Trop d’Etat, oui mais où ça? (3)

Publié le 28 février 2007 et mis à jour le 12 mars 2021 - Un commentaire -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Je poursuis mon petit inventaire de la dépense publique avec le secteur de la défense, de la sécurité et de la justice, qui sont intimement liés, avec des missions adjacentes ou partagées.

Le cumul de ces trois postes représente 63md€, soit un peu plus que le budget de l’éducation nationale (59md€):

La France est plutôt dépensière dans la défense et la sécurité, avec des spécificités géopolitiques qui coûtent cher, et un policier pour 250 habitant, l’un des taux les plus élevés d’Europe (mais je n’ai pas pu mettre la main sur les statistiques correspondantes). La justice est par contre un peu en retrait avec des besoins de financement structurels flagrants.

Défense Nationale (39,5md€ en 2007)

Le budget de la défense nationale est de 36md€ auxquels il faut ajouter 3,5md€ de  budget “anciens combattants”. L’ensemble représente environ 337000 personnes (les effectifs de la gendarmerie étant sortis de ce périmètre pour faire partie de la sécurité intérieure au même titre que la police).

La France cumule quelques spécificités “dépensières” plus qu’aucun autre pays au sein de l’Union Européenne – hors UK:

  • Une présence dans le monde et surtout en Afrique, qui mobilise des milliers de soldats, et au sein de l’ONU au Liban. Aucun pays Européen n’a une telle présence. Il y a jusqu’à 37000 soldats français présents à l’étranger dont 15000 dans des conflits situés dans une quinzaine de pays (voir cet article du Monde sur le sujet). Le tout avec la logistique qui va derrière, et qui mobilise actuellement près de la moitié des effectifs de la défense nationale. Au point que la marge de manoeuvre pour intervenir ailleurs n’existe quasiment plus.
  • Nos DOM/TOM répartis sur un grand nombre de fuseaux horaires et les milliers de kilomètres de nos côtes en métropole justifient une marine nationale bien développée. Aucun pays Européen n’a un territoire aussi grand et dispersé à protéger.
  • Un armement (aviation, chars, marine, missiles) payé au prix fort à des industriels locaux qui ne produisent pas sur une assez grande échelle et n’arrivent plus à exporter comme avant. Les échecs commerciaux des chasseurs Rafale et des chars Leclerc ont un impact direct sur le coût de nos équipements. Notre indépendance industrielle dans l’armement pèse directement sur les finances de l’Etat, même si elle protège d’un autre côté des emplois qualifiés chez Dassault, Matra et autres industriels.
  • Une dissuasion nucléaire avec notamment quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et six sous-marins à propulsion nucléaire, qu’il faut remplacer régulièrement, tout comme les lanceurs de missiles nucléaires. Sans compter les moyens techniques et industriels qui vont avec – notamment au CEA qui consommait 1,36md€ dans sa Direction des Applications Militaires en 2006 – puisque la France est autosuffisante en apparence dans la conception et la fabrication de ces armements, et cela a un coût énorme. La dissuasion nucléaire représente environ 10% du budget de la défense en France (3,6md€ en 2006) alors qu’en en pesait le tiers il y a 15 ans. Cette tendance à la baisse aurait fait atteindre le niveau de “stricte suffisance” dans la dissuasion.
  • Et un porte-avion, lui même à propulsion nucléaire. Et toute la force aéronavale qu’il embarque, notamment les couteux Rafale version “marine”. Charles de Gaulle bien seul en mer car il doit être en maintenance le 1/3 du temps, et nécessite donc un jumeau pour préserver une capacité d’intervention permanente. Comme c’était le cas du temps des porte-avions Foch et Clémenceau jusqu’à la fin des années 1990.

Tout ceci impacte surtout le budget de l’équipement et de la capacité industrielle publique (DGA, DCN) qui va avec, de l’ordre de 10md€ par an. D’où le réflexe de la mutualisation avec l’Europe proposée notamment par Ségolène Royal. Mais n’est-ce pas un voeu pieux? La dissuasion nucléaire ne se mutualise pas facilement, au moins au niveau opérationnel, sinon la France serait restée dans le commandement intégré de l’OTAN en 1966. Quand au porte-avion, surtout au second qu’il faudrait construire pour pouvoir assurer une continuité de mission, sa construction pourrait être mutualisée avec les anglais. La dernière fois que la France s’est lancée dans un projet de ce genre, c’était avec le Concorde! Les deux pays en sont encore au stade des discussions.

