Les propagandes de l’innovation – 2

Publié le 7 mai 2014 et mis à jour le 13 mai 2014 - 12 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
   

Après avoir exposé le contexte des propagandes de l’innovation, nous allons passer à quelques études de cas et mécanismes associés. Ces différentes formes de propagande numérique relèvent pour l’essentiel de tactiques de communication plus ou moins élégantes et orchestrées selon les cas.

Je vais balayer différences facettes de la propagande utilisée dans l’innovation en les étalant sur plusieurs articles selon leur longueur :

  • Des données en trompe l’œil utilisées pour décrire de manière tronquée l’adoption de telle ou telle technologie, avec comme exemples Youtube ainsi que les objets connectés.
  • Des erreurs scientifiques, notamment dans le domaine de l’énergie.
  • Des erreurs pratiques et économiques, qui concernent en particulier l’impression 3D dans le grand public.
  • Les erreurs de timing, fréquentes dans le secteur de la santé.
  • Des citations fabriquées, particulièrement perturbantes dans le cas des Bitcoins.
  • La novlang et la construction de nouveaux mythes sociétaux comme les foules intelligentes, la confiance, la fin de la propriété ainsi que le ”zero marginal cost”.
  • La recherche de l’ennemi de l’innovation et la contre-propagande, que l’on retrouve dans le cas des taxis face aux VTC.
  • Le facteur humain… où l’on voit que certaines innovations oublient parfois la vraie vie des vrais gens !

Je terminerai avec quelques leçons que les entreprises et les startups pourraient tirer de cet inventaire à la Prévert pour pour promouvoir leurs innovations et, de préférence, de manière responsable.

Des données en trompe l’œil

Une tactique utilisée dans le cadre des propagandes du numérique – comme d’ailleurs – est un appel fréquent aux données biaisées. Le truc le plus classique est de faire miroiter des données stratosphériques pour valoriser l’adoption d’un service, mais sans les comparer avec des données de référence.

Un grand nombre de décisions business sont ainsi prises en fonction de prévisions d’analystes qui ne sont pas toujours construites sur des fondements très solides. Souvent, elles ne font qu’extrapoler le passé. Curieusement, les courbes présentées sont toujours des exponentielles et rarement des courbes en cloche (gaussiennes) qui sont plus proches de la réalité de l’innovation schumpétérienne.

Adoption innovations vues par les previsions de marche

Comme illustré dans le graphe ci-dessus, les prévisions des analystes s’arrêtent en général juste avant le point d’inflexion qui est le point de départ de la courbe en cloche avec un ralentissement de la vitesse d’adoption. Ce ralentissement signale que l’on est en gros au quart du cycle de l’adoption de la technologie. On atteint souvent un taux de pénétration au moins égal à la moitié du taux maximum quand on est en haut de la courbe en cloche (modulo le fait que les prix des innovations technologiques baissent au gré de leur cycle de vie).

Seulement voilà, il y a plein de scénarios alternatifs. La courbe peut aller plus vite ou plus lentement. Une courbe en cloche peut être soudainement cassée par l’arrivée d’une autre technologie de rupture. L’arrivée plus ou moins rapide du point d’inflexion va signaler que l’on n’atteindra pas des taux de pénétration de haut de panier (plus de 70%). Elle peut aussi indiquer qu’une nouvelle technologie de rupture a prise le relai. Vous observerez donc une certaine discrétion sur ce point d’inflexion.

Les prévisions s’appuient aussi sur une docta en cours depuis de nombreuses années : la courbe d’adoption “hype cycle” du Gartner qui décrit le cycle en double gaussienne de “l’expectation” qui peut s’apparenter à la médiatisation positive d’une innovation.

Gartner Hype Cycle

Le Gartner positionne ainsi régulièrement les innovations du moment sur la courbe, comme si celle-ci était immuable. Pourtant, il y a quelques laissés pour compte dans l’affaire (Second Life, les cadres photos, le Blu-ray, etc) et des réussites plus rapides que prévu (les smartphones et les tablettes n’ont pas vraiment suivi cette courbe).

