiques, alors que les entreprises internet seraient prêtes à payer pour un tel accès. Si l’ouverture de l’INA est un remarquable progrès, il reste des gisements incroyables de données qui pourraient donner lieu à de nombreuses entreprises spécialisées. L’Etat connait toutes les transactions immobilières, les cadastres etc. L’Etat via l ANPE connait tout de l’emploi. Et les informations de la RATP, de la SNCF, des autoroutes devraient être accessibles non seulement au public via les institutions qui les gardent précieusement pour leur propre site web, mais tout entrepreneur devrait avoir le droit de se connecter au serveur et de réutiliser ces données en payant éventuellement le cout marginal correspondant et en acceptant de respecter l’intégrité de ces données et dans certains cas la confidentialité. On comprend qu’on ne puisse pas divulguer les transactions individuelles immobilières mais les statistiques par quartier seraient très utiles. Ce qui bloque aujourd’hui est à chaque fois le fait que les patrons des agences publiques concernées ne veulent surtout pas qu’un site privé et performant ridiculise leur site public. Une telle ouverture qui ne coute rien permettrait la création de dizaines d’entreprises. L’Agence du Patrimoine Immatériel de l’État dont c’est une des fonctions ne semble pas suffisamment puissante pour imposer vraiment cette mesure.

Cette proposition avait vu le jour dans le rapport Levy-Jouyet qui recommandait à l’Etat de faire un inventaire de ses actifs immatériels et de les valoriser économiquement. Pas vraiment suivi d’effet, à part la création d’une Agence du patrimoine immatériel de l’Etat, qui dépend de Bercy. Donc, il faut persévérer.

Il me semblait cependant que certains organismes nationaux n’hésitaient pas à commercialiser leurs données. C’est le cas de l’IGN, qui commercialise ses cartes géographiques, notamment pour Virtual Search, le “Google Earth” de Microsoft.

Le gouvernement du Royaume Uni a de son côté une approche plus volontariste : sa task force “Power of Information” a récemment lancé un concours doté d’un prix d’environ 30K€ de création de solutions innovantes d’utilisation des données publiques. Ils proposent diverses données publiques et souhaitent que des sociétés privées les exploitent (voir http://www.showusabetterway.co.uk).

En Allemagne, on peut exploiter les données de la criminalité et les intégrer dans des cartes géographiques par des “mashups” ! Un début anecdotique, mais amené à se généraliser à d’autres applications.

Si elle était adoptée, la proposition de Michel Dahan devrait idéalement être d’abord mise en oeuvre en liaison avec une force industrielle française qui peut rayonner internationalement. Comme le tourisme où la France est numéro un mondial en terme d’attraction de touristes en nombre, mais où de nombreux progrès pourraient être réalisés dans la qualité de service et en conséquence, dans l’ARPU (revenu moyen par touriste).

Nous devons en effet faire attention à ne pas être trop franco-français dans la démarche ! Michel Dahan pense qu’il ne faut pas être obsédé par l’international et qu’il y a des opportunités pour les TICs en France et en Europe. En fait, ces opportunités sont plutôt situées sur les couches hautes, verticales, proches des utilisateurs. Alors que les couches basses, plus orientées outils et infrastructure, sont de nature mondiale et demandent à passer par la case USA pour réussir.

Je me rappelle avoir travaillé sur le concept des Services Web dès 2000, et avoir imaginé ainsi que de nombreuses données seraient exploitables par des applications logicielles et récupérées sur des sites tiers sur Internet. Cette potentialité technologique n’a pas vraiment vu le jour à grande échelle, chacun protégeant naturellement ses données. Et pas seulement les services publics ! L’ouverture est donc nécessaire, mais se heurte à plein d’obstacles qui ne sont pas essentiellement techniques.

Pour rendre opérante la proposition, il faudrait peut-être la découper par organisation et par données à publier. Chaque organisation ayant ses propres contraintes, en particulier au niveau de la modernité et de l’ouverture de son système d’information… et de ses dirigeants ! Peut-on faire cela en approche “bottom-up” ou avec une grande déclaration de principe ? Je crains fort que chaque organisation publique milite pour un traitement spécifique de ces données et qu’il sera difficile d’échapper à l’approche bottom-up, assez lente.

Dans le débat qui faisait intervenir Eric Besson, celui-ci a pris note de cette proposition qu’il entendait pour la première fois. On verra bien si cela sera suivi d’effets.

Cela nécessiterait peut-être une consolidation des besoins. Et vous, entrepreneurs, avez-vous des idées concrètes d’usage de données publiques non diffusées pour améliorer vos services ?

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 17 juillet 2008 Post de | Economie, Entrepreneuriat, Internet, Politique, Startups | 7458 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 6 commentaires et tweets sur “Ouvrir les données publiques aux startups” :

  • [1] - mrboo a écrit le 18 juillet 2008 :

    Un exemple d’utilisation des données publiques: les bases de l’INSEE que l’ont peut acheter (assez cher je trouve)
    Cela permet, par exemple, de récupérer chaque année la liste des prénoms donnés en France aux nouveaux nés et du coup de proposer des sites de choix/comparaisons de prénoms pour les futurs parents (population ciblée et consommatrice donc réceptive à la publicité).

