Opinions Libres - Le Blog d'Olivier Ezratty

Choisir son lecteur RSS

Post de Olivier Ezratty du 29 octobre 2006 - Tags : Blogs,Internet,Logiciels,Médias,RSS | 27 Comments

La notion d’hyperchoix concerne surtout les contenus culturels et les offres disponibles d’appareils numériques tels que les téléphones portables, les appareils photos numériques, la hifi, les écrans ou les PC et leurs périphériques. Il en est un qui relève du logiciel et qui est tout aussi perturbant pour l’internaute éclairé que j’essaye d’être : les lecteurs RSS, appelés également aggrégateurs RSS.

Ce sont ces logiciels qui permettent de consulter les nouveaux articles publiés sur des sites Web ou blogs préalablement sélectionnés. Ils affichent la liste des articles, permettent d’en voir le résumé, le texte complet, sans changer de fenêtre. Et d’effacer ce qui a été lu au fur et à mesure, et ainsi, de voir ce qu’il reste à lire et dépiler. On peut ainsi se créer des listes de sites à consulter facilement et éviter de consulter ces sites un par un pour découvrir leurs nouveautés. L’information disponible dans tous les domaines est incroyablement riche. Au point qu’un lecteur RSS bien configuré peut faire économiser pas mal d’achat de presse papier. Tout du moins, dans le mode de fonctionnement actuel des principaux médias. Ainsi, le texte quasi intégral de journaux comme Le Monde et Libération est disponible en flux RSS. Et si on a la chance de maitriser l’anglais, le réservoir d’informations publiés via RSS dans tous les domaines est infini.

Voici un exemple de lecteur RSS, SharpReader, que j’utilisais jusqu’à il y peu de temps (image ci-dessous). Il est assez simple mais me convient bien. Mais comme il est assez ancien et n’est pas maintenu par son développeur, j’en cherche un autre. Et c’est là que cela devient difficile. Car il y a à la fois l’embarras du choix, et pas de solution idéale.

Au gré de l’évolution de l’utilisation des RSS, je me suis rendu compte que je croulais sous l’information. Et qu’il serait bon que mon lecteur RSS m’aide un peu à identifier les articles les plus pertinents dans les flux sélectionnés. Et aussi à ranger dans un coin ceux que je souhaite conserver. D’où le changement progressif de mon cahier des charges.

Dans un but didactique, commençons par segmenter le mode de fonctionnement du lecteur RSS. Leurs architectures sont plutôt variées:

  • Les lecteurs “Web based” qui sont des services Internet fournis par exemple par NetVives, Yahoo ou Google Reader. Ce sont des outils rudimentaires qui permettent de visualiser les résumés des articles de sources d’information sélectionnées. On peut cliquer sur l’article pour ouvrir une fenêtre et en avoir le texte intégral sur le site d’origine. Ces solutions “client léger” sont simples à mettre en oeuvre, présentent l’avantage de fonctionner avec vos paramètres personnels sur n’importe quel ordinateur auquel vous accédez. Mais elles sont rudimentaires et peu performantes. On ne peut généralement pas effacer ce que l’on a lu, et l’interface est assez lente si l’on veut balayer rapidement les “feeds”.

Google Reader est populaire mais bien trop rudimentaire

  • Il y a des variantes des solutions Web comme MyWikio qui se propose de vous afficher des articles en fonction de vos centres d’intérêt. Le site se charge lui-même de qualifier les sources d’information à votre place.
  • Les solutions dites “client riche” tournant sur votre ordinateur personnel, Windows XP, Mac ou Linux. Il y a l’embarras du choix mais curieusement, les lecteurs RSS se ressemblent tous. Comme les solutions Web, ils présentent la caractéristique commune d’être quasiment tous gratuits. Ces freeware ne bénéficient donc pas d’une force de frappe de développement considérable.
  • Les solutions pour mobile qui sont une variante de celles qui sont dédiées aux clients riches. Mais adaptées à des affichages plus petits.
  • Les solutions client/serveur basées sur des clients riches avec un service Web de serveur partageant les informations sur ce que vous avez lu ou pas de vos flux pour plusieurs appareils. Par exemple, pour synchroniser vos flux entre votre PC de travail et votre Media Center. NewsGator propose ce genre de fonctionnalités.
  • On trouve aussi des extensions d’autres logiciels comme Microsoft Outlook, Firefox ou Internet Exlorer. Ces extensions sont souvent également très rudimentaires. Par exemple, les add-ons RSS d’Outlook permettent de récupérer les résumés des articles, mais pas les articles eux-mêmes. Dommage, car cela serait bien utile pour un fonctionnement “offline” pour par exemple les dépiler lorsque l’on est en voyage et généralement sans accès Internet. Quand à Firefox comme à Internet Explorer (7.0), leur fonctionnalité RSS est un succédané d’avant-goût de ce qu’ils pourraient apporter. Leur fonctionnalité RSS est vraiment pour les nuls et inutilisable dès que l’on s’abonne à plus d’une dizaine de flux RSS.

