Différence entre iPod et Mac

Publié le 23 juin 2006 - Commenter -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Dans un séminaire que j’animais récemment sur la convergence numérique, on me demandait quels étaient les facteurs de succès de l’iPod d’Apple. J’avais déjà un peu réfléchi à la question mais une idée d’explication macro-économique m’est venue en temps réel que voici. Elle a trait à la notion d’écosystème et d’intégration verticale ou horizontale de l’industrie informatique.

Le Macintosh et l’iPod ont de nombreuses caractéristiques en commun. Ils proviennent de la même société, on été créés tous les deux sous la houlette du dynamique Steve Jobs, sont design, très “user oriented” et bénéficient tous deux d’un bon marketing. Et pourtant, le second a connu un succès fulgurant au point d’avoir largement plus de 60% du marché des players alors que le premier qui fête ses 22 ans aujourd’hui peine à concurrencer le PC et Windows, et avec moins de 4% de parts de marché.

Apple est une entreprise qui a choisi de fonctionner dans le mode de l’intégration verticale. Cela veut dire quoi? Qu’ils cherchent à maitriser une part aussi grande que possible de leur chaine de valeur. Pour le Macintosh, il s’agit du matériel, y compris de certains accessoires voire il y a quelques temps du microprocesseur avec le PowerPC, du logiciel de base, MacOS, et d’une partie de son réseau de distribution, avec les Apple Store. Dans le cas de l’iPod, même chose: ils maitrisent le matériel (jusqu’à proposer un système d’amplification et d’enceintes “à la Bose”), le logiciel (avec iTunes sur PC ou Macintosh, le format de fichier AAC) et les services (le serveur iTunes). Et rebelotte, également une partie du réseau de distribution. Cela leur permet par exemple de maitriser également les effets d’annonce. Comme Apple n’a pas besoin de préparer un large écosystème d’éditeurs et de développeurs pour ses lancements, Steve Jobs peut terminer ses conférences avec ses fameuses annonces de nouveautés maintenues sous la chappe du secret jusqu’alors.
L’environnement concurrentiel et son intégration expliquent en grande partie la différence de succès et de parts de marché entre le Macintosh et l’iPod:

  • Dans le cas du Macintosh, la concurrence est le monde du PC qui fonctionne sur le mode de l’intégration horizontale: plusieurs sociétés se spécialisent dans les différentes “couches” de la chaine de valeur. Constructeurs de PC (nombreux, faibles marges), de périphériques (nombreux), de systèmes d’exploitation (Microsoft en premier, dominant), de logiciels d’applications créés par des éditeurs de logiciels indépendants, de sociétés de services, etc. Les “gatekeeper” de cette intégration horizontale sont Intel et Microsoft. Non seulement contrôlent-ils les standards clés de cette industrie, mais ils en captent une grande part de la valeur grâce à des marges élevées générées par leur volume d’activité et une R&D fixe amortie sur le volume. Le monde du PC favorise la diversité et cette diversité génère une baisse des prix sur les composants clés, tout du moins hors des produits des “gatekeepers” et encore. Avec Apple, le Mac ne bénéficiait pas d’un tel effet, ou tout du moins d’un effet d’une telle ampleur. Le prix des machines est resté très longtemps élevé en comparaison aux PC. Et le monde Wintel bénéficie d’une barrière à l’entrée monstrueuse avec plus de 80000 applications logicielles éditées par des ISVs. Barrière qui gêne autant Apple que Linux. Bref, d’un point de vue concurrentiel, il est difficile pour Apple de concurrencer le duopole Wintel avec une stratégie d’intégration verticale qui génère un écosystème plus limité.
  • Dans le cas de l’iPod, nous avons affaire à un produit pour lequel la notion d’écosystème est plus simple. Pour réussir avec un tel produit, il faut maitriser en amont l’approvisionnement en médias, qui nécessite des accords avec quelques dizaines de pourvoyeurs (maisons de disques). Il n’y a pas besoin d’un écosystème compliqué d’éditeurs de logiciels ou de services. C’est du “btoc”. La concurrence comme Archos ou Creative a choisi le modèle de l’intégration horizontale alors que l’intégration verticale, créatrice de simplicité et de repère pour l’utilisateur, n’est pas complexe à mettre en oeuvre. Résultat des courses, iPod est leader.

Il y a bien entendu d’autres explications qui ont trait au design, à la technologie, à la valeur émotionnelle de la marque Apple et à son marketing. Mais cette notion d’intégration verticale méritait d’être notée comme une différence clé.

Il n’est pas étonnant dans ces conditions que courent des rumeurs sur la création d’un concurrent à l’iPod chez Microsoft. Reste à savoir si ce dernier choisira le modèle de l’intégration verticale, courant dans l’industrie grand public (comme avec la XBOX) avec un appareil sous la marque Microsoft, ou le modèle de l’intégration horizontale avec des appareils proposés par des constructeurs indépendants (comme pour les Pocket PC et les smartphones, plutôt vendus en btob, et qui minimisent les risques industriels pour Microsoft). L’intégration verticale chez Microsoft existe déjà avec celle de Windows Media Player aussi bien dans Windows XP que dans Windows Server. Intégration dont on sait à quel point elle a perturbé la Commission Européenne!

Dans le cas d’Apple, l’intégration verticale peut être menacée soit par la loi (au départ, la loi DAVSI cherchait également à casser en poussant à une interopérabilité des formats et est revenue dessus ensuite) soit par les acteurs tels que les maisons de disques qui ne voient pas d’un bon oeil grandir leur dépendance vis à vis d’un acteur dominant.

J’ai trouvé cet excellent article du site AppleMatters qui décrit en d’autres termes cette question intéressante.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 23 juin 2006 Post de | Médias, Technologie | 6595 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“@RobinHoodTV En Francais je vous conseil la publication de @olivez qui me semble plutot com…...”
“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.