CEATEC 2014 : startups

Publié le 16 octobre 2014 - 5 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Après une première partie dédiée à quelques observations générales et un tour de l’actualité 4K et 8K, une seconde à la mobilité, à l’automobile et aux objets connectés, une troisième à la robotique et à l’énergie et l’environnement, je passe maintenant à quelques visites réalisées hors CEATEC à Tokyo. Elles étaient organisées par Francis Perrin, le correspondant sur place du fonds d’investissement IRIS Capital et aussi consultant en développement du business au Japon pour les entreprises internationales. 

Un écosystème de startups en développement

Depuis environ cinq ans, l’écosystème des startups japonais est en plein développement, avec une bonne dizaine d’années de retard sur l’écosystème français. Les jeunes générations ont une plus grande propension que leurs ainées à prendre leurs ailes. Les quelques japonais qui font leurs études supérieures à l’étranger reviennent avec des envies d’entreprendre. Il y a certes encore beaucoup de conservatisme dans la société japonaise, une relation adverse au risque un peu comme en France, mais l’état d’esprit évolue plutôt favorablement. Autrefois principales pourvoyeuses d’emplois dans les technologies, les grandes entreprises commencent à battre de l’aile. L’Etat Japonais commence à encourager les startups et les PME à se développer pour prendre le relais.

Des structures d’incubation ont été créées ces dernières années tout comme des fonds d’investissement en amorçage et en développement. On voit surtout se développer de nombreux fonds “corporate” de sociétés issues de l’Internet ou des télécoms.

Ainsi, côté opérateurs télécoms, nous avons DoCoMo Ventures dont le dernier fonds est de plus de $100m et un programme d’incubation, KDDI gère aussi un son fonds d’accélération KDDI Mugen Labs et son fonds d’investissement KDDI Open Innovation d’environ $100m, géré par le VC Global Brains et en association avec une douzaine de sociétés japonaises de secteurs variés et Softbank a son fonds Softbank Capital qui investit dans le monde entier et vient de lever $100m. Exemple avec sa récente acquisition de la société new-yorkaise DramaFever dans laquelle Softbank Venture avait investit. FramaFever agrège des contenus TV d’Asie pour les diffuser à la demande sur Internet.

Dans les autres acteurs, nous avons le leader du commerce électronique Rakuten et son fonds Ventures de $100m, le pure player Internet Cyberagent se son nouveau fonds de $50m lancé en juin 2014, l’éditeur de logiciels Line filiale du coréen NHN a un fonds de $100m, l’éditeur de jeux Gree  a lancé un fonds de $97m, la société de services marketing Opt a un fonds de $146m focalisé sur les services en cloud, la publicité et le ecommerce et servant à alimenter des startups en vue de leur acquisition. La norme semble être le fonds de $100m !

Ces fonds ont souvent une vocation internationale et n’investissent pas que sur des startups japonaises mais aussi aux USA ou ailleurs en Asie. Il existe également un écosystème de sociétés plus classiques de capital risque et notamment Globis Capital Partners qui gère près de $400m ainsi que Jafco Ventures dont le dernier fonds levé en avril 2014 fait $260m. Le capital risque traditionnel est cependant loin d’être au niveau de maturité de celui des pays européens comme au Royaume-Uni ou en France, tout du moins en proportion du PIB. En 2012, le capital risque japonais était situé aux alentour de son équivalent français selon une étude du Venture Entreprise Center, en très forte décroissance après la crise financière “Lehman Brothers” de 2008.

Côté business angels, il semble que les entrepreneurs ayant réussi au Japon le deviennent rapidement. C’est ainsi le cas de Shogo Kawada, le fondateur de l’éditeur de logiciels mobiles DeNA.

flow

La place de Shibuya vue d'une tour, au centre d'un quartier très actif attirant les jeunes et les startups.

Enfin, Tokyo a aussi son “Silicon Sentier” dans le quartier de Shibuya où sont concentrés un grand nombre de startups et d’incubateurs.