Hyper cycle IoT

Les données d’adoption brouillent les pistes lorsque l’on compare des ventes de produits émergents à des produits matures qui sont dans des cycles de renouvèlement. On annonce ainsi régulièrement la mort des PC parce que leurs ventes s’essoufflent depuis quelques années. Mais leur taux de pénétration des foyers dépasse 75% dans les pays développés et leur durée de vie moyenne est d’environ 5 ans. Il est normal, même à usage stabilisé, que les ventes se calment, surtout face aux mobiles dont le renouvèlement se fait au moins tous les 2 ans ! Ce qui n’empêche pas que certains foyers vont utiliser des tablettes en lieu et place des ordinateurs personnels.

Ainsi, les prévisions de ventes de tablettes récentes étaient toujours en augmentation sur encore quelques années. Or, elles seraient “flat” depuis un an ! Cela peut très bien être le signal que les tablettes ne se vendront jamais autant que les smartphones, ou que les smartphones type “phablets” pourraient les remplacer. Plus de 20% des smartphones vendus en 2014 seront des phablets. Va-t-on pour autant parler d’ère “post-tablettes” ? Pas sûr…

Autre embrouillage, celui des services en lignes où l’on ne parle plus de pénétration de base installée comme avec le matériel mais d’utilisateurs enregistrés et actifs. Là aussi, on a des courbes en cloche. Sauf que la cloche concerne le stock et pas le flux ! Vous suivez ? Pour du matériel, on mesure le plus souvent le taux d’équipement mais pas l’usage précis. Pour des services en ligne, on mesure l’usage. Et il est très volatile, les utilisateurs passant très facilement d’un service à l’autre. Les modes se succèdent à un rythme d’enfer, notamment chez les plus jeunes utilisateurs : Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat, WhatsApp, etc.

L’analyse de la croissance de Facebook est ainsi à double tranchant (cf cet excellent article) : elle est toujours au rendez-vous côté chiffre d’affaire, notamment avec un excellent résultat au dernier trimestre. Mais la courbe de croissance des utilisateurs montre un certain essoufflement. Et surtout, la croissance vient maintenant de pays émergents qui ont pour l’instant un pouvoir d’achat bien plus faible que le reste du monde et donc un impact à la baisse sur le revenu publicitaire moyen.

Facebook-Month-Active-Users-by-Region-4Q2013

Quand on va sur Google Trends, c’est le chaud et le froid. D’un côté, on voit que les recherches sur Google sont marginales sur les réseaux sociaux alternatifs à Google. De l’autre, on constate une nette courbe en cloche pour Facebook. Mais on peut l’interpréter d’une autre manière : l’usage ayant glissé sur les mobiles et les utilisateurs accédant à Facebook via son application et non pas comme beaucoup d’utilisateurs de navigateurs, en faisant une recherche sur Google, cela peut impacter ces résultats. Ce qui est peut être analysé comme un déclin de Facebook pourrait aussi être le signe d’un déclin de Google Search (mais on n’y est pas encore).

Google Trends Facebook Twitter and others

Un exemple flagrant de données mises en avant en valeurs absolues et moins en valeurs relatives concerne le leader de la vidéo en ligne : YouTube. Comme vu dans la seconde partie de mon compte-rendu du dernier MIPTV, rien n’est vraiment transparent dans le domaine, Google faisant tout pour enfumer le marché avec des données incomplètes. Il ne communique pas de chiffre d’affaire sur son activité (même si officieusement, on peut l’estimer à $5B), sur la redistribution aux créateurs de contenus (estimée à 55% de ce CA) et sur les données précises de consommation.

Les données publiées sur les vidéos vues sont toujours en valeur absolues : 6 milliards d’heures vues par mois dans le monde. Elles représentent assez peu au regard du total de la consommation de TV et de vidéo dans le monde, qui est supérieure à 3 heures par jours dans les pays développés. Difficile aussi de se mettre sous la dent des données sur l’efficacité des publicités sur YouTube. On sait juste que le CPM, de $7,60 en 2013 était en baisse de $1,5 par rapport à 2012.

