CEATEC 2014 : mobilité et objets connectés

Publié le 13 octobre 2014 et mis à jour le 16 octobre 2014 - Un commentaire -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Après la première partie de mon compte-rendu du CEATEC dédié à quelques observations générales et un tour de l’actualité 4K et 8K, passons à la mobilité, y compris l’automobile et aux objets connectés et à leurs capteurs associés.

Le ron-ron de l’innovation dans la mobilité

Le chinois Huawei présentait ses smartphones et tablettes annoncés récemment et notamment au moment de l’IFA. Ils sont à l’image de l’état de l’art du marché, la différentiation entre les constructeurs étant de plus en plus ténue, ceux-ci utilisant à peu de choses près les mêmes composants et la même version d’Android, agrémentée ou pas d’applications spécifiques.

flow

L’Ascend P7, est un smartphone “sim-free”, à savoir commercialisé sans abonnement via les opérateurs télécoms. Comme on le fait chez Free en France, qui a lancé cette mode en 2012. Les spécifications de base : un écran 5 pouces 1080p, Android 4.4, un chipset Hisilicon Kirin 910T quad-core tournant à 1,8 GHz (pour le marché japonais, en Europe et aux USA, c’est je crois un Qualcomm Snapdragon pour pouvoir supporter le CDMA), une caméra Sony 13 mpixels qui ouvre à 2.0 et une caméra frontale de 8 Mpixels et grand angle adaptée aux selfies.

Le phablet Ascend Mate 7 de 6 pouces a un écran 1080p, un chipset Hisilicon Kirin octo-coeur (quatre ARM A15 à 1,8 GHz et quatre A7 à basse consommation à 1,3 GHz), des caméras 13 et 5 mpixels et un lecteur d’empreintes digitales qui fonctionne dans toutes les directions.

Enfin, la tablette MediaPad X1 6.0 de 7 pouces en 1920×1200 pixels (ratio 16/10) fait 7,18 mm d’épaisseur. La mode est au régime minceur !

Pourquoi commencer par Huawei ? Parce que les constructeurs japonais ne sont pas leaders dans les smartphones et les tablettes, un marché “bouffé” par les coréens (Samsung, LG), les Taïwanais (HTC) et les chinois (Xiaomi, Huawei) sans compter évidemment Apple. Sharp et Sony sont toutefois bien présents sur le marché japonais. S’il est bien difficile de trouver de la publicité pour Samsung, KDDI propose tout de même des Galaxy dans ses abonnements “AU”.

Restent des niches de marché. Kyocera (Kyoto Ceramics) présentait ses Torque G01, des smartphones durcis et waterproof qui supportent les chutes de 1,2m,  la poussière et autres intempéries (mais mon vieil iPhone dotée d’une coque supporte des chutes de plus de 4 mètres en tir parabolique…). Dans d‘autres modèles comme le Brigadier qui est commercialisé au USA, ils intègrent un écran en saphire, le matériau le plus dur juste derrière le diamant. Et en effet, il est difficile à rayer ! De son côté, Sharp met en avant une gamme de smartphones aux lignes épurées, les Aquos Crystal, dotés d’un écran de 5 pouces quasiment sans bord (0,6 mm).

flow

Côté tablettes, Sharp présentait une 7 pouce dotée d’un écran MEMS-IGZO, une technologie démontrée depuis des années au CEATEC et qui présente l’intérêt de générer un très bon rendu des couleurs et de consommer beaucoup moins que les écrans LCD habituels. A chaque CEATEC, Sharp annonce une disponibilité pour l’année suivante. Donc, cette fois-ci, ce sera pour 2015 et uniquement pour le marché japonais pour commencer. Peut-être. En fait, la technologie MEMS utilisée ici provient de Pixtronix, une filiale de l’américain Qualcomm. Il s’agit de micro obturateurs qui font passer la lumière ou pas issue d’un rétroéclairage LED. Ils se substituent à des matrice en LCD et réduisent le besoin en lumière car le LCD génère une déperdition significative liée au LCD lui-même et au filtre polarisant qui l’accompagne. La tablette Android est aussi équipée d’un processeur Qualcomm Snapdragon S800. Au passage, elle est étanche à la norme IPX5/IPX7.