Quid de l’Etat japonais ? Il est bien moins interventionniste que l’Etat français ou même l’Europe en général. Le Japon est en effet un pays très libéral au sens économique du terme. Cependant, des initiatives d’aménagement du territoire et de revitalisation sont parfois lancées comme pour développer l’attractivité économique de Fukuoka. C’est la grande ville du nord de l’Ile de Kyūshū, la plus au sud du Japon et la plus proche de la Corée et de Taïwan. Elle fait 1,5 millions d’habitants et son maire a élu à 36 ans en 2010, un cas très rare au Japon (cf son interview dans Techinasia) !

Fukuoka situation

La zone est déjà bien développée avec de très belles infrastructures de transport (aéroport, train, métro, ports), de nombreuses industries présentes dans les semi-conducteurs, la robotique, l’automobile et la santé et un PIB supérieur à celui de la Suisse. La ville ambitionne maintenant de devenir une “Startup City” et d’attirer les jeunes entrepreneurs en tirant parti à la fois de sa position géographique de gateway vers le reste de l’Asie et de son cadre de vie. Un peu comme Sophia Antipolis près de Nice, connu aussi pour son climat méditerranéen.

On peut aussi citer l’existence du INCJ (Innovation Network Corporation of Japan), un fonds public-privé lancé en 2009 qui est doté de $3B et investit à la fois dans des projets industriels d’envergure et dans des startups. C’est une sorte de Bpifrance à la japonaise.

Pour en savoir plus sur l’écosystème japonais de startups, on peut consulter le blog TheBridge qui est une sorte de RudeBaguette local ainsi que du site Techinasia. On peut y constater qu’un nombre significatif de startups japonaises ont réalisé récemment des levées de fonds comprises entre $1m et $5m. Les levées de fonds supérieures à $5m sont apparues récemment. Cela va jusqu’à $35m avec la startup SmartNews qui propose un logiciel de curation. Malgré tout, l’inventaire des accélérateurs et des fonds d’amorçage est encore assez léger. C’est du “work in progress” !

L’incubateur Movida et l’évolution de son positionnement

Cet incubateur a été fondé par Taizo Son, le frère de Masahoshi Son le fondateur de Softbank, lui aussi milliardaire, après avoir fondé l’éditeur de jeux Gungho.

Lancé en 2011, cet incubateur s’intégrait dans une grande ambition de créer un écosystème pan-asiatique d’innovations à même d’accompagner un millier de startups en 10 ans. Le même 1000 que les 1000 startups de l’incubateur Freyssinet de Xavier Niel qui doit ouvrir en 2016/2017.  Lancé à Tokyo, l’incubateur Movida devait faire des petits ailleurs au Japon ainsi que dans d’autres pays asiatiques comme Taïwan (notamment via une relation étroite avec la famille à l’origine de Foxconn qui a aussi lancé un accélérateur dans l’Internet des objets), la Corée, la Chine et l’Indonésie. Les thématiques couvertes sont la mobilité, les contenus, la curation et le cloud. Ils cherchent des entrepreneurs qui veulent changer le monde.

flow

L'incubateur de Movida à Tokyo est un espace de deux étages qui accueille une quinzaine de startups. L'environnement ressemble à tous les incubateurs avec espace de coworking et espaces communs plutôt agréables.

A l’origine, l’incubateur était censé investir dans les startups. Au final, il ne le fait pas. Par contre, ses services relèvent du goodwill puisqu’apparemment, ils sont gratuits pour les startups. L’incubateur Movida de Tokyo en est actuellement à sa cinquième “promotion” de startups avec une quinzaine d’incubées par batch. Chaque batch a donné lieu à la sélection des startups dans un pool d’une centaine. Les jeunes créateurs sont ingénieurs et business à 50/50, jeunes débutants pour la plupart. A l’issue du programme qui dure quatre mois, les startups pitchent devant des investisseurs dans un DemoDay.

L’incubateur propose surtout de la formation, notamment pour structurer le business plan, simplifier les offres produit, et apprendre à pitcher. Un domaine où les japonais doivent faire beaucoup de progrès, surtout s’il faut le faire en anglais. Pour ce faire, l’incubateur fonctionne avec une demi-douzaine de collaborateurs entourés de quelques experts extérieurs.

