L’image

Enfin, le Département de la Justice Américain qui image

Ces nouvelles pratiques de Microsoft sont bien une conséquence des procédures antitrust. Mais pour autant, elles n’ont pas réellement modifié la position de Microsoft sur ses marchés. Elles l’ont par contre poussé à mieux documenter ses logiciels, à les rendre plus modulaires et à utiliser de plus de plus, si ce n’est de créer, des protocoles et formats ouverts, souvent basés sur XML et les Web Services XML.

Au passage, la position d’Office n’a jamais été mise en cause alors que le logiciel bénéficie d’une part de marché voisine de celle de Windows (>90%) et qu’il est le résultat d’une intégration croissante de nouvelles fonctionnalités. Est-ce la prochaine bataille en vue? Oui, mais par d’autres biais, celui de la normalisation des formats de données avec l’ODF (d’OpenOffice) face à OpenXML (celui d’Office), tous deux bâtis sur XML.

L’interopérabilité client-serveur

Le sujet est plus difficile d’abord que celui de Windows Media Player. En gros, la Commission Européenne a jugé que Microsoft était également “trop” dominant sur le marché des serveurs et que cette dominance était liée aux relations techniques entre Windows sur le poste de travail et Windows Server, notamment dans la gestion de domaines.

La Commission a donc demandé à Microsoft de fournir les éléments de documentation permettant à des concurrents d’émuler le fonctionnement de Windows Server. Chose attendue par exemple par les équipes du logiciel open source Samba.

Microsoft a fourni de la documentation (des milliers de pages) et les codes sources de Windows Server. Mais cela n’a pas suffit. La Commission a aussi exigé que les licences d’utilisation soient moins chères que ce que Microsoft proposait. Le conflit court toujours à ce sujet. Microsoft voit d’un mauvais oeil sa R&D sur les serveurs potentiellement “donnée” aux concurrents.

Le problème pour Microsoft, c’est que ses logiciels ne sont pas forcément conçus pour permettre ce genre d’interopérabilité. Il y a image

Cela n’a pas empêché Microsoft de préserver de confortables marges nettes, stabilisées maintenant autour de 27% du chiffre d’affaire. C’est l’effet du volume des ventes de leurs logiciels. Et encore, cette marge serait bien plus élevée si Microsoft ne perdait pas autant d’argent avec MSN et la XBOX!

image

La facture de l’antitrust pour Microsoft a donc surtout à renflouer les caisses de certains “concurrents” mal en point et tous américains! Comme Novell qui doit ses déboires plus à ses erreurs stratégiques internes qu’à Microsoft. Que dire en effet de ce “loser” parfait de l’Internet qui n’a intégré nativement le protocole du réseau des réseaux (TCP/IP) dans Netware qu’en 1999, quatre ans après l’explosion du Web? Idem pour AOL, engoncé à la fin des années 1990 dans une approche de portail fermé! Et Sun, le créateur de Java, qui n’en a jamais vraiment retiré une source de croissance significative, et n’a senti venir le vent de Linux à temps pour adapter son offre serveur.

  • Sur les investissements de Microsoft dans son écosystème

Les aides aux startups, les programmes de recherche avec les laboratoires Européens, les aides diverses aux économies locales sont la combinaison d’approches dites citoyennes et d’intégration avec le tissus économique local. Les procédures antitrust ont généré indirectement ce phénomène sur la base du raisonnement suivant: l’éditeur est injustement attaqué et c’est à cause d’une image négative. Il faut donc investir localement pour améliorer l’image. Et cela a plutôt bien fonctionné. Même en Chine.

Microsoft entretenait l’illusion que tout cela allait les aider dans le cadre de la procédure antitrust européenne, en se faisant de nouveaux amis qui manquaient tant. Mais cela n’a pas eu cet effet escompté sur la Commission Européenne et sa division de la concurrence. Cela a amélioré cependant leur image et marginalisé l’impact de ces affaires antitrust, finalement plus pilotées par l’intérêt des concurrents que par celui des consommateurs.

