La sémantique de l’intelligence artificielle

Publié le 12 octobre 2017 et mis à jour le 13 octobre 2017 - 5 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Comment se fait-il que l’on continue à débattre sans fin sur la notion même d’intelligence artificielle ? A dénoncer l’IA washing des startups ? Sur le fait que telle ou telle solution est ou n’est pas de la “vraie IA” ? Et pourquoi cette distinction entre intelligence artificielle étroite et généralisée, intégrée dans une roadmap devant nous mener inéluctablement à une perte de contrôle de l’Homme sur les machines ?

L’explication est pourtant simple ! L’origine de ces querelles sémantiques remonte au mois de décembre 1955, l’année de la naissance de Steve Jobs, Bill Gates, et aussi d’Isabelle Adjani, mais sans aucun rapport avec le sujet. L’expression « intelligence artificielle » fut proposée ce mois-là par l’un des initiateurs du summer camp de Darmouth prévu pour l’été 1956, John McCarthy. L’ordre du jour de cette sorte de hackathon intellectuel prévu pour durer deux mois était de jeter les bases d’une nouvelle discipline recouvrant les sciences et technologies qui permettent d’imiter l’intelligence humaine avec des machines. Vaste programme !

L’IA est à l’origine une promesse intenable

Le groupe de travail du summer camp de Darmouth, situé à Hanover dans le New Hampshire, comprenait Marvin Minsky, Claude Shannon, à l’époque au MIT, Allan Newell et Herbert Simon de Carnegie Tech, et Arthur Samuel et Nathanial Rochester, tous deux d’IBM. Le groupe voulait plancher sur la conjecture selon laquelle tous les processus de l’intelligence humaine pouvaient théoriquement être mis en œuvre par des machines.

Congres de Darmouth

L’objectif était de concevoir, au moins conceptuellement, des machines capables d’imiter l’intelligence humaine, notamment la vision, le langage et le raisonnement. Il était des plus ambitieux à une époque où les ordinateurs se vendaient en quantités négligeables et étaient construits à base de lampes et pas encore de transistors, et encore moins de circuits intégrés !

Les 10 participants à ce congrès pensaient qu’il serait possible de régler la question en une à deux décennies. Malgré les beautés de la loi empirique énoncée par Gordon Moore à partir de 1965, nous y sommes encore, 62 plus tard.

Nous disposons cependant d’outils permettant de créer des solutions d’IA qui dépassent les facultés humaines dans tout un tas de domaines. Elles sont encore loin d’intégrer nombre de caractéristiques de l’intelligence humaine comme le raisonnement. Et la faculté à se mouvoir dans l’espace tout comme la vision restent approximatives avec l’IA d’aujourd’hui, ce qui explique la relative lenteur des progrès en robotique.

L’IA était une appellation adoptée par des chercheurs souhaitant poser les jalons d’une nouvelle discipline, et d’éviter son association trop étroite avec des domaines scientifiques existants comme les mathématiques, les statistiques, l’informatique ou les sciences cognitives. C’était presque une appellation “marketing”, basée sur une promesse difficile à tenir.

IA et autres disciplines

L’IA, un voyage éternel ou un aboutissement ?

Après deux hivers rigoureux dans les années 1970 puis 1990, l’IA est revenue au devant de la scène. Il y a à peine une dizaine d’années, l’IA n’était pas à la mode et symbolisait la “lose” dans l’univers entrepreneurial. Les choses ont bien changé depuis !

Dans la pratique, l’IA se matérialise par une grosse boite à outils disparate qui évolue très vite et qui n’a pas encore atteint les objectifs de 1955. On qualifie les solutions actuelles d’intelligence artificielle étroite (ANI = Artificial Narrow Intelligence). Dans la pratique, ajouter Narrow ou Etroite n’est pas très vendeur, donc on évite le qualificatif.

D’où une définition pragmatique de l’IA comme étant le champ académique de la création de logiciels et matériels dotés de certaines formes d’intelligence, et pas forcément d’intelligence humaine. C’est aussi un ensemble de sciences cognitives.

L’intelligence artificielle est … artificielle. Elle naît dans des machines créées par l’espèce humaine. Mais il faut éviter de projeter sur elle une vision anthropomorphique. On peut éventuellement évoquer de l’intelligence humaine augmentée, l’IA étant principalement destinée à permettre à l’homme de faire plus de choses, comme avec tous les outils numériques jusqu’à présent.

