Startups scientifiques : medtechs logicielles

Publié le 23 février 2017 et mis à jour le 14 mars 2017 - 8 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Vous êtes ici au milieu d’une série d’articles destinées à valoriser les startups scientifiques. Je l’avais démarrée par une première partie expliquant pourquoi elles méritaient notre attention, comment elles reprenaient du poil de la bête et quels étaient leurs facteurs clés de succès. Puis, dans une seconde partie, nous étions passés à un panorama rapide de leur écosystème en France.

Dans la troisième et la quatrième partie, j’ai démarré un panorama thématique de quelques startups scientifiques françaises et étrangères, en commençant par le domaine de la santé avec celles de la génomique et des analyses biologiques puis de l’imagerie et l’instrumentation médicale. Nous avons pu passer en revue une belle brochette de startups françaises très différenciées d’un point de vue technologique et des domaines d’applications. Mais le plus souvent, à part de rares exceptions, elles ont bien du mal à atteindre une taille critique.

Pour les articles précédents, j’ai du m’y prendre à plus reprises et corriger quelques inexactitudes, comme pour ce qui concernait Abbelight et I’nside. Cela me met hors de moi car j’essaye d’être aussi précis que possible dans ces articles. Et cela peut agacer les entreprises concernées à juste titre ! La quantité d’informations collectée et compilée, plus les erreurs de frappe, et parfois, les confusions techniques génèrent ce genre d’erreur impardonnable. Mais vous n’êtes pas sur un site de fake news : je corrige évidemment ces erreurs involontaires dès que j’en ai connaissance !

Dans cette troisième partie sur la santé, je vais traiter de quelques startups logicielles scientifiques du domaine de la bioinformatique, notamment celles qui sont dans le secteur de la génomique et qui complète les medtechs du domaine explorées dans un article précédent.

Dans cette série d’articles, j’utilise la même approche que dans le Rapport du CES : procéder à un échantillonnage plus ou moins large des offres du marché pour en déduire en mode “bottom-up” quelques tendances et “patterns” dans les facteurs de succès ou d’échec des startups.

Medtech logicielles

Les medtechs logicielles que j’évoque ici ont un patrimoine scientifique certain. Elles analysent souvent les résultats d’appareils médicaux, des systèmes d’électrocardiogramme comme d’imagerie médicale ou issus d’analyses génomiques. Le machine learning est souvent au rendez-vous, même si il est moins marketé que dans les startups du numérique.

ECG

Commençons avec Cardiologs, une startup spécialisée dans l’analyse automatique d’électrocardiogrammes. J’ai eu l’occasion de croiser à plusieurs reprises Yann Fleureau, son co-fondateur, et notamment lors d’une visite de sa startup hébergée dans les locaux de la Faculté de Médecine à Paris en novembre 2016. Lui et ses cofondateurs sont issus de l’Ecole Polytechnique. Yann a fait un master en entrepreneuriat à l’X. La société s’est lancée dans l’analyse des ECG en voulant faire avancer l’état de l’art. Celui-ci s’appuyait jusqu’à présent sur l’analyse du signal à base de transformées de Fourrier, de systèmes experts, de détection de pics et de mesure des durées de chaque phase. Certaines pathologies graves se détectent à l’œil nu mais d’autres sont plus difficiles à détecter, surtout par les médecins généralistes.

Cardiologs

Cardiologs propose une solution logicielle en cloud qui analyse les données des ECG réalisées selon les règles de l’art avec plusieurs patches d’électrodes (4 sur les membres, 6 sur le thorax) en cabinet médical, par des infirmiers ou des docteurs. Les résultats sont fournis sur une interface web. Elle s’appuie sur des méthodes de machine learning exploitant des réseaux de neurones convolutionnels avec apprentissage supervisé (CNN). Côté cloud, ils utilisent comme nombre de startups de l’IA les ressources de Google Tensorflow. Cela permet de fournir une réponse en quasi-temps réel. Ils ont entrainé leur système avec des bases d’ECG dont une base de 100 000 ECG venant du Minnesota récupérée en 2015. Il faut payer pour, mais ce n’est pas trop cher.