Ces actions ont même plutôt renforcé la position de Microsoft dans ces régions! Leur intégration avec le tissu local d’innovation s’est amélioré. Leur écosystème s’est renforcé.

Le cas des startups est éloquent. Dans les années 1990, les startups avaient peur de Microsoft. La rumeur voulait que Microsoft rachetait tous ses concurrents. C’était d’abord faux. A part quelques rares exceptions comme Fox Software (concurrent d’Access mais aussi de dBase et Paradox), Microsoft a toujours fait l’acquisition de sociétés complétant son portefeuille et enrichissant ses propres produits. On peut toujours penser que tel ou tel composant intégré à postériori dans Windows ou Office était concurrent de ces logiciels. Mais c’est vraiment présomptueux. Et que l’on sache, Microsoft n’a pas racheté Java, Linux, Notes, Netware, Wordperfect, 1-2-3 ni RealNetworks ni Apple. Et les temps ont changé. L’image de Microsoft qui était désastreuse dans la Silicon Valley s’est améliorée après son installation d’un campus de plus de 1000 collaborateurs à Mountain View, pas loin de Sun (ci-contre, le long de la légendaire 101). Et après avoir appris à côtoyer les acteurs du capital risque et lancé le programme IDEES en France, l’idée a fait son chemin en France au point de devenir un exemple à imiter pour les autres, y compris, c’est un comble, par de grands groupes industriels français.

Microsoft Mountain View campus

De plus, l’ “exit strategy” rêvée de nombreux fondateurs de startups, c’est d’être racheté par Google ou Microsoft. A ceci près qu’elle présente l’inconvénient pour Microsoft de devoir dans la plupart des cas plier bagage pour la région de Seattle. Et aussi, de voir ces acquisitions intervenir trop tôt dans le cycle de croissance de la société, et donc de générer une transaction modérée (de l’ordre de 1 à 2 millions de $ par développeurs… ce qui est tout de même pas mal et paye largement les frais de déménagement).

En se rapprochant des startups, comme en France, Microsoft fait moins peur et devient au minimum une boite presque normale, et au mieux, une boite exemplaire, qui aide les startups de son écosystème. Tout en le renforçant. Tout en permettant quelques acquisitions. Rien qu’en France, deux startups ont été ainsi absorbées entre 2006 et 2007 (MotionBridge et ScreenTonic) alors qu’aucune ne l’avait été auparavant!

Comme en parallèle, Microsoft grandit et s’alourdit, le risque de le voir concurrencer les startups sur des produits plus niches s’amenuise. Les capacités marketing de Microsoft sont souvent bien surévaluées dans les produits autres que les quatre où cinq où ils ont plus de 50% de parts de marché. Et en particulier dans les solutions verticales ou spécialisées où ils sont soit non présents, soient présents avec des forces terrain très faibles quantitativement. La force de la marque aide, mais c’est loin d’être l’arme fatale face à de petits acteurs spécialisés et bien focalisés!

Net net, Microsoft s’est renforcé avec son écosystème qui ne le craint plus comme avant. Et il peut bénéficier plus facilement d’innovations externes alors que l’interne risque de s’assécher.

  • Sur la posture générale de Microsoft

Les procédures antitrust ont eu les effets d’une guerre psychologique vis à vis de Microsoft. Les procédures antitrust et les problèmes d’image associés, ont pu un temps ralentir la capacité à recruter des talents, mais il semble que cela ne soit plus le cas depuis longtemps. Cela fatiguait aussi les collaborateurs, usés de se voir critiqués à tout bout de champs dans leur vie privée (mais dans la majeure partie des cas, pour… du support technique).

Microsoft craignait surtout d’être victime de l’immobilisation qui a marqué IBM à partir de 1982, après la conclusion d’un accord à l’amiable avec le Département de la Justice américain faisant suite à 14 années de procédures antitrust. L’IBMisation comme on l’appelle si bien est toujours à l’affut. C’est la combinaison d’une culture de grande boite et ses pesanteurs hiérarchiques, avec les craintes juridiques associées à toute nouvelle initiative. Chez Microsoft, elle est plus le résultat de l’effet de taille et d’autres aspects comme le ralentissement de la croissance. L’IBMisation lancinante fera plus de mal que toute procédure antitrust sur la capacité d’innovation de la société.

