LeWeb 2010 – Epilogue

Publié le 22 décembre 2010 et mis à jour le 4 juillet 2014 - 3 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Maintenant que j’en ai terminé avec la Freebox V6, du moins d’ici son arrivée effective, il me faut achever l’inachevé avec ce sixième et dernier article du compte-rendu de LeWeb 2010. La conférence a eu lieu il y a presque deux semaines. C’est peut-être du réchauffé mais il y avait encore d’autres interventions intéressantes à citer, for the record. Elles ont pour point commun de ne pas avoir de grand rapport avec le thème principal de la conférence, les plateformes.

Voici ce qu’il me restait à se mettre sous la dent pour parachever ce compte-rendu de LeWeb 2010 :

  • Les interventions sur les médias sociaux, dont celles des inimitables Yossi Vardi et Gary Vaynerchuk.
  • Une heure de présentations format Ignite assez intéressante sur des sujets très divers.
  • La récurrente thématique du financement et de la sortie pour les startups.

Comme je n’ai pas le don d’ubiquité, j’ai regardé pas mal des présentations que j’avais loupées dans leur version disponible sous UStream ou bien YouTube.

Médias sociaux

Le sujet était traité à la fois de manière académique et avec du recul par différents intervenants.

Commençons par Yossi Vardi, ce fameux business angel israélien maintenant habitué des interventions déjantées à tiroir dans cette conférence. Cette fois-ci, il traitait du “Wisdom of Crowds”, la sagesse des foules (Yossi Yardi and Loic lemeur @ LeWeb 2010 (3)

L’autre intervenant atypique de LeWeb était un revenant de l’édition 2009, Gary Vaynerchuk (Gary Vaynerchuk @ LeWeb2010 (4)

Mais au juste, qui est donc ce Gary, se demande-t-on après l’avoir observé pour la seconde fois avec quelque jubilation ? Américain natif de Biélorussie d’où ses parents on émigré alors qu’il avait trois ans, c’est d’abord un passionné du vin et gourou de l’œnologie anticonformiste. Il a cofondé un site de vente de vins en ligne (Crush IT - Gary Vaynerchuk cover   The Thank You Economy - Gary Vaynerchuk

Gary Vaynerchuk soulevait quelques points intéressants dans sa session :

  • Il est fatigué par la mode des médias sociaux. Ce n’est pas le tout de diffuser des contenus pour les marques. Il faut du contexte et de la conversation. Etre présent dans les médias sociaux requiert de l’écoute active et une capacité d’humanisation de la société. Et il faut accepter de le faire tout le temps, même le week-end. La vitesse de réponse change complètement son contexte et l’appréciation par le consommateur de la proximité de la marque.
  • Qu’est-ce qu’un bon entrepreneur ? Quelqu’un qui vendait déjà quelque chose à moins de 12 ans ! Et qui ne peut pas travailler pour d’autres. Il concède que l’on peut être entrepreneur dans le cas contraire, mais avec un gros handicap de départ. Les gens passent trop de temps à essayer de s’améliorer là où ils sont mauvais. Il vaut mieux renforcer ses points forts. Vieux débat du renforcement positif, notamment dans le contexte de l’éducation. Beaucoup trop de gens font ce qu’ils font sans avoir de but ou de mission, sans savoir pourquoi. Il faut avoir un ou des buts, et ne pas naviguer à vue et à court terme. Bref, avoir un projet de vie et de contribution.
  • Va-t-il lancer des “Wine party” en réponse aux “Tea parties” conservatrices ? Non ! N’étant pas né aux USA, il ne peut pas y devenir Président. Il ne veut pas rentrer dans un jeu dont il ne pourrait pas un jour être le gagnant ultime.
  • Quid du “social shopping” ? I ll se fait l’avocat des sites où l’on peut réagir de manière anonyme car on est réellement libre d’expression. Ce qui n’est pas le cas lorsque l’on utilise son identité réelle comme le plus fréquemment dans les réseaux type Facebook ou Twitter.
  • Les marques ont encore du mal à accepter que l’on parle des concurrents sur leur site ou communauté. Elles s’engagent aussi trop timidement car elles ont peur des effets de volume. Elles ne devraient pas. On peut bénéficier d’effets de volume et s’engager avec les vrais gens de son entreprise. L’humanisation des marques (et de leurs dirigeants) est importante. Le social shopping, ce n’est pas d’envoyer des coupons sur Twitter ou Facebook, ou de “vendre plus”.
  • Comment mesure-t-on le retour sur investissement des médias sociaux ? Sa réponse à l’emporte pièce : c’est comme le retour sur investissement de sa propre mère ! Bref, quelque chose d’indispensable. Il évoque sa mère, “la meilleure du monde”. Mais de conclure qu’à la fin : “We’ll have some fucking bullshit number”. Un point de plus pour le nombre de “fuck” !
  • Comment approcher le marché américain lorsque l’on est étranger ? Réponse : aller voir les clients ! Ca parait simpliste comme réponse. Mais pas tant que cela…