La réalité du business est que YouTube est un peu comme l’était MySpace : une plateforme servant surtout à lancer des contenus ou des marques qui se rémunèrent autrement et ailleurs. Même la viralité des vidéos est en partie un leurre car le démarrage de la viralité se paye souvent en monnaie sonnante et trébuchante (source 1, source 2). Et d’ailleurs, lorsque l’on liste les vidéos publicitaires les plus virales, on constate que leur “reach” est somme toute relativement faible. 5 millions de vues à l’échelle mondiale ? C’est une audience que TF1 ou France 2 peuvent atteindre en France en broadcast ! Ce n’est donc pas si extraordinaire que cela en volume. Par contre, c’est probablement une audience qui aura été captée à bon compte.

Des données en trompe l’œil sont aussi produites en pagaille autour des objets connectés. Vous avez sûrement entendu des dizaines de fois seriné le fameux chiffre de “50 milliards d’objets connectés en 2020”. Il y en aurait déjà presque 12 milliards aujourd’hui.

Cisco IoT Predictions

D’où viennent ces chiffres ? Ils ont été publiés par Cisco en 2011 (cf le graphe ci-dessus) ! Curieusement, ils prévoyaient aussi 25 milliards d’objets en 2015. Ce qui donnerait une croissance finalement médiocre de 14,8% par an entre 2015 et 2020 ! De son côté, le Gartner prévoit 26 milliards d’objets en 2020, mais excluant les objets courants d’aujourd’hui (PC, mobiles) qui représenteront alors facilement plus de 4 milliards d’unités.

De son côté, IDC prévoit que ce marché représentera $8,9T (soient $8900B, T = trillion, mille milliards) en 2020 pour 220 milliards d’objets connectés. Juste pour indication, la totalité du marché matériel des loisirs numériques mondial était de $1T en 2013, celui des télécoms, de $2,1T et celui de l’automobile, camions compris, d’environ $2,3T en 2012. Il n’est ainsi pas étonnant que John Chambers ait pu évoquer au CES 2014 un marché de $17T en je ne sais plus quelle année. Cela englobe en gros toute la production manufacturière mondiale ! Voire au-delà puisque l’on peut aussi connecter ses vaches, notamment chez la startup française Biopic.

C’est un peu comme si on disait que le marché des transformateurs électriques était égal à celui des produits qui en utilisent ! Ce qui est sûr, c’est qu’un nombre de plus en plus grand d’objets comprendra de plus en plus de capteurs. Quand on sait qu’il y a déjà près de 200 capteurs dans une voiture moderne et qu’il y a plus d’un milliard de voitures dans le monde, cela fait déjà beaucoup de capteurs ! Connectez la voiture à Internet et voilà de l’IoT (Internet of Things) en pagaille !

En fait, le marché des objets connectés est à décomposer en couches distinctes : les capteurs eux-mêmes, les services logiciels, les produits finis qui les intègrent, soit nouveaux soit existants et mis au gout du jour (électroménager, automobile, maison). Et rapidement, le marché des objets connectés se confondra avec le marché des objets manufacturés tant les capteurs deviendront incontournables. On n’en parlera plus, comme on ne parle plus aujourd’hui du marché des appareils qui fonctionnent à l’électricité !

Mais pourquoi s’arrêter à 50 milliards ? D’autres  (ci-dessous) vont jusqu’à évoquer un niveau mirobolant de 80 trillions d’objets, mais en 2034 ! En vingt ans, pas mal de choses peuvent se passer !

Sensors predictions

Côté wearables, des analystes vendent aussi des prédictions un peu plus précises : Canalys prévoit que les bracelets fitness s’étaient vendus à 8 millions d’exemplaires en 2013, qui passeront à 23 millions en 2014 et 45 en 2017. Tout dépend de ce que l’on mettra dedans. Si cela se trouve, comme je l’imagine, il s’agira plutôt de montres connectées généralistes que de bracelets fitness ! Le rationnel  de ces boules de cristal ? On se demande parfois. IDC prévoyait ainsi en 2012 que Windows Phone dépasserait iOS en 2016. Le rationnel était qualitatif : la force de Nokia, à l’époque, dans les pays émergents. Pays qui ont tous basculé depuis en masse sous Android !