La posture de Microsoft a aussi changé dans ses relations clients. La société a compris la relation qui existait entre certains problèmes d’image négative et ceux qui sont relatifs à la satisfaction client. Des efforts ont été entrepris pour améliorer les deux en parallèle et ils payent progressivement, même si ceux-ci ont tendance à être plus tournés vers les entreprises que vers le grand public. Certains efforts à destination des grandes entreprises, des PME, des développeurs, des étudiants, des informaticiens en général, relèvent à la fois d’un optique orientée “satisfaction client” et d’une optique business classique. Ils ont encore du chemin à parcourir, mais la prise de conscience est là.

  • Sur les relations avec ses concurrents

Comme l’origine de nombreuses procédures antitrust provenaient de grands concurrents et que, par ailleurs, l’exigence de l’interopérabilité est incontournable chez les grands clients, Microsoft a fait l’effort de se rapprocher de ses concurrents sur ce thème.

Il en a résulté d’étonnants accords de partenariat avec Novell et Sun, parmi d’autres. Microsoft a aussi promu les Web Services avec IBM au début des années 2000. Microsoft a ainsi cherché à pacifier ses relations avec le peu de sociétés avec qui ils n’avaient pas naturellement de relations à un titre ou à un autre. Ils ont même créé aux USA une petite équipe en charge de “Technology Diplomacy” juste pour s’occuper de concurrents existants ou potentiels et nouer des partenariats.

  • Sur le lobbying

Jusqu’aux affaires antitrust, Microsoft n’avait pas d’activité de lobbying. Ils n’avaient qu’une personne à Washington DC lorsque le procès antitrust a démarré aux USA. Depuis, ils se sont rattrapés. Ils ont investi en avocats et lobbyistes divers. Ils ont notamment bien enrichi le cabinet d’avocats Sullivan & Cromwell, dont le siège est basé à New York mais qui semble adopter un comportement de texans. On trouve la référence Microsoft ici et  sur leur site web. Le cabinet comprend 600 avocats et réalise dans les $900m de chiffre d’affaire, dont probablement plusieurs grosses dizaines avec Microsoft Corp.

Au départ, l’approche de lobbying était défensive. De 1998 à 2002, il s’agissait tout bonnement d’éviter un démantèlement! Puis l’approche est devenue offensive, à savoir qu’elle a touché l’implication de Microsoft dans différents sujets de société incontournables pour un acteur de cette taille: la vie privée, la propriété intellectuelle, l’économie du logiciel, les nouveaux médias numériques, la protection de l’enfance sur Internet, etc. Microsoft a compris qu’il n’était pas qu’un simple éditeur de logiciel et qu’il avait une responsabilité face à la société. Il s’est donc impliqué dans les débats associés. Souvent, de manière publique (on appelle cela de la comm ou du marketing), parfois de manière plus discrète (on appelle cela du lobbying).

Les détracteurs de Microsoft regretteront que la société ait acquis ce savoir faire. Mais là encore, l’antitrust a ouvert une boite de Pandore insoupçonnée. Sans oublier qu’au départ, les procédures étaient le résultat du lobbying des grands concurrents de Microsoft, bien plus avancés à l’époque que ce dernier dans ce sport national américain!

Ce qui ralentit Microsoft

Les procédures antitrust ne ralentissent pas vraiment Microsoft.

