Contributeurs actifs

Voici la liste des principaux contributeurs du blog par leurs commentaires. Vous pouvez cliquer sur leur lien pour obtenir leurs commentaires dans cette page :

macha (113), Michel Nizon (91), Pierre (81), Fabien (66), herve (64), leafar (44), guillaume (40), Laurent (36), Herve Kabla (30), rthomas (30), Sylvain (29), Olivier Auber (28), Jeremy Fain (27), philippe (27), Daniel COHEN-ZARDI (25), Olivier (24), Nicolas (24), Marc (24), Christophe (21), Patrick (19), Fab (19), julien (18), jmplanche (17), Jeremy (16), OlivierJ (16), JustinThemiddle (16), bobonofx (15), vicnent (15), Arnaud@Thurudev (@arnaud_thurudev) (15), (14), patr_ix (14), Lionel Laské (@lionellaske) (13), Pierre Mawas (@Pem) (13), Franck Revelin (@FranckAtDell) (13), Lionel (12), Jerome (12), anj (12), /Olivier (12), jean (12), Pascal (11), Louis van Proosdij (11), jean-eudes queffelec (11), LVM (11), jlc (11), Phil Jeudy (11), Benoit (11), Marc-Antoine (11), dparmen1 (11), (@slebarque) (@slebarque) (11), INFO (@LINKANDEV) (11), François (10), Fabrice (10), Filmail (10), babar (10), Nicolas Andre (@corpogame) (10), Alexis (9), Rafael (9), FredericBaud (9), Laurent Bervas (9), Mickael (9), Hugues (9), ZISERMAN (9), arnaud (9), Olivier Travers (9), Chris (9), jequeffelec (9), Yann (9), Fabrice Epelboin (9), Benoît Granger (9), Pierre Ygrié (9), (@olivez) (@olivez) (9), faculte des sciences de la nature et de la vie (9), Frederic (8), Yannick Lejeune (8), BScache (8), Michel (8), Daniel (8), Emmanuel (8), startuper (8), Fred A. (8), Vincent (8), Benjamin (8), @FredOu_ (8), @corpogame (8), Marie (7), ~laurent (7), David (7), stephane (7), Patrice (7), JB (7), ITI (7), Julien ÉLIE (7), Jean-Christophe (7), Nicolas Guillaume (7), Jean-Philippe (7), Stanislas (7), Sebastien (7), Serge Meunier (7), Lebarque Stéphane (@slebarque) (7), Pascal Lechevallier (@PLechevallier) (7), Nicolas Bry (@NicoBry) (7), veille innovation (@vinno47) (7), YAN THOINET (@YanThoinet) (7), Legend (6), Romain (6), Jérôme (6), Paul (6), Eric (6), Serge (6), Benoit Felten (6), Alban (6), Jacques (6), sebou (6), Cybereric (6), Poussah (6), Energo (6), Bonjour Bonjour (6), Alain (6), boris (6), MAS (6), canard65 (6), Richard T (6), PEAI60 (6), Free4ever (6), Guerric (6), tvtweet (6), Matthieu Dufour (@_matthieudufour) (6), Nathalie Gasnier (@ObservaEmpresa) (6), Michel Nizon (@MichelNizon) (6), EtienneL (5), DJM (5), Tristan (5), Stéphane (5), Gilles (5), Alphonse (5), apbianco (5), dePassage (5), Sans_importance (5), Aurélien (5), herve lebret (5), Jean-Denis (5), Bruno (5), NM (5), antoine (5), Nicolas Chevallier (5), Godefroy (5), jdo (5), Alain Raynaud (5), mmathieum (5), Patrick Bertrand (@pck_b) (5), Jean-Renaud ROY (@jr_roy) (5), (@bvanryb) (@bvanryb) (5), Boris Defréville (@AudioSense) (5), Richard (5), cedric naux (@cnaux) (5), (@arnaud_thurudev) (@arnaud_thurudev) (5), (@PLechevallier) (@PLechevallier) (5), Pierre Mawas (@PemLT) (5), Fabrice Camurat (@fabricecamurat) (5), loïc (5), Laurent Fournier (5), Pierre Metivier (@PierreMetivier) (5), hervet (5), Partech Shaker (@PartechShaker) (5), Florent (4), jean-eudes (4), cedric (4), Ploc (4), Thierry (4), Tom (4), Laurent GUERBY (4), Pierre Guillery (4), jack (4), Christophe Lauer [MS] (4), Edwin Khodabakchian (4), Fred (4), jm (4), Steph (4), Jean-Christophe Defline (4), Alex (4), domotiqa.com (4), Adrien (4), Fabien Fumeron (4), Olivier Martineau (4), Franck (4), lezardbreton (4), A.M (4), Florian (4), Anne (4), Guil (4), Jean Dedieu (4), Dalai-Lama (4), businessangel (4), Christophe Faurie (4), Stan J (4), OlivierSeres (4), boris D. (4), undefined (4), JohnLeM (4), France (4), jeromewallut (4), Patrick HANNEDOUCHE (4), JN Chaintreuil (4), EDC (4), Youssef (4), Benoit Granger (4), Renaud (4), Claude de Loupy (4), Joannes Vermorel (4), Waglioni (4), plombier paris (4), lloll (4), (@easydashboardfr) (@easydashboardfr) (4), (@entreprendre_) (@entreprendre_) (4), (@SylvainTh) (@SylvainTh) (4), Laurent Etienne (@aequoanimo) (4), OlivierAuber (4), william (4), Serge gremion (@SergeGremion) (4), Julien Bengué (@jbengue) (4), (@PemLT) (@PemLT) (4), Aurélia Jaeger (@aureliajaeger) (4), Stéphane Moussie (@stephmouss) (4), gepettot (4), Caroline Baron (@carolynebaron) (4), Hugues Severac (4), romu (4)