Pour vous donner une idée de l’hyperchoix des solutions, consultez par exemple cette liste d’aggrégateurs RSS. C’est impressionant! On trouve quelques sources Internet qui font des comparaisons succintes de lecteurs RSS comme celle-ci, ou celle-là. Mais dans l’ensemble, je suis étonné de voir que la presse s’est peu attardée sur cette question (si vous disposez des pointeurs utiles sur ce sujet, n’hésitez pas à les partager dans un commentaire à ce post). Certains considèrent même que le concept des RSS est trop complexe pour le commun des mortels.

Du côté des développeurs, les APIs ne manquent pas pour analyser le contenu XML des sistes qui publient au format RSS la liste de leurs articles. Microsoft a de son côté facilité encore plus la tâche des développeurs en intégrant des composants RSS dans le framework .NET 3.0 qui sera en standard dans Windows Vista et disponible pour Windows XP. Il devrait permettre de créer des lecteurs RSS un peu sophistiqués dans la mesure où il fournit les fonctionnalités de base prêtes à l’emploi. Voir à ce sujet le blog de Christophe Lauer de Microsoft France, c’est le spécialiste des RSS dans l’équipe des relations développeurs. Côté lecteurs RSS, Microsoft en propose un qui est rudimentaire dans IE7, a intégré Onfolio dans la Live Toolbar, outil acheté par MS avec sa société en mars 2006. Et il n’est pas impossible qu’ils aient d’autres lecteurs dans leurs cartons.

Mais en l’absence de véritable référent sur le marché – ce serait si simple de ne pas se prendre la tête!, je me suis donc créé cette première liste des fonctions qu’un lecteur RSS pourrait proposer:

  • Arborescence : les feeds doivent pouvoir être organisés dans des catégories et sous-catégories sans limites, et déplacés facilement d’une catégorie à l’autre. On devrait pouvoir visualiser d’un coup la liste des articles d’une catégorie, les sélectionner, les déplacer, les effacer, ou les bloquer contre l’effacement.

Arborescence des feeds dans RSS Bandit

  • Lecture en HTML: les articles sont lisibles intégralement au sein de l’application directement, et pas seulement leur résumé XML. Il faut éviter d’avoir à cliquer sur un lien et ouvrir une fenêtre pour lire un article complet. C’est une perte de temps. Malheureusement, de nombreux lecteurs RSS comme FeedReader (image ci-dessous) ou Onfolio de Microsoft ne permettent pas cela. SharpReader, Blog Navigator ou NewzCrawler le font.

Dans FeedReader, on doit clicker sur le lien de chaque article…

Pour le voir intégralement dans la fenêtre du bas. Et à chaque fois!

  • Déplacement des articles: on peut déplacer un article dans un folder à part pour l’archiver et l’organiser. OnFolio de MS permet cela. Très peu de lecteurs RSS le proposent.
  • Rapidité: de l’interface utilisateur et du rafraichissement des feeds. Qui milite pour les solutions “client riche” au détriment des solutions Web, même développées avec la technologie Ajax.
  • Watch: on peut définir des mots clés pour lister en priorité les feeds correspondant à ces mots clés. Ce genre de fonctionnalité est très utile pour s’y retrouver dans le flot d’information (souvent redondant) que l’on reçoit. J’aimerai bien disposer d’un système qui identifierait automatiquement les termes des articles sur lesquels je me suis le plus attardé pour alimenter cette base de mots clés. J’ai vu une startup grecque qui s’est lancée là-dedans.