Si et quand ralentissement il y a, il est lié à des causes internes plus classiques, pour l’essentiel liés à des effets de seuil provoqués par la taille de l’entreprise:

  • L’inertie liée à la taille gargantuesque de l’éditeur, qui occupe maintenant plus de 80000 personnes et fait plus de la moitié du chiffre d’affaire d’IBM.
  • La richesse qui les pousse à investir à fonds perdus sans se poser forcément les bonnes questions. Ainsi, ils perdent beaucoup de temps. Mais ils ont effectivement le temps pour eux. C’est le cas pour la XBOX, pour MSN, pour Live mais aussi pour leur initiative MSTV.
  • La complexité des logiciels comme Windows qui rend difficile leur évolution. Le poids de la base installée est à la fois un atout (qui freine l’irruption de concurrents) et un fardeau (sa prise en compte complexifie les développements, coûte cher et peut freiner le processus d’innovation).
  • Une organisation pas assez mondiale et distribuée du développement, encore très concentrée sur la côte ouest des USA. Même si des laboratoires de R&D ont pu être récemment ouverts en Chine, et surtout en Inde. Google a une stratégie meilleure de ce point de vue là en recrutant et employant les développeurs là où ils sont. Ils ont ainsi un lab à New York, un à Londres et un à Zurich. Microsoft n’a aucun développeur sur la côte est des USA! Et attirer de bons développeurs à Seattle n’est pas si simple que cela.
  • Une difficulté à motiver et recruter de bons collaborateurs qui n’ont plus de “stock options” depuis 2003 mais des programmes d’attribution d’actions qui sont bien moins motivants. Un petit tour dans le blog Mini-Microsoft permet de sentir ce malaise.
  • Des difficultés à marketer les innovations. Soit le logiciel est dominant et chaque nouveauté est noyée dans une masse de plusieurs centaines de changements dure à valoriser (citez “une” nouveauté critique de Vista…), soit le logiciel est nouveau et les équipes terrain pour le relayer (dans les entreprises) seront peu nombreuses et seront marginalisées. Et contrairement à ce qui se dit, le marketing de Microsoft est très inégal selon les produits et les activités.
  • Le grand nombre de préoccupations des clients, surtout en entreprise, et leur dispersion naturelle.

Sans compter toutes les erreurs qu’une organisation de cette taille là peut générer, laissant ainsi un espace libre à de nombreux concurrents plus rapides et opportunistes. C’est particulièrement vrai dans le cadre de l’Internet et du social networking.

Les autres propositions pour freiner Microsoft

Le problème pour les détracteurs de Microsoft et les assoiffés d’une plus grande concurrence dans les catégories où l’éditeur domine le marché, ces lourdeurs ne sont pas suffisantes pour le délester de parts de marché avec Windows, Windows Server ou Office.

Nelly Kroes, la commissaire européenne en charge de la concurrence, ne se satisferait même pas que Microsoft respecte à la lettre ses condamnations. Elle voudrait que cela génère “une baisse substantielle de la part de marché de Microsoft“! Sans indiquer de chiffre pour autant, mais on sait qu’au dessus de 50%, on est déjà considéré comme un acteur dominant par Bruxelles. Elle – et ses prédécesseurs – ont du prendre le problème par tous les bouts et n’ont visiblement pas trouvé grand chose à se mettre sous la dent. En effet, il n’y a pas des masses de solution:

  • Certains ont proposé d’interdire l’intégration de Windows dans les PCs

Le paradoxe est le suivant : cela limiterait l’accès au marché des composants bundlés par les constructeurs dans Windows comme le lecteur PDF d’Adobe! Cela rendrait difficile tout le travail de personnalisation des configurations logicielles réalisé par les constructeurs.

De deux choses l’une, où bien les revendeurs proposeraient un DVD avec un Windows générique et il faudrait le configurer à la main, ou bien les constructeurs proposeraient leur propre version, comme celle que l’on retrouve dans le DVD de réparation du système, qu’il faut souvent graver soi-même au moment du premier démarrage du PC. Le DVD n’est pas fourni en standard par les constructeurs pour réduire le coût et les marges déjà bien compressés des configurations. Et les PC exposés dans la distribution seraient bien tristes, avec un écran tout noir!