Contributions sous le pseudo Pierre Jol

14 commentaires ont été soumis sous ce pseudo et avec le même email.

Le premier commentaire date du 5 mars 2009 et le dernier est du 15 février 2010.

Commentaire 14 dans Tentative de décryptage du Grand Emprunt, le 15 février 2010

Excellent guide. Petites corrections (au passage, et sans grande importance).

Page 152 : Sofaris (Oséo garantie) n’est pas un organisme indépendant. Il faisait partie (avant 2006) de la BDPME (Oséo financement) : la BDPME regroupait depuis 1996, le CEPME (crédit d’équipement des PME) et la Sofaris (Société française d’assurance risque); La CDC et les banques sont actionnaires de Sofaris. Ensuite, à partir de 2005, la BDPME et ANVAR (oséo innovation) se sont rapprochées (et n’ont pas fusionné) pour donner naissance à OSEO. En 2010 peut être, la Sofaris et Anvar seront totalement absorbés par le CEPME.

Page 151 : le PPA peut faire suite soit à une aide à l’innovation d’Oséo soit à tout autre type d’aide à l’innovation (de type R-D I) par exemple régionale, pour des entreprises de moins de 5 ans d’existence, et pour préparer au mieux une levée de fonds.

Page 151 : le PCE (prêt à la création) n’est pas directement octroyé par Oséo à un créateur d’entreprise. C’est la banque du créateur qui fait le prêt, puis qui le signale à Oséo à travers un extranet spécifique, afin que Oséo puisse compléter par un prêt jusqu’à 7 000 euros et le garantir. Le PCE concerne très rarement les entreprises technologiquement innovantes… Il permet de se constituer une petite trésorerie de démarrage pour s’équiper (ordinateur, etc).

Concernant le rôle d’Oséo dans le grand emprunt, il est forcément mineur. Les 1 milliards d’euros ne seront distribués directement par Oséo que sous forme de prêts bancaires participatifs pour une catégorie très particulière d’entreprises (de croissance, rentables…). M. Drouin vous a t-il dit si cela concernait les créateurs d’entreprises, les startups ? Pour le reste (avances et subventions), tout se fera par les appels à projets (projets collaboratifs) avec une sélectivité drastique (par les fonctionnaires des ministères). De même que le concours national de la création d’entreprises de technologies innovantes est aussi très sélectif…

Rien ne dit que la dotation d’Oséo Innovation pour l’aide classique (subvention et avance à taux 0 rembousable en cas de succès) sera pérennisée au delà de 2011… Le Premier ministre nous annonce des réductions énormes de déficits qui vont faire peur (en raison du grand emprunt justement, qui sera surtout géré par les nouvelles agences, la recherche avec l’ANR et les universités).