Les “études” peuvent aussi jouer des tours dans l’autre sens. Ainsi, Endeavour Partners annonçait-il y a quelque temps un essoufflement de l’usage des wearables par leurs utilisateurs. Un tiers les abandonnent au bout de trois mois et la moitié au bout de 17 mois. C’est beaucoup. Mais là encore, comment cela se compare-t-il avec d’autres technologies grand public ? Mystère même si l’on subodore que cette décélération de l’usage semble plus importante qu’avec les réseaux sociaux, les smartphones et autres outils numériques de la vie quotidienne.

The dirty secret of wereables

Du côté de l’impression 3D, dont on reparlera, les prédictions font passer ce marché de $2,5B en 2013 à $16,2B en 2018, avec les deux tiers dans les services et consommables. C’est une indication qu’il s’agira alors d’un marché très professionnel, avec beaucoup d’impression 3D via des services à la demande. Mais ces prévisions sont toujours à prendre des pincettes car elles ne tiennent pas compte d’éventuelles avancées technologiques qui pourraient émerger dans ce secteur bouillonnant.

_______________________

En tout cas, quand vous analysez un discours qui s’appuie sur des données chiffrées, prenez du recul : posez-vous la question de la valeur relative de ces données, faites un peu de calcul mental pour bâtir des comparaisons, distinguez les flux et les stocks, les usages et les taux de pénétration, ou la base installée et la croissance ou décroissance des ventes.

Si vous êtes une startup en phase de promotion et de levée de fonds et vous appuyez sur des données chiffrées du marché, essayez d’être précis et ciblé. Ce n’est pas le tout, par exemple, d’indiquer que le marché de la publicité en ligne est énorme et en forte croissance. Ce qui compte, c’est la partie de ce marché que vous ciblez ou que votre offre va transformer. Il est toujours intéressant d’imaginer des scénarios de migration de valeur : votre solution va-t-elle faire baisser tel ou tel coût pour transférer la valeur à tel ou tel endroit ?

Dans le prochain épisode, nous passerons aux composantes scientifiques et économiques de ces différentes formes de propagandes de l’innovation.