Fujitsu démontrait quand à lui une tablette entièrement waterproof, la ARROW Tab Q704/H.

Enfin, pour ce qui est des laptops, Toshiba présentait une tablette Windows 8 de 7 pouces. Les constructeurs japonais se distinguent sinon par leur capacité à produire des laptops à la fois puissants et très légers. On en trouvait chez Toshiba et Fujitsu. Panasonic lançait au même moment son convertible (laptop + tablette) “Let’s note RZ4”, qui pèse 745 grammes avec un écran de 10,1 pouces de 1920×1200 pixels.

L’opérateur mobile DoCoMo démontrait sinon sa “Portable SIM”, un lecteur de cartes SIM mutualisable par des différents mobiles. Ainsi, plus besoin d’avoir une carte SIM pour chaque smartphone ou tablette connecté que l’on trimballe avec soi. Cela permet de tous les utiliser pour la téléphone et se substitue dans une certaine mesure aux fonctions de routeur Wi-Fi intégrées dans les smartphones ou dans des boîtiers dédiés à cette fonction.

flow

La portable SIM est la carte blanche portée par le démonstrateur. Elle permet d'avoir accès à son abonnement 3G/4G à partir de n'importe lequel de ses mobiles à portée de main. Avec certainement un bout de logiciel associé.

Dans le showroom de son siège, DoCoMo démontrait un système d’analyse des données d’usage de ses clients. C’est du géomapping que proposent tous les opérateurs télécom mobiles. Il peut notamment servir à des plans d’urbanisme. Orange avait présenté pratiquement le même scénario lors de son dernier ShowHello.

flow

DoCoMo présentait aussi son projet d’équipement de stades en 5G avec 52 antennes pour 1200 utilisateurs simultanés. Cela rappelle le projet d’équipement du stade du Grand Lyon d’Orange avec 500 antennes Wi-Fi. Ce qui revient à peu près au même.

flow

Focalisation sur l’interface utilisateur dans l’automobile

Cette année, contrairement au CEATEC 2013 et au CES 2014, il n’y avait aucune démonstration de conduite automatique. L’emphase était mise sur les interfaces utilisateurs intégrées aux consoles des véhicules, que ce soit chez les constructeurs (Toyota, Mazda) ou les équipementiers (Clarion, Pioneer, Kyocera, Alps). Avec beaucoup de commande vocale avancée.

Toyota présentait son offre embarquée T-Connect et son “Predictive Information Service” qui permet de tirer parti d’une base “big data” (bingo !) pour planifier ses trajets et éviter les accidents, embouteillages et conditions météorologiques défavorables. Et aussi là où il faut s’arrêter pour recharger son réservoir compte-tenu de son autonomie et des stations disponibles sur son chemin. A part ce dernier point, on trouve tout cela dans Waze…

Toyota comme DoCoMo présentaient le contrôle vocal bidirectionnel pour améliorer le contrôle du véhicule. A savoir que l’on commande le véhicule à la voix et que ce dernier guide aussi le conducteur par la voix. Les démonstrations mettaient en évidence un risque associé, celui d’avoir un ordinateur un peu trop bavard, s’il se met, comme c’est prévu à interroger le conducteur dès qu’il freine un peu brusquement pour lui demander s’il n’est pas fatigué et lui recommander de se reposer.

Chez Alps, des capteurs intégrés dans le siège captent même le pouls et le rythme respiratoire du conducteur, là aussi pour servir de nounou et recommander au conducteur de se reposer si nécessaire. Cette manie de vouloir mettre des capteurs partout ! Mais c’est compréhensible… pour un fabricant de capteurs !

flow

Démonstrateur de rendu de capteurs biométriques intégrés dans le siège conducteur chez Alps. Pour capter pouls et rythme respiratoire et détecter des anomalies.

En plus de la commande vocale qui n’a rien d’extraordinaire, on pouvait voir de la commande haptique ou tactile voire même sans toucher, sorte de Kinect de proximité.