Répondre à ce commentaire

Commentaire 13 dans Tentative de décryptage du Grand Emprunt, le 15 février 2010

@aleccio et olivier. Bonsoir. J’ai lu comme vous la presse citant les objectifs de M. Drouin pour Oséo. Les fameux “3i” (pour innovation, investissement, international).

En fait, à mon avis, cela signifie surtout qu’Oséo ne souhaite pas avoir pour seule mission le remplissage de trésorerie des entreprises en difficultés comme durant la crise (avec le plan de relance). Les PME finissent par ne retenir que cela…. Ce serait extrêmement dangereux pour l’institution bancaire à terme. Cette dernière, qui deviendra totalement une banque, préfère quitter peu à peu la scène de la crise… pour se tourner vers son coeur de cible : les belles entreprises, de taille intermédiaire, sur lesquelles des financements comme les “contrats de développement” (innovation, participatif, international, etc) peuvent être pratiqués avec des marges.

Ensuite, les partenariats avec les régions permettent justement de financer les créations d’entreprises, et encore, pour un court laps de temps et des sommes modiques. La gestion est confiée à Oséo pour des raisons pratiques (le travail de gestion est chronophage). Comme on confie la gestion du financement des projets des pôles. Mais Oséo dans ce cadre, n’instruit pas les projets.

Il va bien y avoir un bouleversement. Les Villes et les conseils régionaux vont difficilement pouvoir se substituer totalement aux missions régaliennes de l’Etat… Ce serait suicidaire aussi pour elles.

Enfin, les banques se sont engagées à faire davantage de prêts moyen long terme pour les PME (rentables). Mais ce dont ces dernières ont besoin c’est de trésorerie court terme. Avec la crise, les PME sont au bord du gouffre. Les créateurs d’entreprises auront de plus en plus de mal à trouver des financements. Or, avec le chômage, nombre de jeunes cadres n’ont pas d’autre choix que tenter l’aventure…

Il y a un gros dilemne… Cela va exploser. Mais avant que l’on ait pu comprendre… de toute façon.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 12 dans Tentative de décryptage du Grand Emprunt, le 14 février 2010

En réponse à Olivier sur les 360 millions du bonus bancaire, c’est effectivement pour recapitaliser Oséo et sa branche bancaire.

Quand aux prêts participatifs à distribuer avec le milliard du grand emprunt, ils concerneront un type tout à fait particulier d’entreprise : elles devront être rentables (donc elles rembourseront, et même plus).

Oséo n’est donc plus l’organisme “d’aide” mais un semblant de banque qui prête avec des taux d’intérêt aux côtés de banques (pour réduire leur prise de risque) et aux côtés des capitaux-risqueurs.

On ne peut pas dire que cette banque Oséo pèse sur le budget de l’Etat, comparativement au FNSN, à l’Ademe ou à l’ANR… et son cortège de fonctionnaires.

Je dis bien “banque” car Mme Lagarde l’a incluse dans son projet de loi sur la régulation bancaire. Oséo bdpme va carrément absorber oséo anvar ; une banque absorbe un organisme d’aide publique. Autant dire que demain l’aide publique directe va disparaître au profit du prêt.

C’est important de le savoir pour la suite des événements. Et d’ailleurs, avons nous le choix face au déficit public ? Ce qui est par contre indéfendable, c’est de laisser d’autres agences publiques croître ou naître, sur les cendres des autres, avec la possibilité de distribuer des subventions et des avances remboursables à taux 0. Alors que ces mêmes agences n’ont pas les outils de gestion et de prise de décision aussi pointus que ceux d’Oséo dans son ensemble (sofaris incluse).

Répondre à ce commentaire

Commentaire 11 dans Hystérie économique, le 16 mars 2009

@François. Il vaudrait mieux que la Caisse des dépôts ne s’occupe pas d’investissement en capital, car on voit ce qui s’est passé avec EADS lorsqu’ils ont racheté les parts :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Caisse_des_d%C3%A9p%C3%B4ts_et_consignations

Le politique est tout aussi dangereux que le financier dans ce domaine (accords de complaisance, etc).