Publié le 7 mai 2014 et mis à jour le 13 mai 2014 Post de | Google, Innovation, Startups, Technologie, TV et vidéo | 42464 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 12 commentaires et tweets sur “Les propagandes de l’innovation – 2” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
MIPTV Apr2015
2015
460 photos
Startup Academy Apr2015
2015
33 photos
Nouveaux portraits
Expo
297 photos
Orange Essentiels2020 Grand Palais Mar2015
2015
55 photos
Journée de la Femme Digitale Mar2015
2015
324 photos
Meilleur Développeur de France Mar2015
2015
117 photos
Lancement Freebox Mini 4K Mar2015
2015
30 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :
image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Rendez-vous ici.
CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'exposition photo des femmes du numérique. Installée depuis le 16 octobre 2012 à l'espace Soleilles Cowork de Paris, elle circule dans différentes manifestations et lieux d'exposition. Les 185 portraits initiaux de l'opération sont devenus environ 470 (en mars 2015) et la base s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Depuis septembre 2013, les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
Capucine Cousin (Stratégies)Capucine est journaliste à Stratégies, hebdo spécialisé dans la pub, le marketing et les médias, en charge de l'électronique grand public et des télécoms, avec une appétence pour les nouveaux médias et les startups.
Victoria Davidova (Davidova Avocat)Victoria est Fondatrice du Cabinet Davidova Avocat, spécialisé en droit des affaires et de l'économie numérique.
Sonia Mamin (Digit Plus)Sonia est fondatrice de l’agence conseil Digit Plus qui accompagne les startups dans la stratégie, la mise en place et le déploiement de leur activité commerciale.
Anne-Laure Brun-Buisson (Une rive à l'autre)Anne-Laure est médiatrice indépendante, fondatrice d’Une rive à l’autre, co-fondatrice de Mediess et fondatrice et présidente de ShareLex, un dispositif de création et partage de solutions juridiques qui repose sur la coopération entre les membres d'une communauté d’acteurs pluridisciplinaires (juristes, entrepreneurs, développeurs, économistes, chercheurs, étudiants…).
Yael Rozencwajg (The Yopps)Yaël est co-fondatrice d'une startup dans l'Open Data, startup mentor et partner d'accélérateurs en Israël, fondatrice de l'association Neve Lab, fondatrice CEO de YOPPS Innovation Agency et co-fondatrice du Mouvement des Pigeons.
Flore Berlingen (OuiShare)Flore est co-fondatrice de OuiShare, un collectif international né en 2012 qui encourage, accompagne et critique le développement de l'économie collaborative en France et à travers le monde.
Naïs Alcaraz (42)Naïs est étudiante à l’école 42 (mars 2015), et auto-entrepreneuse en tant que Community Manager pour une Startup.
Iris de Villars (Ecole 42)Iris est étudiante à l'Ecole 42 et à la Sorbonne en M1 Finance. Elle est aussi co-Fondatrice et Secrétaire Générale de l'association 42 Entrepreneurs.
Loraine Gallerne (Ecole 42)Loraine est étudiante à l'école 42 après avoir été assistante réalisatrice !
Maud Fourier-Ruelle (Matemonsac)Maud est Fondatrice et CEO de Matemonsac.com ainsi que de Matemonreseau, un réseau d'entrepreneurs faits par les entrepreneurs pour les entrepreneurs. Chroniqueuse pour l'émission "L'entreprise" sur BFM Business avec Philippe Bloch et Arnaud Le Gal.
Soumia ChekkalSoumia est consultante CRM chez Cegedim, Membre du conseil d'administration de l'association Nos Quartiers ont des Talents et de l'association African Business Club (ABC) de l'ESCP Europe.
Carole Maréchal (Telehouse)Carole est Secrétaire Générale et Responsable juridique chez Telehouse Europe et Secrétaire Générale de l’Association Professionnelle Cloud Confidence.
Marie Perchey (La Fée des Blogs)Marie est "fée" pour apprenties blogueuses et entrepreneuses. Elle aide ses clientes à mettre en place leurs sites Wordpress. Fée pour apprenties blogueuses et entrepreneuses. Elle aide ses clientes à mettre en place leurs sites Wordpress en combinant développement et conseils ses clientes à mettre en avant leurs projets et percer dans le web.
Coralie Boulay (Ecole Supérieure du Digital)Coralie est directrice de l’Ecole Supérieure du Digital, fondatrice du site de vente en ligne d’une collection exclusive de robes de plage et de maillot de bain Elisefaitsavalise et Partner de MP Recrutement, cabinet spécialisé dans le recrutement de profils DSI et Digital.
Alizée Doumerc et Camille Caubrière (GuestViews)Alizée et Camille sont co-fondatrices de GuestViews, une solution haut de gamme de collecte et d’analyse de données conçue pour les secteurs de la culture et du luxe.
Sharon Sofer (Scientibox)Sharon est fondatrice et Présidente de NeverTooGeek, la société éditrice de Scientibox qui donne aux enfants la curiosité et le goût pour la science à travers des coffrets mensuels par abonnement contenant un magazine, des expériences et des jeux pour découvrir la science de façon ludique.

Derniers commentaires

“Le #swmtp 2015 a le plaisir d'accueillir @olivez en tant que mentor - Son guide des Startups:...”
“Guide des Startups 2014 de @olivez sur lire absolument......”
“Une bible pour #entrepreneur : Le guide des startups 2015. #ecommerce #economie @olivez...”
“"Uberistation" - opportunités dans certains secteurs, menaces pour d'autres: Comment éviter de se faire "uberiser"...”
“Merci Olivier pour "Rapport CES 2015" de @olivez sur ...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 


Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays : Las Vegas (2015) pour l'habituel CES Chine (2010) à Shanghai et Beijing Corée du Sud (2009) à Séoul Israël (2010) à Tel Aviv Japon (2009) à Tokyo Japon (2011) au CEATEC de Tokyo Japon (2012) au CEATEC de Tokyo Japon (2013) au CEATEC de Tokyo Silicon Valley (2007) Silicon Valley (2011)

Evénements

Vous pouvez parcourir les articles sur toutes les éditions de LeWeb depuis 2006. image


J'interviens sinon dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'intervention sont évoqués ici.