Comme chaque année, les systèmes de “viseur tête haute” sont également courants pour pouvoir avoir le nez sur la route tout en bénéficiant d’informations sur la conduite et la direction à prendre. Alps propose ainsi un écran 18 pouces pour head-up display. Chez Toyota, le Wi-Fi est intégré dans le véhicule.  En fait, le voiture capte le Wi-Fi de votre mobile ou les Wi-Fi avoisinant et les rend disponibles à vos divers devices. Chez Mitsubishi, un Predictive Agent anticipe les actions du conducteur et présente un choix à trois options (appel téléphonique, chercher sa route, …). S’y ajoute la commande vocale pour la recherche d’itinéraires.

Seule véritable nouveauté technique côté automobile, Sharp montrait des écrans LCD non rectangulaires qui s’adaptent aux formes des consoles dans les voitures. Dans ces très élégants “Free Form Display” en LCD IGZO, la connectique avec l’écran est derrière l’écran au lieu d’être sur les côtés. Mais au moins un côté de l’écran doit être droit pour la connectique avec l’extérieur. Cette technologie a été annoncée en juin 2014 et on l’imagine installée d’emblée dans des voitures sportives avant d’apparaître dans l’entrée de gamme. Cette technologie pourrait avoir de nombreuses applications dans d’autres secteurs que l’automobile. Cela va sûrement donner des idées nouvelles d’objets connectés, en particulier pour la maison.

flow

Les écrans LCD (IGZO) non rectangulaires de Sharp, une vraie nouveauté avec plein d'usages, probablement au-delà de l'automobile.

Le même Sharp démontrait une caméra de nuit qui ajoute de la couleur aux images noir et blanc produites avec un capteur infrarouges, grâce à un capteur CCD infrarouge haute sensibilité. Le procédé n’était pas documenté, comme beaucoup de choses chez Sharp. Il ne semble pas que la caméra qui fonctionne quasiment dans le noir dispose d’un capteur CMOS classique en plus d’un CCD infrarouge. Il exploiterait l’infrarouge proche du rouge visible pour interpoler les couleurs. On demande à comprendre !

Sharp montrait aussi un système de vision à 360° capable d’assembler en temps réel les vidéos issues de plusieurs caméras situées autour du véhicule. Peut-être utilisent-ils la technologie de l’une des trois startups françaises qui savent faire ça très bien : Kolor, Giroptic ou LoopIn/VideoStitch. Le résultat permet d’obtenir une image de la voiture “vue du dessus” ce qui est pratique pour faire un créneau.

flow

Démonstration de vision nocturne en couleur chez Sharp avec une caméra infrarouge. A gauche son rendu et à droite le rendu d'une caméra infrarouge classique. Reste à comprendre comme cela fonctionne et si cela fonctionne bien en cas réels au-delà de la démonstration !

Pioneer annonçait un partenariat avec Audi pour ses R8 avec l’ambition de créer des voitures à conduite automatique, mais sans plus de précisions sur le stand.

Côté motorisation, on passe de la propulsion électrique aux moteurs à combustible (hydrogène) poussés par Honda et Toyota, avec sa Sedan FCV (Fuel Cell Vehicle). Le Honda FCX Clarity Smart Hydrogen Station permet d’alimenter les véhicules à hydrogène.

Les avantages de ce genre de motorisation par rapport aux voitures électriques à batterie ? Un rendement énergétique meilleur au niveau poids/volume et donc une meilleure autonomie, qui va jusqu’à 700 km avec la Sedan FCV de Toyota (vs un max de 500 Km pour le record de la voiture électrique, la Tesla S). Le réservoir se remplit aussi en 3 minutes ce que l’on est loin de savoir faire avec les voitures électriques. Surtout depuis la disparition de Better Place en 2013, cette société israélienne qui voulait créer des garages remplaçant automatiquement les batteries de voitures électriques en moins d’une minute.

Les constructeurs poussent cependant toujours les véhicules hybrides ou électriques. Les uns comme les autres ne permettent cependant pas de résoudre la question de la production d’énergie primaire qui permet ensuite de produire l’hydrogène ou l’électricité embarquées dans les véhicules.