Pourquoi l’aide directe d’oséo (à l’innovation) ne serait elle pas un quasi fonds propres ? Une partie demeure en fonds propres (pendant la durée du projet), l’autre en avance à taux 0 (comme actuellement). Cela correspondrait bien aux attentes des startups du numérique. Une fois que l’entreprise a un produit fini et déjà des clients, il est plus facile pour elle de trouver des investisseurs (si besoin) et de négocier à son avantage, plutôt qu’au tout début, simplement pour respecter le ratio 1 pour 1 (fonds propres / aide).

La Caisse finance les fonds de capital risque et n’intervient jamais directement auprès des startups jusqu’à présent. Encore heureux, sinon bonjour l’énormité du truc à mettre en place.

C’est l’Etat qui dote l’aide à l’innovation, et non la Caisse des dépôts : c’est une avance à taux 0 (on ne fait pas d’argent avec de l’argent, donc on ne pratique pas de taux d’intérêt pour cette mission d’intérêt plutôt général…). C’est plus équilibré ainsi je trouve. Ne mettons pas tout dans le même panier effectivement.

Enfin, je ne pense pas que nos grandes entreprises, signataires ou non du Pacte PME (le fameux machin), ne soient très utiles au développement de nos startups. Elles feront tout pour les empêcher de se développer. Barrage aux nouveaux entrants…

Pour TOTAL, je suis d’accord avec Macha. Cette entreprise n’a jamais été très claire. C’est du chinois tout ça…

Je trouve que Wauquiez est bien plus courageux que Fillon !!! Franchement. Fillon courageux… au secours.
Regardez le dernier commentaire de Wauquiez (après celui de Total) concernant cette fois Continental :
il dit que les salariés ont raison de porter plainte, car ce groupe n’a pas respecté les règles d’information
http://www.liberation.fr/economie/0101554882-wauquiez-les-salaries-de-continental-auront-raison-de-porter-plainte

Excusez, cher olivier, mon emportement. C’est macha qui doit m’inspirer ou plutôt les faits d’actualité…

Répondre à ce commentaire

Commentaire 10 dans Faut-il se méfier des FCPI ?, le 10 mars 2009

Macha. Je confirme les dires d’Olivier. Soitec est une très belle entreprise (essaimage du CEA) à Grenoble; Elle est même protégée par le Fond souverain (CDC), je crois, ce qui prouve qu’avec la baisse en bourse elle pourrait être avalée par des étrangers. Elle avait créé beaucoup d’emplois en très peu de temps (plus de 400) !!!

…Il me semble qu’elle a bénéficié au tout début des aides. Elle fait partie du pôle Minalogic. Elle a absorbé une autre startup bien connue, Picogiga… Bon effectivement,il y a aussi d’autres entreprises qui ont eu plus de difficultés comme STMicro. Monter des partenariats internationaux facilitent grandement les exportations. Biensûr, l’important c’est que l’entreprise ne parte du territoire national. Pour vous donner un peu raison Macha, il est clair que monter des partenariats ou quitter le territoire, il faut choisir. Les entreprises citées par Olivier n’ont pas quitté le territoire et sont restées françaises ou européennes. C’est cela qu’il faut viser pour notre commerce extérieur. Voilà, je pense vous avoir mis tous les 2 d’accord.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 9 dans Faut-il se méfier des FCPI ?, le 9 mars 2009

M. Dedieu. C’est bien de dénoncer les abus (éventuels) du capital risque. Mais vous savez, comme il n’y a plus d’argent dans les caisses publiques, l’Etat laissera faire (car il a besoin du financement privé), voire même, imposera certaines discrétions. L’Etat n’a plus les moyens de ses ambitions, ni même de ses aspirations morales… et encore moins dans un champs qui concerne la libre entreprise et du coup le libéralisme dans le bon sens du terme.
Mais il nous reste encore la libre expression. Vous faites bien d’informer malgré tout. On ne sait jamais…

