Ouverture en facade

Publié le 7 juin 2006 et mis à jour le 13 juin 2006 - 5 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Les discussions toujours en cours entre Adobe et Microsoft au sujet de l’incorporation de la fonction « Sauver sous… » au format PDF dans la prochaine version d’Office font resurgir le fameux débat sur la notion de formats ouverts. Et montre à quel point il faut lire entre les lignes pour distinguer l’ouvert de l’ouvert ! En gros, Adobe refuse à ce que Microsoft intègre cette fonction en standard dans Office sans en altérer (à la hausse) le prix. En sous entendu, sans avoir à payer Adobe des royalties pour ce faire mais ce n’est pas bien clair. Adobe a peur que les ventes de son logiciel Adobe Acrobat soient parasitées par celles d’Office. Acrobat est le logiciel d’Adobe qui sert à créer des fichiers au format PDF, à ne pas confondre avec Acrobat Reader qui est utilisé pour lire ces fichiers et est gratuit. Le logiciel en concurrence directe de la fonction d’export PDF d’Office 2007 est en fait Acrobat Elements, la version d’entrée de gamme. Les versions plus sophistiquées (Standard, Professional) proposent un éventail de fonctionnalités qui n’a pas vraiment d’équivalent dans Office.

Dans son formulaire 10K (déclarations de résultats pour les autorités de contrôle de la bourse) de l’année fiscale 2005 où la société décrit notamment les risques concurrentiels à leur business, Adobe écrivait :

« With our Adobe Acrobat business, we are seeing an increase in competition from Microsoft. Microsoft has announced its next generation operating system, called Windows Vista, which is expected to ship in late 2006. Windows Vista will include a proprietary digital rights management technology and a new document format, called XML Paper Specification (“XPS”), which will compete with Adobe PDF. In addition, Microsoft has announced that the next version of its widely used Office product, which also is expected to ship in late 2006, will contain a feature to save Microsoft Office documents as PDF files. This new PDF feature in Office could compete with Adobe Acrobat. Given Microsoft’s market dominance, XPS, the PDF feature in Office and any other competitive Microsoft product or technology that is bundled as part of its Office product or operating system, could harm our overall Knowledge Worker Solutions market opportunity.”

Our Adobe Acrobat product family also faces competition in the PDF file creation market from many clone products marketed by companies such as AdLib, Active PDF, Ansyr Technology, Apple Computer, eHelp Corporation, Global Graphics, Scansoft, Software995, Sourcenext and others. In addition, other PDF creation solutions can be found at a low cost, or for free, on the Web.

To address the threats from Microsoft and others, we are working to ensure our Adobe Acrobat applications stay at the forefront of innovation in emerging opportunities such as PDF document generation, document collaboration and document process management.”

Donc, pas de mention d’approche juridique à la question! Les choses ont changé depuis l’automne puisque Adobe menace Microsoft d’un procès antitrust auprès de la Commission Européenne. De quoi effrayer Microsoft qui n’arrive pas à se dépêtrer de la procédure antitrust qui est actuellement en appel et qui porte elle aussi sur l’intégration de fonctionnalités (Windows Media Player dans Windows) ou sur la documentation de protocoles d’interopérabilité (entre Windows client et Windows serveur). Donc, une bonne manière de faire peur au taureau !

On assiste ici à une « ouverture » à géométrie variable de la part d’Adobe, alors que jusqu’à présent, c’était plutôt Microsoft qui était mis en cause dans ce domaine. L’exemple de la FAT étant le plus marquant, mais aussi celui de la documentation des protocoles serveurs. Au moins, Microsoft ne prétend pas dans ces deux cas proposer des protocoles ou formats « ouverts ». C’est plus le cas du format « Office Open XML format » qui est soumis par Microsoft à l’ECMA. Ce format XML sera utilisé par Office 2007 et exploitable sans royalties par les développeurs indépendants.

