A la découverte d’Entreprise-Facile

Publié le 30 novembre 2006 et mis à jour le 7 mai 2007 - 5 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Nous allons aujourd’hui à la découverte de

Leur site fournit à la fois des conseils pratiques pour la création d’entreprise du business plan aux formalités administrative, un « bureau en ligne » qui gère la création et la gestion de l’entreprise.

Cela couvre la comptabilité, la facturation, le marketing et la gestion de la relation client, etc. Bref, c’est une sorte de « mini-SAP/Siebel » de l’entrepreneur en herbe. Ces services en ligne sont en fait syndiqués, c’est-à-dire en partie sourcés chez d’autres fournisseurs de services en ligne. On retrouve là une concrétisation parmi d’autres de la notion d’intégration de briques logicielles “as a service”.

Le service ne s’arrête pas au Web puisque l’équipe d’Entreprise-Facile propose des rendez-vous aux entrepreneurs pour les aider à valider leur business plan. Sous la forme d’un “grand oral” de 20 minutes formaté pour être conçi et efficace.

L’accès aux services d’Entreprise-Facile est gratuit en phase bêta et la version finale sera commercialisée sur la base d’une modeste redevance mensuelle : de 9€ à 30€ selon le niveau de service. Il sera aussi personnalisable en « marque blanche » pour les collectivités locales, associations ou divers groupements professionnels.

Une interview de 15 minutes de Guillaume Besse avec la démonstration du service est disponible sur le blog de Jean-Michel Billaut: http://billaut.typepad.com/jm/2006/11/connaissezvous__9.html.

Interview très vivante que j’ai complétée avec quelques questions auxquelles Guillaume Besse m’a répondu très rapidement par mail :

Quel est l’origine des services syndiqués dans le site (compta, CRM, etc)? Est-ce que certains sont en open source (genre SugarCRM)?

Il y a plusieurs modèles :

  • Services fournis par Entreprise-Facile: il s’agit de modules que nous avons développés en interne en “Ruby On Rails” (NDLR: un framework de développement logiciel). Nous les faisons évoluer en fonction de la demande. Il s’agit en général des versions stripped-down très simples de services tels que SugarCRM ou SalesForce.com. Ces services permettent à l’utilisateur qui découvre d’apprendre par exemple ce qu’est un pipe commercial, ou la gestion par feuilles de temps, et ensuite nous le guiderons vers des produits plus séniors.
  • Services sous-traités: nous y ajoutons une interface d’accès simple et cohérente pour l’entrepreneur, et un one-stop-shopping. Cette simplicité nous permettra d’élargir notre base de clients potentiels. Actuellement, par exemple, pour les formalités nous faisons appel à une société spécialiste du domaine, et qui fait cela depuis 90 ans, qui a ses propres formalistes et coursiers en interne, et qui peut gérer une hotline sur le sujet.

Trois objectifs sont ainsi remplis :

  • Nous proposons un bon prix, car nous négocions avec le fournisseur.
  • L’accès au service est simple, notamment pour les formalités. En général, c’est l’enfer. Là, nous avons ajouté plein de bulles d’aides de conseil pour guider l’entrepreneur.
  • Le client sait qu’il a une réponse “state-of-the art” en termes de compétence et rapidité.

Notre métier dans ce cas consiste a gérer la relation finale avec l’entrepreneur, et la négociation avec les fournisseurs en plus de l’interaction en termes de données et de définition du service.

Voici quelques exemples de services que nous sommes en train de syndiquer: vente de contrats (contrats commerciaux, baux, etc.), ou encore audit personnalisé des aides auxquels on a accès lorsque l’on créé son entreprise.

  • Applicatifs intégrés et revampés: nous n’avons pas encore d’applicatifs open-source intégrés et revampés (type SugarCRM), mais cela viendra surement.

Quels sont les objectifs en termes d’entreprises utilisant le service? Vs votre capacité à les prendre en charge?

Nous visons plusieurs milliers de clients, et en terme de capacité de prise en charge :

Au niveau technique nous ne sommes pas très ressources intensifs donc ne sommes pas inquiets, en outre nous utilisons du libre scalable et peu cher hors hardware (Linux, MySQL, Ruby On Rails, Subversion…).

Au niveau opérations, lorsque nous signons avec un fournisseur de service nous nous assurons de prendre quelqu’un avec de la bande passante, et en outre nos accords ne sont pas exclusifs.

Est-ce que les entreprises pouvant utiliser le service sont dans tous les secteurs d’activité, ou plutôt high-tech?

Il s’agira plutôt d’entreprises du secteur high tech au démarrage de par l’aspect pure player du service, mais nous cherchons vraiment à être large en terme de secteurs d’activité.

Nous avons vraiment installé le système sous un microscope et nous suivons au plus près les besoins des gens. Il n’est pas impossible qu’en fonction de l’usage du service ou bien du secteur d’activité (commerçant, high tech, etc.) il y ait plusieurs branches applicatives.

Quel est le scénario prévu pour l’entreprise qui grandit au point d’avoir besoin de son propre système d’information? (récupération des > données du site, conversion, etc).

Le scénario est simple de la façon dont nous l’envisageons actuellement. Nous sommes alignés avec les principes de 37signals: quand ils grandiront, ils nous quitteront. Et ce n’est pas grave.

Nous allons essayer de faire bien pour les entreprise en création, et jusqu’à 10 personnes.