A l’origine, sur son chemin, d’un tas d’avancées technologiques plutôt complémentaires de l’intelligence humaine, l’IA incarne finalement la conquête d’un Graal distant, l’intelligence artificielle générale imitant et dépassant celle de l’Homme. Peu importe si ce Graal est atteignable ou pas puisqu’elle est déjà utile en l’état !

Vraie et fausse IA ?

L’intelligence artificielle génère toutes sortes de fantasmes pour les uns et de craintes pour les autres. Les définitions de l’IA vont d’ailleurs bon train. L’appellation d’intelligence artificielle est source d’une interminable bataille sémantique, tout comme celle de l’intelligence humaine.

Pour certains, seul l’apprentissage profond, ou deep learning, est digne de faire partie de l’IA et le machine learning, pas du tout. Comme si seules les technologies un peu magiques dans leur apparence pouvaient faire partie de l’IA. Pour les spécialistes du secteur, toutes les sciences et technologies de l’histoire de l’IA en font partie. Simplement, leurs capacités évoluent dans le temps.

Ces différents viennent aussi de ce qu’une partie importante de la valeur ajoutée des applications de l’IA est issue du volume et de la qualité des données qui les alimentent. Mais les méthodes importent aussi et elles évoluent constamment. On peut se rassurer en se rappelant que l’intelligence artificielle est … mécanique et artificielle, et donc différente de l’intelligence humaine.

L’IA chez les startups

La querelle sémantique atteint surtout l’univers des startups. Celles-ci feraient de “l’IA washing”, peignant aux couleurs de l’IA des solutions qui n’en contiennent pas forcément. Et les investisseurs dans les startups de l’IA seraient de véritables gogos, suivant aveuglément un effet de mode. Ils le sont probablement souvent, mais pas plus que ceux qui investissent dans nombre d’autres secteurs d’activité, l’échec étant la règle et la réussite, l’exception dans l’univers des startups

Cette notion d’IA washing est à nuancer. Ce n’est pas parce que certaines startups utilisent des briques technologiques prêtes à l’emploi ou ne relevant que de méthodes anciennes de machine learning sans réseaux de neurones qu’elles ne font pas d’IA ou que leur solution n’intègre pas d’IA. Et c’est valable même si la société a ajouté en cours de route de l’IA à son discours marketing. Lorsque l’IA n’était pas à la mode, des éditeurs de logiciels en utilisaient déjà des briques dans leurs logiciels. Ils étaient juste discrets à ce sujet. Pour ne prendre qu’un exemple, le traitement du langage n’a pas attendu le deep learning pour se développer. Nombre d’entreprises du numérique sont fondées par ou emploient des informaticiens formés il y a 10, 20 ou 30 ans aux techniques de l’IA.

Enfoncer le clou sur l’IA washing des startups revient à affirmer qu’un site web réalisé en WordPress avec un thème standard au lieu d’être développé avec son propre framework en Ruby on Rails avec un front-end custom en React ou Angular n’est pas “de l’internet”. L’IA est une sorte de vague de logiciels 2.0, amenée à se généraliser dans tous les pans du numérique.

Reste à définir “une IA”, qui est toujours un assemblage de plusieurs composantes (data, algos, hard, savoir-faire métier) et à ausculter les startups de près pour appréhender les morceaux d’IA qu’elle exploite et l’impact qu’ils ont sur la qualité de la solution proposée.

Startups IA check-list

Quelles sont les caractéristiques d’une bonne startup faisant appel à de l’IA ? On peut identifier sept grands aspects à creuser…