Ils ont en fait construit deux solutions, l’une pour la capture d’ECG au repos avec les électrodes habituelles, et l’autre en ambulatoire en exploitant les données de capteurs plus simples, comme les montres connectées voir les vêtements connectés. Leur système est capable de prédire une centaine de troubles sur 12 canaux (ECG au repos) et une quinzaine sur 1 à 2 canaux (ECG ambulatoire). Sachant que l’analyse des coronaires – donc des risques d’infarctus – demande plusieurs électrodes, et si possible un ECG d’effort (où le patient pédale sur un vélo pendant 5 minutes). Le système détecte notamment la fibrillation atriale, qui est corrélée à l’apparition d’AVC – accidents vasculaires cérébraux – du fait d’une mauvaise circulation du sang, dont le risque augmente avec l’âge et qui est plus facile à traiter lorsqu’elle est précoce.

A ce jour, la startup comprend une douzaine de personnes, avec un équilibre des compétences entre mathématiques, machine learning et développement web. Ils ont aussi le cardiologue Pierre Taboulet dans leur équipe, qui joue le rôle de CMO – chief marketing officer – et est aussi à l’origine du site d’apprentissage à la lecture des ECG e-cardiogram.com. Ils commercialisent leur logiciel principalement aux centrales de lecture qui les analysent. Leur solution permet notamment d’élargir le marché de l’ECG en le rendant accessible à plus de praticiens, en parallèle avec le métier des cardiologues traditionnels. Cela permet d’augmenter la capacité à faire du diagnostic précoce de pathologies cardiaques. A ce jour, la société a été financée à hauteur de 1,2m€, dont 200K€ de subvention du Concours Mondial de l’Innovation, un prêt d’honneur de 90K€ de Scientipôle et le reste auprès d’une douzaine de business angels. C’est encore léger et il va leur falloir mettre la surmultipliée pour se développer.

AEDMap est une startup parisienne croisée au Web Summit en novembre 2016. Sa solution Visio Plus permet de cartographier les défibrillateurs cardiaques connectés et de superviser leur maintenance de manière prédictive. C’est peut-être là que l’on peut trouver un peu de matière technique spécifique dans leur offre, le reste de la solution relevant d’un outil de gestion traditionnel, pour la gestion de parc, sa cartographie, la traçabilité des appareils et la gestion de leurs consommables, l’historique de leur usage et des opérations de maintenance. Ils ont déjà quelques références chez de grands clients comme Enedis et Conforama. On trouve ces défibrillateurs dans lieus publics, les transports ainsi que dans les entreprises.

Median Technologies développe des solutions logicielles d’interprétation automatique des résultats d’imagerie médicale en oncologie. Ils visent le marché des tests thérapeutiques de traitements innovants et le suivi des patients. Les compétences clés de la société sont dans le traitement des images et leur gestion dans le cloud. La société créée en 2002 est basée à Sophia-Antipolis.  Elle a levé en tout $54m et réalisé son introduction en bourse en 2011. Ils comptent Canon parmi leurs actionnaires. Ce dernier est un des grands acteurs de l’imagerie médicale. Pour ce qui est de leurs résultats, ils jouent un peu les cachotiers. Quand on tombe sur la page de publication des résultats du dernier semestre, elle pointe sur… la home page, générant une belle boucle récursive ! En creusant un peu, on découvre qu’ils font environ $6m de CA annuel, pour autant de pertes. Mais sa trésorerie lui permet encore de tenir quelques années à ce rythme là [ajout du 14 mars 2017].

DreamQuark est une startup française qui créé des solutions d’analyse de données de santé utilisant le deep-learning. Elle a notamment créé la spin-off DreamUp Vision qui analyse automatiquement les fonds de l’œil. Cela sert à identifier le plus tôt possible l’émergence de rétinopathies chez les diabétiques. L’augmentation moyenne du taux de glucose dans le sang a comme effet d’abimer les petits vaisseaux sanguins dont ceux qui irriguent la rétine (en plus de ceux du rein, du cœur, et des extrémités des membres). La méthode utilisée relève d’un mélange de traitement de l’image et de deep learning. Elle facilite et accélère le travail de détection des ophtalmologues. Et comme ils sont trop peu nombreux et que cet examen est récurrent, au moins une fois par an et par patient, c’est tout bénéfice pour la collectivité. Contrairement à d’autres applications de l’IA, celle-ci ne risque donc pas de détruire d’emplois ! Les techniques à base de machine learning pour l’analyse d’imagerie médicale vont transformer radicalement les métiers de santé dans les années à venir !

