Le numérique dans le plan de reprise – 3 et fin

Publié le 30 mars 2009 et mis à jour le 12 avril 2009 - 4 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
   

Dans ce dernier article, nous allons couvrir les propositions de la FIEEC et conclure sur ce que le gouvernement pourrait bien faire de tout cela.

La FIEEC : relance par de grands programmes

La FIEEC est un syndicat de syndicats professionnels de l’industrie. Il regroupe des industries aussi diverses que l’électroménager (GIFAM), les éditeurs de logiciels (AFDEL), le matériel audiovisuel (SIMAVELEC), et les industries électriques (plusieurs syndicats). C’est donc un méta-syndicat professionnel. Il a publié en mars 2009 un grand plan d’investissement technologique pour la relance. C’est un plan d’investissement thématique poussé par ses divers adhérents que l’on retrouve aisément dans sa charpente. Le plan est disponible ici (site au passage mal conçu car il n’est pas possible de créer une URL sur le plan…).

Le plan propose l’investissement de 11 milliards d’Euros permettant à terme de 7 ans de créer et/ou sauvegarder 1 millions d’emplois (nuance…). Ca fait 11K€ l’emploi, ce qui est assez élevé. Où trouver les 11 milliards d’Euros ? S’agit-il de réallocations budgétaires ? Le plan ne le précise pas trop en détail et laisse l’Etat s’arranger avec son déficit abyssal.

FIEECPlanRelance

Le plan propose de lancer des investissements dans une dizaine de secteurs représentatifs du patchwork de syndicats professionnels de la FIEEC : équipement numérique dans le bâtiment, réseaux électrique “smart grid”, e-santé, green-IT, éclairage économe, culture française “haute définition”, régulation du trafic routier, e-éducation et e-administration. Il se veut plus proche des besoins du marché que ce que l’on trouve dans les pôles de compétitivité. Chacun de ces domaines mériterait son propre commentaire mais je vous l’épargnerai cette fois-ci (que vient faire le plan sur la culture française en haute définition, qui n’a pas grand chose d’industriel…? ). Le plan vise aussi à rapprocher de manière transversale des industries complémentaires : numérique, communications et électricité (éclairage, etc).

De manière générique, le plan propose :

  • La création du FIVAT, un fond d’investissement de 1 milliard d’Euros dédié aux “industries à valeur ajoutée technologique” (électrique, énergie, électronique, numérique) complétés ensuite d’investissements à hauteur de 10 milliards d’Euros associant fonds privés et réallocations de crédits publics. A titre de comparaison, le capital risque en france représente 1 milliards par an, tous secteurs confondus ! La FIEEC préconise une orientation “marché” complémentaire des pôles de compétitivité. Sous-entendu justifié : les pôles font trop de recherche amont et ne sont pas assez orientés vers les clients et le marché. Ils ne précisent pas si le fond doit investir dans le capital des sociétés ou apporter juste des aides comme Oséo. Il me semblait que les dispositifs existaient déjà : CDC, France Investissement, Oséo Innovation et les Pôles de Compétitivité. Pourquoi créer un n+unième dispositif et une organisation qui va complexifier encore plus la panoplie française des aides à l’innovation ?
  • La libération des capacités d’innovation dans tous les secteurs. Sans préciser où est la prison… Mais le détail montre qu’il s’agit surtout de favoriser les liens entre recherche publique et les entreprises privées, une idée déjà à l’origine des pôles de compétitivité. La FIEEC émet aussi une demande qui fait écho aux propositions du Comité Richelieu : étendre le CIR aux innovations de processus de production et pas seulement aux produits et services eux-mêmes. Et puis, il y a cette cryptique proposition de “Capitaliser sur nos atouts en normalisation”. Traduction : la France n’est pas assez présente dans la normalisation internationale. En langage non châtié, on dirait “que l’on est nuls”. Donc, il faut que cela change. Mais comment donc précisément ?
  • Remettre en valeur la production industrielle, coeur de métier des entreprises membres des syndicats qui composent la FIEEC. Les propositions vont bon train à commencer par la révision à la hausse les seuils sociaux et fiscaux touchant les PME. Seuils pourtant déjà assouplis dans le cadre de la Loi de Modernisation de l’Economie (LME) votée en juillet 2008. Il y a aussi l’augmentation du plafond de défiscalisation des investissements dans les PME, manière de dire “relevez le seuils d’exonération de l’ISF dans le paquet fiscal”. Pas très populaire par les temps qui courent et contingenté par la réglementation européenne ! Et puis, de demander comme tant d’autres l’allègement de l’impôt sur les sociétés en cas d’investissement immédiat des résultats. Une demande que je n’ai jamais bien comprise : si les résultats sont immédiatement investis, ne devraient-ils pas apparaitre en charges engagées et les dégrever d’autant, surtout si ces investissements ont lieu régulièrement ? N’est-ce pas le serpent qui se mort la queue ? Pour payer moins d’IS, il suffit de faire moins de résultat ! Et pour faire moins de résultat lorsque l’on est profitable, il suffit d’investir plus. Sauf peut-être dans les cas particuliers d’acquisitions d’autres sociétés, qui modifieraient le bilan sans affecter le compte d’exploitation ? Est-ce possible d’un point de vue comptable ?