Des objets connectés mais pas de plateforme commune

Comme pour les robots que nous verrons plus loin, de nombreux objets connectés présentés au CEATEC sont des démonstrateurs de fabricants de composants.

Alps démontrait sa bague de commande Smart Ring qui joue le rôle de clé ou de télécommande. Elle permet notamment de commander l’ouverture des portes motorisées d’une voiture futuristique. Notons au passage que les taxis de Tokyo ouvrent leur porte motorisée à distance.

flow

Rohm montrait une grosse clé dotée d’une dizaine de capteurs avec Bluetooth intégré, mesurant la pression de l’air, l’accélération, la proximité, capteur de couleur et d’UV. Le tout tenant sur un tout petit circuit. Reste à inventer les usages qui vont avec et à intégrer tout cela dans un objet.

flow

Rohm propose un petit circuit imprimé comprenant une dizaine de capteurs d'ambiance, utiles surtout pour la maison.

Omron faisait de même avec un boitier destiné à la maison et doté d’une dizaine de capteurs.  Sinon, leur “HVC-C human vision” détecte les visages et les expressions, l’âge et le genre.

DoCoMo présentait son curieux Yubi Navi, une sorte de manette dont l’intérieur est motorisé et se tortille à gauche ou à droite et au milieu, ce qui permet une communication bidirectionnelle : on peut l’utiliser comme télécommande gyroscopique et elle est capable de se tordre dans un sens ou l’autre. Exemple d’application : indiquer où il faut tourner dans la rue, pourquoi pas pour les aveugles. C’est du bizarre. Du bizarre qui n’ira probablement pas bien loin.

flow

Curieux dongle que ce Yubi Navi de DoCoMo. Il permet d'obtenir un retour mécanique de la part de son mobile, par exemple pour indiquer la direction à prendre dans ses déplacements.

Les lunettes de réalité augmentée étaient aussi présentes dans pas mal de stands. Epson montrait sa nouvelle génération de Moverio BT200AV, tournant sous Android, et Toshiba ses lunettes équivalentes. Elles font la course derrière les Google Glass qui, ironie de l’histoire, sont les plus miniaturisées du genre. Les japonais n’arrivent pas à faire aussi simple.

flow

Pas toujours bien pratiques ni esthétiques ces lunettes de réalité augmentée, ici chez Epson.

On peut cependant débattre de l’angle de vue des lunettes qui est faible (13°) sur les Google Glass et meilleur dans ces solutions alternatives. Les variantes se situent essentiellement là. Comme elles tournent sous Android, les scénarios applicatifs sont les mêmes d’une paire de lunettes à l’autre.

Dans la maigrelette zone startups dénommée Venture Zone, on trouvait Tempescope, qui lance un boitier transparent incarnant l’état de la météo avec des gouttes d’eau et nuages en fonction de la météo extérieure. Seul le mauvais temps donne lieu à un effet. Pas d’effet égal beau temps. La startup va bientôt faire appel à un financement sur Kickstarter. C’est rigolo et pourrait très bien compléter une station météo Netatmo !

Dans cette même zone, j’ai rencontré MOFF et son petit bracelet capteur de mouvement qui se met facilement autour de la main. Il est associé à une petite panoplie d’applications pour tablettes pour l’instant iOS (Android n’est pas populaire au Japon). La société développe toutes ses applications elle-même et n’a pas d’approche de plateforme et d’écosystème. Cette intégration verticale s’explique peut-être par la commodité du device. Pain point traité par la société : les enfants ont trop de jouets dans les chambres et il faut les faire bouger et sortir le nez de leur écran.

On pouvait d’ailleurs voir ces mêmes capteurs de mouvement chez Epson, mais cette fois-ci dans l’idée de les associer à différents objets, un peu comme le fait Mother du français Sense.