Cela nivèlerait les PC les uns par rapport aux autres et réduirait la capacité des constructeurs à se différentier par le logiciel. Et au passage, cela augmenterait le coût unitaire de Windows car vendu à l”unité et pas en volume. Et cela complexifierait le travail pour la distribution qui aurait plus à faire, en ajoutant le coût  du service d’installation, nécessaire pour de nombreux néophytes, qui reviendrait aussi cher que le coût de Windows qui est dans le PC!  En effet, une heure de technicien vaut plus de 75€! Et c’est le temps qu’il faut pour installer convenablement son système d’exploitation, avec, certes, des temps morts. Et puis, cela ne changerait pas la donne dans les entreprises car de toutes manières, ces dernières “masterisent” leurs PC une fois pour toutes et les installent automatiquement.

Les associations du libre estiment que la part de marché de Linux monterait à 30% si Windows était “débundlé” des PC. Rien n’est moins sur! Linux a encore quelques progrès à faire pour pouvoir atteindre cette masse critique d’utilisateurs. Sinon, cela ferait longtemps qu’il aurait réussi à le faire!

L’unbundling diminuerait marginalement la part de marché de Windows, mais cela serait au détriment du confort et du porte-monnaie d’une majorité des utilisateurs. Faut-il véritablement pénaliser les clients qui suivent le produit dominant pour aider les autres? Grande question d’équilibre entre liberté de choix, démocratie, et facilité d’achat et d’installation dans un monde où les utilisateurs ne sont pas experts et souhaitent juste acheter un PC qui fonctionne avec les principaux logiciels et matériels du marché!

Mais bon, la puissance publique Européenne est très capable d’inventer une usine à gaz.

  • D’autres bataillent autour des normes et standards

Le processus de standardisation d’ODF, puis celui d’OpenXML, en fait partie. Avec en idée sous-jacente chez certains, la perspective de mettre hors jeu Microsoft de marchés publics. Mais c’est bien illusoire encore une fois car dos au mur, Microsoft pourra très bien supporter les formats ODF dans sa suite Office (il le fait via des filtres développés par des tiers). Mais évidemment, pas jusqu’à en faire son format natif, bien entendu.

  • Enfin, les adeptes du logiciel libre apprécieraient un encouragement encore plus fort en faveur des logiciels libres et de Linux

Les encourager au niveau de l’enseignement supérieur et de la recherche? C’est déjà le cas depuis longtemps, et sans impact sur le poids de Microsoft. En effet, les jeunes informaticiens qui arrivent sur le marché du travail s’adaptent à la donne. Là dessus comme sur plein d’autres sujets d’ailleurs, où l’enseignement peut être décalé des réalités des entreprises.

Les pousser dans le secteur public? C’est aussi déjà largement en place, surtout sur les serveurs. Et l’on voit des tentatives de placer Linux sur des postes de travail. Avec pour l’instant, pas assez de recul pour en connaitre l’impact. Les grands projets (Mairie de Paris, Mairie de Munich) qui avaient fait couler beaucoup d’encre il y a quelques années ont l’air d’en être au point mort pour ce qui est du remplacement de Windows par Linux sur les postes de travail.

Promouvoir l’open source et créer un Linux Européen? Cela aurait autant de chances d’aboutir que Quaero. Et que dire de Galileo qui prend des années de retard pour concurrencer le GPS américain!

Malgré tout, Linux fera des progrès, notamment sur le poste de travail. Parce qu’il progresse bien et que des distributions comme Ubuntu se préoccupent vraiment des utilisateurs lambda.

Que faire?

Alors, faut-il juste attendre que Microsoft accumule les erreurs et que les concurrents s’unissent et renforcent leurs offres? Faut-il attendre que le “marché” fonctionne tout seul et se contenter de batailles d’escarmouches? Pour les dirigistes et les tenants d’une forte régulation du libéralisme et de la mondialisation, c’est sûrement dur à accepter. Mais c’est un peu la loi de cette industrie, encore bien jeune.