D’autres intervenants plus traditionnels traitaient aussi des médias sociaux. Tout d’abord, Jeremiah Owyang (Altimeter Group, une boite de conseil sur les technologies disruptives) expliquait comment les entreprises s’appropriaient les médias sociaux et leur manière de s’organiser. 2011 sera l’année de l’intégration de l’implication dans les médias sociaux avec le reste du mix marketing et relation clients des entreprises. Et on va commencer à comprendre comment mesurer cette implication. La présentation Social Network Corporation Organization Altimeter Group 2010

Et puis Alistair Croll, un québécois fondateur de BitCurrent, une société de veille technologique (voir son Complete Web Monitoring

Ignite

Pendant une heure, une douzaine d’intervenants ont pitché un sujet qui les passionnait pendant cinq minutes. C’est une sorte de mini-TED réalisé suite à un appel au peuple sur Internet. Certains faisaient mouche, d’autre non. J’ai surtout remarqué :

  • Matthias Lufkens du World Economic Forum (qui organise Davos) et son exposé sur la “Twitter Diplomacy” où il montrait comme cet outil est maintenant exploité par de nombreux gouvernements et dirigeants. Que ce soit Barack Obama, Dimitri Medvedev ou Hugo Chavez. Et de montrer comment les gouvernements se suivent les uns et les autres via ce nouveau medium. En guise de clin d’œil, une méthode jugée plus sure que les câbles diplomatiques ! Avec une pique pour la France au passage. Le compte Twitter de l’Elysée a la particularité d’avoir plus de 8000 followers mais de ne suivre personne. C’est donc un média de broadcast mais en apparence, pas d’écoute et d’échange. Même pour Barack Obama qui a récemment déclaré ne pas utiliser Twitter lui-même ! Selon Lufkens, le dernier Twitt du compte de l’Elysée remontait au mois d’aout 2010. Incroyable mais vrai ? Vérifications faites, cette dernière information était inexacte, le compte Twitter Matthias Lufkens @ LeWeb 2010 (5)Matthias Lufkens @ LeWeb 2010 (2)

    • Le français Romain Lacombe (ci-dessous), un brillant Polytechnicien, qui faisait la promotion de la publication des données gouvernementales. S’inspire de quatre leçons d’Alexis Tocqueville : explorer le nouveau continent des données publiques, l’importance du rôle de la presse (cf le data journalism, exemple de “Romain Lacombe @ LeWeb 2010 (1)

      • Steven Willmott (3scale Networks) qui dans la continuité de Romain Lacombe se faisait l’avocat des API ouvertes et nous faisait découvrir le projet Bernard Liautaud @ LeWeb 2010 (4)

        • Barry E. Silbert a fondé SecondMarket, une place de marché alternative. Il est donc le premier à se réjouir de la mort des introductions en bourse. On est passé de 400 à 100 IPO par année ! Comme Wall Street est “fucked-up”, il y profite de l’opportunité pour rebeloter les cartes de l’industrie en s’attaquant à rien moins que le NASDAQ et le NYSE et en profitant de ce que les banques innovent trop lentement. Sur sa place de marché, l’entreprise peut décider qui investit chez elle. Les business angels et VC Angel bloquaient un peu au début mais plus maintenant selon lui. Il rend leurs investissements liquides (transformables en cash) et s’attaque maintenant à le faire pour les stock-options des employés des startups. Avec cette mécanique, les investisseurs peuvent avoir de meilleurs retours en permettant à leurs entreprises de grandir plutôt de les vendre trop tôt tout en récupérant une partie de leur investissement au fur et à mesure. Et il a comme clients Facebook et Groupon ! Cela explique comment le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a pu faire une donation de $100m aux écoles de Newark dans le New Jersey en septembre 2010.

        SecondMarket screen buy and sell private company stock

        • Dans une débat avec Loic Lemeur, Alexander Tamas (ci-dessous) expliquait pourquoi sa société, DST International, investissait dans des sociétés telles que Facebook, Groupon et Zynga (fin 2009 pour $150m). Elle possède la plus grande société Internet de Russie, Mailru, qui a fait la plus belle introduction en bourse européenne de ces dernières années en levant $6B. Sa valorisation est aujourd’hui de $8B. Le premier investissement réalisé l’a été dans Facebook, directement dans le compte d’exploitation de Mailru. Il y ont investit à ce jour plus de $500m en plusieurs tours. Pour Tamas, les réseaux sociaux sont très matures dans les pays de l’Est, leur usage est très développé. Ils font face à moins d’inertie de marché et ce sont des business très rentables. Il anticipe donc un bon succès pour leurs grands équivalents occidentaux. Leur stratégie d’investissement : viser les entreprises rentables qui ont une valorisation de $1B. Cela filtre donc pas mal !