Le nombre d’entreprises high tech qui nous entourent qui sont arrivés à 15-20 personnes et qui n’ont toujours pas de feuilles de temps ou de système de facturation est impressionnant. Tout simplement au démarrage on n’a pas le temps, et nous on veut fournir une solution immédiate. Simple et limitée mais immédiate.

Quel est le modèle économique? Si 1000 entreprises prennent la version premium – ce qui serait pas mal, cela ferait 360K€ de revenu par an, pour 4 personnes (qui ne sont pas à temps plein). C’est du goodwill? Certains services à valeur plus ajoutée seront facturés comme du conseil? Qu’est-ce qui est véritablement scalable dans le modèle? Mais tu vises peut-être 10% des entreprises créées en France par an, donc probablement >20000 clients potentiels…

Bien sur, on vise les 10% d’entreprises créées par an 🙂 mais cela se fera quand on s’appuira sur un grand réseau (banque, assurance, ou autre).

En fait nous sommes en beta et l’abonnement est gratuit, et nous regardons où les gens trouvent la valeur, pour leur fournir et leur demander de l’argent en retour. Sur 1000 clients en plus de l’abonnement tu peux aussi avoir un panier moyen de 300-400€ par an, sur des formalités, des petits modules de conseil pas cher, etc.

Mais il y a un tout autre aspect à notre modèle économique, nous venons de parler de ce qu’on appelle le B2C, mais il y a également un volet B2C.

Nous offrons entreprise-facile.com en marque blanche. Par exemple si tu as un portail d’information non applicatif sur l’entreprise, tu peux avoir entreprise-facile.com sous ta marque, animer le contenu, ou pas. Si tu as une pépinière qui offre des locaux mais peu de services, c’est pareil. Le tarif est très abordable car on parle de 5KE/an pour une adaptation minimale. Nous visons les médias, les sites, les mairies, les collectivités, les gros réseaux retail bancassurance, les pépinières, etc.

Nous avons signé notre première mairie, et pour eux le service est réellement killer car il leur permet d’upgrader immédiatement leurs services aux stés qu’ils hébergent. En outre, c’est un outil marketing intéressant car tu peux dire “viens dans ma pépinière, et je te mets 500€ sur un compte qui te sers à faire des formalités, avoir du conseil, faire relire ton BP, etc.”

Comment sera organisé le “knowledge management” de la création d’entreprise? Blog, Wiki, FAQ, vidéos? Tout à la fois?

Très bonne question. On y réfléchit, sans avoir trouvé de solution satisfaisante aujourd’hui.

========================================

Entreprise-Facile est en tout cas une initiative très intéressante que l’on ne peut que saluer. Le fait qu’elle ait été lancée par une équipe de serial entrepreneurs, dont deux font de l’enseignement, est de bonne augure.

Guillaume, Eric et Dimitri sont les créateurs d’un groupe de réflexion, d’incubation d’entreprises et de coaching d’entrepreneurs dénommé « Le Ker ». C’est de leurs réflexions qu’est né ce projet Entreprise-Facile. Dimitri Dagot est responsable du Département Technologies de l’Information et Systèmes Avancés à l’Ecole Centrale Paris. Eric Langrognet dirige quant à la lui la filière Centrale Entrepreneurs qui est une option “verticale” dans la troisième année de l’école d’ingénieurs de Chatenay Malabry.

L’initiative devra bien se positionner au sein des multiples outils d’aide à la création d’entreprise – surtout publics, incubateurs & co – pour ce qui est de la première phase des services proposés. Pour la suite, elle sera surtout intéressante pour les entrepreneurs hors du secteur high-tech qui ne sauront pas installer par eux-mêmes un SugarCRM et ses équivalents dans la compta et la finance dans leur garage ou chez leur hébergeur Internet. C’est l’intégration d’ensemble qui apporte de la valeur ajoutée. Et il y a plein d’opportunités dans ce domaine!

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 30 novembre 2006 et mis à jour le 7 mai 2007 Post de | Management, Startups | 10454 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 5 commentaires et tweets sur “A la découverte d’Entreprise-Facile” :

  • [1] - leafar a écrit le 1 décembre 2006 :

    Olivier est ce que je pourrais publier ce post sur enviedentreprendre ou je chronique chaque mois.
    Je pense que les lecteurs seront très intéressés et feront de beaux beta testeurs.

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 1 décembre 2006 :

    Of course!

  • [3] - lionel a écrit le 22 décembre 2006 :

    un argument spécieux qui, me semble-t-il, nuit au reste :

    “encombrement bien futile de la machine judiciaire à l’heure où tant de personnes mises en examen croupissent en prison à cause de la lenteur de ladite machine judiciaire qui ne dispose pas d’assez de moyens!”

    les juridictions qui ont a traîter de ces affaires sont-elles vraiment les mêmes ? puisque vos notes sont déjà longues autant simplement évoquer l’encombrement judiciaire sans tenter de faire pleurer dans les chaumières 🙂

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 22 décembre 2006 :

    Effectivement, il ne s’agit pas des mêmes juridictions. Mais c’est un exemple parmi d’autres d’encombrement de la machine judiciaire. Et final, cela pompe dans les mêmes budgets du Ministère de la Justice.

    Je ne sais pas pourquoi, par contre, votre commentaire n’apparait pas dans le bon post…

  • [5] - Auris Solutions a écrit le 14 septembre 2010 :

    Amusant de retomber en 2010 sur cet article parlant d’Entreprise Facile en 2006.

    La solution a bien évoluée depuis et est une jolie réussite.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.