Dans cette seconde partie sur la nouvelle Bbox dont nous avons déjà décortiqué les aspects matériels, passons en revue les nouveautés concernant l’interface utilisateur et l’accès aux contenus.

L’interface utilisateur et les contenus

Il y a en France deux types d’opérateurs : ceux qui font tout leur logiciel en interne, comme Orange et Free, et ceux qui font appel à des partenaires pour les grandes briques logicielles, avec SFR, Numericable, Canal+ et Bouygues Telecom.

Ici Bouygues Telecom a fait appel à Google pour le système d’exploitation, Android (et pas encore Android TV). Puis iFeelSmart pour l’interface utilisateur qui est la partie la plus visible de la box et enfin Spideo, pour la recommandation. Au lancement, Gameloft était aussi mis en avant comme pourvoyeur d’une quinzaine jeux pour la console à son lancement, dont “Moi Moche et Méchant” et “Asphalt II”. C’est le même éditeur de jeu qui était au lancement de la Freebox Révolution en décembre 2010 !

La nouvelle Bbox boote en environ 30 secondes. Elle est généralement en mode veille et se remet en route presque instantanément. Quand elle démarre, elle se met directement en mode TV broadcast. La “home page” de la box est la chaine TV ou le contenu vidéo que l’on est en train de regarder. L’ensemble de l’expérience utilisateur est construite autour de la consommation de chaines TV et de vidéo.

Ecran Miami 6 - Une seule interface

Quatre flèches en overlay s’activent avec la télécommande pour accéder à diverses fonctions organisées en quatre parties : les chaines TV, les suggestions, les applications et les autres services dont l’accès à Internet et la configuration.

Passons tout cela en détail :

  • La navigation dans les chaines TV : on scrolle verticalement dans la liste des chaines disponibles qui mélange celles qui viennent de la TNT, de l’IPTV managée et de chaines OTT dites “non managées”. C’est géré de manière transparente pour l’utilisateur. De ce côté là, l’interface rappelle un peu celle de la Freebox Révolution. Une fois la chaine sélectionnée, on voit le programme en cours ainsi que les programmes à venir sur la chaine. Les métadonnées sur les programmes TV sont fournies par Plurimedia, une filiale de Lagardère Active.

Navigation dans les chaines

  • Un guide de programme plutôt classique et que l’on peut filtrer par genre et aussi avec une recherche de programme.

reco-behaviour-miami

  • Une fonction de recherche sur les chaines live et les contenus à la demande (replay, enregistrements réalisés par la box, VOD, S-VOD) avec des filtres thématiques et de la recherche par mots clés. C’est la première fois que l’on peut rechercher des contenus sur l’ensemble de l’offre de contenus proposée. Toute l’offre ? Non, pas encore car le replay de TF1 et M6, ceux de Canal+/Sat et le catalogue de CanalPlay Infinity font encore bande à part et nécessitent l’usage de leur propre application. A ceci près que les applications en question sont voisines des versions tablettes Android et n’ont donc pas nécessité de développement spécifique pour cette box. Mais l’arrivée d’une fonction de recherche sur le replay qui couvre tous les contenus de France Télévisions ainsi que de diverses chaines de la TNT comme BFM et Arte et autres créé un précédent pour “horizontaliser” l’accès à la TV en replay, une fonction clé pour les utilisateurs. La Bbox est ainsi capable de présenter et de faire de la recherche sur plus de 1600 contenus disponibles en replay. Les résistants devront céder un jour où l’autre pour cette fonctionnalité qui est clairement “user friendly” ! Il faut noter que si d’aventure Netflix faisait son apparition dans la box, son catalogue serait indexé par son moteur de recherche car Netflix favorise cette pratique là où il est diffusé !

cross-search-miami

  • Une fonction de recommandation qui fonctionne également en mode multi-sources, y compris sur les contenus de replay TV qui sont accessibles par la recherche. Elle affiche des “Vous aimerez…” basés sur l’historique de consommation, les contenus TV enregistrés, toutes les actions délibérées et contrôlables par l’utilisateur. Elle propose des envies par thèmes et par similarités avec des contenus donnés comme ceux que l’on vient de voir. L’ensemble de ces fonctionnalités est paramétrable de manière très fine dans la configuration de la box. Une fois le contenu trouvé, on peut directement le consommer ou l’acheter s’il est payant (VOD).

reco-behaviour-miami

Recommandation

  • L’accès aux contenus non-linéaires est assez classique au premier abord avec de la VOD (la boutique VOD de TF1 Vidéo), de la S-VOD (Canal Play Infinity, via leur application) et de la TV de rattrapage. Il n’est pas impossible que cela intègre au lancement l’application de Netflix. Comme ce dernier publie les métadonnées de son offre, la recherche pourra en plus peut-être se faire à partir de la recherche “horizontalisée” de la box.