Si on peut saluer le souhait de dynamiser les entreprises de technologies représentées par le FIEEC, et sur l’orientation marché de son plan, je reste quelque peu réservé sur le modèle proposé. L’idée rappelle un peu celle qui a préludé la création de feu l’Agence de l’Innovation Industrielle en 2005, fusionnée début 2008 dans Oséo Innovation. A ceci près que les industries concernées ne sont pas exactement les mêmes. Les demandes d’investissement vis à vis de l’Etat semblent très élevées par rapport à ses moyens actuels et en tout cas déséquilibrées par rapport aux investissements existants. Et puis, ce plan semble proposer de créer des mécanismes redondants avec de nombreux outils existants (France Investissement, Oséo Innovation, CDC, Pôles de Compétitivité critiqués à juste titre mais qu’au lieu de faire évoluer on préfère compléter par des structures parallèles, etc). De plus, le plan est très silencieux sur les moyens nécessaires à la promotion des technologies dont il propose de financer le développement. C’est là que nos entreprises de technologies pêchent le plus souvent ! Quid des investissements à l’export – qui ont l’air de concerner que la moitié des programmes proposés ? Sur le marketing, le packaging, les services associés, etc ? Comment le secteur privé pourrait se réorganiser sans l’intervention de l’Etat pour être plus efficace dans sa démarche industrielle et marketing ?

Par ailleurs, l’Etat doit-il micro-manager des projets industriels sur autant de secteurs d’activité ? Les industriels seraient par contre avisés de creuser le rôle de la commande publique dans les secteurs innovants. Il ne s’agit pas seulement de Small Business Act, mais d’une vraie politique d’innovation. Comment l’Etat et les grandes collectivités locales peuvent donner l’exemple en investissant dans des projets innovants, en menant des programmes d’expérimentations, en faisant confiance autant aux grands groupes qu’aux startups dans ces expérimentations ? Sous l’impulsion de Jean-Louis Missika, son adjoint en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Mairie de Paris s’est lancée dans cette voie. Mais l’approche est lente à appliquer. Elle s’oppose à des lourdeurs administratives diverses qu’il serait bon d’examiner afin de les alléger. Voilà un autre chantier !

Et maintenant ?

Les deux organisations dont nous venons d’examiner les propositions se distinguent bien dans leur approche : le Comité Richelieu et la CGPME semble plus rompus aux aspects pratiques du lobbying avec des mesures – certes pas évidentes à mettre en oeuvre – mais toutes rédigées pour être intégrées dans la loi. Il adopte une démarche transversale aux PME innovantes. Ce qui s’explique peut-être par les relations croisées avec les organisations qui tournent autour de l’Etat (l’ex-BDPME dans Oséo), décrites abondamment dans les commentaires du précédent article.