Search et watch dans RSS Bandit

  • Dédoublonnenent: une fonctionnalité que je n’ai jamais rencontrée et qui trierait les articles par sujet, identifierait les doublons voire éliminerait ceux qui sont les moins pertinents. C’est un peu le service proposé par Wikio, mais pas encore intégré dans un lecteur RSS.
  • Synchronisation multi-appareils: les feeds et leur status de consultation peut être visible sur plusieurs PC sur le réseau, et mieux, via Internet.
  • Mobilité: même fonction que précédente, applicable aux mobiles, via Internet. Et avec un lecteur RSS adapté à l’interface utilisateur des mobiles.
  • Support OPML: c’est le format de fichier qui permet d’exporter/importer la liste des ses feeds sélectionnés d’un lecteur à  l’autre. Ce gage d’ouverture est un basique plus ou moins bien respecté, par exemple dans l’importation de l’arborescence à plusieurs niveaux des feeds RSS. Il permet de passer d’un lecteur à l’autre à  ceci près que l’on n’importe que la liste des feeds (sources d’information) et pas leur état de consultation (articles lus, pas lus, conservés ou pas). Certains lecteurs proposent l’import complet d’autres lecteurs. Je l’ai constaté chez NewzCrawler et Blog Navigator.
  • Fonctionnement offline: le lecteur est capable de lire les articles résumés (XML) voire complets (HTML) en mode déconnecté. On appelle aussi cela “le caching”. Blog Navigator est censé le faire, mais je n’ai pas pu encore le tester.
  • Bookmarking et intégration avec d’autres logiciels : comme avec Delicious, son propre système de blogs, ainsi que le téléchargement de podcasts, images et vidéos.

Cette liste est sans doutes incomplète et vous pouvez allègrement en rajouter! Et aussi indiquer vos préférences.

On peut se poser au passage la grande question sur les modèles économiques du RSS de news.

  • Pour les lecteurs “client riche“, autant dire qu’il n’y en a pas vraiment. Sauf à avoir un très bon niveau de fonctionnalités et à vendre le logiciel. C’est le cas de NewzCrawler qui est l’un des meilleurs lecteurs RSS que j’ai pu tester et qui n’est disponible gratuitement qu’en version d’évaluation de 14 jours et ensuite à $24, ce qui n’est pas très élevé. NewsGator est également payant. Les autres clients riches sont gratuits, et n’évoluent donc pas bien rapidement.
  • Les clients Web peuvent vivre de la publicité, mais c’est un peu réservé aux grands de ce monde qui font beaucoup de trafic. 
  • Il y a des lecteurs RSS en open source, tel que RSS Bandit, mais ce ne sont malheureusement pas les meilleurs actuellement. On peut espérer que l’un d’entre eux se détachera clairement et rassemblera une communauté dense de contributeurs développeurs.

De leur côté, le modèle des sites Web qui publient leurs informations sous la forme de flux RSS est moins évident. C’est d’ailleurs le casse-tête de nombreux médias qui ne savent pas trop comment aborder l’Internet: contenus gratuits financés par la publicité, ou contenus payants (à la demande ou sur abonnements)? Les quotidiens français hésitent entre ces deux approches. Le problème, c’est que les Internautes – notamment jeunes – sont de plus en plus habitués au gratuit. Si l’offre est majoritairement gratuite, il est difficile pour le payant de se vendre. Surtout s’il n’est pas suffisamment différentié sur la qualité du contenu.

On voit cependant apparaitre une nouvelle forme de publicité : l’insertion d’articles qui sont des publicités au sein de flux RSS de sites. En plus des bandeaux et autres publicités intégrées dans les pages des articles consultés. Ces nouvelles pubs sont néanmoins facilement “zappables”. Il n’est pas évident qu’elles soient efficaces.

Bref, les RSS constituent une véritable révolution pour l’accès à l’information sur Internet. Reste à voir maturer le marché des lecteurs RSS tout comme leur modèle économique. Ce sera peut-être par l’arrivée sérieuse sur ce marché de grands acteurs comme Google, Yahoo ou Microsoft. Une consolidation est nécessaire qui refléterait d’une maturation de ce marché et simplifierait la vie des Internautes.

Pour l’instant, mon choix de lecteur n’est pas véritablement acquis. Et risque de ne pas l’être encore pour quelque temps! J’ai jeté temporairement mon dévolu sur RSS Bandit qui est un bon compromis, mais reste… un compromis! Et suis revenu sur SharpReader, puis sur FeedReader.

J’ai aussi réalisé ce petit tableau de comparaison de lecteurs RSS qui vous inspirera peut-être (image ci-dessus). N’hésitez pas à me faire part de vos préférences en matière de lecteurs RSS ou d’oublis dans cette liste. Je me ferais un plaisir de la mettre à jour.

Mise à jour du 24 mars 2008: j’ai mis à jour le tableau pour intégrer FeedReader que j’utilise maintenant en lieu et place de SharpReader, ainsi que FeedDemon qui est maintenant gratuit. Cf ce post.


Lien du blog Opinions Libres : https://www.oezratty.net/wordpress

Lien de l'article : https://www.oezratty.net/wordpress/2006/choisir-son-lecteur-rss/

(cc) Olivier Ezratty - http://www.oezratty.net