france2-apps-miami

  • L’accès aux applications qui commence avec celles des chaines TV live regardées et permettant notamment l’accès aux contenus de rattrapage. C’est une sorte d’équivalence des applications HbbTV. Plus précisément, d’une simple touche, l’utilisateur a accès aux différentes applications (Android) que la chaîne TV a choisi de mettre en avant en liaison avec ses programmes. Ici, avec les exemples de France 2, M6 et TF1.

france2-apps-miami

m6-apps-miami

m6-apps-miami

  • Puis l’accès aux applications de Google Play comme les centaines de jeux Android supportant les écrans TV. Cela comprend aussi le navigateur Chrome et la version Android TV de YouTube qui est parfaitement adaptée à l’interface TV. Les applications des chaines sont des adaptations très rapidement réalisées de leurs versions tablettes Android. Les applications installables sont signées par Bouygues Telecom pour assurer la sécurisation de la box.

m6-apps-miami

  • Une fonction Media Center permettant  à un accès et une navigation intelligente pour les ressources du réseau et des supports de stockage attachés à la box (carte SD, disque dur). Elle s’appuie sur un middleware DLNA développé par AWOX. Belle particularité : elle présente les métadonnées de tous les contenus vidéo, quelle que soit leur origine. C’est-à-dire, les jaquettes des films et leur descriptif. Elle permet aussi de naviguer de manière assez agréable dans ses photos ainsi que dans sa musique, que l’on peut chercher et trier par genre, elle aussi alimentée par des métadonnées riches. Cette fonction de Media Center rappelle celle de Popcorn Hour que l’on trouve dans des boitiers Media Center d’équipementiers réseaux comme Netgear ou D-Link. Mais l’utilisateur est aussi libre d’installer son propre logiciel Media Center dans les applications Android de la box tels que les solutions open source style XBMC ou freemium comme Plex.

media-center1

media-center2

  • Un zapping très rapide pour passer d’une application en cours comme un jeu aux contenus vidéos et à la TV live et réciproquement en un quart de tour. C’est une première.
  • La Bbox joue aussi le rôle d’une clé Chromecast pour Youtube et les autres applications supportant Chromecast côté smartphone, tablette PC et Mac. Mais Canal Play Infinity n’est pas encore supporté. En clair, cela permet d’envoyer à sa box et donc à sa TV des vidéos que l’on choisit d’abord sur son smartphone, sa tablette et même un PC ou un Mac.
  • L’interface propose des outils de configuration développés par iFeelSmart qui sont plus accessibles et simples à utiliser que ceux d’Android, qui sont visibles dans les applications.
  • Des outils de diagnostic de pannes réseaux qui existent déjà ailleurs mais semblent très bien présentés et didactiques, illustrés avec des visuels pour vérifier par exemple les branchements sur la box. Cette application a été développée par Bouygues Telecom sous Android. Ces informations sont aussi exploitables à distance par le service client de Bouygues Telecom pour dépanner les clients. Il s’appuie sur le protocole standard TR69 de remontée d’alertes aux opérateurs.

Dans tous les cas de figure, la navigation dans les contenus proposés est très fluide avec des vignettes toujours visibles pour les contenus. Elles sont chargées à la volée avec des vignettes standards par type de contenu qui sont présentées si le débit réseau ne permet par d’avoir en temps réel les vignettes nécessaires. Autre particularité de l’interface, une fonction “back” intelligente pour revenir en arrière dans sa navigation avec la touche “Retour” de la télécommande. Les textes mériteraient juste d’être un peu mieux travaillés car la justification sur des colonnes étroites génères des blancs dans le texte assez peu télégéniques.

L’interface utilisateur a été testée auprès de nombreux utilisateurs non technophiles. Cela a aboutit à une plus grande “verbalisation” de l’interface avec des labels textuels plus explicites indiquant où l’on se trouve dans l’interface qui peut sembler un peu complexe de prime abord. C’est probablement l’un des principaux reproches qui lui seront faits.

Sous le capot, l’interface de la Bbox d’origine iFeelSmart a été développée en natif sous Open GL. Cela explique la très grande souplesse de l’interface par rapport à des solutions construites autour d’HTML 5 qui est certes standard mais beaucoup plus lourd à l’exécution.

Le support mobile passe pour l’instant par le biais d’un appariement entre la box et son smartphone et un petit logiciel de télécommande virtuelle. Le lien se fait avec le protocole Anymote de Google et l’usage d’un QRCode. On peut lancer Chrome avec son mobile et naviguer dedans.