Un rapport publié sur le site de l’OTAN permet de comparer les budgets de défense – à périmètre égal – par rapport au PNB, pour de nombreux pays. J’y ai ajouté Israël qui est particulièrement dépensier, sans compter une aide de $2B provenant des USA. Le tableau suivant reconstitué à partie des données OTAN pour 2006 montre que la France n’est dépassée finalement que par des pays en guerre (USA et Israël) ou le couple Grèce/Turquie (à tradition militaire forte et avec une rivalité toujours permanente):

Et une autre vue en % du total qui rappelle le poids des USA qui représentent en gros la moitié des budgets de défense du monde entier, tous les pays (surtout d’Asie et du Moyen Orient) n’étant pas représentés ici:

La France consacre 1,1% de son PNB de plus que l’Allemagne à sa défense! Cela n’est pas rien dans les comptes de la nation et dans les prélèvements obligatoires! En gros, si le budget de la défense de la France était voisin de la moyenne européenne, d’environ 1,7% du PNB, on pourrait économiser de l’ordre de 10md€, de quoi stabiliser la dette. Mais on en est évidemment loin car la France tient à son rang dans le monde, notamment dans le Conseil de Sécurité et à l’ONU, où elle est dans les cinq plus gros contributeurs aux interventions de casques bleus comme au Liban, et c’est financièrement pour notre pomme!

Des économies sont-elles donc possibles? Peut-être au niveau de la dissuasion nucléaire, qu’il faut certes maintenir, mais en regardant de plus près son déploiement. A-t-on encore vraiment besoin de quatre sous-marins lanceurs d’engins alors que les principales menaces sont plus terroristes que territoriales? On peut gagner au moins 1md€ à 2md€ dans ces domaines.

On peut certainement aussi économiser quelques broutilles dans les coûts de gestion avec un peu de rationalisation, déjà bien en route d’ailleurs. Comme dans tout le budget de l’Etat.

Sécurité (16md€ en 2007)

Nous aurions donc un taux parmi les plus élevés de forces de l’ordre par habitant en France au sein des pays de l’Union Européenne! Sommes-nous pour autant un état policier?

S’il y a bien une chose à revoir, comme dans plein des domaines de l’Etat, c’est la fragmentation.

Voici quelques exemples frappants :

  • Nous avons deux forces de sécurité intérieure de taille comparable: la police (qui dépend de l’Intérieur, avec 137000 personnes) et la gendarmerie (105000 personnes) qui dépend du Ministère de la Défense. Des lois récentes les ont rapprochées – la gendarmerie dépend de l’intérieur pour ses activités “civiles” – mais elles ont un commandement et un “backoffice” encore distincts. Pour faire simple, la police s’occupe des villes et la gendarmerie des campagnes. Cette dernière a aussi pour mission la sécurité militaire du pays. Comme pour toute entreprise, une fusion permettrait d’économiser quelques coûts de gestion : ressources humaine, gestion, informatique, etc.
  • Même au sein de la Gendarmerie, il y a la Gendarmerie Mobile, une force de 17000 personnes, qui a un rôle de maintient de l’ordre très voisin de celui des CRS.
  • Avec un impact mineur sur le budget, nous pourrions également voire les RG fusionnés avec la DST. Les RG ont récemment fait parler d’eux. Mais c’est une petite force, de quelques milliers de personnes. Ils font du renseignement local s’appuyant sur des méthodes de “proximité”. Dans les autres pays, ce genre de service est souvent rattaché aux équivalents de la DST. Cette fragmentation est sûrement liée à l’histoire. Les anglais l’ont progressivement résolue. Ils avaient historiquement une dizaine de services de renseignement (intérieurs, extérieurs), les “Military Intelligence”. Au gré du 20eme siècle, ils les ont progressivement fusionnés et il n’y en maintenant plus que deux: le MI5 – qui équivaut à la DST ou au FBI – et le MI6 qui équivaut à la DGSE ou à la CIA. Il subsiste cependant le GCHQ, pendant anglais de la NSA – et à des services intégrés en France au sein de la DGSE et du SGDN.

Même si je n’ai pas réussi à trouver de statistiques publiques sur le sujet, on peut imaginer que les pays à meilleure santé économique comme les pays scandinaves dépensent moins pour leur sécurité intérieure. Mais ce n’est pas le cas des anglais et des américains.

Question fondamentale: est-ce que le besoin de forces de l’ordre décroit avec la santé économique d’un pays? Est-ce qu’un investissement plus tourné vers la revalorisation économique des zônes en difficulté permettrait de diminuer les dépenses de sécurité?

Sinon, les forces de police pourraient bénéficier d’un peu plus d’automatisation pour faire des économies de backoffice, en plus de celles qui résulteraient d’une défragmentation des organisations. L’informatique de la police très loin de celle que l’on voit dans la série “24 Heures Chrono”! Le système d’information et la transmission d’informations reposent encore beaucoup trop sur le papier. Ne seraient-ce que pour les contraventions.

Donc, dans le domaine de la sécurité, il faut probablement investir sur le court terme dans les TIC et dans l’économie des zones difficiles pour faire des économies à plus long terme.