Répondre à ce commentaire

Commentaire 8 dans Faut-il se méfier des FCPI ?, le 7 mars 2009

J’ai consulté la video de M. Hemmery, victime d’une arnaque. Sa PME (Pays Basque) était à capitaux familiaux, puis un FCPI est entré dans son capital. Le personnel a été licencié (sauf 1 personne)…etc. M. Hemmery aussi a été licencié et il a l’impression d’avoir été spolié (pillé)… Il indique cependant qu’il ne faut pas prendre sa désaventure pour une généralité. Ils sont 17 entrepreneurs dans son cas d’après lui. Le capital risque pour l’innovation en France fonctionne bien. Simplement, il faut que l’entrepreneur sache se défendre avec son propre cabinet juridique pour éviter de se faire avoir. Attention à ce que vous signez !!!
http://www.dailymotion.com/video/x4w4lc_pascal-hemmery_webcam
Peut être que le FCPI mentionné pourra donner des explications, après le procès. Il ne faut pas lui jeter la pierre tout de suite.

Est il vrai, comme l’indique M. Hemmery, que le FCPI ne peut pas prendre la majorité dans le capital et que c’est hors la loi ?

On connaît des cas d’entrepreneurs chercheurs qui ont été remplacés par des “financiers” à la tête de leur entreprise pour gérer la croissance, le chercheur demeurant cependant responsable des la RD de la boîte. Parfois cela marche très bien avec une complémentarité. Parfois, cela vire au cauchemar. Ces 2 dernières années ont été sans doute des années de folie du fric à tout prix…. On en connaît l’issue aujourd’hui, avec la crise. Il est temps de redevenir ETHIQUE dans tous les domaines… y compris dans celui ci.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 7 dans Faut-il se méfier des FCPI ?, le 7 mars 2009

…Si l’on tente de prendre un peu de recul, tout ce qui se dit sur ce blog depuis plusieurs semaines, confirme l’extrême fragilité des startups du numérique ou de la santé (biotechs)… fragilité encore plus extrême dans ce contexte de crise. Car les difficultés des startups comme des PME plus classiques vont s’accroître. Ces entreprises doivent aussi trouver leur marché et ce dernier se dérobe un peu sous leurs pieds. Sans compter que certaines de ces entreprises détiennent des technologies stratégiques pour le plus long terme. Le FSI ne sauvera que les plus importantes d’entre elles. Un cadre juridique “public” serait utile pour aider ces startups à se défendre. Notamment si elles sont aidées en amont par l’Etat français et l’occurrence le contribuable. Tout ceci doit aussi être relié avec les stratégies d’intelligence économique
http://www.intelligence-economique.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=13
Enfin, si oséo garantit les pertes éventuelles du FCPI, il faudrait faire cesser les tactiques malhonnêtes de certains pour valoriser les startups au détriment de leurs fondateurs…

Répondre à ce commentaire

Commentaire 6 dans Transparence sur le revenu des startups, le 7 mars 2009

Mais les bilans sont disponibles pour tous les investisseurs et financeurs qui le demandent. Les entreprises peuvent être obligées de fournir ces bilans avec l’aide d’un expert comptable certifié. Quand on souhaite obtenir des chiffres on peut en avoir (lorsque l’on finance soit même l’entreprise). Les startups internet dépensent largement plus qu’elles ne gagnent. Faut il pour autant bannir ces entreprises ? Ces entreprises sont des cas vraiment à part. Elles devraient être adossées à des entreprises qui par ailleurs font des résultats. Comment apprécier une startup internet : sur son compte de résultat ou sur sa valeur intrinsèque ? C’est le genre de boîte à mentors et business angels qui veulent financer pour voir… Mais pour un investisseurs institutionnel ou une banque, ce n’est pas une entreprise facile.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 5 dans Faut-il se méfier des FCPI ?, le 6 mars 2009