La FIEEC propose de son côté un plan très ambitieux et multi-sectoriel qui vise à revaloriser la filière industrielle par l’innovation. Elle ne rentre pas trop dans ses aspects pratiques ni dans sa gouvernance. Or le gouvernement a besoin de clé en main tout comme d’idées de réallocations budgétaires. L’empilement des aides à l’innovation nuit à leur efficacité et mêne trop souvent à des gabegies.

Dans les deux cas, on peut se demandder aussi si il est tenu compte des Directives Européennes et des réglementations de l’OMC qui limitent le champs de l’intervention des Etats dans ce qui pourrait tordre le jeu de la concurrence.

Notre système public d’aide à l’innovation est devenu tellement compliqué et contraint que les propositions des uns et des autres se perdent dans un fatras incompréhensible. On ne peut plus évaluer l’efficacité d’un dispositif fiscal, d’une agence comme Oséo, ou d’aides diverses indépendamment les unes des autres.

Dans le cadre d’un plan de relance, il faudrait pouvoir distinguer ce qui relève du court terme (commande publique, réductions de charges, compenser les difficultés théoriquement temporaires du financement privé) et du long terme (aides aux entreprises innovantes et à l’export, réindustrialisation). De nombreuses mesures proposer visent à sauver ce qui peut l’être des PME en difficulté. Il faudrait que ces mesures concernent également les startups dotées de bons triplets équipes/produits/marchés et ayant des difficultés de financement, l’axe de priorité du Comité Richelieu.

Mais au stade où nous en sommes, une véritable remise à plat de l’ensemble de la stratégie de l’innovation du pays et des ses moyens associés serait la bienvenue. Elle est devenue complètement illisible ou s’est en tout cas brouillée pour les entrepreneurs. Faut-il un “Grenelle de l’Innovation Technologique” ?  Peut-être, mais après avoir réalisé un inventaire critique de l’existant, un diagnostic de ce qui ne va pas et qu’il faut améliorer, et défini une stratégie d’ensemble complétée de propositions d’arbitrages. La crise est le bon moment pour se remettre en cause. Qui s’y colle  au gouvernement ou ailleurs ?

Publié le 30 mars 2009 et mis à jour le 12 avril 2009 Post de | Economie, Entrepreneuriat, France, Innovation, Politique, Technologie | 5223 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     
    

Les 4 commentaires et tweets sur “Le numérique dans le plan de reprise – 3 et fin” :

  • [1] - jlc a écrit le 30 mars 2009 :

    Merci Olivier, encore un balayage très précis et exhaustif;

    A la lecture de tout çà on comprend je crois pourquoi l’impasse du numérique dans le plan de relance. C’est regrettable mais sommes toute logique car on peut pas en attendre de résultat court terme sur l’emploi (objectif du plan de relance).

    Comme tu le dis il s’agit plus de remettre à plat l’ensemble, et de mettre en place un réel soutien à l’innovation et pas à la recherche.

    Mais je crois que ce qui manque le plus et qui pourrais dans ces temps difficiles avoir un rôle court terme, c’est la commande publique de TPE et PME proposant des innovations.
    Malheureusement la logique des marchés publiques et la volonté de contrôle supprime toute possibilité et velléité de risque pour les acheteurs.

    Pourtant l’analyse internationale montre me semble t-il l’importance de cette commande publique (nationale et locale) dans l’innovation et pas simplement dans les secteurs de la défense et de la sécurité.
    ces dispositifs sont plus faciles que les aides directes sur les activités avales de la recherche et assurent une certaine diversité des approches contrairement aux plans stratégiques de soutien à telle ou telle technologie.