Après trois ans d’activité, l’incubateur s’apprête à faire un premier gros pivot. Ils vont laisser de côté le mentoring et les DemoDay pour se focaliser sur une approche de levée de fonds personnalisée pour leurs startups et aussi aider les startups à exporter. Ils veulent créer des synergies avec des fonds d’investissement coréens et taïwanais. On s’éloigne des concepts d’incubateur ou d’accélérateurs. Ils veulent aussi accueillir dans leurs locaux des startups et investisseurs étrangers.

Dans les startups accompagnées, on peut citer Translimit par Movida, auteur du jeu Brainwars, dont 98% des utilisateurs sont non-japonais, PlugAir, qui propose une solution matérielle dans la musique et a levé $1.1m chez Lawson (la chaine de convenience stores). J’y ai croisé une équipe originaire de Yahoo Japan qui veut créer une startup sans trop savoir quoi faire et fait du brainstorming avec un petit kit d’objets connectés d’origine américaine. Et une autre qui propose une solution de recommandation mobile dans le fashion.

flow

En plus de l'incubateur Movida, l'immeuble où il est installé accueille de nombreuses startups et PME de l'Internet.

Movida n’est pas le seul incubateur japonais. On peut aussi citer Samurai Incubate (intègre un fonds d’investissement, un incubateur dans 10 villes dans le monde dont l’Asie, les USA et une antenne en Israël), ABBAlab, Incubatecamp, Beenos et ceux de Docomo et KDDI.

Le leader du crowdfunding social japonais : Readyfor?

Seconde visite hors des sentiers battus du CEATEC, la startup Readyfor dont j’ai rencontré la cofondatrice Haruka Mera. A vrai dire, je me suis rendu compte en discutant avec elle et avec Francis Perrin qui m’accompagnait que je l’avais déjà croisée chez Orange alors qu’elle intervenait en guest star lors d’une Lady Pitch Night de Gils in Tech.

Haruka Mera s’est associée dans ce projet avec un Associate Professor de l’université de Tokyo. Elle est l’une des rares femmes entrepreneurs au Japon. Elle a fait la business school de Keiyu en 2010 puis a passé six mois à Stanford dans l’ingénierie de l’innovation. C’est là qu’elle a décidé de créer ReadyFor?, une plateforme de crowdfunding dédiée à l’entrepreneuriat social et solidaire.

Les projets visés touchent l’éducation, les communautés urbaines, les greentechs. La plateforme a financé 1500 projets. Leur diversité est à l’image de ce que l’n trouve dans toutes les plateformes de crowdfunding. Comme le projet Lester, de restauration de la plus vieille voiture japonaise. Il a levé 13 000 000 de yens, soient 100K€, avec 765 contributeurs, le record de la plateforme. Un autre projet ayant levé 70K€ vise à construire une bibliothèque. Un troisième consiste à produire un documentaire sur le marché au poisson de Tsujiki à Tokyo avant son prochain déménagement qui sera un événement identique au déménagement du marché des Halles à Rungis dans les années 1970. Les projets lèvent en moyenne 7500€.

Dans ce genre de projets, les rewards sont surtout symboliques et n’ont rien à voir avec les précommandes dans Kickstarters ou de l’investissement en capital. Les contributeurs ont en général de 30 à 40 ans.

flow

ReadyFor? est le leader d’un marché déjà bien encombré avec une centaine d’acteurs au Japon (Campfire, Motion Gallery, Countdown, Greefunding). Sans compter le crowdfunding traditionnel avec des acteurs tels que la plateforme Shufti qui vient de lever $5.8m.

ReadyFor? a une part de marché d’environ 30%. Ils prélèvent une commission de 17% qui est assez élevée mais est la norme au Japon dans ce secteur. Un peu comme IndieGogo aux USA, la plateforme propose des services de marketing pour aider les projets à se faire connaitre pendant leur campagne de levée de fonds.

La société emploie une vingtaine de projets pour sélectionner les projets. La sélection porte sur la faisabilité des projets. Seuls 30% des projets soumis sont conservés et parmi eux, 60% atteignent leur objectif de financement, ce qui justifie à posteriori le tri a priori.