Justice (7md€ en 2007)

L’affaire d’Outreau et quelques autres ont rappelé que la justice ne disposait toujours pas des moyens nécessaires pour assurer sa mission. D’autre part, des benchmark internationaux ont montré que la condition carcérale en France n’était pas digne d’une démocratie.

Malgré tout, le Ministère de la Justice est de ceux qui ont bénéficié d’une augmentation régulière de crédits et du nombre de fonctionnaires. Entre 2002 et 2005, les effectifs ont cru de 5287 personnes ou de 7,8%, près de la moitié (2442) ayant été dédiés à l’administration pénitencière (+8,8%).

Cette petite photo des effectifs trouvée sur le site du Ministère de la Justice, très prolixe en statistiques, montre cette évolution graduelle des effectifs:

Ce graphe reconstitué à partir des données publiées sur le site de l’International Center for Prison Studies montre que la France ne se distingue pas particulièrement par le nombre de ses prisonniers tant en valeur absolue que ramené à la population. Les USA et les anglais, et même les allemands et les grands pays du sud (Italie, Espagne) ont plus de prisonniers que nous. Les pays scandinaves sont entre 77 et 82 prisonniers pour 100000 habitants, juste en dessous de la France qui est à 86.

C’est d’un point de vue qualitatif que la condition carcérale pèche en France. Les droits de l’homme y sont passablement respectés, en particulier selon un rapport de 2005 d’Alvaro Gil-Robles, le Commissaire Européen aux Droits de l’Homme. Rapport qui relève également la vétusté et l’étroitesse des locaux de l’appareil judiciaire en général. Et qui conclue en gros à un manque de financement de la justice en France, malgré les augmentations régulières dont elle a fait l’objet ces dernières années. La surpopulation carcérale est bien connue, et est entre autres liée à la lenteur de l’appareil judiciaire avec l’allongement du nombre et de la durée des détentions provisoires.

Bref, pour faire des économies dans le budget de l’Etat avec la justice, on repassera.

Pour résumer sur cette partie, on peut sans-doutes faire quelques économies dans la défense – qui y a d’ailleurs déjà bien contribué ces 10 dernières années -, mais au prix d’une modération des investissements dans la dissuasion nucléaire et de programmes d’armements plus européanisés (les deux, sur le long terme), quelques gains dans la sécurité, par défragmentation et modernisation de certaines organisations, et affecter une partie de ces économies au budget de la justice, et le reste au budget général de l’Etat.

Mais au nez, il n’est pas évident de réduire significativement le périmètre défense/sécurité/justice, le second nous l’avons vu dans le budget de l’Etat après l’Education.

Si on écoute les candidats de la présidentielle, ils se prononcent pour une revalorisation du budget de la justice, certains veulent économiser le second porte avion (mais son coût d’environ 2md€ étant amorti sur plusieurs dizaines d’années, l’économie serait marginale), et du côté de la police, on parle plutôt d’augmentation des budgets avec la re-création de polices de proximité (à gauche et chez Bayrou). La tendance “politique” est donc au global plutôt inflationniste dans les dépenses.

Prochain épisode… le reste du budget de l’Etat, puis les collectivités locales, puis le système de santé et de protection sociale. Vaste programme!

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 28 février 2007 et mis à jour le 12 mars 2021 Post de | Economie, France, Politique | 9322 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Un commentaire sur “Trop d’Etat, oui mais où ça? (3)” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières. #jeuvidéo #marketing
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble. #recherche
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu. #entrepreneuse #formation
flow
Sara Ducci
Saraest professeure en physique à l’université de paris. recherche au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques. chez Université Paris Diderot #recherche
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos. #recherche
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherche chez CNRS Thales RT #recherche #IA
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA). #recherche
flow
Hélène Perrin
Hélène est directrice de recherche au CNRS au laboratoire LPL de Université Paris 13 #quantique #recherche #enseignement
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique #recherche #enseignement #écosystème #entrepreneuse
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de terminale (2020/2021) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suivait le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Également intéressée par le développement de l’informatique #quantique. #IA

Derniers commentaires

“Ces tags dans vos commentaires : , sachant...”
“Un article est-il complet ? Ce n'est évidemment jamais le cas. Par contre, j'évoque un peu ces questions de droit dans mon ouvrage ici :...”
“Bonjour Olivier, D'abord, je concède que vous êtes un excellent vulgarisateur avec une vision en général plutôt synthétique, et plus précise quand c'est à propos (cf. vos dernières minutes d'intervention sur...”
“Superbe articl, très bien détaillé. Les 6-8 semaines sont pour combien de wafers...”
“Merci pour cette interview intéressante et l'avis final concernant l'impossibilité d'exploiter cette énergie. Les débats portent sur la physique quantique. Puis-je solliciter un lecteur sur les monopôles...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.