    A mon avis un plan national devrait donner des objectifs chiffrés d’achat à chaque administration nationale et locale avec des critères de taille d’entreprise et de quelques secteurs (green, TICC, energie, service à la personne…).
    Mais je crains que les esprits ne soient pas préparés…

  • [2] - macha a écrit le 30 mars 2009 :

    A force de vouloir simplifier en essayant, petit à petit, de supprimer Anvar, Sarkozy a laissé d’autres structures se mettre en place et proposer des aides en tout genre, sans résultat concret : c’est encore plus illisible qu’avant. Voilà le résultat. A la prochaine évaluation, il va taper dans le tas et tout regrouper dans oséo ce qui est sans doute très douloureux pour les équipes successives. Voire, à terme, les équipes de l’oséo innovation vont se barrer ailleurs…
    Comment arrêter ce massacre ?
    Concernant les financements de projets, il faudrait quand même que les entrepreneurs comprennent qu’ils ne peuvent avoir des ambitions au dessus de leurs moyens propres. Faire sauter le verrou des fonds propres dans les financements, ce n’est pas raisonnable et équitable. Il faut savoir renoncer quand manifestement on est dans le rouge pour innover.

  • [3] - Fabien a écrit le 30 mars 2009 :

    La FIEEC propose un fonds d’investissement spécifique de 1 milliard d’euros, et demande même à la CDC et à Oséo d’y contribuer, ce qui est incompréhensible, puisqu’oséo aurait besoin justement d’argent pour financer les entreprises du numérique. Je pense qu’il s’agit un simple coup de pub de la FIEEC. Rien de sérieux. Je trouve cela peu professionnel justement.
    Il n’y aura rien de nouveau puisqu’il n’y a plus rien dans les caisses de l’Etat, pour l’heure… Les fonds d’investissement (en capital) existent déjà, il serait normal qu’ils jouent leur rôle pleinement et arrêtent de se cacher quand on a le plus besoin d’eux.

  • [4] - macha a écrit le 3 avril 2009 :

    Elle prépare l’après Hadopi avec de nouveaux projets de business économiques en ligne pour les producteurs de musique… Il était temps
    http://www.20minutes.fr/article/317193/High-Tech-Hadopi-Nathalie-Kosciusko-Morizet-organise-la-suite.php
    C’est beaucoup plus intelligent…
    Pourquoi ne pas lancer des appels à projets pour les startups numériques qui pourraient plancher sur le sujet ???

    Mais on voit bien que Hadopi n’est pas la solution. Pourvu qu’elle ne soit pas obligé de payer les pots cassés après…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Hello Tomorrow Conference Jun2015
2015
192 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
321 photos
albth
Futur en Seine Jun2015
2015
55 photos
albth
BIG Bpifrance Jun2015
2015
23 photos
albth
Pau Congrès CURIE Jun2015
2015
63 photos
albth
Web2day Nantes Jun2015
2015
464 photos
albth
Roland Garros avec France Télévisions Jun2015
2015
61 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Rendez-vous ici.

CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'exposition photo des femmes du numérique. Installée depuis le 16 octobre 2012 à l'espace Soleilles Cowork de Paris, elle circule dans différentes manifestations et lieux d'exposition. Les 185 portraits initiaux de l'opération sont devenus environ 470 (en mars 2015) et la base s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Depuis septembre 2013, les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Virginie Martin-Robin (Shopatthemuseum)
Virginie est fondatrice et CEO de http://www.shopatthemuseum.fr/ et aussi consultante en e-commerce et stratégie digitale. #entrepreneuse
flow
Bénédicte de Linarès (Bdl Conseil)
Bénédicte dirige BdL Conseil, une agence de communication éditoriale, spécialisée dans les secteurs du numérique, de l'innovation et de l'IT, qui s’adresse aux responsables numériques et IT des entreprises et aux sociétés et organisations de l’écosystème numérique.
flow
Louisa Mesnard (thetops)
Louisa est en charge du développement international chez la marketplace lifestyle et tendance thetops.fr et membre de plusieurs associations visant à promouvoir l'entrepreneuriat : Mash Up, Girls in Tech, Promotion 2015 Women Up - La Fusée et French Curiosity Club.
flow
Delphine Asseraf (Allianz)
Delphine est Directrice Digital chez Allianz France.
flow
Virginie Provost (LVMH) (1)
Virginie est architecte d'entreprise chez Moët Hennessy (Groupe LVMH).
flow
Helena Rodriguez (Shopedia)
Helena est CTO de Shopedia, startup en intelligence de l'image qui fournit une solution technologique permettant de détecter les vêtements de mode sur photo et de les proposer à l'achat. Elle est aussi experte au W3C où elle participe activement au groupe qui définit l'Internet des Objets.
flow
Génaelle Gault (TNS Sofres)
Guénaëlle est Chief Digital Officier pour TNS Région Europe du Sud, France & Benelux.
flow
Raphaëlle et Elise Covilette et Béatrice Gherara (Kokoroe)
Béatrice, Raphaëlle et Elise sont fondatrices de Kokoroe qui vise à révolutionner le partage de connaissances et permettre à tous les curieux et passionnés d’accéder à tout ce qu’ils ont toujours voulu savoir grâce aux professeurs de leurs rêves. #entrepreneuse
flow
Julia Vereenoghe
Julia est graphiste freelance spécialisée dans le jeu vidéo casual.
flow
Betty Bouteiller
Betty monte (en mai 2015) un studio de création et de production d'univers. L'idée est d'amener différents secteurs à se rencontrer (éditeur papier, éditeur de jeu société ou vidéo...) afin de créer des histoires transmédia.
flow
Margaux Derhy (La Petite Etoile)
Margaux accompagne les entrepreneurs du numérique avec tous les outils possibles (cours dans huit Universités et Ecoles, interventions, avec le site lebusinessplan.fr, le livre BACKPACK) pour les aider à trouver des financements et à développer leurs projets. #entrepreneuse
flow
Hélène Fourot Quillaud (IBM)
Hélène est Directrice de projet IBM, en charge du déploiement du moteur cognitif Watson pour les clients et partenaires européens d'IBM.
flow
Veromanitra Andriamandroso (Altran)
Veronamitra pilote des projets informatiques et internationaux pour le compte d'Altran.
flow
Auli Kütts (OuiShare)
Auli supervise les développements web, l'infrastructure et le Labs Connector chez OuiShare. #développeuse
flow
Francesca Pick (OuiShare)
Francesca est responsable de la conférence internationale sur l'économie et la société collaborative OuiShare Fest, et assure la gestion et le développement de la communauté internationale de l'association OuiShare.
flow
Aurea Muñoz
Aurea est développeuse Java chez SoLocal, spécialisée dans la gestion et développement d'applications web, notamment la partie backend. #développeuse

Derniers commentaires

“Bon papier en effet. Mais je doute que Lutron soit un acteur clé pour débloquer ce marché de la domotique qui est un vrai serpent de mer depuis 20 ans ! Je plus d'espoir avec les plateformes logicielles fédératives....”
“Merci pour cette article. On peut penser que sommes au début d'une ère d'automatisation de la maison similaire à celle de l'avènement de l'ordinateur personnel il y a 40 ans. A cause des nombreux équipements qui d...”
“Technicolor peut-il devenir un leader du Smart Home ? Article fort interessant (et dense) #ott #setupbox via @olivez...”
“Explosion des événements digitaux et entrepreneuriaux: attention à l'overdose ? ...”
“#Business : la réponse est..... "Technicolor peut-il devenir un leader du Smart Home ?" de @olivez sur ...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 


Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

Vous pouvez parcourir les articles sur toutes les éditions de LeWeb depuis 2006.
image


J'interviens sinon dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'intervention sont évoqués ici.