L’Europe aurait cependant tout à gagner à réfléchir à la manière de créer des Microsoft locaux, dans la veine des Nokia, SAP, Dassault Systèmes et Business Objects, plutôt que de s’acharner à essayer de déplumer Microsoft avec une pince à épiler.

Mais je suis sûr que vous, amis lecteurs, serez prolixes en idées pour revoir la conception de la pince à épiler…

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 2 octobre 2007 Post de | Economie, Microsoft, Politique, Startups | 9644 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 7 commentaires et tweets sur “Illusions de la Commission Européenne sur Microsoft” :

  • [1] - Mike a écrit le 3 octobre 2007 :

    Très intéressant comme toujours, merci pour ce long post 🙂

  • [2] - Julien ÉLIE a écrit le 4 octobre 2007 :

    Je trouve vraiment dommage que la Commission Européenne dépense autant d’énergie sur ce thème, surtout si l’on voit l’absence de résultats probants que vous décrivez si bien dans ce billet. À ce qu’il paraît, ce serait même une des raisons pour lesquelles Windows Vista est vendu bien plus cher en Europe qu’aux États-Unis.

    Heureusement que Microsoft n’a pas (encore) été condamné pour l’installation de son Framework .NET 3.0 par Windows Vista 🙂

    Au sujet de l’export en XPS, il n’est pas disponible nativement lors de l’installation d’Office 2007. Il faut installer un plug-in pour cela (qui est par d’ailleurs le même que celui pour le support de l’export en PDF…). C’est sûrement par anticipation des foudres éventuelles d’Adobe !

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 4 octobre 2007 :

    La différence de prix des logiciels entre les US et l’Europe est (malheureusement) classique dans la plupart des boites américaines. Ce n’est pas vraiment une spécificité de Microsoft. Ni lié à quelque procédure antitrust que ce soit. Mais une petite étude comparative des prix des logiciels des deux côté de l’Atlantique serait intéressante pour les grands éditeurs (MS, Adobe, Symantec, Oracle, …).

    Pour ce qui est de Windows, le prix est le même quand on achète son PC chez un constructeur international. Celui-ci paye en $ et au même prix les Windows préinstallés, quels que soient les pays de vente des PCs. Par contre, pour la mise à jour achetée en boite à la FNAC, oui, il y a une belle différence.

  • [4] - jack a écrit le 8 octobre 2007 :

    Bien des choses fort intéressantes dans cette analyse, l’essentiel sans doute !
    Mais puisqu’on en est à la pince à épiler, arme civilisée s’il en fût, je ne résiste pas à l’envie de la retourner contre celui qui le premier l’a brandie. Disons qu’il s’agit plus d’une critique méthodologique.

    Dénoncer une incohérence ou une inefficacité des mesures prise par la commision européenne, me paraît relever de cette même méthode de la pince à épiler. On peut toujours en tournant autour pas a pas, faire en sorte que l’arbre cache la forêt.
    La commission est une institution qui dispose de certains moyens, à laquelle est confiée une certaine mission. Ainsi que le gendarme au bord d’une route, elle ne peut que verbaliser si l’on enfreint certaines règles, le tout avec une certaine marge d’appréciation. Le but à atteindre se situant au delà des règles elles même, réduire le nombre d’accidents ou leur gravité par exemple, en imposant des limites de vitesse ou le port de la ceinture.
    Ce n’est pas l’argent des PV qui améliore la sécurité routière, c’est la peur de l’amende.
    L’amende à un but dissuasif avant tout.
    “L’insécurité” créée par ce précédent(la condamnation de Microsoft) peut être assimilée à la peur du gendarme. Peut être seront ils au prochain carrefour, peut être non ! Aucune cohérence la dedans, simplement une incitation à lever le pied au cas ou…
    On commet parfois inpunément de grosses infractions, on peut ensuite être sanctionné injustement ou pour une broutille !
    L’exigence de cohérence, de causalité parfaite, est un leurre. Différents éléments ont influé récemment sur le business de Microsoft, infléchissant sa politique. La commission en est un non négligeable. Ce procès par ses répercussions, par la publication d’information, par les interrogations qu’il à suscité. A provoqué en chacun de nous une réflexion, des prise de position, des prises de conscience, éventuellement des choix, des actes.
    Ainsi plutôt que d’épiler quelques brins d’herbe dans cette pelouse, en prétendant la réduire à néant. Peut être vaudrait il mieux se demander “ou en serait on si ceci ne s’était pas produit ?” ou encore “pourquoi ceci est il arrivé, quels sont les autres éléments qui semblent participer du même phénoméne, à la même tendance”
    En évitant les piéges d’un discours trop linéaire, on peut découvrir un sens politique, médiatique, juridique, et technique à ce qui s’est passé. Bien malin celui qui peut en décrire toutes les conséquences.
    Plutôt que d’épilation, parlons de météo ! Microsoft est sous l’orage, la commission est un grêlon. On ne meurt pas d’une averse !