L’encre électronique d’AgIC

Dernière startup rencontrée et pas des moindres, AgIC. Elle commercialise une encre conductrice d’électricité qui peut être utilisée dans de nombreuses imprimantes à jet d’encre du marché. Cela permet de créer des circuits imprimés sur du simple papier. Les composants électroniques sont alors assemblés dessus avec de la colle conductrice de courant. Cela sert notamment à réaliser des prototypes rapides de circuits imprimés, pour l’instant en simple couche. Avec une telle encre, on peut aussi créer des résistances, des solénoïdes ainsi que des antennes.

flow

Le cofondateur d'AgIC, Shinya Shimizu, dans les locaux de sa startup qui relèvent bien du garage.

Le projet est le résultat d’un transfert technologique de l’Université de Tokyo. Les créateurs ont été les assistants du Professeur Kalahara, inventeur de cette encre. Le fondateur, Shinya Shimizu, est passé par McKinsey (il maitrise parfaitement l’anglais ce qui est rare au Japon) après avoir fait des études au Media Lab du MIT à Boston pendant six mois. L’un des cofondateurs est basé à Sunnyvale dans la Silicon Valley. Il est issu de Carnegie Mellon et travaillait avant dans le laboratoire du professeur Kalahara. Il a une expérience dans le business development et chez les VC. C’est sa seconde startup. La société a sinon embauché deux jeunes ingénieurs de chez Mitsubishi. Ils conçoivent des produits dérivés utilisant leur encre conductrice. A noter que AgIC a été gagnant d’un concours de pitches à Tokyo. Ils savent bien vendre leur affaire !

flow

L'encre électronique AgIC permet de prototyper très rapidement des circuits imprimés sur du papier avec une simple imprimante à jet d'encre. Un procédé beaucoup plus rapide que les circuits imprimés traditionnels.

Ils ont également comme business angel Angel Tomihisa Kamada, le cofondateur et ancien CEO de l’éditeur de logiciel Access, à l’origine du navigateur mobile i-Mode, qui a par ailleurs aussi investi dans la startup MOFF évoquée dans le second article de cette série, ainsi que dans Schaft, une startup de robotique acquise par Google fin 2013.

La production de l’encre d’AgIC est réalisée par une entreprise de Kyoto qui fabrique des cartouches d’encre traditionnelles. La startup est toute jeune, créée en janvier 2014. Elle a fait un premier tour d’amorçage de 500K$.

Ils supportent les imprimantes à jet d’encre d’Epson, Brother ou Canon, mais pas celles de HP. La raison est que les fabricants de cartouche indépendants ont leurs propres brevets et ont gagné après des procès le droit de produire des cartouches d’encre compatibles avec les imprimantes des constructeurs japonais. Mais HP a su résister.

flow

L'encre électronique d'AgIC est fournie sous la forme d'une cartouche d'encre pour imprimantes à jet d'encre japonaises (Brother, Canon, Epson). Elle existe aussi sous forme de stylo.

La poudre est un mélange d’argent et d’eau. Les cartouches vendues depuis septembre 2014 pour $200 permettent d’imprimer des circuits sur une centaine de pages. Le prix habituel des cartouches pour de l’encre classique est de $50. Ils vendent en accompagnement de la colle électrique qui est un produit standard. Ainsi qu’un stylo qui permet de dessiner directement sur papier, pour $12. Ils commercialisent leur encre pour l’instant aux USA, en Chine et au Japon. Les revendeurs sont Amazon, les grossistes et détaillants en matériel électronique (pour la Chine) ainsi que les stores d’Arduino en Europe. Ils comptent aussi sur la créativité de la communauté de leurs utilisateurs pour imaginer des applications.

Leçons pour les français innovants

J’en ai terminé avec le compte-rendu de cette semaine à Tokyo. Vous l’avez constaté, c’est un pays très contrasté : à la fois solide et fragile. Avec de grandes entreprises qui ont du mal à se transformer et un écosystème de startups et PME qui prend doucement le relai. Le CEATEC illustrait bien ce phénomène avec d’un côté de grands groupes patinant un peu côté innovations, notamment dans le monde des plateformes et des écosystèmes et de l’autre, des startups qui commencent à pointer du nez.