Sharp mettait en valeur Cocoro, un “moteur d’intelligence artificielle” censé donné de l’émotion et du cœur à vos appareils électriques, via la synthèse vocale. En guise d’émotions, votre machine à laver vous indiquera qu’elle fera appel à la batterie de la maison et pas aux panneaux photovoltaïque du fait d’une météo nuageuse. Cette technologie aussi intégrée dans leurs smartphones. Cela rappelle les fonctions équivalentes de l’électroménager LG Electronics démontrées au CES 2013 et 2014. On peut cependant parler de plateforme, tout du moins pour l’ensemble des produits de Sharp qui sont supportés par Coroco. Cette approche de domotique intégrée ne semble pas faire la part belle à l’ouverture et aux standards. Tout du moins, Sharp n’en parle pas. Sans compter que ces offres ne concernent que le marché japonais.

On pouvait enfin voir quelques montres connectées et autres capteurs de mouvements. L’américain Fitbit avait un stand. Huawei montrait son Talk Band B1, un Fitbit like. Epson montrait aussi des montres connectées et je ne suis pas rentré dans le détail.

Dans l’ensemble, les industriels japonais suivent les tendances imprimées par les groupes et startups américains (voire français) du secteur. Ils cherchent surtout à caser les capteurs issus de leur industrie électronique. Saviez-vous cependant que le numéro un mondial des MEMS était franco-italien ? C’est ST-Microelectronics ! Devant l’allemand Bosch et les japonais cités ici, notamment Murata.

________________________________

Dans l’épisode suivant, rendez-vous avec les robots, l’énergie et divers autres usages comme la santé.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 13 octobre 2014 et mis à jour le 16 octobre 2014 Post de | Actualités | 16178 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Un commentaire sur “CEATEC 2014 : mobilité et objets connectés” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
535 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Alexia Aufeves
Alexia est directrice de recherches au CNRS (Institut Néel de Grenoble). C'est une théoricienne de l'optique quantique et de la thermodynamique quantique. Elle travaille sur l'énergétique du calcul quantique qui questionne autant la nature du hasard que la viabilité économique des ordinateurs du futur.
flow
Laure Bourgois
Laure est fondatrice de Codataschool, organisme de formations spécialisé en Big Data et IA., et conférencière sur l'intelligence artificielle.
flow
Julie Valade
Julie est Data Scientist, pôle Innovation et Développement de la Gestion d’Actifs chez Caisse des Dépôts et Consignation.
flow
Noémie Rodet
Noémie est chef de projet chez VP&White, éditeur et intégrateur de solutions full web.
flow
Yaël Jacquey-Dehaese
Yaël est chef de projet en charge de la Promotion de la Mixité à la Société Générale et fondatrice de la startup IT4Girls qui forme les jeunes filles et femmes de 7 à 77 ans à l'apprentissage de la programmation.
flow
Clotilde Chevet
Clotilde est Doctorante au GRIPIC et enseignante au CELSA. Thèse en sciences de l’information et de la communication sur les assistants personnels numériques : « L’interaction homme machine, un système d’écriture qui fait monde ».
flow
Gaëlle Monteiller
Gaëlle est Présidente et cofondatrice de la startup TOD, dans le domaine des ressources humaines.
flow
Aude Bernheim
Aude est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences. Co-auteure du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Flora Vincent
Flora est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences et co-autrice du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Annabelle Blangero
Annabelle est Data Scientist et Consultante senior chez Octo Technology, spécialisée en Machine Learning.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.

Derniers commentaires

“Merci Philippe ! Oui, la mécanique quantique doit faire réfléchir. Mais en comprenant bien que ce que l'on peut comprendre des bizarreries de l'infiniment petit ne s'applique pas forcément au monde macro. C'est...”
“Très drôle ... la vidéo du coach au début est totalement hallucinante par contre, mais on a bien des politiciens de haut vol qui vont consulter des voyantes, et des médecins qui prescrivent de l'homéopathie alors...”
“Hello Olivier, grande forme pour cette rentrée. Merci pour la fantaisie de reprise , très pédagogique au demeurant....”
“Super article, bravo et merci pour le travail de recherche. Concernant Zapata et son FlyBoard, le point important à suivre est le développement de ce futur réacteur "maison". Je suis entièrement d'accord sur...”
“La surmédiatisation des prouesses de Franky Zapata et de son #flyboardair bat son plein depuis sa #démonstration lo…...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.