Telecommande

Tout ceci est bien beau mais il y a évidemment encore quelques lacunes qui seront progressivement comblées avec le temps. Pour l’instant, l’absence de fonctions sociales dans l’interface TV. Idem pour les fonctions de domotique. Il n’y a pas encore de support de vidéo 4K, même en OTT du fait de l’absence de décodeur HEVC dans le chipset Marvell. Une version de l’interface iFeelSmart de la Bbox devrait être aussi proposée un jour sur tablette et smartphone. Enfin, on ne peut pas encore partager les contenus enregistrés sur la Bbox sur son réseau et avec ses mobiles.

__________________________________

Dans la troisième partie, vous découvrirez comment ce projet a été lancé, un point sur les annonces de Google à Google I/O côté Android TV,  et en saurez un peu plus sur les startups impliquées dans le projet et notamment iFeelSmart et Spideo.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 26 juin 2014 Post de | Actualités | 26301 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Un commentaire sur “Au cœur de la prochaine Bbox de Bouygues Telecom – 2” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
502 photos
albth
Prix 10000 Entrepreneurs La Tribune Apr2018
2018
1 photos
albth
AI for Good
2018
2 photos
albth
CES 2018
2018
2874 photos
albth
Orange Salon Recherche Dec2017
2017
37 photos
albth
Groupes
Expo
2 photos
albth
INRIA 50 ans Nov2017
2017
87 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Laura Jacquemod
Laura est consultante digitale au sein de Nexworld, accompagnant notamment ses clients dans l'intégration d'Intelligence Artificielle, comme dans un chatbot.
flow
Anais Barut (Damae Medical)
Anaïs est co-fondatrice et présidente de DAMAE Medical, elle est en charge de la stratégie globale de la société ainsi que des problématiques marketing et financières. La startup développe un dispositif médical permettant au dermatologue au sein même de son cabinet d’acquérir des images d’anomalies de la peau, en profondeur, de manière non invasive.
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire.
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League.
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.
flow
Aline Parreau
Aline est chercheuse en informatique théorique au CNRS dans le laboratoire LIRIS à Lyon. Egalement impliquée dans des actions de médiation scientifique avec MATh.en.JEANS, Maths à Modeler et la Maison des Mathématiques et de l'Informatique.
flow
Anne-Sophie Tranchet
Anne-Sophie est UX Designer dans une startup qui démocratise le livre numérique.
flow
Diana Nurbakova
Diana est doctorante au sein de l'équipe DRIM (Distribution, Recherche d'Information et Mobilité) du laboratoire LIRIS à l'INSA de Lyon qui travaille sur la thématique des systèmes de recommandation.
flow
Anne Poduvanac
Anne est directrice des partenariats et du développement de l’offre Salesforce.com chez Modis France, filiale du groupe Adecco. Elle accompagne les entreprises dans leur démarche d’innovation et activité d’extinction des incendies. Aussi Présidente de BoostInLyon, accélérateur de startups, et cofondatrice de digiClub.
flow
Wafaa Cheik Bihi
Wafaa est R&D Manager chez l’éditeur de logiciels Itris Automation et membre de l’association ScientiMix pour la promotion des métiers des sciences et techniques auprès des jeunes.
flow
Myriam Goude
Myriam est Sstartupeuse et UX Product Manager (Expérience Utilisateur Produit) chez Coffreo qui édite des solutions web de dématérialisation pour les entreprises de l'intérim et du contrat court.
flow
Stéphanie Gibert et Paola Jesson
Stéphanie et Paola sont co-fondatrices du SIdO The IoT Showroom de Lyon, le plus grand événement européen entièrement dédié à l’Intelligence des Objets et en accès libre pour tous les professionnels.
flow
Pascale Chabal
Pascale est présidente de A3D L’Atelier Numérique, un espace partagé de fabrication numérique ouvert avec Magalie Steinmetz en 2015 au sein du pôle numérique E-cité de l’agglomération de Villefranche. Le lieu est un centre de formation, un atelier de fabrication dédié à l’impression 3d et la découpe laser, et un espace de coworking.

Derniers commentaires

“Bonjour, merci pour cet insight ! Qui montre que les blocages ne sont pas que technologiques pour faire évoluer ces services. Sachant qu'il existe aussi des blocages technologiques, là où certaines solutions, surtout...”
“Il y a quatre ans, j'avais vu l'arrivée annoncée de la télémédecine dans le domaine de la téléconsultation comme un moyen de réduire les erreurs médicales, puisqu'un service expert (en IA, bien entendu,...”
“Merci pour ce bel article nourrissant. J'aime particulièrement la phrase : "Elle [L'innovation] résulte d’un long travail de fourmis associant d’innombrables chercheurs, ingénieurs, marketeurs et entrepreneurs...”
“J'aimerai vous demander en quoi le suréquipement des foyers qui ne sont jamais satisfait en France pose t-ils des problèmes?? Ou d'avantage?pb...”
“Du pur @olivez dans le texte avec un sujet complet et approndi : Les cycles longs de l'#innovation…...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.