DreamUp Vision

Portable Genomics est une startup créée par des français implantés à San Diego aux USA depuis 2011. Elle a créé une solution logicielle mobile de collecte et de visualisation des données de santé d’une personne. Elle en assure le stockage en ligne, sous le contrôle de l’utilisateur. La solution collecte aussi bien les données de génomique issues d’un séquençage (complet du génome) ou d’un génotypage (analyse de variations types des gênes) que celles de la santé en général : historique des pathologies, mode de vie et données issues d’objets connectés. Cela permet de constituer une vue à 360° du patient, indispensable aussi bien pour les praticiens que pour créer des bases de données santé exploitables par la recherche et les entreprises de pharmacie. Cela permet aussi d’identifier le niveau de risques de diverses pathologies. La société se positionne comme une plateforme de collecte, de partage et de monétisation de données personnelles de santé, s’appuyant sur un modèle de partage de revenu avec les utilisateurs.

Portable Genomics process

La solution est en bêta-test avec des groupes de patients (en cancérologie ou maladies rares génétiques) en liaison avec l’industrie pharmaceutique pour accélérer les recherches de nouvelles thérapies. La société part du principe, comme de nombreuses startups de génomique de la Silicon Valley, 23andme en premier, que les données de santé ont bien plus de valeur que les machines permettant de les capter, tels les séquenceurs dont le prix baisse de manière continue. Mais pour que ce partage de données se généralise, il faut le faire via une relation de confiance avec les patients, aussi bien côté respect de la vie privée que de la valeur monétaire de ces données. Une bien belle ambition !

Traaser est une des rares sociétés françaises dans les logiciels associés à la génomique. Elle a créé Diagen, un système expert d’analyse de génomes permettant l’aide au diagnostic et le choix de thérapeutiques ciblées, notamment dans le cadre des maladies orphelines ou d’origines plurifactorielles. Créée en 2016, elle est établie au Génopole d’Evry. La société a de nombreux concurrents aux USA, notamment les applications du même domaine réalisées avec IBM Watson par différents instituts de recherche américains. La solution sera commercialisée en cloud à destination des médecins. Elle valorise des technologies de l’Institut de Génomique du CEA. Il lui faudra maintenant trouver les moyens de finaliser son offre et de financer son déploiement commercial. Le cycle de mise sur le marché devrait être un peu plus court que pour les biotechs !

GenoSplice est une société qui intervient dans le même domaine que Traaser mais est bien plus spécialisée. Egalement basée au Génopole d’Evry, la société fournit des services de bioinformatique permettant l’analyse de l’épissage de l’ADN. Késako ? L’épissage est l’étape d’élimination des séquences non codantes des gênes (introns) dans les cellules eucaryotes après leur transcription en pré-ARN messager, ce qui donne un ARN messager mature reprenant les séquences  codantes des exos et qui pourra alimenter les ribosomes qui exploiteront le code de l’ARN pour générer des polypeptides et protéines (polypeptides avec un grand nombre d’acides aminés). Vous suivez toujours ? Le schéma ci-dessous permet de mieux comprendre le principe de l’épissage. Il se trouve qu’un même gêne peut-être épissé de plusieurs manières différentes selon l’influence de divers facteurs de régulation qui peuvent inverser la position d’exons ou en supprimer. La société permet l’étude de ces variations, qui sont associées à diverses pathologies, notamment dans l’émergence de cancers.

Epissage

osimis.io propose le logiciel d’imagerie médicale open source d’origine belge Orthanc, créé par Sébastien Jodogne et Alain Mazy. L’approche est originale et peu commune dans ce secteur. L’idée des créateurs est de fournir une solution totalement open source et gratuite de logiciel de DICOM (Digital Imaging and COmmunication in Medecine), permettant de bâtir une infrastructure serveur de partage de données d’imagerie médicale et de santé, utilisable notamment par les hôpitaux. Elle est opérable avec de nombreux systèmes propriétaires d’imagerie médicale.