J’ai entendu parler de quatre entreprises françaises sur place à Tokyo : la PME ULIS et ses capteurs infrarouges qui exposait au CEATEC, la PME Aldebaran filiale de SoftBank et ses robots, Ciel et Terre et ses flotteurs utilisés par Kyocera et enfin Alcatel-Lucent, qui inaugurait un showroom à Tokyo avec son PDG Michel Combes. Cela rappelle que même sur un marché réputé fermé et difficile, les sociétés françaises innovantes ont leur place.

J’imaginais en visitant le CEATEC l’impact qu’aurait eut la présence de nombreuses startups françaises que je connais, notamment celles qui envisagent d’être présentes au CES 2015. Un grand nombre d’entre elles auraient fait une grande différence dans un salon sommes toutes assez moyen côté innovations “produits”.

Il y a des opportunités pour les innovateurs français qui ne manquent pas d’idées et de créativité, ce partout dans le monde. Le fait que Softbank ait fait appel à une société française pour développer et commercialiser un robot montre que l’ingénierie française n’a pas à rougir face aux japonais et aux sociétés asiatiques en général.

Les batailles de l’innovation se gagnent à l’échelle mondiale avec des miles de compagnies aériennes et des valises !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 16 octobre 2014 Post de | Startups | 16693 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 5 commentaires et tweets sur “CEATEC 2014 : startups” :

  • [1] - Gérard E. Stein a écrit le 16 octobre 2014 :

    Bravo, bravo pour tes reportages, et surtout merci, c’est de l’or
    ce que je trouve admirable, c’est qu’en te lisant je suis certain de voir/entendre/comprendre beaucoup plus de choses qui m’intéressent que j’y serai moi-même allé.

    Au sujet de ta conclusion sur les start-up françaises qui ne sont pas dans ces grands salons, c’est notre gros problème à nous français, on n’a pas l’esprit de conquête parce que on a pris l’habitude de se sous estimer et/ou d’attendre de l’aide financière et/ou de peur de se faire copier et/ou on ne veut pas y aller nous même, …. et cela est propre à notre environnement….. et je base cela sur ma propre expérience, ayant eu l’opportunité, il y a un certain temps, d’emmener avec moi, une vingtaine de patrons de PME dans un salon à Las Vegas, ceux ci étaient étonnés par beaucoup de choses mais surtout de voir le patrons des petites PMEs exposantes qui n’hésitaient pas, eux mêmes, à interpeler les passants et à leurs faire eux mêmes une démo, ….. mais je sais que cela change et c’est tant mieux

  • [2] - @moderev a écrit sur Twitter le 16 octobre 2014 :

    Dev. de l’écosystème des #startups japonaises : les stés françaises innovantes ont leur place http://t.co/QpRtHeJv6n via @olivez #CEATEC2014

  • [3] - Michelle_G_Marc a écrit le 19 octobre 2014 :

    Merci pour ces quatre articles synthétiques, clairs et précis du CEATEC 2014. Eclairage pertinent sur les innovations technologiques et sur l’écosystème numérique nippon.

  • [4] - Justine a écrit le 24 octobre 2014 :

    Merci beaucoup pour cet article, j’ignorais ce qu’était que le CEATEC, jolie découverte et vive l’entreprenariat !

  • [5] - Chigasaki a écrit le 30 octobre 2014 :

    Merci pour l’article.

    Je me suis installe au Japon depuis plus d’un an. J’ai malheuresement pas pu aller au CEATEC mais vos articles m’ont permis de savoir ce qui s’est passe.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2136 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 504 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Article très intéressant, je n'étais pas au courant de plusieurs choses, je garde en favori...”
“Instructif, sujet très bien traité, Topissime...”
“Merci pour cet article à la fois dense et compréhensible, à la fois technique et économique. Article vraiment très complet et intéressant...”
“Les russes ont été des précurseurs de la logique SFQ et RSFQ, mais Le Japon est le pays où la recherche dans ce domaine a été la plus développée. Le problème est qu'il n'en est jamais rien sorti d'utilisable...”
“Le coronographe permet aussi d’analyser les nuages de poussières autour d’étoiles en formation, dans ce que l’on appelle les disques proto-planétaires, qui sont les disques de poussières et de gaz servant de...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.