        Alexander Tamas from DST International @ LeWeb 2010

        • Côté finance, nous avons aussi pu découvrir Howard Lindzon, le fondateur de Stocktwits.com, un agrégateur de Tweets sur la bourse. Ce site “social” permet d’identifier des tendances en fonction du volume de Tweets sur chaque entreprise. Il produit des graphes (fournis en Fremium). Il permet d’identifier des gourous de la finance qui ont le nez creux sur le marché. L’idée étant de faire circuler au maximum les idées entre les observateurs et experts du marché. Pour reprendre le sujet précédent, il s’agit donc de donner de la liquidité aux idées !

        stocktwits_ss

        La partie “finance” se terminait avec un panel rapide sur les sorties par fusion acquisition, avec Anil Hansjee du Corporate Development de Google EMEA (Pierre Kosciukso-Morizet @ LeWeb 2010 (1)

        Pierre-Kosciusko Morizet racontait quant à lui le pourquoi du comment de la vente de Price Minister à Rakuten. Cette société a une valorisation de $10B. Elle représente 17% du commerce en ligne au Japon (par comparaison, Amazon en a 8% aux USA). Pierre continue à gérer l’entreprise Price Minister. Il s’est engagé sur cinq années, ce qui est très long terme dans une acquisition alors que dans les grandes entreprises américaines, les CEO des startups acquises partent souvent après quelques mois. Et un conseil : ne pas se focaliser sur la sortie. Les marchés font leur boulot. Les grandes sociétés suivent le marché ! Si on est bon, on se fait identifier assez rapidement. Et au fait, que va-t-il faire avec les 30m€ qu’il a récupérés via cette vente ? Déjà s’acheter un appartement car il est locataire à Paris. Et puis, poursuivre son investissement dans des startups via le fond Geraldine et Loic Lemeur @ LeWeb 2010 (8)

        Passez toutes et tous de joyeuses fêtes de fin d’année !

        La collection complète des articles sur LeWeb 2010 :

        LeWeb 2010 – Vue d’ensemble
        LeWeb 2010 – Les startups
        LeWeb 2010 – Les plateformes 1
        LeWeb 2010 – Les plateformes 2
        LeWeb 2010 – Les plateformes 3
        LeWeb 2010 – Epilogue

        RRR

         
        S
        S
        S
        S
        S
        S
        S
        img
        img
        img

        Publié le 22 décembre 2010 et mis à jour le 4 juillet 2014 Post de | Communication, Entrepreneuriat, Innovation, LeWeb, Marketing | 15188 lectures

        PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 3 commentaires et tweets sur “LeWeb 2010 – Epilogue” :

  • [1] - Olivier a écrit le 23 décembre 2010 :

    Bravo Olivier. Tout simplement !

  • [2] - Juan Carlos a écrit le 23 décembre 2010 :

    Formidable. Vive le commerce avec ISAI et les boites qui crachent des tunes ! à défaut d’autre chose… Acheter un appartement à Paris. Ca c’est un objectif important pour M. PKM… Qui l’en brimerait ? Bonne année. Et tous au “SecondMarket” !! Joyeux Noel, à non pardon, bonnes fêtes.

  • [3] - Benoit Granger a écrit le 23 décembre 2010 :

    je dois dire, ok, c’est marginal, que je suis très choqué d’apprendre que Ber­nard Liau­taud (Bal­der­ton Capi­tal, co-fondateur de Busi­ness Objects,entrepreneur exemplaire…) est impliqué dans Wonga en GB. Wonga est une ordure d’entreprise de Loans Shark, d’usuriers, qui pratique des taux d’intérêt indécents en prêtant de préférence aux personnes les plus pauvres et acculées à emprunter à n’importe quel prix.

    Les pubs de Wonga (“t’as besoin de fric ? on te le donne en 5 mn”… citation approximative)sont tellement choquantes que le régulateur anglais, qui n’est pourtant pas très regardant, les a interdites à la télé.

    Liautaud la dedans ? mais il ne sait pas lire ? ou bien juste la dernière ligne en bas, celle du bénéf distribué ?