  • Talents : une startup dans l’IA doit faire appel à des talents techniques variés avec des data-scientists, des développeurs maitrisant le paramétrage de systèmes de machine learning et deep learning, et les autres connaissances techniques classiques allant du back-end au front-end de la solution. Le design est aussi de la partie car les solutions logicielles se distinguent encore par là que ce soit via leurs interfaces graphiques ou vocales.
  • Métier : une bonne startup connait bien le métier de ses clients, leurs contraintes, leurs besoins et aspirations. Elle sait créer une solution qui s’intègre bien dans l’existant. Elle sait se différencier par rapport à l’existant qu’elle connait, si possible, sur le bout des doigts. Ce qui compte avant tout est la valeur apportée par la solution ! Si l’IA permet d’être plus efficace, tant mieux !
  • Données : il n’y a pas d’IA sans accès à des données pour entrainer ses modèles. Les données exploitées par la startup peuvent être de trois types : ouvertes et facilement disponibles sur Internet (open data, ImageNet, WordNet, MNIST), collectées de manière exclusive à la startup, par exemple via ses objets connectés, ou provenant des systèmes d’information de ses propres clients. La différentiation de la solution provient généralement de la combinaison des trois sources. Une startup n’exploitant que des données ouvertes aura moins de barrières à l’entrée. Et pour accéder aux données des entreprises clientes, il faudra souvent faire du spécifique ce qui réduira les effets d’économie d’échelle de la startup. Autre question clé : où sont stockées les données ? Comment est géré le respect de la vie privée des utilisateurs pour les applications grand public ? La startup est-elle prête à respecter la nouvelle règlementation européenne RGPD en mai 2018 ?
  • Technologies : quand une startup indique avoir créé « son IA », il est bon de creuser un peu pour se faire expliquer le pourquoi du comment. Quels outils a-t-elle exploité pour créer sa solution ? Quelles méthodes de machine learning ou quels types de réseaux de neurones ? Quelle est la partie algorithmique qui est spécifique à la startup ? Est-ce qu’elle a développé un savoir-faire spécifique dans l’assemblage de briques algorithmiques diverses ? Au minimum, il faut segmenter les techniques d’IA utilisées : moteurs de règles, machine learning, réseaux de neurones et deep learning. Et puis éventuellement, décrire les ressources matérielles exploitées, que ce soit côté terminaux ou serveurs, y compris dans le cloud.
  • Produit : est-ce que la solution est générique ou demande-t-elle d’adopter un mode projet lourd pour sa mise en œuvre chez chaque client ? Si on est en mode projet à chaque fois, on sera dans la catégorie des services outillés, la startup étant hybride entre startup produit et entreprise de services du numérique (ESN) avec peu d’économies d’échelle.

image

  • Business : quel est le modèle économique de la startup ? Est-il récurrent ? Où sont les économies d’échelle ? Des questions classiques à se poser.
  • Financement : c’est toujours le nerf de la guerre pour le développement de véritables startups, celles qui ont une grande ambition, notamment internationale. Les startups US bénéficient souvent de financements importants, pouvant facilement dépasser les $30M, ce qui est plus rare en France et en Europe en général.

Sortir du bricolage

L’IA en est encore au stade artisanal et du bricolage. Cela ne se voit évidemment pas directement lorsque l’on fait le tour d’horizon des startups du secteur. Surtout dans le mesure où la plupart d’entre elles sont “b-to-b” et diffusent leurs solution en marque blanche. Vous les retrouverez éventuellement dans les agents conversationnels des sites web de marques, dans le ciblage marketing qui vous touche avec une offre pertinente (ou pas du tout…), dans des robots capables de dialoguer plus ou moins avec vous, ou dans les aides à la conduite de votre voiture haut de gamme.

L’un des moyens de se rendre compte indirectement de cet aspect artisanal consiste à d’évaluer la part produit et la part service des entreprises du secteur. Plus la part du produit est faible, plus on est dans le domaine de l’artisanat. Cela n’apparait pas dans les données publiques mais peut au moins s’obtenir quand on a l’occasion d’observer à la loupe ces entreprises : dans le cadre d’une relation grand compte/startup ou d’un investissement. On peut l’observer également dans les profils LinkedIn des salariés de l’entreprise s’ils sont disponibles. Bref en utilisant ce que l’on appelle des sources d’information “ouvertes”.