Orthanc

La solution est issue de travaux de recherche du CHU de Liège. Orthanc a gagné de nombreux prix dans l’univers de l’open source et notamment celui de la Free Software Foundation, qui est un peu le Vatican du logiciel libre. Osimis.io est une société qui, en ligne droite des modèles économiques de l’open source, fournit une panoplie de services autour d’Orthanc, pour la formation, l’installation et  la maintenance. Cela fait penser, dans un autre domaine, au logiciel open source VLC (player média) créé par les élèves de l’Ecole Centrale, qui est maintenant géré par une association (VideoLAN). Son président, Jean-Baptiste Kempf, est aussi le créateur de Videolabs qui développe et déploie des solutions autour de VLC, en général, en mode prestation de services. Pour Videolabs comme pour Osimis, la création de richesse directe est faible, mais par contre, l’impact pour l’ensemble de l’écosystème est important. C’est un choix de vie !

Ceci n’était qu’un échantillon. Il existe plein d’autres sociétés spécialisées dans l’informatique médicale. Certaines ne sont d’ailleurs pas des startups au sens originel du terme mais plutôt des prestataires de services.

__________________________

Dans la partie suivante, je passerais à un gros morceau, celui des startups de biotechs. Ca parlera de thérapies diverses : contre les cancers pour commencer, puis de maladies cardio-vasculaires, de maladies neurodégénératives, de maladies orphelines et génétiques et diverses autres pathologies.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 23 février 2017 et mis à jour le 14 mars 2017 Post de | France, Intelligence artificielle, Santé, Startups, Technologie | 55725 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 8 commentaires et tweets sur “Startups scientifiques : medtechs logicielles” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
557 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 504 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique quantique.
flow
Elham Kashefi
Elham est Directrice de recherche au CNRS LIP6 Université Sorbonne, professeure d'informatique quantique à la School of Informatics University d'Edimbourg, cofondatrice de la startup VeriQloud. #quantique
flow
Paula Forteza
Paula est députée des Français d’Amérique latine et des Caraïbes et rapporteure de la mission sur les technologies quantiques demandée par le Premier ministre. #quantique
flow
Jacqueline Bloch
Jacqueline est Directrice de Recherche au CNRS. Elle y développe ses travaux au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies de l'Université Paris Saclay. Elle est également professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. #quantique
flow
Eleni Diamanti
Eleni est Directrice de recherches au CNRS (Sorbonne Université) et spécialiste de la cryptographie quantique. #quantique
flow
Maud Vinet
Maud est responsable du projet d'accélérateur quantique sur silicium au sein du CEA. Bref, derrière une révolution technologique qui comptera à l'échelle mondiale ! #quantique #ExpoBercy2019
flow
Maria Alejandra Zuluaga
Maria est maître de conférences et chercheuse en apprentissage automatique avec des applications en médecine et santé à EURECOM, école d’ingénieurs et centre de recherche en sciences du numérique.
flow
Pascale Caron
Ingénieure avec un MBA, Pascale est CEO de Yunova, conseil en innovation et Associée Beforgo.com, une startup prometteuse du Tourisme.
flow
Josiane Zerubia
Josiane est directrice de recherche à l'Inria au centre de Sophia-Antipolis Méditerranée, spécialiste de la modélisation stochastique en traitement du signal et des images, en particulier pour l'imagerie spatiale.
flow
Christelle Yemdji Tchassi
Christelle est ingénieure développement logiciel châssis chez Renault Software Labs à Sophia Antipolis. #ExpoBercy2019
flow
Gabrielle Regula
Gabrielle est enseignante-chercheuse à l’Université d’Aix Marseille à l’institut des matériaux pour la microélectronique et les nanosciences de Provence.

Derniers commentaires

“De jugement de ma part. de liaison avec la phrase d’après, pas une remise en...”
“Sur la TV connectée. Les applications...”
“Plus de scientifiques en politique, pas forcément, mais plus de formation scientifique en politique, sûrement. Toutefois j'ajouterai qu'un politique doit avoir une certaine culture. En fait on ne peut pas reprocher...”
“Il me semble que la politique telle qu'elle est pratiquée attire certains individus accros à la dopamine. Ou bien quand ils ne sont pas a priori, ils le deviennent. Qu'ils aient une formation scientifique ou pas, ils...”
“Le problème n’est pas vraiment la présence ou pas de scientifiques dans les instances politiques, mais le fait que ce sont les politiques qui décident des orientations, qui les imposent et qui financent. Donc si...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.