ePawn et sa plateforme de jeu Arena

Publié le 15 janvier 2012 et mis à jour le 12 novembre 2014 - Commenter -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Il est de bon ton d’être sceptique sur le devenir de l’industrie de l’électronique grand public en France, voire en Europe. Les délocalisations en Chine et les lacunes dans le design et le marketing tout comme dans le financement sont souvent évoquées pour expliquer la faiblesse de cette industrie.

Pourtant, il n’y a pas de fatalité à ce que les entreprises européennes et françaises ne réussissent pas dans le domaine. Elles savent être innovantes. Elles ont des atouts et ont besoin d’être promues. Nous avons tout de même Parrot, Archos, LaCie ainsi que WiThings pour ne citer que les plus connues. Ce dernier est une société relativement récente et qui se développe très bien à l’international. Je les vois au CES de Las Vegas depuis deux ans maintenant. Il y en a d’autres moins connues comme AWOX (box TV/multimédia), Bookeen (liseuses) ou Memup (tablettes). Certains sont cités dans “Table ePawn

Comment ça marche ?

Chaque pion comprend un composant électronique pour l’instant actif (avec pile) qui est détecté par une matrice souple – et brevetée – située derrière la dalle LCD standard. Celle-ci peut détecter en temps réel la position, l’orientation et la hauteur de plusieurs dizaines de pions simultanément. Dans sa première mouture, la tablette aura une épaisseur de un centimètre. Son format pourra évidemment évoluer en fonction des technologies d’écrans, pourquoi pas avec des écrans OLED souples et déroulables… comme un tapis de jeu ! Et les pions pourront à terme devenir passifs, sans besoin de pile. Et même pouvoir se déplacer !

La plateforme de jeu d’ePawn n’est pas un ordinateur mais plutôt un double périphérique doté d’un microcontrôleur. Il ne contient ni processeur, ni mémoire, ni de support de stockage, ce qui permet d’avoir un cout de production très raisonnable. Il se connecte à tout mobile ou ordinateur tournant pour l’instant sous iOS, Android ou Windows. Dans le cas de l’iPhone ou de l’iPad, cela passe par un câble qui se connecte sur la prise standard Apple qui intègre une sortie HDMI. Via un pilote de périphérique, les jeux tournant sur ces outils courants vont identifier la position des pions et envoyer en retour l’image animée du jeu sur l’écran. Toute l’intelligence du jeu est dans ces ordinateurs fixes ou mobiles. L’intérêt est qu’il est facile d’adapter des jeux existants à cette plateforme.

La tablette est sinon conçue pour fonctionner de manière autonome pendant plusieurs heures. Elle exploitera une batterie plate Lithium-Polymère similaire à celles que l’on trouve dans l’iPad. C’est tout à fait faisable ! J’avais pu voir des écrans de TV Sharp de plus grand format que le 23 pouces alimentés ainsi par batterie au CEATEC de Tokyo en octobre dernier.

Le marché d’ePawn

Le marché d’ePawn est nouveau en soi. Il s’appuie cependant sur deux socles assez solides : d’un côté, un marché des jeux qui se porte bien, et plus précisément celui des jeux de société, et de l’autre, le marché des smartphones, tablettes et autres PC qui ne sont pas des concurrents mais au contraire des outils sur lesquelles la tablette d’ePawn se connecte. Le besoin est latent : comment bénéficier d’un meilleur lien entre le monde réel (des pions de jeux) et le virtuel (les jeux vidéo). Les franchises de jeux classiques style Monopoly sont toutes à la recherche de solutions innovantes pour se renouveler. Sans compter les éditeurs de jeux qui viennent du monde virtuel et qui cherchent à rendre plus tangibles leurs jeux.

Le modèle économique d’une telle startup est multiple : au départ, vendre ses tablettes de jeu. Mais ensuite, cela peut déboucher sur la vente des pions adaptés ou leur vente sous forme de royalties. Cela peut générer un volume d’affaire récurrent pour chaque tablette vendue. Le tout avec un bon effet de levier s’appuyant sur les éditeurs de jeux.

Comme toute startup qui démarre, ses ambitions de départ sont modestes, mais le potentiel de ce marché est énorme si les usages “prennent bien”. Il peut atteindre des centaines de milliers de tablettes Arena voire bien plus. La tablette pourrait ensuite se décliner sur plusieurs formats tout comme bénéficier des évolutions des technologies d’affichage.

ePawn a démarré en août 2010 et a présenté son prototype dans différents salons et notamment à l’E3 de Los Angeles en juin 2011, Spiel à Essen en octobre 2011 et la Game Connection Europe à Paris en décembre 2011. Enfin, ils étaient présents au CES 2012. L’accueil des médias spécialisés dans les jeux a été jusqu’à présent excellent. Il leur reste à enclencher le développement de jeux supportant la tablette et à en livrer une première version industrialisée. Celle-ci devrait être commercialisée aux alentours de 400€.