…Vous faites bien de rappeler des principes importants dans le financement des startups dont le rôle des investisseurs après la phase d’amorçage. Il ne faudrait pas que les startups prennent peur vis à vis du capital risque et des FCPI qui quand même ont bien soutenu les créateurs depuis 10 ans avec le label oseo.
……Cependant vous remettez le couvert à la fin de votre article avec le rôle du financement public pour l’amorçage pour avoir le temps de négocier au mieux (valorisation) devant les investisseurs après la mise au point du produit. Et donc on fait à nouveau référence aux moyens d’oséo pour cette phase du tout début. Et on n’a toujours pas de réponses de la part des intéressés, à savoir la direction d’oséo.
….Le prêt participatif Amorce (PPA) n’est il pas destiné à financer cela ? Vous connaissez ce financement d’oséo ???…..
http://www.oseo.fr/votre_projet/innovation/aides_et_financements/financements_bancaires/pret_participatif_d_amorcage
L’entreprise doit avoir bénéficié avant d’une aide à l’innovation d’oséo ou du concours de la recherche ou de tout autre aide à l’innovation de la région. C’est un prêt. Je n’en connais pas le taux. Mais il paraît qu’il permet aussi de financer le programme d’innovation.Peut être que c’est sélectif aussi comme solution. Vous connaissez ??

Répondre à ce commentaire

Commentaire 4 dans Alerte : Oséo asphyxie les startups !, le 6 mars 2009

Ce livre va t-il paraître officiellement ? Il est accessible en ligne sur http://www.fcpi-pratique.com/. Mais pour combien de temps ? Cela fait froid dans le dos. Mais peut être que cela ne concerne qu’une petite poignée de startups malheureuses qui se sont fait avoir par des financiers véreux… Avec une telle méfiance maintenant sur les investisseurs, nos entreprises ne vont pas pouvoir se développer convenablement. SI maintenant les entreprises répugnent à se faire financer par le privé où va t-on ? Je ne vois pas comment l’Etat peut remplacer le financement en fonds propres. Vous savez vous ? A moins qu’il ne faille tout simplement mettre de l’ordre.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 3 dans Alerte : Oséo asphyxie les startups !, le 6 mars 2009

….vous avez bien raison. Mais ne pensez vous pas que le remplacement de l’aide directe et de l’accompagnement personnalisé est souhaité par le gouvernement ? ce dernier n’a t-il pas voulu en somme tout transférer aux banques, au privé ? et avec la crise (et la cause de cette crise) il est franchement dans l’embarras maintenant? !!!!….
……oséo n’est il pas en train de supprimer le métier initial de soutien à l’innovation (aide et accompagnement) au profit du rescrit fiscal (pour le CIR) et de la garantie ? Ne pensez vous pas que les quelques subventions restantes ne le seront que pour les pôles de compétitivité et les projets en collaboratifs un peu lourds?

Répondre à ce commentaire

Commentaire 2 dans Alerte : Oséo asphyxie les startups !, le 5 mars 2009

…après 01 qui n’a pas pu interroger les start-up en amorçage, ni oser demander des compléments à M. Ezratty……….
……… voici désormais le bug informatique du ch@t de M. Drouin sur le site du quotidien Les Echos, qui n’a pu répondre aux dernières questions… Nous verrons demain s’il parvient à répondre. !! Pour l’instant CIR et garantie semblent suffire selon lui. Pourvu qu’il ne soit pas sous l’emprise d’une omerta… concernant les startups. Ou peut être ne peut il prendre la mesure réelle de la situation ? Qu’en pensez vous Olivier ?

Répondre à ce commentaire

Commentaire 1 dans Alerte : Oséo asphyxie les startups !, le 5 mars 2009

Dossier 01 Informatique. Les startups qui témoignent ne semblent pas tristes de voir l’aide à l’innovation (avance taux 0, remboursable qu’en cas de succès) disparaître. Elles se contentent du Crédit d’impôt recherche et des prêts bancaires avec la garantie oséo…….
……..Les témoignages indiquent que les banquiers oséo savent apprécier toutes les dimensions de leur projet. Mais alors, il n’y a donc plus de problèmes!!! On s’est inquiété pour rien !. Vous témoignez aussi dans l’article M. Ezratty. Qu’en pensez vous ?

le voilà le lien :
http://www.01informatique.fr/infrastructures-stockage-serveurs-116/financement-innovation-47846/

A priori, le recours au crédit bancaire serait utilisé en échange de l’ouverture de son capital à des capital risqueurs. C’est ce que préfèreraient, d’après l’article, certains entrepreneurs. Il est clairement dit qu’avec la baisse du budget de l’aide à l’innovation, oséo demande des montants élevés de fonds propres.

