Opinions Libres - Le Blog d'Olivier Ezratty

A la découverte d’Ubuntu

Post de Olivier Ezratty du 14 mars 2007 - Tags : Logiciels,Logiciels libres,Microsoft,Photo numérique | 66 Comments

Après le

J’ai utilisé un CD-ROM Live CD Ubuntu 6.06 Dapper qui était inclu dans “

  • Mon scanner est reconnu, c’est un vieil Epson 1640 datant de 2001 et en mode “plug and play” dynamique qui fonctionne bien. C’est un gros progrès par rapport à il y a quelques années. Par contre, l’information utilisateur pourrait être améliorée car si les périphériques sont reconnus, l’interface ne l’indique pas forcément à l’utilisateur.
  • Le support de la molette de la souris, bête mais bien pratique.
  • Ma petite télécommande KeySpan est supportée en mode plug & play. Elle me sert à passer les slides d’une présentation sans fil.
  • On travaille en “mode user” et pas en mode administrateur et on risque donc moins d’altérer la configuration de la machine par une fausse manipulation. Comme dans Vista, cela a un prix car il faut souvent passer au mode administrateur pour l’installation de périphériques, d’applications et certaines modifications de paramètres systèmes.
  • Les communautés actives qui dépannent les utilisateurs, notamment sur le site

    Surtout de part ses tutoriaux, bien mieux rédigés que ceux des communautés “plus geeks” associées aux autres distributions. Mon expérience personnelle avec Ubuntu n’a rien d’original. D’autres l’ont également tentée, et largement documentée, comme cet excellent “30 days with Linux” lui-aussi lié à une évaluation d’Ubuntu.

    D’un point de vue pratique, réaliser ce genre de migration nécessite d’avoir toujours un second PC sous la main pour pouvoir accéder aux forums et autres sites Web indispensables au dépannage de l’installation, et, encore mieux, avoir un “geek” sous la main ou être autosuffisant de se point de vue là.

    Ceci étant, je n’ai pas “migré” sous Linux, loin s’en faut. J’ai sous la main un laptop bien configuré avec Linux sur un disque externe, et aussi sur une clé USB, que je peux utiliser en parallèle avec Windows selon les besoins, comme des tests de logiciels, ou de compatibilité diverse. Cela peut dépanner, comme ce fut le cas pour facilement récupérer une partition d’un laptop que Windows ne voulait pas “me rendre” (partition de backup installée par les constructeurs). C’est aussi un élément de “culture informatique” maintenant incontournable.

    Ceci n’a pas empêché de voir Ubuntu adopté par l’Assemblée Nationale pour le remplacement des PC des députés et de leurs assistants parlementaires en juin 2007. Remplacement dicté par des considérations économiques et politiques plus que techniques. Mais aussi liées, indirectement, au fait qu’il ne sera jamais difficile pour un député de trouver un “geek” pour le dépanner dans sa circonscription. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

    Quelques considérations me font continuer pour l’instant à employer Windows (Vista) comme principal système d’exploitation:

    • L’ergonomie d’ensemble, notamment pour la gestion et la manipulation de fichiers tout comme la gestion des raccourcis sur le bureau.
    • La facilité d’installation des applications et des pilotes de périphériques, même si ces derniers ne fonctionnent pas toujours très bien comme ces maudits pilotes nVidia qui posent problème également sous Vista, pour le mode “dual screen”.
    • La gestion des photos, notamment avec l’outil Photo Gallery intégré dans Vista et le support de mes appareils photo Canon.
    • Le support de Microsoft Office (2007 dans mon cas), qui reste toujours plus agréable et complet qu’OpenOffice, ainsi que d’une palanquée d’autres logiciels – souvent d’origine Microsoft – qui n’ont pas d’équivalent véritable sous Linux. Je n’ai pas encore été au bout du test de Wine et de Mono pour voir comment les applications Windows étaient supportées sous Ubuntu.
    • Le reste de mon existant applicatif Windows qui ne passe pas intégralement sous Wine.

    Je dois reconnaitre que malgré l’arrivée de Vista, la différence entre Linux et Windows est de plus en plus ténue. Comme j’ai pu l’écrire précédemment, c’est la fragmentation du monde Linux, notamment pour l’installation des applications, et le besoin de passer au mode commande dans un trop grand nombre de circonstances, qui permettent à Microsoft de dormir en paix pour quelque temps. Ce sont des considérations qui limitent sérieusement la capacité de Linux à devenir un système d’exploitation pour “les masses” et diffusé via la grande distribution.

    Mais pour combien de temps quand on voit Dell se réintéresser à Linux? Là est la question!

    RRR

     
    S
    S
    S
    S
    S
    S
    S
    img
    img
    img


Lien du blog Opinions Libres : https://www.oezratty.net/wordpress

Lien de l'article : https://www.oezratty.net/wordpress/2007/a-la-dcouverte-dubuntu/

(cc) Olivier Ezratty - http://www.oezratty.net