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
GEN4 Metz Sept2016
2016
53 photos
albth
Guyane Sept2016
2016
151 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
402 photos
albth
Femmes du Digital Ouest Sept2016
2016
14 photos
albth
TEDx Paris Sept2016
2016
367 photos
albth
Voyages
Book
191 photos
albth
QFDN à Bercy avec Axelle Lemaire Sept2016
2016
67 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 530 femmes du numérique (en janvier 2016) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Lise Pichon (Collector Chic)
Ingénieure en géophysique, Lise est fondatrice de Collector Chic, un dépôt-vente virtuel de meubles et objets d'occasion.
flow
Julie Spolmayeur (La Box à planter)
Julie est co-fondatrice de La Box à Planter, qui propose sur abonnement l'essentiel pour jardiner à chaque saison et en toute simplicité.
flow
Julie Théodose-Sorel (Arolla)
Originaire de la Martinique et ingénieure EPITA, Julie est développeuse dans la société de services informatiques Arolla.
flow
Jasmine Antéunis et Justine Baron (Recast.ai)
Jasmine et Justine sont respectivement cofondatrice et chargée de la communication de la startup recast.ai.
flow
Myriam Quéméner (Ministère de l'Intérieur)
Myriam est magistrate détachée au Ministère de l'Intérieur dans la mission de lutte contre les cybermenaces comme conseiller juridique. Elle est aussi auditeur à l'INHESJ, auteure de nombreux ouvrages sur la cybercriminalité dont le dernier issu d'une thèse de doctorat "criminalaité économique et financière à l'ère numérique", chez Economica.
flow
Marie Schneegans (Never Eat Alone)
Marie est fondatrice de Never Eat Alone, l'application mobile qui permet aux collaborateurs des grandes entreprises de se connecter avec leurs collègues pendant la pause-déjeuner.
flow
Yseulys Costes (1000mercis)
Yseulys est CEO et co-fondatrice du groupe 1000mercis, société coté en bourse à paris, spécialisée dans le marketing et la publicité sur les media interactifs. #entrepreneuse
flow
Vlatka Pavisic (AF83)
Vlatka est développeuse back-end chez af83 et développeuse "full-stack" et designer pour son blog cuisinehacker.co qui mêle hacking et cuisine. #développeuse
flow
Claudia Hernández (Daily Motion)
Claudia est développeuse front-end chez Dailymotion et oratrice dans les conférences développeurs internationales. #développeuse
flow
Alix de Sagazan (ABTasty)
Alix est co-fondatrice et CEO d'AB Tasty qui propose une solution SAAS d'AB Testing, personnalisation et engagement à destination des sites web. #entrepreneuse
flow
Maïwenn Courbot (Digital Bee)
Mélisa est fondatrice de Digital Bee, une agence de conseil en stratégie digitale et mise en œuvre opérationnelle. #développeuse #entrepreneuse
flow
Axelle Tessandier (AXL Agency)
Axelle est fondatrice de AXL Agency, son agence de réflexion et d’action sur la transition numérique. #entrepreneuse
flow
Magali Noé (CNP Assurances)
Magali est Chief Digital Officer du Groupe CNP Assurances (CDO). Rendre l'entreprise agile et audacieuse est son métier. La clé ? Donner du sens et mobiliser pour transformer, construire et innover ensemble, avec envie et enthousiasme.
flow
Mélisa Wiro (Mediapost)
Mélisa est responsable de domaine géomatique à la direction des référentiels logistiques et géographiques chez Mediapost.
flow
Céline Godin (TF1)
Céline est en charge du "consumer et data insight" au sein de la direction de la Data du Groupe TF1.
flow
Christelle Plissonneau (Early Birds Studios)
Christelle est co-fondatrice et CEO d'Early Birds Studio qui développe un jeu vidéo pour apprendre aux enfants de 8 à 12 ans à coder.

Derniers commentaires

Répondre
Olivier Ezratty
sur Les margoulins de l'Internet :
“Petit auto-commentaire. Viens de recevoir une offre d'iPhone à 1€ de la part de Bouygues Telecom n'est pas très...”
“La Floride est-elle un bon exemple ? Attention au mirage de Cap Kennedy. C'est un centre de lancement mais les industries associées sont ailleurs aux USA, surtout en Californie. C'est lié au fait que, comme pour les...”
“Désolé de cet oubli. Je me focalisais sur les formations techniques dans mon...”
“J'ai assisté, ainsi que quelques étudiants de L'EGC Guyane à un de vos ateliers Techdays à GDI. Passionnant ! Il est bien dommage toutefois que vous n'ayez pas fait mention ici de l'Ecole de Gestion et de Commerce...”
“Plutôt que Dubaï, j'aurai dit: si la Guyane devenait une nouvelle petite Floride?" L'industrie spatiale est en train de se révolutionner complètement et va certainement connaître un développement énorme...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Catégories

Tags


http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-reunion/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'intervention sont évoqués ici.