Il y a aussi la louange faite au Pacte PME et au Small Business Act.

La bancarisation d’Oséo semble plaire au grand nombre.

Répondre à ce commentaire

Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
INRIA 50 ans Nov2017
2017
87 photos
albth
TEDx Paris Nov2017
2017
250 photos
albth
TEDxCE Women Paris Nov2017
2017
525 photos
albth
Hello Tomorrow Oct2017
2017
512 photos
albth
CES Unveiled Paris Oct2017
2017
54 photos
albth
S3 Odéon Oct2017
2017
336 photos
albth
Women in AI Oct2017
2017
28 photos

Téléchargements gratuits

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Yousra Touki (Air France)
Yousra est chef de projet en analyse de données dans l'audit et le contrôle interne d'Air France KLM.
flow
Pascale Chehikian (Sopra-Steria)
Pascale est manager de projets de création et mise à disposition de services numériques dans les secteurs industriel et tertiaire chez Sopra Steria. Membre du programme Passer’Elles de Sopra Steria en faveur de la mixité.
flow
Elisabeth Moulin (Valeur d'Etre)
Elisabeth est créatrice de "Valeur d'être", organisation dédiée à l'émergence de projets humanistes, innovants pour les professionnels, les entreprises et les particuliers.
flow
Carole Thourigny (8FabLab)
Carole est directrice du 8 Fablab Drôme à Crest.
flow
Marie Poulle (LoveBox)
Marie est cofondatrice et chief brand&sales officer de la startup grenobloise Lovebox.
flow
Marie Dorange (Opla)
Marie est cofondatrice et CEO de la startup Opla dans l’intelligence artificielle, une plateforme de création d’assistants virtuels.
flow
Jade Ataoui (Boost in Lyon)
Jade est Déléguée Générale de BoostInLyon, l'accélérateur de startups de Lyon qui recrute, accompagne et fait décoller les startups lyonnaises. A également cofondé Percola.top, une agence de création de contenus en ligne.
flow
Audrey Moriaud
Audrey est Responsable Réseaux & Télécoms dans une Maison de luxe.
flow
Arlette Quillere (CRT Services)
Arlette est Directrice des Systèmes d’Information chez CRT Services.
flow
Laetitia Guillotin (Fleur en ville)
Laetitia est fondatrice du service en ligne de livraison de fleurs personnalisées Fleur en ville.
flow
Véronique Bardet (Banque Postale)
Véronique est Responsable Exploitation à la DSI de La Banque Postale et du Réseau du groupe La Poste.
flow
Nora Guemar (Engie)
Nora est analyste stratégique sénior à la direction de la stratégie du groupe Engie.
flow
Véronique Bonin (Bouygues)
Véronique est Directrice de la transformation numérique du groupe Bouygues.
flow
Diana Filipova
Diana est responsable de l’écosystème startups chez Microsoft France, où elle a fondé KissMyFrogs.com, le média alternatif des startups et de la tech en France. Egalement cofondatrice du collectif OuiShare, essayiste et écrivain.
flow
Sylvie Roche (CRiP)
Sylvie est Directrice Déléguée du CRiP, le Club des Responsables d’Infrastructure et de Production.
flow
Anna Stépanoff (Wild Code School)
Anna est co-fondatrice et dirigeante du réseau d’écoles numériques Wild Code School qui propose une formation d’excellence ouverte à tous au métier de développeur web et mobile. #entrepreneuse

Derniers commentaires

“"L’#IA est-elle vraiment créative ?" Un excellent état de l'art de @olivez sur les tentatives de créer des IA créat…...”
“Douze mythes de l'#IA selon @olivez, je recommande vivement cette lecture...”
“Merci Olivier. L'IA me fait penser à un énième miroir que l'Humanité se serait fabriqué, et qui somme toute ne fait que refléter une part de notre condition. Si la pierre puis le fer nous ont donné des...”
“Tes premiers mots en intelligence artificielle par @frenchweb Et si t’es chaud, y’a le eboo…...”
“"Bref, l’IA incarne un déterminisme futur prêt à défier toute forme de sérendipité, de hasard et de libre arbitre p…...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


Catégories

Tags

http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-guyane/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.