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 8 octobre 2007 :

    Jack, merci pour ce complément d’analyse, fort à propos.

    Les relations de causalité entre événements sont effectivement complexes. Je souhaitais en tout cas montrer que certains événements liés aux procédures antitrust ont permis à Microsoft de s’adapter et de s’améliorer dans certaines dimensions et que cela lui a été profitable. C’est une conséquence inattendue pour ce qui aurait du juste générer la “peur du gendarme”. Puisque l’on est dans les analogies, on peut faire le parallèle avec Pearl Harbour, bataille perdue pour les USA, mais prélude à un renforcement de ce dernier.

    Microsoft avait des capacités d’adaptation qui ont peut-être été sous-estimées par ceux qui l’ont attaqué, ou en tout cas par ceux qui souhaitent comme Nelly Kroes voir Microsoft perdre beaucoup de parts de marché. Souhait qui fait d’ailleurs fi des mécanismes d’écosystèmes et d’économie de réseau toujours favorables aux acteurs dominants. En particulier pour le coeur des technologies d’aujourd’hui (les microprocesseurs, les systèmes d’exploitation, les moteurs de recherche).

    Mon autre point reste déconnecté de l’analyse de l’antitrust: si et quand Microsoft perd des parts de marché (comme contre Firefox), c’est plus le fait de ses erreurs internes liées à sa taille et à son inertie que des attaques antitrust, même si pour Firefox, on peut remonter la chaine de causalité au procès américain (DOJ vs Microsoft, 1998-2002) terminé par un règlement “à l’amiable”.

  • [6] - titus a écrit le 8 octobre 2007 :

    C’est passionnant, olivier, très documenté avec une vue d’insider à la fois du secteur et des nouvelles technos que tu es sans doute à des seuls à avoir. J’ai beaucoup appris, merci.

  • [7] - jack a écrit le 9 octobre 2007 :