La querelle de sémantique autour de l’IA est une affaire de perspective historique mais aussi de pédagogie. Le marketing des startups faisant de l’IA est à inventer complètement. Elles devront apprendre à expliquer ce qu’elles font en termes à la fois compréhensibles par le plus grand nombre et aussi de manière crédible auprès des rares spécialistes qui connaissent les grandes techniques mises en œuvre dans l’IA.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 12 octobre 2017 et mis à jour le 13 octobre 2017 Post de | Intelligence artificielle, Logiciels, Logiciels libres | 8712 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 5 commentaires et tweets sur “La sémantique de l’intelligence artificielle” :




Répondre au commentaire suivant de Michel Nizon publié le 12 octobre 2017 :

IBM a clairement l'intention de dépasser le débat sémantique autour de l'IA en parlant en lieu et place (au moins aux US) d'Intelligence Cognitive ou d'Intelligence augmentée. Voir l'interview récent de sa pédégère dans Bloomberg Busineeweek.


Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
S3 Odéon Oct2017
2017
336 photos
albth
Women in AI Oct2017
2017
28 photos
albth
Microsoft Experience Oct2017
2017
137 photos
albth
CES 2017
2017
3109 photos
albth
MIT35 Station F Sept2017
2017
74 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2017
2017
179 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
476 photos

Téléchargements gratuits

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Yousra Touki (Air France)
Yousra est chef de projet en analyse de données dans l'audit et le contrôle interne d'Air France KLM.
flow
Pascale Chehikian (Sopra-Steria)
Pascale est manager de projets de création et mise à disposition de services numériques dans les secteurs industriel et tertiaire chez Sopra Steria. Membre du programme Passer’Elles de Sopra Steria en faveur de la mixité.
flow
Elisabeth Moulin (Valeur d'Etre)
Elisabeth est créatrice de "Valeur d'être", organisation dédiée à l'émergence de projets humanistes, innovants pour les professionnels, les entreprises et les particuliers.
flow
Carole Thourigny (8FabLab)
Carole est directrice du 8 Fablab Drôme à Crest.
flow
Marie Poulle (LoveBox)
Marie est cofondatrice et chief brand&sales officer de la startup grenobloise Lovebox.
flow
Marie Dorange (Opla)
Marie est cofondatrice et CEO de la startup Opla dans l’intelligence artificielle, une plateforme de création d’assistants virtuels.
flow
Jade Ataoui (Boost in Lyon)
Jade est Déléguée Générale de BoostInLyon, l'accélérateur de startups de Lyon qui recrute, accompagne et fait décoller les startups lyonnaises. A également cofondé Percola.top, une agence de création de contenus en ligne.
flow
Audrey Moriaud
Audrey est Responsable Réseaux & Télécoms dans une Maison de luxe.
flow
Arlette Quillere (CRT Services)
Arlette est Directrice des Systèmes d’Information chez CRT Services.
flow
Laetitia Guillotin (Fleur en ville)
Laetitia est fondatrice du service en ligne de livraison de fleurs personnalisées Fleur en ville.
flow
Véronique Bardet (Banque Postale)
Véronique est Responsable Exploitation à la DSI de La Banque Postale et du Réseau du groupe La Poste.
flow
Nora Guemar (Engie)
Nora est analyste stratégique sénior à la direction de la stratégie du groupe Engie.
flow
Diana Filipova
Diana est responsable de l’écosystème startups chez Microsoft France, où elle a fondé KissMyFrogs.com, le média alternatif des startups et de la tech en France. Egalement cofondatrice du collectif OuiShare, essayiste et écrivain.
flow
Sylvie Roche (CRiP)
Sylvie est Directrice Déléguée du CRiP, le Club des Responsables d’Infrastructure et de Production.
flow
Anna Stépanoff (Wild Code School)
Anna est co-fondatrice et dirigeante du réseau d’écoles numériques Wild Code School qui propose une formation d’excellence ouverte à tous au métier de développeur web et mobile. #entrepreneuse
flow
Sylvie Charissoux (Exide)
Sylvie est Chief Technology Officer au sein de l'entreprise américaine Exide Technologies, spécialisée dans le stockage électrique pour le transport et l’industrie.

Derniers commentaires

“P100: coquille "Ces processeurs peuvent comprennent en général...”
“Merci Olivier, vos passions nous éclairent, vous lire est un plaisir instructif, indispensable. Merci encore pour ce partage éclairé et...”
“Un article sur l'#IA clair, documenté et lucide......”
“@jmplanche moi je bouge pas sans l'avis d' @olivez ...”
“#IA or not IA that's the...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Catégories

Tags

http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-guyane/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.