La concurrence ? La principale provient des tablettes elles-mêmes, style iPad. Mais celles-ci ne savent pas détecter plus de deux objets dans le meilleur des cas et qui plus est, ne peuvent détecter leur orientation ni leur hauteur. Elles sont donc très limitées pour la mise en place de jeux de société tels que ceux qui sont permis par l’Arena d’autant plus que leur surface est très réduite.

Leur présence au CES

Dernière rencontre avec les fondateurs de ePawn : le CES où ils exposaient pour la première fois, dans la zone “gaming” située dans le South Hall.

ePawn CES 2012

Au dernier jour du salon, le bilan était très positif pour eux. Ils ont pu rencontrer de nombreux médias, notamment américains (Forbes, Engadget, Gamasutra, Gamertell, Ubergizmo) mais aussi français (AFP, TF1, GameOne). Et surtout des partenaires technologiques potentiels : constructeurs de TV et d’accessoires. Et enfin, les plus importants d’entre eux, les éditeurs de jeux.

Les besoins de la startup

Pour se développer, une telle startup a évidemment besoin de cash, des centaines de milliers d’Euros pour commencer et rapidement des millions d’Euros pour décoller. Il faut financer les premières productions de tablettes à l’échelle industrielle (en France pour démarrer) et il faut aborder le marché international car les donneurs d’ordre et l’écosystème sont principalement situés hors de France. Certains éditeurs de jeux français bien présents à l’international comme Activision-Blizzard, Ubisoft et Gameloft pourraient supporter cette nouvelle plateforme pour développer leur activité en tirant parti de cette belle innovation. Et lui donner un bon coup de pouce par la même occasion !

A bons entendeurs !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 15 janvier 2012 et mis à jour le 12 novembre 2014 Post de | Innovation, Loisirs numériques, Startups | 9168 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
525 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos
albth
France Digitale Day Sept2018
2018
26 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.
flow
Marie-Line Ricard (Sia Partners)
Associée au sein du cabinet Sia Partners, dans le secteur financier autour des problématiques traditionnelles et des évolutions réglementaires et dans les nouvelles technologies telles que la #Blockchain, les ICOs, et plus globalement la token economy.
flow
Francesca Gatti Rodorigo (Awaywegals)
Francesca est développeuse web full-stack, Fondatrice et CEO de awaywegals.com, une plateforme web développée sur blockchain et dédiée aux voyageuses qui sera lancée en 2020.
flow
Ying-Huei Chu (MoneyTrack)
Ying-Huei est Product Owner chez MoneyTrack, une startup dont la solution permet de tracer l'utilisation de fonds avec le blockchain, l'indemnisation d'assurance, le budget de l'état, les bourses scolaires, etc.
flow
Carole Vachet
Carole est Adjointe au Chef du Bureau Epargne et Marchés financiers de la Direction Générale du Trésor, en charge des sujets d’innovation financière.
flow
Stéphanie Flacher (Maslow Capital Partner)
Stéphanie est Directrice du département Blockchain de Maslow Capital Partner, banque d'affaires indépendante spécialisée dans l'accompagnement des entreprises européennes à forte croissance.
flow
Jeanne Dussueil
Jeanne est journaliste économie et tech, fondatrice du nouveau média GlobalizNow.com et coordinatrice de l’association Fais Ton Réseau.
flow
Liz NDouga (SII)
Liz est consultante et développeuse Blockchain chez SII (Société pour l'informatique industrielle), une entreprise de services numériques basée à Paris, implantée partout en France et à l'international. En parallèle, donne des cours sur la Blockchain à l'école d'ingénieurs ECE Paris.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.

Derniers commentaires

“Où alors, il faut arrêter avec cette connerie de parité gauchiste/féministe. Les êtres humains font des choix en fonction de leurs sensibilités et de leurs compétences naturelles. Les femmes sont plus enclin à...”
“Très bonne mise au point. J'ai toujours été un peu réticent à cette ruée vers le code, décidée souvent d'en haut par des personnes qui n'ont jamais programmé, et ne programmeront jamais. Jusqu'à ce que je...”
“Pas grand chose, à part deux points : l'expérience du dev sous toutes les formes donne de la perspective sur les progrès accomplis, leur rapidité ou leur lenteur selon les cas, et elle permet de mieux comprendre...”
“Olivier J'ai pas l'habitude de faire des commentaires sur ce terrain, mais là j'ai envie de te faire un clin d'oeil J'ai programmé après en avoir fait les analyses complètes plusieurs centaines de programmes des...”
“Tout à fait ! En critiquant le code, on confond la fonction et l'outil. C'est un peu comme si on définissait le rôle d'un médecin généraliste par sa maîtrise du...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.