    Effectivement, je pense aussi que c’est surtout lorsque des erreurs stratégiques ou des faiblesses internes existent que la concurrence réussit à “faire son trou” en étant plus rapide ou plus pertinente. Mais n’est ce pas la définition même de la concurrence ?
    Microsoft pése depuis un long moment sur l’évolution des technologies, des voies peu ou pas explorées pourraient se rouvrir, certains choix pourraient à moyen ou long terme s’avérer inadaptés. C’est là que l’inertie devient vite désastreuse. La normalisation et la gratuité de certains éléments de base (O.S. Formats bureautiques), par exemple, si elle se poursuit, pourrait être un vrai coup dur. C’est sans doute pourquoi sur ces points précis de réelles pratiques “monopolistiques” (pour rester neutre) sont mises en oeuvre.
    On l’a vu pour IBM par exemple, une position outrageusement dominante est impossible à conserver longtemps. C’est, me semble t’il, en l’admettant et en s’y préparant que Microsoft mettra les meilleures chances de son coté. En diversifiant les plates formes, en jouant de la coopétition, en étant moins arrogant… Les rapprochements avec Apple et Novell, Ennemis jurés d’hier, me paraissent exemplaires et peut être symptomatiques d’une nouvelle statégie plus souple et plus ouverte. Quand on à conquis un empire, le plus dur reste à faire, le garder et le faire prospérer. la réconciliation est un préalable.
    Pour en revenir à Pearl Harbor, on peut dire aujourdhui qu’aprés un conflit dramatique, les deux parties ont largement profité de leur réconciliation.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
CES 2017
2017
3109 photos
albth
MIT35 Station F Sept2017
2017
74 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2017
2017
179 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
474 photos
albth
Inauguration Station F Jun2017
2017
212 photos
albth
USI Jun2017
2017
249 photos
albth
Viva Technology Jun2017
2017
399 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Yousra Touki (Air France)
Yousra est chef de projet en analyse de données dans l'audit et le contrôle interne d'Air France KLM.
flow
Pascale Chehikian (Sopra-Steria)
Pascale est manager de projets de création et mise à disposition de services numériques dans les secteurs industriel et tertiaire chez Sopra Steria. Membre du programme Passer’Elles de Sopra Steria en faveur de la mixité.
flow
Elisabeth Moulin (Valeur d'Etre)
Elisabeth est créatrice de "Valeur d'être", organisation dédiée à l'émergence de projets humanistes, innovants pour les professionnels, les entreprises et les particuliers.
flow
Carole Thourigny (8FabLab)
Carole est directrice du 8 Fablab Drôme à Crest.
flow
Marie Poulle (LoveBox)
Marie est cofondatrice et chief brand&sales officer de la startup grenobloise Lovebox.
flow
Marie Dorange (Opla)
Marie est cofondatrice et CEO de la startup Opla dans l’intelligence artificielle, une plateforme de création d’assistants virtuels.
flow
Jade Ataoui (Boost in Lyon)
Jade est Déléguée Générale de BoostInLyon, l'accélérateur de startups de Lyon qui recrute, accompagne et fait décoller les startups lyonnaises. A également cofondé Percola.top, une agence de création de contenus en ligne.
flow
Audrey Moriaud
Audrey est Responsable Réseaux & Télécoms dans une Maison de luxe.
flow
Arlette Quillere (CRT Services)
Arlette est Directrice des Systèmes d’Information chez CRT Services.
flow
Laetitia Guillotin (Fleur en ville)
Laetitia est fondatrice du service en ligne de livraison de fleurs personnalisées Fleur en ville.
flow
Véronique Bardet (Banque Postale)
Véronique est Responsable Exploitation à la DSI de La Banque Postale et du Réseau du groupe La Poste.
flow
Nora Guemar (Engie)
Nora est analyste stratégique sénior à la direction de la stratégie du groupe Engie.
flow
Sylvie Roche (CRiP)
Sylvie est Directrice Déléguée du CRiP, le Club des Responsables d’Infrastructure et de Production.
flow
Anna Stépanoff (Wild Code School)
Anna est co-fondatrice et dirigeante du réseau d’écoles numériques Wild Code School qui propose une formation d’excellence ouverte à tous au métier de développeur web et mobile. #entrepreneuse
flow
Sylvie Charissoux (Exide)
Sylvie est Chief Technology Officer au sein de l'entreprise américaine Exide Technologies, spécialisée dans le stockage électrique pour le transport et l’industrie.
flow
Merete Buljo (Natixis)
Merete est Directrice Expérience client et Transformation digitale chez Natixis EuroTitres et Vice-Présidente de la Chambre de Commerce Franco-Norvégienne.

Derniers commentaires

“Merci pour cet article, fort intéressant et très...”
“Les dessous de l'annonce d'un cœur pour l'intelligence artificielle dans les derniers chipsets de Huawei/HiSilicon...”
“#transfonum #IA - Et l’IA entra dans les smartphones ! @olivez...”
“FRdigitale: 📣 "De l'astronomie à l'entrepreneuriat" Série de billets par olivez après sa conférence au Web2Day...”
“📣 "De l'astronomie à l'entrepreneuriat" Série de billets par @olivez après sa conférence au @Web2Day...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Catégories

Tags

http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-guyane/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.