  • [2] - Jacques a écrit le 25 juillet 2008 :

    Bonjour
    Tout à fait d’accord
    J ai fait un papier sur un thème très voisin dans mon blog, inspiré par un chercheur américain

  • [5] - Jacques Talbot a écrit le 29 juillet 2008 :

    Je connais bien le cas IGN de l’extérieur pour avoir participé au géoportail: théoriquement, les photos aériennes et cartes faites avec l’argent public devraient être dans le domaine public, pour autoriser la création de valeur au dessus du fond géographique. Mais l’état demande à l’IGN de s’autofinancer en partie. Donc l’Institut ne peut pas décider par lui-même de renoncer à ce financement.
    C’est à l’Etat de comprendre que faute de mettre ces données carto de base dans le domaine public, disponible efficacement sur le Web à la mode Google Maps/Earth API, toute la cartographie améliorée, y compris celle de services publics ! se fait et se fera sur Google Maps / Earth. En pratique, c’est peut être déjà trop tard (à mon avis); l’avance française en Europe liée au Géoportail est en train d’être dilapidée.

    Dommage. Esperons qu’Eric Besson a un gourou géomatique (de préference X telecom pour être crédible 🙂 qui comprend ça dans son cabinet.

    Jacques Talbot

  • [6] - rosselin a écrit le 20 août 2008 :

    OK, mais l’ouverture des fonds de l’Ina, elle profite à quelle start-up exactement ?

    JR




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Orange Salon Recherche Dec2017
2017
37 photos
albth
INRIA 50 ans Nov2017
2017
87 photos
albth
TEDx Paris Nov2017
2017
250 photos
albth
TEDxCE Women Paris Nov2017
2017
525 photos
albth
Hello Tomorrow Oct2017
2017
512 photos
albth
CES Unveiled Paris Oct2017
2017
54 photos
albth
S3 Odéon Oct2017
2017
336 photos

Téléchargements gratuits

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Yousra Touki (Air France)
Yousra est chef de projet en analyse de données dans l'audit et le contrôle interne d'Air France KLM.
flow
Pascale Chehikian (Sopra-Steria)
Pascale est manager de projets de création et mise à disposition de services numériques dans les secteurs industriel et tertiaire chez Sopra Steria. Membre du programme Passer’Elles de Sopra Steria en faveur de la mixité.
flow
Elisabeth Moulin (Valeur d'Etre)
Elisabeth est créatrice de "Valeur d'être", organisation dédiée à l'émergence de projets humanistes, innovants pour les professionnels, les entreprises et les particuliers.
flow
Carole Thourigny (8FabLab)
Carole est directrice du 8 Fablab Drôme à Crest.
flow
Marie Poulle (LoveBox)
Marie est cofondatrice et chief brand&sales officer de la startup grenobloise Lovebox.
flow
Marie Dorange (Opla)
Marie est cofondatrice et CEO de la startup Opla dans l’intelligence artificielle, une plateforme de création d’assistants virtuels.
flow
Jade Ataoui (Boost in Lyon)
Jade est Déléguée Générale de BoostInLyon, l'accélérateur de startups de Lyon qui recrute, accompagne et fait décoller les startups lyonnaises. A également cofondé Percola.top, une agence de création de contenus en ligne.
flow
Audrey Moriaud
Audrey est Responsable Réseaux & Télécoms dans une Maison de luxe.
flow
Arlette Quillere (CRT Services)
Arlette est Directrice des Systèmes d’Information chez CRT Services.
flow
Laetitia Guillotin (Fleur en ville)
Laetitia est fondatrice du service en ligne de livraison de fleurs personnalisées Fleur en ville.
flow
Véronique Bardet (Banque Postale)
Véronique est Responsable Exploitation à la DSI de La Banque Postale et du Réseau du groupe La Poste.
flow
Nora Guemar (Engie)
Nora est analyste stratégique sénior à la direction de la stratégie du groupe Engie.
flow
Véronique Bonin (Bouygues)
Véronique est Directrice de la transformation numérique du groupe Bouygues.
flow
Diana Filipova
Diana est responsable de l’écosystème startups chez Microsoft France, où elle a fondé KissMyFrogs.com, le média alternatif des startups et de la tech en France. Egalement cofondatrice du collectif OuiShare, essayiste et écrivain.
flow
Sylvie Roche (CRiP)
Sylvie est Directrice Déléguée du CRiP, le Club des Responsables d’Infrastructure et de Production.
flow
Anna Stépanoff (Wild Code School)
Anna est co-fondatrice et dirigeante du réseau d’écoles numériques Wild Code School qui propose une formation d’excellence ouverte à tous au métier de développeur web et mobile. #entrepreneuse

Derniers commentaires

“Bonjour, Petite correction : Feedzai est une société Européenne, créée au Portugal par des Data Scientistes de l'Agence Spatiale Européenne. Pour se developper à l'internationale, le CEO a du s'installer...”
“Merci Olivier Je signale juste aux gens que ça intéresse que les candidatures pour la toute nouvelle formation gratuite Développeur•euse data IA de Microsoft et de Simplon sont ouvertes donc si vous voulez...”
“Pour sortir du buzz et se poser les bonnes questions sur l’IA, un excellent papier d’@olivez ...”
“Personnellement j'ai 69 ans et ma femme et moi adorons la 3D de qualité. J'ai une 65" 3D de Sony et j'espère qu'elle durera encore au moins une décennie et j'ai une collection de films. J'ai également acheté un 2e...”
“6 mois plus tard, est ce que nous avons du nouveau concernant Djingo et le partenariat avec Deutsche Telekom? Je n'ai absolument rien vu en terme de communication cote Deutsche...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


Catégories

Tags

http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-guyane/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.