Adobe présente le PDF comme un format ouvert.Sur leursite web , on peut ainsi lire que le PDF est un “Open format — De facto standard for more secure, dependable electronic information exchange — recognized by industries and governments around the world. Compliant with industry standards including PDF/A, PDF/X, and PDF/E”.Des versions du PDF sont même des standards ISO (comme le PDF/E). Rien n’empêche cependant un format ou un standard d’être associé à une propriété intellectuelle et à des royalties. C’est ainsi le cas du MPEG2 utilisé dans les DVD vidéos. Le hic, c’est que le format PDF dont la spécification est publique précise dans le chapitre dédié à la propriété intellectuelle que :

“Adobe gives anyone copyright permission, subject to the conditions stated below, to:

Prepare files whose content conforms to the Portable Document Format

Write drivers and applications that produce output represented in the Portable Document Format

The conditions of such copyright permission are:”

(+ des limitations pour les logiciels qui lisent des fichiers au format PDF).

Donc, en clair, chaque développeur est libre de générer des fichiers PDF pour peu qu’il en respecte les spécifications sans les altérer ou créer un format parallèle incompatible. Implicitement, sans verser de royalties à Adobe. C’est ce que font les créateurs de nombreux logiciels libres tels OpenOffice (la suite libre maintenant bien connue) ou bien PDF Creator, ce pilote d’imprimante en GPL qui permet de convertir toute sortie d’impression en PDF. Ceci fonctionne bien pour tout logiciel, et pas seulement Office. Le logiciel est gratuit. Mais certainement plus complexe à déployer pour une grande organisation qu’une simple fonction intégrée dans Office. J’utilise en tout cas PDF Creator depuis deux ans et avec satisfaction.

Alors pourquoi Microsoft paierait-il Adobe quand ses concurrents disposent de la fonction gratuitement ? D’après Adobe, parce que cela phagocyterait les ventes d’Acrobat, le logiciel d’Adobe qui sert à créer des PDF. Quelle est la pénétration de ce logiciel sur les utilisateurs d’Office ? Elle est probablement assez faible. Je n’en ai jamais rencontré en tout cas. Son prix est à géométrie variable selon le volume. Il semble commencer à quelques dizaines de $ par poste et va jusqu’à à plusieurs centaines de $ à l’unité. Alors, deux poids deux mesures ? Adobe devrait probablement être plus clair dans sa communication destinée aux développeurs, même si Microsoft n’est peut-être pas un développeur de logiciels « comme les autres ». L’ironie de l’histoire, c’est que l’ajout de l’export PDF dans Office 2007 répond à la fois à une demande des clients, notamment dans le secteur public, et au besoin de s’aligner avec des concurrents comme OpenOffice qui intègrent déjà cette fonction depuis longtemps. En exigeant de Microsoft qu’il fasse payer (cher ?) cette fonction, Adobe introduirait une distorsion de marché non négligeable. Même s’il s’agirait indirectement d’aider les David au détriment du Goliath, ce n’est pas le rôle d’Adobe ! Et on verrait également apparaître une notion bien particulière d’ouverture à géométrie variable.

Tout ceci intervient dans un contexte « chaud » entre Adobe et Microsoft. Ce dernier a créé un format vaguement concurrent de PDF dans Vista (XPS ou XML Paper Specification) et s’est embarqué dans la création d’une suite logicielle (la gamme Expression) pour créer des sites Web qui concurrence explicitement les produits de Macromédia, récemment acquis par Adobe. Et l’affaire n’était pas forcément censée devenir publique. Elle l’a été par l’entremise de blogs de program managers d’Office chez Microsoft.

Mais est-ce une raison suffisante pour compliquer la vie des utilisateurs et inventer de nouvelles règles au gré des inconvénients des règles affichées qui s’appliquent à tous?

L’ironie de l’histoire, en France, c’est que le Directeur Marketing d’Adobe, Robert Raiola, y défend la position d’Adobe dans la presse. C’est un ancien de Microsoft !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 7 juin 2006 et mis à jour le 13 juin 2006 Post de | Logiciels, Microsoft | 8643 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 5 commentaires et tweets sur “Ouverture en facade” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.